Geoffrey Wilkinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Geoffrey Wilkinson vers 1976

Sir Geoffrey Wilkinson (14 juillet 1921 - 26 septembre 1996) était un chimiste britannique. Ernst Otto Fischer et lui sont colauréats du prix Nobel de chimie en 1973 pour leurs travaux en chimie organométallique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de la région de Yorkshire en Angleterre, il a fait ses études universitaires au Imperial College. Ses premières recherches étaient dans la chimie nucléaire, d'abord (1942-46) sur le projet canadien d'énergie nucléaire à Montréal et à Chalk River, et ensuite (1946-50) à l'Université de Californie à Berkeley sous la direction du professeur Glenn Seaborg.

Ensuite il s'est dirigé vers la chimie inorganique, surtout les complexes des métaux de transition avec des ligands tels que le monoxyde de carbone et les alcènes. En 1955, il est devenu titulaire du chaire de chimie inorganique au Imperial College. Ses recherches subséquentes portent presque exclusivement sur les complexes des métaux de transition.

Il est renommé pour sa découverte du catalyseur de Wilkinson RhCl(PPh3)3, employé pour l'hydrogénation industrielle des alcènes en alcanes. Aussi il a découvert la structure du ferrocène, Fe(C5H5)2.

Il a partagé avec Ernst Otto Fischer le prix Nobel de chimie en 1973 « pour leurs recherches pionnières, effectuées de façon indépendante, sur la chimie des organo-métalliques, les dénommés complexes sandwich[1] ». Il est aussi connu pour avoir écrit, avec F. Albert Cotton, un des manuels les plus renommés en chimie inorganique : Advanced Inorganic Chemistry (surnommé « Cotton and Wilkinson »).

Il a été fait chevalier en 1976[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for their pioneering work, performed independently, on the chemistry of the organometallic, so called sandwich compounds » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1973 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 23 août 2010
  2. London Gazette : n° 47088, p. 16623, 10-12-1976

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Autobiographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)