David Julius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Julius
Davidjuliuswithsnake.jpg
David Julius avec un python royal en 2016.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
David Jay JuliusVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
David Jay Julius
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Dir. de thèse
Distinctions

David Jay Julius (né le à Brighton Beach (New York) ) est un physiologiste américain connu pour ses travaux sur les mécanismes moléculaires de la sensation de douleur. Il est professeur à l'université de Californie à San Francisco et remporte le prix Shaw 2010 en sciences de la vie et médecine et le prix Breakthrough en sciences de la vie 2020[1],[2].

Le prix Nobel de médecine 2021 lui est décerné conjointement avec Ardem Patapoutian[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Originaire de Brighton Beach, David Julius a obtenu son diplôme de premier cycle au Massachusetts Institute of Technology en 1977. Il a obtenu son doctorat à l'Université de Californie à Berkeley en 1984, sous la supervision conjointe de Jeremy Thorner et Randy Schekman, où il a identifié Kex2 (en) comme le membre fondateur des proprotéines convertases (en) de type furine. En 1989, il a terminé sa formation post-doctorale avec Richard Axel à l'Université Columbia où il a cloné et caractérisé le récepteur de la sérotonine 1c[4].

Carrière de recherche[modifier | modifier le code]

En 1997, le laboratoire de David Julius a cloné et caractérisé TRPV1 qui est le récepteur qui détecte la capsaïcine, le produit chimique dans les piments qui les rend "piquants"[5]. Remarquablement, ils ont découvert que TRPV1 détecte également la chaleur nocive[5],[6]. TRPV1 fait partie de la grande famille des canaux cationiques TRP (potentiel de récepteur transitoire (en)) structurellement apparentés. Les animaux dépourvus de TRPV1 (utilisant des knock-outs génétiques de la protéine) perdent leur sensibilité à la chaleur nocive et à la capsaïcine[7].

Le laboratoire de David Julius a également cloné et caractérisé TRPM8 (CMR1) et TRPA1 (en), tous deux membres de la superfamille TRP. Ils ont démontré que TRPM8 détecte le menthol et les températures plus froides [8],[9] et TRPA1 détecte l'huile de moutarde (en) (allyl isothiocyanate)[10]. Ces observations suggèrent que les canaux TRP détectent une gamme de températures et de produits chimiques. Le laboratoire de David Julius a également apporté d'importantes contributions à l'étude de la nociception en découvrant des toxines qui modulent ces canaux[11] , décrivant des adaptations uniques des canaux chez diverses espèces [12] et résolvant les structures cryo-EM de nombreux canaux[13],[14].

Récompenses[modifier | modifier le code]

David Julius en 2021.

En 2000, David Julius a reçu le prix inaugural prix Perl-UNC de neuroscience (en) pour ses travaux sur le clonage du récepteur TRPV1 de la capsaïcine. En 2010, il a remporté le prix Shaw pour son travail identifiant les canaux ioniques impliqués dans divers aspects de la nociception. En 2014, il a été honoré par Johnson & Johnson avec le prix Dr. Paul Janssen pour la recherche biomédicale (en) pour avoir découvert la base moléculaire de la douleur et de la thermosensation. En 2017, il a remporté le Prix Gairdner [15] et le HFSP Nakasone Award [16]. Il a également reçu le Prix Princesse des Asturies 2010 pour la recherche technique et scientifique, le Breakthrough Prize in Life Sciences 2020[17] et le Prix Kavli 2020 en neurosciences (avec Ardem Patapoutian « pour leur découverte significative de récepteurs de température et de pression »)[18] et en 2020 le Prix Frontiers of Knowledge de la Fondation BBVA (en) [19].

Vie privée[modifier | modifier le code]

David Julius est marié à Holly Ingraham, physiologiste à l'université de Californie à San Francisco[20].

Publications[modifier | modifier le code]

  • avec Diana Baustia : « 2008 Nature Publishing Group » – Fire in the hole: pore dilation of the capsaicin receptor TRPV1 (2008).

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « David Julius » (voir la liste des auteurs).
  1. « Julius Named to Receive the Shaw Prize », ucsf.edu (consulté le )
  2. « David Julius, PhD 49th Faculty Research Lecture Award », senate.ucsf.edu (consulté le )
  3. AFP, « Le prix Nobel de médecine décerné aux Américains David Julius et Ardem Patapoutian », sur Le Monde, (consulté le )
  4. Julius, MacDermott, Axel et Jessell, « Molecular characterization of a functional cDNA encoding the serotonin 1c receptor », Science, vol. 241, no 4865,‎ , p. 558–564 (ISSN 0036-8075, PMID 3399891, DOI 10.1126/science.3399891, Bibcode 1988Sci...241..558J)
  5. a et b Caterina, Schumacher, Tominaga et Rosen, « The capsaicin receptor: a heat-activated ion channel in the pain pathway », Nature, vol. 389, no 6653,‎ , p. 816–824 (ISSN 0028-0836, PMID 9349813, DOI 10.1038/39807, Bibcode 1997Natur.389..816C)
  6. Tominaga, Caterina, Malmberg et Rosen, « The cloned capsaicin receptor integrates multiple pain-producing stimuli », Neuron, vol. 21, no 3,‎ , p. 531–543 (ISSN 0896-6273, PMID 9768840, DOI 10.1016/S0896-6273(00)80564-4)
  7. Caterina, Leffler, Malmberg et Martin, « Impaired nociception and pain sensation in mice lacking the capsaicin receptor », Science, vol. 288, no 5464,‎ , p. 306–313 (ISSN 0036-8075, PMID 10764638, DOI 10.1126/science.288.5464.306, Bibcode 2000Sci...288..306C)
  8. McKemy, Neuhausser et Julius, « Identification of a cold receptor reveals a general role for TRP channels in thermosensation », Nature, vol. 416, no 6876,‎ , p. 52–58 (ISSN 0028-0836, PMID 11882888, DOI 10.1038/nature719, Bibcode 2002Natur.416...52M)
  9. Bautista, Siemens, Glazer et Tsuruda, « The menthol receptor TRPM8 is the principal detector of environmental cold », Nature, vol. 448, no 7150,‎ , p. 204–208 (ISSN 1476-4687, PMID 17538622, DOI 10.1038/nature05910, Bibcode 2007Natur.448..204B)
  10. Jordt, Bautista, Chuang et McKemy, « Mustard oils and cannabinoids excite sensory nerve fibres through the TRP channel ANKTM1 », Nature, vol. 427, no 6971,‎ , p. 260–265 (ISSN 1476-4687, PMID 14712238, DOI 10.1038/nature02282, Bibcode 2004Natur.427..260J)
  11. Bohlen, Chesler, Sharif-Naeini et Medzihradszky, « A heteromeric Texas coral snake toxin targets acid-sensing ion channels to produce pain », Nature, vol. 479, no 7373,‎ , p. 410–414 (ISSN 1476-4687, PMID 22094702, PMCID 3226747, DOI 10.1038/nature10607, Bibcode 2011Natur.479..410B)
  12. Gracheva, Ingolia, Kelly et Cordero-Morales, « Molecular basis of infrared detection by snakes », Nature, vol. 464, no 7291,‎ , p. 1006–1011 (ISSN 1476-4687, PMID 20228791, PMCID 2855400, DOI 10.1038/nature08943, Bibcode 2010Natur.464.1006G)
  13. Liao, Cao, Julius et Cheng, « Structure of the TRPV1 ion channel determined by electron cryo-microscopy », Nature, vol. 504, no 7478,‎ , p. 107–112 (ISSN 1476-4687, PMID 24305160, PMCID 4078027, DOI 10.1038/nature12822, Bibcode 2013Natur.504..107L)
  14. Cao, Liao, Cheng et Julius, « TRPV1 structures in distinct conformations reveal activation mechanisms », Nature, vol. 504, no 7478,‎ , p. 113–118 (ISSN 1476-4687, PMID 24305161, PMCID 4023639, DOI 10.1038/nature12823, Bibcode 2013Natur.504..113C)
  15. (en-US) « David Julius », sur Gairdner Foundation (consulté le )
  16. (en) « The 2017 HFSP Nakasone Award goes to David Julius | Human Frontier Science Program », www.hfsp.org (consulté le )
  17. Breakthrough Prize in Life Sciences 2020
  18. 2020 Kavli Prize in Neuroscience www.kavliprize.org.
  19. BBVA Foundation Frontiers of Knowledge Award
  20. (en) « Dr. Paul Janssen Award », Dr. Paul Janssen Award (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]