Robert Burns Woodward

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Woodward.
Robert Burns Woodward
Robert Burns Woodward portrait.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
CambridgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Élèves
Q28355359, Steven A. Benner (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix Nobel de chimie ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Docteur honoris causa du Technion
Arthur C. Cope Award
Willard Gibbs Award
Centenary Prize ( et )
Récompense pour un travail original en chimie organique synthétique de la société américaine de chimie (d) ()
National Medal of Science ()
Prix Nobel de chimie ()
Médaille Lavoisier ()
Prix de l'accomplissement scientifique de l'AMA ()
Médaille Copley ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Robert Burns Woodward, né le à Boston et mort le à Cambridge (Massachusetts), est un chimiste américain, lauréat du prix Nobel de chimie de 1965[1], connu pour ses travaux de synthèse chimique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Woodward est né à Boston et a fait ses études au Massachusetts Institute of Technology (MIT). De 1941 à 1963, il a enseigné la chimie à l'université Harvard. En 1963, il devint directeur de l'institut Woodward de recherche, à Bâle, en Suisse.

Avec le chimiste américain William von Eggers Doering (en), en 1944, il réalisa la synthèse de la quinine. Woodward réalisa également en 1951 la synthèse du cholestérol et de la cortisone puis il dirigea en 1954 les travaux de recherche qui permirent de réaliser la synthèse de la strychnine. Il prit la direction d'une équipe de chercheurs qui parvint à faire la synthèse d'un tranquillisant, la réserpine, en 1956.

Il reçut en 1965 le prix Nobel de chimie « pour ses remarquables accomplissements dans l'art de la synthèse organique[1] ».

Dans les années 1960, il a commencé, en collaboration avec son collègue Albert Eschenmoser à Zurich et une équipe de près d'une centaine d'étudiants et de chercheurs postdoctoraux, la synthèse totale de la vitamine B12, qui était le produit naturel le plus complexe jamais synthétisé. Le travail a été achevé en 1972 et est considéré comme un jalon important en chimie organique.

En collaboration avec le chimiste théoricien Roald Hoffmann, il propose les règles de Woodward–Hoffmann qui permettent de prévoir la stéréochimie des produits des réactions organiques.

Il est aussi connu pour ses recherches sur les antibiotiques.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his outstanding achievements in the art of organic synthesis » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1965 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 20 août 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]