James Allison (immunologiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
James P. Allison
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
AliceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Site web
Distinctions
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique ()
Prix Nobel de physiologie ou médecine ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Liste détaillée
Sjöberg Prize
Membre de l'AAAS
Prix William B. Coley (en) ()
American Association of Immunologists Lifetime Achievement Award (en) ()
Prix Gabbay (en) ()
Prix Novartis en immunologie clinique (d) ()
Fellow of the AACR Academy (d) ()
Breakthrough Prize in Life Sciences ()
Prix Louisa-Gross-Horwitz ()
Prix Harvey ()
Prix Massry (en) ()
Prix Gairdner ()
Prix Tang (en) ()
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique ()
Prix Paul-Ehrlich-et-Ludwig-Darmstaedter ()
BBVA Foundation Frontiers of Knowledge Award (en) ()
Prix Balzan ()
Prix Alpert de la Warren Alpert Foundation ()
Prix Wolf de médecine ()
Prix international roi Fayçal pour la médecine ()
Prix Nobel de physiologie ou médecine ()
Jessie Stevenson Kovalenko Medal ()
Médaille Benjamin-Franklin ()Voir et modifier les données sur Wikidata

James Allison, né le , est un immunologiste américain, récipiendaire en 2015 du prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique et, en 2018, du prix Nobel de physiologie ou médecine.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il a travaillé sur l'immunité anti-cancéreuse et, en particulier, sur la protéine CTLA-4 qui inhibe la fonction des lymphocytes T et sur le CD28 (en), qui, lui, a un rôle stimulant[1]. Il démontre ainsi que l'inhibition du CTLA4 permet d'avoir une activité antitumorale[2]. Cette découverte permettra la fabrication de l'Ipilimumab, un anticorps monoclonal ciblant le CTLA4, par deux de ses collègues, Alan Korman et Nils Lonberg[3].

Récompense[modifier | modifier le code]

Il reçoit en 2015 le prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique pour ses travaux[3].

En 2017 il reçoit le prix Balzan pour les approches immunologiques dans la thérapie du cancer, avec Robert D. Schreiber (en).

En 2018, il reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine pour ses recherches sur l'immunothérapie conjointement avec Tasuku Honjo[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) F.A. Harding, J.G. McArthur, J.A. Gross, D.H. Raulet, J.P. Allison, « CD28-mediated signalling co-stimulates murine T cells and prevents induction of anergy in T-cell clones » Nature, no 356, 1992, p. 607-609.
  2. (en) D.R. Leach, M.F. Krummel, J.P. Allison, « Enhancement of antitumor immunity by CTLA-4 blockade », Science, no 271, 1996, p. 1734-1736.
  3. a et b (en) E. Strauss, « Lasker~DeBakey Clinical Medical Research Award : Award Description », laskerfoundation.org
  4. (en-US) « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 2018 », sur nobelprize.org (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]