Années 1670

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
XVIe siècle | XVIIe siècle | XVIIIe siècle
Années 1650 | Années 1660 | Années 1670 | Années 1680 | Années 1690
1670 | 1671 | 1672 | 1673 | 1674 | 1675 | 1676 | 1677 | 1678 | 1679

Événements[modifier | modifier le code]


  • Années de conquêtes au Tibet (fin en 1685) : vallée de Chumbi au sud du Tibet, certaines régions du Kham, et la partie de l’ouest du Tibet contrôlée par le Ladakh ; seul le Bhoutan résiste victorieusement.
  • Au cours des années 1670 et 1680, la Suède réalise des réformes en Estonie qui améliorent le sort du peuple mais irritent la noblesse.

Afrique occidentale[modifier | modifier le code]

  • Avant 1670 : Fotigué, roi de Ségou, à la tête d’une armée bambara, composée d’esclaves, de sapeurs et de piroguiers, envahit le Mali. Il s’empare de Djenné, puis du Macina et impose un tribut aux descendants des Hispano-Marocains de Tombouctou.
  • Vers 1670, les Bambara massani se soulèvent contre Fotigué qui les obligent à fuir vers l’ouest. Le chef des dissidents, Sounsa, occupe Mourdia, puis les provinces de Kaarta, du Khasso et du Bambouk. Fotigué, jaloux de sa puissance, l’attaque avec son armée et le fait mettre à mort.
  • Un frère de Sounsa parvient à rétablir son autorité sur le Kaarta et à fonder une dynastie qui règnera sur la région jusqu’à la conquête d’El-Hadj Omar, au milieu du XIXe siècle.

Personnalités significatives[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

  • 1675 :
    • Publication de la Guide spirituelle, de Molinos, à l’origine du molinosisme ou quiétisme, condamné par le pape Innocent XI (1687)[2].
    • Publication des Désirs pieux (Pia Desideria) de Philipp Jakob Spener, texte fondateur du piétisme[3] : création de réunions d’étude de la parole (collegia pietatis), réactivation des pratiques liées au sacerdoce universel, prééminence de la vie chrétienne sur la théologie, catéchèse et prédication, pratique de la charité, restauration de la théologie à partir des œuvres de Tauler et de l’Imitation de Jésus-Christ.
    • Rédaction de la Formula Consensus Helvetica, par les théologien calviniste suisse François Turretini (en), Johann Heinrich Heidegger (en) et Peter Werenfels, partisans d’une orthodoxie intransigeante.
    • Un ancien étudiant en médecine de Madrid, le marrane Abraham Miguel Cardoso (en) se rend à Smyrne où il se proclame Messie dans l’indifférence quasi-générale[4].


Art et culture[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Pierre Victor Pajol, Les guerres sous Louis XV, vol. 7, Firmin Didot,‎ (ISBN 9780543937896, présentation en ligne)
  2. Dictionnaire encyclopédique de la Théologie catholique, vol. 15, Paris, Gaume frères et J. Duprey,‎ (présentation en ligne)
  3. Anne Lagny, Les piétismes à l'âge classique : Crise, conversion, institutions, Presses Univ. Septentrion,‎ (ISBN 9782859396596, présentation en ligne)
  4. Quentin Ludwig, La kabbale : De Rabbi Siméon bar Yochaï à Madonna, Éditions Eyrolles,‎ (ISBN 9782212424690, présentation en ligne)