Émile Poulat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile Poulat
Émile Poulat.jpg

Portrait d'Émile Poulat

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Émile Poulat, né le à Lyon (Rhône), et mort le (à 94 ans)[1] à Paris, est un historien et sociologue français.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Né le 13 juin 1920 à Lyon dans une famille très catholique, Émile Poulat a été ordonné prêtre le 30 mars 1945. Mais, partageant l'aventure et la position des prêtres-ouvriers insoumis à Rome, il a quitté le clergé, puis s'est marié en 1955. Docteur en théologie de l'Université de Fribourg-en-Brisgau en 1950[2], Émile Poulat a été le cofondateur du premier groupe de sociologie des religions au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dès 1954. Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, il est également directeur de recherche au CNRS et historien de l'Église contemporaine[3]. Il est l'un des membres fondateurs du Groupe de sociologie des religions[4], directeur et membre des comités de rédaction de plusieurs revues dont Politica hermetica[5]. Ses recherches portent surtout sur le conflit entre culture catholique et culture moderne dans l'histoire du catholicisme contemporain[5]. Il s’est spécialisé sur la question de la crise moderniste et s'est également intéressé à l'antimaçonnisme et la laïcité.

Son œuvre est marquée par la volonté constante de traverser les commentaires et de remonter à la source. En cela, il est aussi juriste. Sa démarche refuse l'enfermement des catégories grâce à sa curiosité interdisciplinaire. En dehors des modes de l'instant, son considérable et incessant travail atteste d'une sagacité intemporelle.

Il est considéré par ceux qui l'ont rencontré, écouté et étudié comme « un grand éveilleur de conscience » selon la formule de Valentine Zuber dans son avant-propos de l'ouvrage dédié à Émile Poulat et intitulé Un objet de science, le catholicisme (Bayard, 2001).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est nommé officier de la Légion d'honneur par le Président de la République, François Hollande, en décembre 2012[6].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Études sur la tradition française de l'Association ouvrière, Minuit, 1955.
  • Les cahiers manuscrits de Fourier, Minuit, 1957.
  • Priests and Workers, An Anglo-French Discussion, SCM Press, 1961.
  • Le journal d'un prêtre d'après-demain (1902-1903) de l'Abbé Calippe, Casterman, 1961.
  • Histoire, dogme et critique de la crise moderniste, Casterman, 1962, 1979; Albin Michel, 1996.
  • Naissance des prêtres ouvriers, Casterman, 1965.
  • Intégrisme et catholicisme intégral, Casterman, 1969.
  • Les « semences religieuses », Université Lyon-II, 1973.
  • Catholicisme, démocratie et socialisme, Casterman, 1977.
  • Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Casterman, 1977.
  • Une Église ébranlée (1939-1978), Casterman, 1980.
  • Modernistica. Horizons, physionomies, débats, Nouvelles Éditions Latines, 1982.
  • Le catholicisme sous observation, entretiens avec Guy LAFON, collection Les Interviews, Paris, Le Centurion,1983.
  • Ère post-chrétienne, Paris, Flammarion, 1994.
  • Histoire dogme et critique dans la crise moderniste. Suivi de La réflexion d'Alphonse Dupront, 1962, Albin Michel, 1996.
  • avec Claude Ravelet, Henri Desroche, un passeur de frontières, L'Harmattan, 1997.
  • La solution laïque et ses problèmes, Berg International, 1997.
  • Henri Desroche un passeur de frontière, L'Harmattan, 1997.
  • Les Prêtres-Ouvriers, Paris Éditions du Cerf, 1999.
  • L'université devant la mystique, Salvator, 1999.
  • Deus ex-machina, L'Âge d'Homme, 2002.
  • Notre laïcité publique, Berg international, 2003.
  • avec Didier Decherf, Le christianisme à contre-histoire, Éditions du Rocher, 2003.
  • avec Dominique Kounkou, Les discriminations religieuses en France, Chrétiens Autrement, 2004.
  • La question religieuse et ses turbulences, Paris, Berg international, 2005.
  • (dir.) 1905-2005. Les enjeux de la laïcité, avec Alain Bondeelle, Jean Boussinesq, Alain Boyer, Driss El Yazami, Alain Gresh, Michel Morineau, Émile Poulat, Tariq Ramadan, Joël Roman, Michel Tubiana, L'Harmattan, 2005.
  • Église contre bourgeoisie, Paris, Berg International, 2006. (réédition)
  • avec Jean-Pierre Laurant, L'Antimaçonnisme catholique, Paris, Berg international, 2006.
  • La Séparation et les églises de l'Ouest, L'Harmattan, 2006.
  • Les diocésaines, la Documentation française, 2007.
  • France chrétienne, France laïque, entretien avec Danièle Masson, Desclée de Brouwer, 2008.
  • Aux carrefours stratégiques de l'Église de France, Berg International, 2009.
  • Scruter la loi de 1905, la République française et la Religion, Fayard, 2010.
  • L'histoire savante devant le fait chrétien, Parole et Silence, Essais du Collège des Bernardins, 2014.
  • Préface écrite par Emile Poulat de l'ouvrage "Résistances chrétiennes dans l'Allemagne nazie, Fernand Morin, compagnon de cellule de Marcel Callo", D. Morin, éd. Karthala, avril 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valentine Zuber (coll.), Un objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l'œuvre d'Émile Poulat (en Sorbonne, 22-23 octobre 1999), Paris, 2001.
  • Émile Poulat, Le Désir de voir Dieu et sa signification pour la théologie française contemporaine, suivi d’un entretien avec Yvon Tranvouez et François Trémolières, Paris, Desclée de Brouwer, 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès du sociologue du catholicisme et de la laïcité Émile Poulat », leprogres.fr, 23 novembre 2014.
  2. Le Monde du 3 décembre 2014, p. 18.
  3. Didier Pourquery, « Émile Poulat : “Sans confiance, la vie en société est impossible” », sur le site lemonde.fr, 15 novembre 2013.
  4. Émile Poulat, « Aux origines du « Groupe de Sociologie des Religions » et de ses Archives », Archives de sciences sociales des religions,‎ , p. 25–37 (ISSN 0335-5985, DOI 10.4000/assr.3811, lire en ligne)
  5. a et b Notice biographique, éditions du Cerf
  6. Samuel Pruvot et Bertille Perrin, « Laïcité - Émile Poulat récuse l’interprétation idéologique de la loi de 1905 », sur le site famillechretienne.fr, 15 décembre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]