Institut français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut français
Image illustrative de l'article Institut français

Création 2011
Type Établissement public à caractère industriel et commercial
Siège Paris
Coordonnées 48° 51′ 16″ N 2° 17′ 37″ E / 48.854441, 2.293696
Langue Français
Président exécutif Bruno Foucher
Directrice générale déléguée Anne Tallineau
Secrétaire général Clément Bodeur-Crémieux
Site web http://www.institutfrancais.com/

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Institut français

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut français

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Institut français

L’Institut français est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) français, opérateur du ministère des Affaires étrangères et du Développement international pour l’action culturelle extérieure de la France.

Historique[modifier | modifier le code]

L'institut est créé par la loi relative à l'action extérieure de l'État du 27 juillet 2010[1] et organisé par le décret n° 2010-1695 du 30 décembre 2010[2]. Il remplace l’association Culturesfrance avec un périmètre d’action élargi et des moyens renforcés.

Après avoir été préfigurateur, à partir de juin 2010, Xavier Darcos en est le premier président exécutif de 2011 à 2015.

Missions[modifier | modifier le code]

L'Institut français travaille en étroite relation avec le réseau culturel français à l’étranger constitué de 96 instituts français et de 445 Alliances françaises dans le monde[3]. Le processus de rattachement à l’Institut français des structures culturelles d’une dizaine de missions diplomatiques a été mené à titre expérimental : le Cambodge, le Chili, le Danemark, les Émirats arabes unis (EAU), la Géorgie, le Ghana, l’Inde, le Koweït, le Royaume-Uni, le Sénégal, la Serbie, Singapour et la Syrie[4] sont les pays où est expérimenté de 2011 à 2014 le rattachement à l'Institut français[5],[6], mais il est jugé non concluant et le ministre décide de renoncer à ce projet[7].

En créant l'Institut français, le gouvernement a en effet souhaité confier à une même agence la promotion de l’action culturelle extérieure de la France en matière d’échanges artistiques - spectacle vivant, arts visuels, architecture -, de diffusion dans le monde du livre, du cinéma, de la langue française, des savoirs et des idées. À ce titre, il développe un nouveau programme de diffusion de la culture scientifique.

L’Institut français poursuit les missions d’accueil en France des cultures étrangères, à travers l’organisation de « saisons » ou festivals et de coopération avec les pays du sud, en assurant notamment la gestion du Fonds Sud cinéma, dispositif de soutien au cinéma du sud, en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l'image animée. Il développe un programme de résidences internationales en France comme à l’étranger.

Il assure également de nouvelles missions de formation et professionnalisation des agents du réseau culturel français à l’étranger.

Histoire des instituts et centres culturels français[modifier | modifier le code]

Le premier institut français fut créé en 1907 à Florence par Julien Luchaire, grâce à l’aide de la Faculté des lettres de Grenoble. Par la suite d'autres suivront qui joueront un rôle important dans la construction de liens culturels profonds entre la France et chaque pays.

Historiquement les instituts français créés dans la première moitié du XXe siècle sont nés grâce à l'implication d'établissements universitaires, alors que les centres culturels français, créés généralement plus tard, dans la seconde moitié du XXe siècle ou au début du XXIe siècle ont été créés directement par l'État français. Cette différence n'existe plus et les centres culturels adoptent désormais progressivement la dénomination d'institut français.

Certains établissements ont un statut binational, régi par un accord intergouvernemental, notamment en Guinée (Conakry), en Guinée-Bissao (Bissao), au Mozambique (Maputo), en Namibie (Windhoek) ou au Niger (centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey).

Les 143 instituts français et centres culturels français[8] sont hors de France des établissements relevant du ministère des Affaires étrangères et du Développement international chargés de promouvoir la coopération culturelle, intellectuelle et audiovisuelle entre professionnels, de présenter la création contemporaine française et francophone pour tous les publics (à commencer par le jeune public), de promouvoir l'enseignement supérieur français auprès des étudiants et enseignants étrangers et d'offrir une offre complète d'enseignement de la langue française.

Ils ont généralement au sein des ambassades de France dont ils dépendent, un statut d'établissement à autonomie financière qui, sans leur conférer la personnalité juridique, donnent à leur directeur la qualité d'ordonnateur et la responsabilité du budget dévolu à l'établissement (dotation du ministère des Affaires étrangères et ressources propres), avec un fonds de réserve non soumis à l'annualité qui permet une programmation pluriannuelle. À partir de 2010, le ministère a mis un œuvre un programme de fusion rassemblant dans chaque pays les différents instituts français préexistant et le service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France dans un institut français unique.

Ils sont financés majoritairement ou partiellement par leurs recettes propres, levées au titre de leur offre de cours de français langue étrangère (structurellement bénéficiaire) et du mécénat (pour ceux ayant une véritable ambition en matière d'ingénierie culturelle). L'impact de l'investissement financier consenti par l'État français pour l'entretien de ce réseau (charges de fonctionnement, charges de personnel) doit ainsi être évalué au cas par cas en fonction de l'effet de levier de son investissement ; l'ensemble du dispositif de coopération culturel français à l'étranger est désormais couvert par des procédures de contrôle de gestion qui permettent, de manière quantitative (et dans une moindre mesure qualitative) d'évaluer le ratio coût/efficacité de ce dispositif).

Par ailleurs les instituts français de recherche à l'étranger (IFRE) dépendent conjointement du ministère chargé des affaires étrangères et du CNRS.

Aujourd'hui, les instituts français et centres culturels français (CCF) constituent des leviers indispensables pour le développement de coopérations en réseau entre professionnels de la culture et de l'enseignement ainsi que pour la promotion de la diversité culturelle et linguistique.

Quelques instituts français dans le monde[modifier | modifier le code]

Établissements culturels[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Amériques[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Établissements de recherche IFRE[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents exécutifs[modifier | modifier le code]

Période Nom Notes
2011-2015 Xavier Darcos
Janvier-mai 2015 Antonin Baudry Démissionnaire pour « pour poursuivre des projets personnels »[9].
Mai-décembre 2015 Denis Pietton Mort en fonction[10].
Depuis 2016 Bruno Foucher[11]

Directrices générales déléguées[modifier | modifier le code]

Période Nom
2011-2014 Sylviane Tarsot-Gillery
Depuis 2014 Anne Tallineau

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Période Nom
2011-2013 Laurence Auer
2013-2014 Pierre Colliot[12]
2014-2016 Nicolas Gomez[13]
Depuis mars 2016 Clément Bodeur-Crémieux[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. LOI n° 2010-873 du 27 juillet 2010 relative à l'action extérieure de l'Etat
  2. Décret n° 2010-1695 du 30 décembre 2010 relatif à l'Institut français
  3. « Infographie du Ministère des Affaires étrangères » (consulté le 14 février 2015)
  4. L’expérimentation en Syrie est ajournée en raison du contexte politique
  5. (fr) [PDF] « 14e session de l'assemblée des Français de l'étranger - Commission des affaires culturelles de l'enseignement de l'audiovisuel » (consulté le 30 mai 2011), p. 18
  6. (fr) « Bilan stratégique du rapport annuel de performances - Programme n°209 : Solidarité à l’égard des pays en développement », sur performance-publique.gouv.fr
  7. L'expérimentation de l'Institut français ne sera pas étendue] dans Le Monde du 23 octobre 2013
  8. Chiffre 2010.
  9. « Denis Pietton, futur président de l'Institut français », sur ActuaLitté le 10 juin 2015
  10. « Décès de Denis Pietton, "gentleman diplomate" et ex-ambassadeur au Liban », L'Express, 8 décembre 2015.
  11. « Bruno Foucher, ambassadeur à Téhéran, nommé président de l'Institut français » sur le site de La Croix, en ligne le 13 janvier 2016
  12. « Pierre Colliot nommé secrétaire général de l'Institut français : actualités », sur livreshebdo.fr,‎ (consulté le 7 février 2013)
  13. Manon Quinti, « Nicolas Gomez nommé secrétaire général de l'Institut français », sur livreshebdo.fr,‎
  14. Cécile Mazin, « Clément Bodeur-Crémieux nommé secrétaire général de l’Institut français », sur ActuaLitté,‎ (consulté le 11 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les autres opérateurs principaux de l'action extérieure de l'État 

Lien externe[modifier | modifier le code]