Crosne (Essonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crosne.
Crosne
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Crosne
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Évry
Canton Yerres
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val d'Yerres
Maire
Mandat
Michaël Damiati (SE)
2014-2020
Code postal 91560
Code commune 91191
Démographie
Gentilé Crosnois
Population
municipale
9 190 hab. (2011)
Densité 3 706 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 59″ N 2° 27′ 29″ E / 48.716427, 2.457952 ()48° 42′ 59″ Nord 2° 27′ 29″ Est / 48.716427, 2.457952 ()  
Altitude Min. 30 m – Max. 92 m
Superficie 2,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Crosne

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Crosne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crosne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crosne
Liens
Site web ville-de-crosne.fr

Crosne[1] (prononcé [kʁon] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à dix-huit kilomètres au sud-est de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Lieu habité dès la préhistoire, point de passage de l’Yerres de l’importante route d’origine gaule romaine suivant la rive droite de la Seine, village tour à tour propriété d’abbayes et de seigneurs proches du pouvoir royal où vécut le poète Nicolas Boileau, brièvement rattachée à Villeneuve-Saint-Georges, la commune accueillit au début du XIXe siècle une cohorte de la Légion d'honneur. Longtemps occupé par la viticulture, le territoire fut progressivement urbanisé, d’abord par de petites usines puis avec le développement des transports en commun ferrés, lotis pour arborer aujourd’hui la physionomie d’une commune de banlieue pavillonnaire et résidentielle au peuplement progressif et maîtrisé.

Ses habitants sont appelés les Crosnois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Crosne en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 65,5 % 162,46
Espace urbain non construit 20,1 % 49,85
Espace rural 14,5 % 35,90
Source : Iaurif[3]

Crosne est située dans la région naturelle de la Brie française, au nord-est du département de l’Essonne, à la limite avec le Val-de-Marne ; elle est traversée par l’Yerres, une rivière affluente de la Seine. Elle touche les communes d’Yerres (à l’est), Montgeron (au sud), Valenton et Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne, au nord et à l’ouest). Elle fait partie de l’agglomération parisienne.

Cent-quatre-vingt-onzième dans le classement par superficie des communes de l’Essonne, avec une surface de deux cent quarante-huit hectares, Crosne est une commune relativement peu étendue. Sa plus grande dimension, du nord-est au sud-ouest, est de deux kilomètres et trois cent mètres. Urbanisé aux deux-tiers, son territoire ne comporte que 14,5 % de paysage rural, constitué pour une partie de la forêt de la Grange et pour l’autre des espaces naturels situés le long des bords de l’Yerres.

Elle est située à dix-huit kilomètres au sud-est de Paris-Notre-Dame[4] (point zéro des routes de France), dans la banlieue Sud-Est, sur l’axe Paris/Melun-Sénart, à neuf kilomètres au nord-est d’Évry[5], chef-lieu de la préfecture de l’Essonne, à dix-sept kilomètres à l’est de Palaiseau[6], à trente-neuf kilomètres au nord-est d’Étampes[7], à douze kilomètres au nord de Corbeil-Essonnes[8], à trente-neuf kilomètres au nord-est de Dourdan[9], à vingt et un kilomètres au nord-est d’Arpajon[10], à seize kilomètres au nord-est de Montlhéry[11], à trente-cinq kilomètres au nord de Milly-la-Forêt[12] et à vingt-sept kilomètres au nord-nord-est de La Ferté-Alais[13]. Elle est de plus située à sept kilomètres à l’est de l’aéroport de Paris-Orly et à trente-trois kilomètres au sud-sud-ouest de l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

Selon l’Institut géographique national, les coordonnées géographiques de la commune au point central de son territoire valent respectivement 48°42’59" Nord et 2°27’29" Est[14].

Crosne, vue panoramique.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L’Yerres : le barrage Suzanne et sa passerelle.

La rivière l’Yerres, un affluent de la Seine, traverse le sud de Crosne d’est en ouest avant de rejoindre son embouchure dans la Seine à Villeneuve-Saint-Georges. À son entrée dans Crosne, elle se sépare en deux bras parallèles, le Bras Vif et le Bras Bordier, donnant naissance à deux « îlots », le Pré des Corvées et surtout l’Île des Prévots, classée site remarquable depuis 1930[15]. La rivière retrouve son cours unique avant de quitter la ville.

L’Yerres est une rivière dont le débit est très irrégulier. L’importante crue de 1978 a entraîné la construction de huit ouvrages régulateurs le long de son cours, dont un situé à Crosne : le barrage Suzanne[16]. La gestion de l’Yerres et du barrage est confiée à un syndicat intercommunal, le SIARV[17].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le relief de Crosne, façonné par l’érosion et l’hydrographie, présente l’aspect classique d’une vallée fluviale : un plateau (le plateau de la Brie), cédant la place à un coteau assez doux, se terminant par la vallée proprement dite, le tout le long du cours droit de l’Yerres.

L’altitude varie entre trente mètres au sud du territoire le long du cours de l’Yerres et quatre-vingt-douze mètres au nord, sur le plateau de la Plaine-Haute[18].

La géologie de la ville est celle de la Brie, constitutif du bassin parisien et caractérisée par sa nature sédimentaire. Le sous-sol comprend des formations de calcaire, d’argile, de limon et de meulière[19].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Crosne est bordée de l’ouest au nord-est par les villes val-de-marnaises de Villeneuve-Saint-Georges et, dans une moindre mesure, de Valenton. Cette frontière forme ainsi une partie de la limite entre les départements de l’Essonne et du Val-de-Marne. À l’est, Crosne est bordée par la ville d’Yerres ; leur frontière commune traverse, dans sa moitié nord, la forêt de la Grange. Au sud, Crosne partage sa frontière avec la ville de Montgeron, le cours de l’Yerres matérialisant la majeure partie de la limite entre ces deux villes.

Rose des vents Villeneuve-Saint-Georges Villeneuve-Saint-Georges Valenton Rose des vents
Villeneuve-Saint-Georges N Yerres
O    Crosne    E
S
Montgeron Montgeron Yerres

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Crosne est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et -19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Crosne.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[20],[21].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Montgeron-Crosne.

Suivant le cours de l’Yerres depuis son confluent avec la Seine jusqu’à Brunoy, la route départementale 32 traverse de part et d’autre le territoire de Crosne, lui donnant accès, côté ouest, à la route nationale 6, et côté est, à la route nationale 19. Au niveau plus local, la route départementale 32 assure la liaison de la commune avec les villes voisines de Villeneuve-Saint-Georges et Yerres.

La route départementale 324, une bifurcation de la route départementale 32 à l’extrémité est du territoire communal, relie entre elles Crosne et Montgeron.

Une autre voie d’importance, courant au nord de la ville, sur le plateau, et constituée des avenues de l’abbé Siéyès, du président François Mitterrand et du président Allendé, permet de relier Villeneuve-Saint-Georges à l’ouest et Yerres à l’est ; au droit de cette voie, démarrant par l’avenue Léon Jouhaux, la route départementale 94 ouvre l’accès de Valenton et, au-delà, de rejoindre la route nationale 6.

Crosne est desservie par deux gares de la ligne du RER D2 : la gare de Montgeron - Crosne située dans la commune voisine et la gare de Villeneuve-Saint-Georges. La première gare dessert la ville via la ligne E du réseau de bus STRAV (principalement la partie basse de la ville) et la seconde via trois lignes du même réseau de bus (la ligne B pour le bas de Crosne et les deux lignes G et H pour sa partie haute).

Les transports urbains de la commune sont assurés par les lignes suivantes du réseau de bus STRAV : la ligne B entre Yerres, Crosne, Villeneuve-Saint-Georges, Val Pompadour et Créteil l’Échat[22] ; la ligne E entre Villeneuve-Saint-Georges Centre Hospitalier / Crosne Boileau et Montgeron Gare[23] ; la ligne G entre Villeneuve-Saint-Georges Gare, Crosne, Valenton et Villeneuve-Saint-Georges[24] ; la ligne H entre Villeneuve-Saint-Georges Gare et Crosne Plaine-Haute[25] ; la ligne N entre Villeneuve-Saint-Georges Gare et le centre hospitalier[26] ; la ligne O entre Crosne Plaine-Haute, Valenton, Val Pompadour et Créteil l’Échat[27] ; la ligne X entre Yerres Gare et Crosne Bois Cerdon[28].

Les lignes Noctilien N132, N134 et N135, dont les stations sont situées aux gares de Villeneuve-Saint-Georges ou Montgeron - Crosne voisines, permettent la desserte nocturne de Crosne.

La commune est située à sept kilomètres à l’est de l’aéroport Paris-Orly et trente-trois kilomètres au sud de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. À terme, l’aviation d'affaires et de tourisme sera possible sur la base aérienne de Melun-Villaroche située à dix-neuf kilomètres au sud-est de la commune.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La faible superficie territoriale et l’importante urbanisation de Crosne ont favorisé la jonction des différents îlots immobiliers constituant le village d’antan (le Village, le Petit-Crosne, le Château-Gaillard…). Le tissu urbain continu de la ville actuelle ne comprend plus aucun lieu-dit ni écart. La mémoire collective a perdu le souvenir des noms de quartiers, à tel point que Crosne, de nos jours, est « administrativement » découpée en quatre quartiers[29] qui, dans les faits, englobent divers quartiers « historiques ».

Les deux premiers quartiers administratifs, dits Est et Ouest, se partagent l’ensemble formé par les bords de l’Yerres et le coteau : le centre-ville (le Village), la Glacière et le Pré des Corvées d’une part, le Maroc (Pampelune), le Petit-Crosne et les Heurts, d’autre part. Le quartier du Plateau comprend la partie haute du coteau et le plateau (les Vingt Arpents, le Château Gaillard, la Plaine Haute, les Uselles), et enfin le quartier de la zone d'aménagement concerté concerne, comme son nom l’indique, la zone d’activité de la Plaine Haute. Le quartier du Maroc — occupant quatorze hectares —, bien que non classé zone urbaine sensible, est prioritaire au titre des programmes de rénovation urbaine[30].

De nombreuses résidences ont été nommées en souvenir d’anciens lieux-dits, telles les résidences du Petit-Crosne ou des Vingt-Arpents.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du Cange, dans son « Glossaire »[31], évoque l’existence de titres latins rattachant le nom de Crosne aux mots crona ou crosna, issus de l’altération du mot gronna, signifiant marécage ou terrain humide et marécageux[32]. D’après le Littré, le mot crosne (ou crône) est un « terme de pêche » désignant un « endroit garni d’herbage et de racines dans lesquels se retire le poisson »[33] ; ce mot viendrait de l’agglutination de deux mots gaulois : « croso » (signifiant trou, vallon profond) et « onna » (signifiant source)[34].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Portion de la voie romaine entre Luteci (Paris) et Mereglo (Melun) ; la « chicane » indique le gué de l’Yerres au moulin de Senlis.

Le site de Crosne est peuplé dès le Néolithique, comme l’attestent les découvertes sur son territoire de vestiges datant de cette époque : une herminette vers 1947[35] et une hache polie en 1977[36]. D’autres vestiges découverts à Villeneuve-Saint-Georges ou à Montgeron concourent à confirmer la fréquentation de cet endroit[37].

Imposé par la géographie des lisières de l’Yerres, le tracé du chemin courant le long de la rive droite de la rivière (correspondant peu ou prou à la départementale 32 de nos jours), se perd dans la nuit des temps ; par sa situation, il a certainement été à l’origine du peuplement définitif de ces lieux.

La voie romaine d’Auxerre au Havre qui reliait Villeneuve-Saint-Georges à Montgeron passait par Crosne, ainsi que l’indique la table de Peutinger et les vestiges de cette route découverts en 1892 au Petit-Crosne, sur le site de l’ancienne propriété Baille-Lemaire ; la traversée de l’Yerres se faisait par un gué situé à l’endroit du moulin de Senlis[38].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Crosne et sa région vers 1780 (carte de Cassini).

Crosne fait partie des biens de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés dès le IXe siècle[39] ; il n’est à cette époque qu’un simple écart de Villeneuve-Saint-Georges, doté cependant d’une chapelle, comme l’indique la Bulle de confirmation du pape Alexandre III de 1177[32]</nowiki>,[39],[40]. Pour l’anecdote, le petit village de vignerons d’alors est dit produire un vin qui passe pour être le meilleur de la région[39].

Le passage du XIIe au XIIIe siècles voit la cession par l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés de la suzeraineté de Crosne, et ainsi apparait au début du XIIIe siècle le fief de Crosne, seigneurie mouvante de l’abbaye, dont les premiers maîtres connus sont Ferric d’Anet et sa femme, la comtesse Christienne.

En considération d’un don important fait en 1219 par la comtesse Christienne à la modeste chapelle du village, celle-ci est érigée quelques années plus tard en cure indépendante par Guillaume d'Auvergne, soixante-dix-huitième évêque de Paris, avec le consentement de Eudes, abbé de Saint-Germain-des-Prés, de Jean, archidiacre de Brie et de Raoul, curé de Villeneuve-Saint-Georges. Cet acte signe la naissance, en ce mois de juillet 1234, de la paroisse de Crosne[41].

Dans les années qui suivent, une église vient remplacer la chapelle ; elle est dédiée à Notre-Dame de la Compassion et son second patron est saint Eutrope, réputé pour « la guérison des maux de tête et surtout des estropiés ». En 1249, les habitants de Crosne, de Villeneuve-Saint-Georges et de Valenton acquièrent de Thomas de Mauléon, Abbé de Saint-Germain-des-Prés, au prix de mille quatre cent livres, l’exemption des impôts de taille et de formariage[42].

En 1277, le chevalier Jehan de Crosne devient le premier seigneur laïc de Crosne.

Il apparaît, au début du XIVe siècle, le nom d’Adam de Crosne, chevalier : il est très probablement le fils de Jehan de Crosne[40].

La seigneurie échoit par la suite au chambellan du roi Charles V de France, Philippe de Savoisy, seigneur de Seignelay, à qui le roi, en récompense de ses services, et en sus de la somme de trois mille livres déjà offerts pour l’acquisition de Crosne, fait don en 1379 de la haute justice, en complément des moyenne et basse justices en franc-alleu sans fief dont il jouit déjà[39].

En 1397 ou 1398, Pierre de Savoisy, évêque de Beauvais et second fils de Philippe de Savoisy, hérite du domaine[39].

En 1412, la seigneurie est aux mains de Pierre Le Verrat (ou Le Veirrat), premier écuyer du roi, prévôt de Paris. L’aveu et dénombrement qu’il en fait au roi, fait état d’« une fort-maison, assise au lieu de Crosne, close de murs et de fossés à eau, et les jardins près les fossés de la dite fort-maison », ainsi qu’« un hôtel couvert de chaume, à demeurer un laboureur ». Telle est la première mention connue du château seigneurial de Crosne et de ses dépendances.

Le XVe siècle voit également la seigneurie passer entre les mains d’Olivier Le Daim, premier valet de chambre de Louis XI, ainsi que celles de plusieurs membres de la famille Chaligaut. Le domaine s’agrandit et s’enrichit, ainsi que l’attestent l’« hôtel » qui gagne une couverture en tuiles ou la présence nouvelle d’un moulin[39].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1509, un clocher est adjoint à l’église, et il en est fait état sur un des piliers de cette dernière, par une inscription en gothique sur une plaque en terre, abîmée au cours de la Révolution[41] :

« Bonnes gens plaise vous sçavoir que l’Église Notre-Dame de Crosne fut dédiée le premier dimanche de juillet Mil Ve. et IX, par Révérend Père en Dieu Frère Jehan Nervet, Evesque de Magarence, Prieur de Sainte-Catherine du Vau des Ecoliers »[32].

Durant ce XVIe siècle, la seigneurie est notablement la propriété, de par son mariage avec Jeanne Chaligaut[43], de Jacques de Ligneris, président du parlement de Paris ou de plusieurs membres de la famille Brûlart, dont Noël Brûlart, Procureur général au parlement de Paris, ou Pierre Brûlart, Secrétaire d’État sous Charles IX et Henri III.

Le 7 juillet 1589, les troupes de la Ligue catholique, qui font le siège de Paris, occupent Villeneuve-Saint-Georges et ses alentours, et font subir aux habitants de terribles exactions ; Crosne connaît alors des jours sombres[44].

En décembre 1626, la maison de Brûlart est toujours en possession de la seigneurie de Crosne quand Louis XIII, de passage à Crosne, loge en son château[32],[40]. De fait, il semble que c’est en familier des lieux que le roi y fait halte, y ayant déjà séjourné en plusieurs occasions dans sa jeunesse (1604, 1607, 1608, etc.)[45],[46].

Le porche de la maison où grandit Nicolas Boileau.

En 1636, naît Nicolas Boileau Despréaux, le « législateur du Parnasse ». Au-delà de la polémique sur son lieu de naissance, Crosne et Paris s’en disputant l’honneur (étant communément admis que c’est bien à Paris qu’il naquit)[39], il est indéniable que l’enfance de ce grand poète se fait à Crosne, dans la propriété de son père, située en face de l’église, rue Simon (rebaptisée depuis rue Boileau). Le porche de cette maison est aujourd’hui surmonté d’une plaque de marbre noir comportant l’inscription suivante :

« Ici naquit Boileau, ce maître en l’art d’écrire
Il arma la raison des traits de la satire,
Et, donnant le précepte et l’exemple à la fois,
Du goût il établit et pratiqua les lois. »

En 1652, Crosne subit les durs ravages de la guerre pendant la Fronde, lorsque les troupes de Turenne s’y heurtent à celles des ducs de Lorraine et de Condé[47].

Enfin, au siècle finissant, le duc Henry d'Harcourt, maréchal de France, devient propriétaire de Crosne à raison de l’héritage de sa femme, Marie-Anne-Claude Brûlart.

Au cours de la première moitié du XVIIIe siècle, la seigneurie est successivement possédée par le maréchal d’Harcourt (jusqu’en 1706) ; par Jean-Martial de Jancen, écuyer et secrétaire du roi ; par Pierre Larcher, président de la chambre des comptes, époux de Marie de Jancen, fille de Jean-Marial de Jancen, et enfin par André-Guillaume Darlus, fermier général, qui acquiert le domaine le , au décès de Pierre Larcher, pour quatre cent quarante mille livres[48]. En 1745, un recensement du village y dénombre cinquante-deux foyers[40].

En 1747, comme l’atteste la date inscrite sur sa toiture, sur des terres attenantes au château, est construite la ferme dite de la seigneurie[37], également connue sous le nom de la ferme de Seignelay[49].

En cette même année 1747, survient le décès d’André-Guillaume Darlus ; le domaine revient alors à Louis-Lazare Thiroux d'Arconville, président de la Première chambre des enquêtes du Parlement, du fait de son mariage avec Geneviève-Catherine Darlus, dite présidente Thiroux d’Arconville. C’est ainsi que leur fils, Louis Thiroux de Crosne, dernier lieutenant général de police de Paris, hérite du titre de la seigneurie.

Plan de Crosne en 1766[50].

Le , le domaine est vendu à Pierre Nicolas Caulet d’Hauteville, fermier général des messageries et entrepreneur en vivres. Il ne tarde cependant pas à départir le domaine  : le , il en cède l’usufruit au duc Louis-Paul de Brancas-Céreste pour la somme de deux cent trente mille livres, et le , il en vend la nue-propriété à Antoine-Jean-François Mégret de Sérilly, trésorier de l’extraordinaire de la guerre[51],[52].

Ce dernier étant débiteur envers l’état et ayant failli dans ses remboursements, ses biens lui sont confisqués en [52]. Mis en vente aux enchères publiques le , le domaine de Crosne échoit de nouveau à Caulet d’Hauteville, au prix de six cent quinze mille livres. Cependant, du fait de la situation troublée née de la Révolution, il rencontre des difficultés pour reprendre possession de ce bien ; malgré la pétition qu’il adresse le 14 fructidor an III (correspondant au ) à la Convention nationale pour s’en plaindre[52], il décéda sans avoir jamais récupéré son bien[53].

En tout état de cause, le domaine est intégré aux biens nationaux et c’est à ce titre que le 30 frimaire an VIII (soit le ), il est proposé à l’abbé Sieyès « à titre de récompense nationale » ; mais le véritable propriétaire des lieux, le duc de Brancas-Céreste[54], parvient en tant qu’usufruitier à prouver qu’il n’est point bien national et ainsi en récupère la jouissance[55]. En fin de compte, le domaine de Crosne n’étant pas disponible, c’est la ménagerie de Versailles qui échoit à Sieyès[56].

Dezallier d’Argenville[57] donne une description très élogieuse du château et plus particulièrement de ses jardins de Flore « ajustés dans le goût le plus mignon », et comprenant une figure de la Mélancolie exécutée par le sculpteur Falconet.

Dulaure, pour sa part, note que « le village est plein de jolies maisons bourgeoises, habitées dans la belle saison par des Parisiens qui y sont attirés par la beauté du lieu et par la commodité de s’y transporter par les coches d’eau »[58].

Enfin, en cette fin de siècle, Crosne et Villeneuve-Saint-Georges connaissent un bref épisode de réunification. Le , la municipalité de Crosne demande à s’associer à celle de Villeneuve-Saint-Georges, et la demande en est transmise au directoire du district dès le . Cependant, rivalités et incompréhensions font qu’en , les Crosnois demandent par pétition à recouvrer leur indépendance. Le , constatant que la réunification n’a jamais été ratifiée par la Convention nationale, le directoire du département déclare celle-ci nulle et non avenue[37],[59].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Vestiges du château de Crosne. Lithographie sur papier de Godefroy Engelmann, début du XIXe siècle.

Dès le 4 juin 1802, au décès du duc de Brancas-Céreste[60], l’État retrouve la pleine propriété du château de Crosne. Et c’est à ce titre que le 17 janvier 1805, Napoléon Bonaparte se réservant la jouissance exclusive du château de Fontainebleau, signe le décret transférant le chef-lieu de la Première cohorte de la Légion d’honneur de Fontainebleau au château de Crosne[61]. Le 30 mars 1805, Louis-Alexandre Berthier, Maréchal d'Empire, Grand-aigle et chef de la Première cohorte, est autorisé à fixer sa résidence à Crosne[61]. Il y reste jusqu’au 18 mars 1808. En application du décret du 28 février 1809 supprimant l’administration des cohortes et rattachant celles-ci à l’administration centrale, la propriété du château de Crosne est transférée pour vente à la Caisse d’amortissement[61].

Mis en adjudication, le château est acquis au prix de cent cinquante mille francs par Jean Dioudonnat, fermier général[37],[62] ; qualifié de « démolisseur de bâtiments », Dioudonnat bâtit sa richesse sur l’achat et le démantèlement de biens nationaux  : le domaine de Crosne fait partie du lot[62]. Dans un courrier au commandeur de la Légion d’honneur, il estime que le château est « dans un état de dégradation qui ne permet pas de pouvoir le réparer », demande « de pouvoir construire une habitation moins étendue […] dans les autres dépendances » et enfin précise qu’il ne peut le faire qu’en se « servant des matériaux du bâtiment principal »[62]. Par ailleurs, dans son plan des lieux dressé en 1817, le géographe Fessard ne mentionne plus que des ruines à l’endroit du château, dont les pierres auraient servi aux Crosnois pour leurs habitations, ou auraient été expédiées vers Paris pour alimenter les travaux du baron Haussmann[63].

Dioudonnat est maire de Crosne de 1915 jusqu’à sa mort, en 1923. Le domaine est vendu l’année d’après au cours d’une audience des criées aux sieurs Colin et Jeunesse pour la somme de quatre-vingt mille francs[64].

En 1835, Jacques Fromental Halévy compose l’essentiel de son opéra La Juive à Crosne, dans la propriété qu’y possède Henri Duponchel, directeur de l’Opéra de Paris[37].

Crosne est ravagé par la guerre pendant l’hiver 1870-1871, alors que Paris est assiégé par les troupes allemandes. Occupée du 1er janvier au 17 mars 1870, Crosne subit, entre autres, la destruction de ses archives datant de 1853 à 1871[37].

La fin du XIXe siècle amène à Crosne quelque renommée, à la faveur des réalisations de certaines personnalités.

Nicolas Auguste Pailleux (né le 1er septembre 1812 à Paris, où il meurt le 8 février 1898) est un industriel qui, après avoir fait prospérer une maison de tulles brodés et de broderies, se retire des affaires en 1872 et s’installe — en alternance avec Paris — à Crosne pour s’y consacrer à sa passion du jardinage. S’intéressant à l’acclimatation de plantes comestibles peu connues, il étudie par exemple la culture du souchet comestible ou du soja, dont il présente les résultats à la Société nationale d’acclimatation ; c’est à cette occasion qu’il fait la connaissance du botaniste Désiré Bois. Les deux hommes étudient ensemble maintes plantes et signent en commun en 1885 « Le Potager d’un curieux »[65], ouvrage dont le succès justifie deux rééditions. Qualifiée d’œuvre magistrale, l’acclimatation du Stachys affinis Bunge, plante d’hiver originaire de Chine, aux tubercules comestibles, est réalisée par Pailleux et Bois entre les années 1882 et 1885. Convaincu que les ménagères ne pourront prononcer le nom savant Stachys affinis, Pailleux décide de donner aux nouveaux tubercules le nom de crosnes, « qui est celui de [sa] commune »[66],[67]. Plus tard, la plante prend également le nom de crosne du Japon.

Ernest Lemoine (né le 31 octobre 1830 à Paris, mort le 28 juin 1926 à Crosne), exerçant la profession d’aviculteur dès 1856, possède une importante propriété au bord de l’Yerres, à Crosne. Il y installe en 1872 un établissement d’élevage de volaille de race, qui gagne au fil du temps une renommée importante en raison de la qualité de sa production, sanctionnée par un total de huit cent cinquante-six récompenses, dont vingt-deux prix d’honneurs, glanés à différents concours agricoles. Ernest Lemoine est par ailleurs fait chevalier de la Légion d’honneur, officier du Mérite agricole et se voit décerner la croix de chevalier de Dannebrog. Il fonde la Société d’aviculture de France dont il est président entre 1891 et 1897 puis, par la suite, président honoraire. Il est également élu, par deux fois, maire de Crosne[68],[69],[70].

L’usine Baille-Lemaire, au début du XIXe siècle.

Armand Lemaire (1821-1885) fonde en 1846 à Paris, une fabrique d’instruments d’optique (verres optiques, jumelles, longues-vues…), qui acquiert sous la marque Abeille une renommée mondiale. Jean-Baptiste Baille (1841-1918), gendre et associé de Lemaire, prend au décès de celui-ci la relève à la tête de l’entreprise, devenue la maison Baille-Lemaire. En 1892, la place manquant à Paris, l’usine est déménagée à Crosne, sur des terrains acquis par Lemaire[71]. Les conditions de travail y sont exemplaires pour l’époque  : Monsieur Baille ne se voit-il pas décerner par l’Académie des sciences morales et politiques, dès 1889, la médaille d’or du prix Jules Audéoud, récompensant les établissement œuvrant à « l’amélioration du sort des classes ouvrières ou au soulagement des pauvres »[71],[72],[73] ? En effet, la maison Baille-Lemaire fait bénéficier ses ouvriers d’importants avantages pour l’époque, tels qu’une caisse de secours mutuels, une caisse d’épargne ou un système de participation aux bénéfices ; en 1905, des pavillons d’habitation leur sont construits à proximité de l’usine  : la cité Baille-Lemaire.

Auparavant, entre 1886 et 1902, Baille-Lemaire s’essaie à l’industrie automobile, et conçoit quelques véhicules automobiles à moteur trois cylindres à pétrole délivrant une puissance de huit chevaux ; il engage l’un des exemplaires dans la course automobile Paris-Amsterdam-Paris de 1898[74]. Au décès de Baille-Lemaire, son fils Jean-Louis lui succède, mais l’usine finit par péricliter, et le peu d’activité qui lui reste est rapatriée au début des années 1930 à Paris[71],[75].

Le fils d’Alfred Dreyfus, Pierre — dont la mère Lucie, familière des Baille-Lemaire[réf. nécessaire], aide à lutter contre le saturnisme en distribuant du lait aux ouvriers de l’usine — reprend en 1938 l’usine et y installe avec un associé une fabrique de câbles électriques, la Câblerie de la Seine (qui devient plus tard la Câblerie de Crosne), qui a pour clients EDF, la SNCF, la RATP ou l’armée. L’activité de l’usine s’arrête définitivement en 1993[71],[75].

Le 31 janvier 1937, Crosne a l’insigne honneur d’être la première ville de France à donner le nom d’Alfred Dreyfus à l’une de ses rues[71],[76],[77] ; celle-ci est débaptisée le 15 juin 1941, en application des instructions du Régime de Vichy. Cependant, en 2006, est inaugurée l’allée du Capitaine Dreyfus, desservant la nouvelle résidence construite sur l’emplacement de l’ancienne câblerie[71],[78].

Au début des années 1960, naît l’idée de construire à Villeneuve-Saint-Georges un centre hospitalier intercommunal desservant une trentaine de communes de la banlieue sud-est parisienne ; l’emplacement choisi, un terrain à flanc de coteau, est cependant situé sur le territoire de Crosne, à la frontière avec Villeneuve-Saint-Georges. Les deux communes conviennent par conséquent d’un échange de parcelles, nécessitant donc une modification des limites territoriales ; celle-ci est officialisée le 6 octobre 1967 par décret en Conseil d'État, peu de temps avant l’éclatement du département de Seine-et-Oise[75].

De nos jours, Crosne est une ville qui reste essentiellement résidentielle, bénéficiant cependant d’une importante zone d’activité, ce qui fait de la ville, en 2008, le deuxième contributeur au budget de la communauté d'agglomération du Val d'Yerres par le montant généré par la taxe professionnelle (hors dotation de l’État)[79]. En effet, depuis 2002, Crosne s’est associé aux communes voisines du Val d’Yerres à travers cette communauté d’agglomération.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Totalement intégrée à l’agglomération parisienne et sa banlieue, Crosne est une commune exemplaire de la région qui a connu un développement relativement régulier au cours des deux siècles précédents. Le premier recensement des personnes en 1793 dénombra trois cent trente-et un habitants dans le village avant une baisse importante conduisant à la plus basse donnée de deux cent trente-et-une personnes en 1821. Une progression lente et chaotique s’ensuivit pour atteindre plus de trois cent résidents en 1836, seulement deux cent soixante-et-onze en en 1846, trois cent quatre-vingt en 1866 mais seulement trois cent cinquante-cinq 1872 consécutivement à l’occupation Prussienne de 1870. De cette époque démarra une croissance continue avec quatre-cent trente-et-un habitants en 1876, sept cent trois en 1896 et plus de mille cent en 1906. Le cap des deux mille habitants fut franchi dans les années 1920, celui des trois mille au sortir de la Seconde Guerre mondiale alors que démarrait le « boum » démographique multipliant par trois la population en soixante ans pour atteindre neuf mille trente-quatre habitants en 2006. La population étrangère représentait en 1999 5,2 % du total[80] avec par ordre d’importance des communautés les Portugais pour 1,2 % de la population, les Marocains pour 0,7 %, les Algériens pour 0,5 %, les Tunisiens pour 0,2 % et les Turcs pour 0,1 %[81].


En 2011, la commune comptait 9 190 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
331 330 286 231 261 301 295 271 280
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
288 341 380 355 431 495 564 636 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
852 1 158 1 331 1 675 2 236 2 557 2 800 3 113 3 518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 886 5 324 6 068 7 312 7 966 8 154 9 034 9 190 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[82] puis Insee à partir de 2004[83])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La forme de la pyramide des âges de la ville de Crosne présente une grande similitude avec celle du département de l’Essonne, les différences entre deux mêmes classes d’âges ne dépassant jamais le point de pourcentage. La lecture des données nous indique que nous sommes globalement en présence d’une population relativement jeune : certes, la natalité semble s’être stabilisée, mais la classe d’âge de soixante-quinze ans et plus ne dépasse pas le seuil fatidique des 6 %, à partir duquel une population est qualifiée d’« âgée ».

Pyramide des âges à Crosne en 2009 en pourcentages[84].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,1 
4,1 
75 à 89 ans
6,7 
12,4 
60 à 74 ans
12,3 
19,3 
45 à 59 ans
19,6 
22,3 
30 à 44 ans
21,8 
19,4 
15 à 29 ans
18,4 
22,3 
0 à 14 ans
20,1 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[85].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

Le maire actuel de Crosne est Alain Girard (PS). La commune est rattachée administrativement au canton d'Yerres, représenté par le conseiller général Nicole Lamoth (DVD) et à la huitième circonscription de l'Essonne représentée par le député Nicolas Dupont-Aignan (DLR). L’Insee lui attribue le code 91 2 36 191[86]. La commune de Crosne est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 101 912. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[87].

En 2009, la commune disposait d’un budget de 15 319 000 € dont 10 175 000 € de fonctionnement et 5 144 000 € d’investissement[88], financés à 37,88 % par les impôts locaux[89] ; la dette municipale s’élevait la même année à 6 023 000 €[90]. En 2009, les taux d’imposition fixés par la commune s’élevaient à 15,91 % pour la taxe d'habitation, 17,71 % et 72,28 % pour la taxe foncière sur le bâtie et le non-bâtie[91]. Le produit de la taxe professionnelle (1 880 516 € en 2008) est intégralement perçu par la communauté d’agglomération du Val d’Yerres à laquelle elle adhère avec cinq autres communes[79].

La commune dispose d’un centre communal d'action sociale. En 2008, elle comptait trois-cent quarante-deux logements sociaux, possédés par six bailleurs sociaux[92], soit 15 % du parc total municipal, la commune ne respectant ainsi pas les préconisations de la loi SRU. La Création d'une aire d'accueil des gens du voyage en 2013 lui a toutefois permis de continuer à œuvrer pour respecter le barème à terme dans un foncier contraint. En 2012, la commune a obtenu deux @ au label Ville Internet[93].

Conseil municipal de Crosne (mandature 2014-2020)[94].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Agir pour Crosne » SE Michaël Damiati 22 Majorité
« Crosne, résolument » PS Alain Girard 6 Opposition
« Ensemble pour Crosne » UDI Christophe De Freitas 1 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Trente-six maires se sont succédé à la tête de l’administration municipale de Crosne depuis l’élection du premier en 1790.

Liste des maires successifs[95].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2014 en cours Michaël Damiati Sans étiquette  

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

L’analyse des derniers résultats électoraux enregistrés à Crosne montrent que l’électorat est relativement orienté à gauche mais a tendance à suivre les spécificités de la Huitième circonscription de l'Essonne. Ainsi, en 2002, le candidat Jacques Chirac (Rassemblement pour la République) arrivé en troisième position au premier tour bénéficia d’un important report de voix au second, au point même de faire perdre près de deux points au candidat Jean-Marie Le Pen (FN). La même année, le député sortant Nicolas Dupont-Aignan (UMP devenu DLR) fut réélu au premier tour dans la circonscription mais ne remportait que 48,48 % des suffrages dans la commune. En 2004, les candidats socialistes Harlem Désir aux élections européennes et Jean-Paul Huchon étaient élus avec respectivement 31,45 % et 57 % des suffrages, largement devant leurs adversaires. En 2007, le candidat Nicolas Sarkozy (UMP) n’obtint dans la commune que 50,10 % des voix alors qu’il obtenait 52,08 % dans le département[100] et 53,06 % sur l’ensemble du territoire national[101]. Peu après, le député sortant Nicolas Dupont-Aignan (DLR) était une nouvelle fois réélu, cette fois à 54,32 % dans la commune. En 2008, le maire sortant Alain Girard (PS) fut lui aussi réélu dès le premier tour avec 52,68 % des suffrages et la situation fut identique pour la conseillère générale sortante Nicole Lamoth (DVD) à la différence qu’elle le fut grâce aux électeurs d’Yerres puisqu’elle ne récolta que 35,41 % des voix dans la commune de Crosne. En 2009, signe de la forte implantation du parti Debout la République dans la circonscription, c’est son candidat Jean-Pierre Enjalbert qui obtint le plus grand nombre de voix, devant le candidat Verts Daniel Cohn-Bendit. En 2010, le président sortant de la région Jean-Paul Huchon (PS) creusa encore l’écart avec 64,35 % des voix contre seulement 35,65 % des voix pour Valérie Pécresse (UMP). En 2005, les électeurs de Crosne rejetèrent massivement (59,61 %) le traité de Rome alors même qu’ils avaient approuvé le traité de Maastricht à 54,07 %[102]. Le Parti socialiste[103] dispose d’une section dans la commune.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L’école Georges Brassens.

Les élèves de Crosne sont rattachés à l’académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire des écoles maternelles George-Sand et Émile-Boyer et des écoles élémentaires Georges-Brassens et Irène-Joliot-Curie[118]. Le premier niveau de l’enseignement secondaire est assuré par le collège Bellevue, commun aux deux villes de Crosne et de Yerres et implanté à cheval sur les territoires des deux communes[119],[120]. Le deuxième niveau d’enseignement secondaire est assuré par le lycée Rosa-Parks de Montgeron[121] (enseignement général public) ou au lycée Louis-Armand à Yerres (enseignement professionnel public).

Santé[modifier | modifier le code]

Crosne ne dispose pas, stricto sensu, d’hôpital sur son territoire ; elle est cependant avantageusement desservie par le centre hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges[Note 3]. L’établissement est dirigé par un syndicat intercommunal regroupant une trentaine de communes du sud-est parisien, au nombre desquelles on compte Crosne.

Deux cliniques spécialisées privées sont installées à Crosne, la clinique du Château du Bel Air et la clinique de l’Isle, toutes les deux spécialisée dans les soins des troubles psychologiques et psychiatriques, auxquelles s’ajoute une maison de retraite médicalisée privée, la résidence du Vieux Château.

Dix-huit médecins[122] (dont cinq généralistes), cinq chirurgiens-dentistes[123] et quatre pharmacies[124] sont implantés sur la commune.

Les services d’urgences médicales sont du ressort du SMUR de Corbeil-Essonnes[125].

Situé sur le plateau, le foyer Coquerel est une structure d’accueil à caractère social, recevant dans le cadre de la protection de l’enfance, des enfants âgées de sept à dix-huit ans[126].

Services publics[modifier | modifier le code]

Services municipaux mis à part, la commune accueille une agence postale[127] et une mission locale d’insertion[128]. La sécurité du lieu est assurée par la police municipale ainsi que par le commissariat de police[129] et le centre de secours mixte[130] de Montgeron. Elle est sous la juridiction des tribunaux d’instance, de grande instance, de commerce et de prud’hommes d’Évry, tous rattachés à la cour d'appel de Paris.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville a noué depuis 1956 des liens de jumelage ou d’amitié avec plusieurs villes européennes, et cet effort est sanctionné par le Drapeau d’honneur (en 1986) et la Plaquette d’honneur du Prix de l’Europe (en 1992)[131], prix décernés par le Conseil de l’Europe en récompense des communes ou collectivités territoriales particulièrement actives dans la promotion de l’idéal européen[132].

Crosne a signé des accords de jumelage[133] avec  :

Elle entretient des liens privilégiés avec les villes de Bogen (Allemagne, jumelée avec Schotten), Ozimek (Pologne, jumelée avec Rymarov) et Roccella Ionica (Italie, jumelée avec Arco)[137].

Vie quotidienne à Crosne[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La bibliothèque « Jacqueline de Romilly ».

La commune de Crosne dispose de diverses infrastructures permettant la pratique et l’accès à la culture, parmi lesquelles l’espace René Fallet, ancien gymnase reconvertit en salle polyvalente en 2008, la bibliothèque Jacqueline de Romilly, le centre culturel Jacques Prévert, dont les trois salles d’exposition ont été baptisées de titres de poèmes de l’auteur : Les Feuilles mortes, Paroles et La Belle Vie, la maison des arts est dédiée aux arts plastiques. S’ajoute une salle gérée par une amicale laïque ouverte à tous.

Sports[modifier | modifier le code]

La Palestre : salle omnisports et gymnase.

Plusieurs lieux répartis sur le territoire sont consacrés à la pratique sportive dont le stade municipal Henri Hurt équipé d’un terrain de football d’honneur et un stabilisé, le Cosec Michel Finet équipé pour le volley-ball, le handball, la boxe et les arts martiaux, le gymnase Gérard Priet pour les arts martiaux, le handball, la gymnastique, l’escrime, le tennis de table, l’escalade, les courts de tennis Yannick Noah avec six courts dont deux couverts, le citystade permettant la pratique du football, du handball et du basket-ball, les salles de danse Colombine et Arlequin et le boulodrome. Plusieurs clubs regroupent les licenciés, notamment le Val Yerres Crosne FC pour le football[138] né de la fusion[139], en avril 2009, du Crosne FC et de l’AS Yerres ; le Crosne CO pour le Futsal ; le Tennis Crosnois[140]. comptant en 2013 trois cent cinquante-deux affiliés (soit cent quatre-vingt huit jeunes et cent soixante-quatre adultes)[141].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Vue de l’église Notre-Dame de l’Assomption.

La paroisse catholique de Crosne est rattachée au secteur pastoral de La Forêt-Montgeron et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption-de-la-Très-Sainte-Vierge[142].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. L’information institutionnelle est assurée par plusieurs publications périodiques  : Crosne Info, mensuel diffusé par la ville ; le Val d’Yerres Magazine, mensuel diffusé par la communauté d'agglomération du Val d'Yerres[143] ; le Magazine de l’Essonne, mensuel diffusé par le conseil général de l'Essonne[144] et enfin le Journal du Conseil régional, bimensuel diffusé par le conseil régional d'Île-de-France[145].

Économie[modifier | modifier le code]

Le marché, esplanade des Poètes.

Crosne est intégrée par l’Insee à la zone d’emploi de Créteil qui rassemblait soixante-seize communes et 852 425 habitants en 1999, les Crosnois représentant 0,96 % du total[146]. Trois cent quatre-vingt douze entreprises étaient installées à Crosne au . Il y avait mille sept cent emplois salariés à Crosne en 2006[147], la plupart sont implantées dans la zone d'activité de la Plaine Haute. L’éducation, la santé et l’action sociale sont les secteurs les plus représentés, tout comme la fonction publique territoriale qui emploie cinq cent agents[148]. La région de Crosne, très résidentielle, se caractéristique par un déficit d’emploi important  : le taux d’emploi net de l’agglomération n’est que de 9,6 %, l’un des plus faibles du département[149]. Pour y remédier, la communauté d’agglomération souhaite développer l’activité économique de la zone d’activité de la Plaine Haute grâce à la troisième tranche d’aménagement[150]. Un centre commercial est également implanté dans le quartier de la Plaine Haute. Un marché bihebdomadaire se tient en centre-ville.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

La population active de la commune était estimée à 6 146 personnes en 2006 avec un taux de chômage fixé à 7,9 % ; 69,8 % des actifs occupant un emploi exerçaient dans le secteur tertiaire, 17,1 % dans la construction, 13,2 % dans l’industrie et aucune personne dans l’agriculture[151]. En 2006, le revenu net imposable moyen des ménages crosnois s’élevait à 27 411 euros, 73 % des ménages étant imposés sur le revenu[151]. En 2004, le prix moyen de vente au mètre carré d’un logement s’élevait à 2 814 euros, 96,6 % étant des résidences principales, pour 47,6 % en pavillon individuel et habité à 72,1 % par leur propriétaire[151]. Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 22 680 euros, ce qui plaçait Crosne au mille cent vingt-sixième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages en métropole et au soixante-quinzième rang départemental[152].

Répartition des emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Crosne 0,3 % 7,5 % 14,3 % 28,1 % 25,6 % 24,2 %
Zone d’emploi de Créteil 0,2 % 5,4 % 17,6 % 27,3 % 30,3 % 19,3 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteur d'activité en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Crosne 0,0 % 13,2 % 17,1 % 15,0 % 7,0 % 8,8 %
Zone d’emploi de Créteil 0,7 % 9,4 % 7,1 % 14,4 % 13,9 % 7,2 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources  : Insee[153]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Située en bordure de la vallée de l’Yerres classée au titre de la Loi du 2 mai 1930 pour son caractère pittoresque depuis 2006[154] et espace naturel sensible par le département[155], la commune est organisée autour de plusieurs parcs et squares dont le parc Anatole France et le parc des bords de l’Yerres, les squares Crosne-Soleil, de la Paix, de Maybole, Jean Moulin, du 18 juin 1940 et Monet. S’ajoutent les jardins familiaux des Uselles découpés en parcelles et la plaine de Chalandray, accessible depuis La Liaison Verte des bords de l'Yerres et du Réveillon .

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption construite entre les XIIe et XIIIe siècles a fait l’objet le d’un classement au titre des monuments historiques[156]. Le pigeonnier, les bâtiments et la toiture de l’ensemble appelé « ferme de la Seigneurie » ont eux fait l’objet d’une inscription le [49].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nicolas Boileau par Hyacinthe Rigaud.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Crosne :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Crosne

Les armes de Crosne se blasonnent : D’argent à la fasce d’azur chargée de trois bandes d’or, accompagnée en chef d’une croisette ancrée de gueules et en pointe de trois têtes de lion arrachées du même posées deux et un.[159]

Il s’agit des armes des Thiroux de Crosne. L’écu est timbré de la couronne murale à trois tours crénelées d’or et soutenu par un plan de crosne tigé, feuillé et fleuri d’or avec au pied de la souche ses rhizomes de même.

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

blason

Crosne dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

  • Crosne a donné son nom au Stachys affinis, plante labiée originaire du Japon, acclimatée par Auguste Paillieux et Désiré Bois. Le cuisinier Henri-Paul Pellaprat cite à ce propos cette anecdote dans son livre L’art culinaire moderne : « Chacun connait ce légume importé du Japon, qui fut cultivé et acclimaté au village de Crosne, près de Paris, d’où il y a pris le nom. Son vrai nom est « stachys » ».
Panneau indicateur sur la RD94 D, dans le Val-de-Marne, arborait encore en 2009 la graphie défectueuse « Crosnes ».
  • On rencontre, encore de nos jours, le nom de la ville orthographié avec un s final[160], sans que rien ne le justifie. Déjà, le 29 juin 1961, le Conseil municipal émit l’avis « que l’orthographe de Crosne, sans « s final » soit conservé au nom de la commune et substituée à l’orthographe défectueuse Crosnes »[37].
  • On raconte qu’au début du XIXe siècle, à l’occasion de la commande par la ville d’une cloche pour son église, le conseil municipal, après négociation et délibération, accepta le prix demandé par le fondeur de cloches venu de Paris. À peine avait-il pris congé qu’on s’avisa qu’on avait oublié d’inclure dans le prix négocié le coût des oreilles de la cloche, sans lesquelles celle-ci ne pouvait être suspendue. Le fondeur, aussitôt remandé, ne se fit pas prier pour majorer son prix de trois cents francs, avant de repartir en disant, hilare, à son cheval : « On n’a jamais fondu de cloches sans oreilles ! Sont-ils bêtes ces ânes-là ! ». L’affaire s’ébruita et c’est ainsi que Crosne hérita du sobriquet de Crosne-les-Ânes qu’on lui connaît jusqu’à présent[37].
  • Plusieurs des personnalités célèbres de Crosne sont honorés par l’attribution de leurs noms à des rues de la ville : l’avenue de l’abbé Siéyès (anciennement chemin de Villeneuve à Yerres), la rue Désiré Bois (anciennement rue des Bois), la rue Auguste Paillieux (anciennement chemin sous la Folie), la rue Thiroux d'Arconville (nouvelle voie qui dessert la résidence du Parc de Crosne), etc.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germain Vaysse, Crosne – 558 à 1925, Municipalité de Crosne,‎ 1979
  • Germain Vaysse, Crosne – 1925 à 1975, Mairie de Crosne,‎ 1983
  • Collectif d'auteur, Crosne en Révolution, Le Mée-sur-Seine, Amattéis,‎ 1989 (ISBN 978-2-86849-070-4, OCLC 461947778)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  3. En effet, le centre hospitalier est en grande partie construit sur des terrains ayant appartenu à Crosne et échangés dans ce but en 1962 avec Villeneuve-Saint-Georges ; l’accès principal de l’établissement est par ailleurs situé rue Diderot, à Crosne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Crosne dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 02/04/2009.
  3. Fiche communale d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  4. Orthodromie entre Crosne et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  5. Orthodromie entre Crosne et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  6. Orthodromie entre Crosne et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  7. Orthodromie entre Crosne et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  8. Orthodromie entre Crosne et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  9. Orthodromie entre Crosne et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  10. Orthodromie entre Crosne et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  11. Orthodromie entre Crosne et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  12. Orthodromie entre Crosne et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  13. Orthodromie entre Crosne et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 26/08/2012.
  14. Coordonnées géographiques sur le site lion1906.com Consulté le 01/08/2010.
  15. Moulin de Crosne et île des Prévosts sur le site du SIARV
  16. Carthographie des plus hautes eaux connues
  17. Site du SIARV
  18. Données géographiques sur Géoportail. Consulté le 21/02/2013..
  19. Fiche géologique de Crosne sur le site du Brgm. Consulté le 26/08/2012.
  20. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  21. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  22. Plan de la ligne B du réseau STRAV sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  23. Plan de la ligne E du réseau STRAV sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  24. Plan de la ligne G du réseau STRAV sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  25. Plan de la ligne H du réseau Val d’Yerres Bus sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  26. Plan de la ligne N du réseau STRAV sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  27. Plan de la ligne O du réseau de bus STRAV sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  28. Plan de la ligne X du réseau Val d’Yerres Bus sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 01/08/2010.
  29. « Les conseils de quartier », sur le site de la ville de Crosne.
  30. Fiche du quartier Maroc sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 01/08/2010.
  31. Gloss. Ducangii voce, Gronna, in-folio.
  32. a, b, c et d J.-A. Dulaure, Histoire des environs de Paris : Livre IV. Route de Melun, t. V, Paris, Furnes et Cie,‎ 1858, chap. I, (« Alfort, Maisons, Villeneuve-Saint-Georges, Crosne, Hières, Montgeron, Brunoy »).
  33. Le mot Crosne sur le Dictionnaire Littré enrichi.
  34. Crosne sur le site Toponymie.
  35. A. Senée, « Étude d’une hache polie en roche dure trouvée à Crosne », Bulletin de la Société historique et archéoloique de Corbeil, d’Étampes et du Hurepoix, vol. 86,‎ 1980, p. 69-71.
  36. A. Senée, « Hache polie découverte à Crosne en 1977 », Bulletin de la Société historique et archéoloique de Corbeil, d’Étampes et du Hurepoix, vol. 51,‎ 1981, p. 89 sqq..
  37. a, b, c, d, e, f, g et h Germain Vaysse, Crosne : 558 à 1925, Mairie de Crosne,‎ 1979.
  38. Ch. Gatinot, « La voie romaine de Lyon à Boulogne », Bulletin de la Société historique et archéoloique de Corbeil, d’Étampes et du Hurepoix, vol. 1-19,‎ 1913, p. 13-16 (lire en ligne).
  39. a, b, c, d, e, f et g Ch. Mottheau, « Crosne, seigneurs et seigneurie », Bulletin de la société historique et archéologique de Corbeil, d’Étampes et du Hurepoix, vol. 11, no 1,‎ 1905, p. 109-133 (lire en ligne).
  40. a, b, c et d Abbé Jean Lebeuf, Adrien Augier et Fernand Bournon, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris : Table analytique, vol. 5, Paris, Féchoz et Letouzey,‎ 1883-1893.
  41. a et b D. Anger, Archives de la France monastique : les dépendances de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, vol. IV, t. II Seine-et-Oise, Paris, Librairie veuve Poussièlgue,‎ 1907, 323 p. (lire en ligne), p. 160.
  42. Roger Kaffo Fokou, Capital, travail et mondialisation : vus de la périphérie, Éditions L'Harmattan,‎ 2011, 261 p. (ISBN 9782296542211, lire en ligne), p. 42.
  43. François-Alexandre Aubert de la Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, t. IX, Paris, Antoine Boudet,‎ 1775 (lire en ligne), p. 23
  44. Pierre de l’Estoile, Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, Foucault,‎ 1825 (lire en ligne), p. 405.
  45. Eudoxe Soulié et Édouard de Barthélemy, Journal de Jean Héroard sur l’enfance et la jeunesse de Louis XIII (1601-1628), t. 1 & 2, Firmin Didot frères, fils et cie,‎ 1868 (lire en ligne).
  46. Armand Baschet, Le Roi chez la Reine ou Histoire secrète du mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche, Paris,‎ 1866 (lire en ligne), p. 446 sqq.
  47. E. M., « Quelques mots sur la “fronde” à Brie-Comte-Robert et les environs », Bulletin et compte-rendu des travaux de la Société d’histoire et d’archéologie de Brie-Comte-Robert, Mormant-Tournan et la vallée de l’Yères, no 4,‎ 1899, p. 57.
  48. Surun, Marchands de vin en gros à Paris au XVIIe siècle, Paris, Éditions L’Harmattan,‎ 2007 (ISBN 978-2-296-03129-6, LCCN 2007459152, lire en ligne), p. 409
  49. a et b « Notice no PA00087878 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/08/2010.
  50. Numa Foudrier, Commune de Crosne : Monographie communale, Ministère de l’Instruction publique,‎ 20 septembre 1899 (lire en ligne).
  51. Jacques Barthélemy Salgues, Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous le gouvernement de Napoléon Buonaparte, L. Fayolle,‎ 1814 (lire en ligne), p. 184-185.
  52. a, b et c Pierre Nicolas Caulet d’Hauteville, Auxcitoyens représentans de la nation française : Pétition par le citoyen Caulet d’Hauteville, Impr. Franklin,‎ 1792.
  53. « Conseil d’État, séance du 29 thermidor an VIII », Journal des débats et des décrets,‎ 17 août 1800, p. 4 (lire en ligne)
  54. Gaston du Fresne de Beaucourt, Bonaparte et Sieyès : épisode inédit de l’histoire de la Révolution française, Lille, A. Béhague,‎ 1862 (lire en ligne), p. 7.
  55. Louis-Jérôme Gohier, Mémoires des contemporains, vol. 3, Bossange frères,‎ 1824.
  56. Benoist de Matougues et Adolphe de Chesnel, Dictionnaire de géographie sacrée et ecclésiastique, t. 2, Ateliers catholiques du Petit-Montrouge,‎ 1849 (lire en ligne), p. 539.
  57. Antoine Joseph Dezallier d’Argenville, Voyage pittoresque des environs de Paris, ou Description des maisons royales, châteaux & autres lieux de plaisance, situés à quinze lieues aux environs de cette ville, Paris, Debure l’aîné,‎ 1779 (lire en ligne), p. 339-340.
  58. Jacques-Antoine Dulaure, Nouvelle description des environs de Paris, Paris, Lejay,‎ 1787 (lire en ligne), p. 139.
  59. Henri Javelle, Histoire de Villeneuve-Saint-Georges : Villeneuve-Saint-Georges à travers les âges ; promenades villeneuvoises, vol. 3, Avignon, Maison Aubanel Père,‎ 1938, p. 74-75.
  60. Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie des IXe et XVIIIe arrondissements, no 43-50, 1888.
  61. a, b et c La Première cohorte et les légionnaires de l’Oise sous le Premier Empire (préf. André Coffinier), Imprimerie Centrale Administrative,‎ s.d., p. 21.
  62. a, b et c « Les Dioudonnat. Fin de l’église du monastère. »
  63. « Histoire : quand Crosne était le chef-lieu de la première Cohorte de la Légion d’Honneur », Le Val d’Yerres Magazine, no 3,‎ octobre 2009, p. 10 (lire en ligne).
  64. Journal du palais, vol. 2,‎ 1828 (lire en ligne), p. 462.
  65. Nicolas-Auguste Paillieux et Désiré Bois, Le Potager d’un curieux : Histoire, culture et usages de 100 plantes comestibles peu connues ou inconnues, Paris, Librairie agricole de la maison rustique,‎ 1885, 294 p..
  66. Jean Mercier et Maurice Pérennes, Le crosne : ce légume méconnu, Paris, Muséum national d’histoire naturelle,‎ 1982.
  67. Auguste Pailleux et Désire Bois, « Crosne épiaire à chapelets. Histoire d’un nouveau légume », Revue des sciences naturelles appliquées, vol. 36, no 1,‎ 5 janvier 1889, p. 577-583 (lire en ligne)
  68. Henry Carnoy, Dictionnaire biographique des grands commerçants et industriels, t. 1, chez l’auteur,‎ 1895, p. 161-164.
  69. Ernest Lemoine, « Élevage d’oiseaux de basse-cour à Crosne (Seine-et-Oise) », Revue des sciences naturelles appliquées,‎ 1879, p. 556-570 (lire en ligne).
  70. Dr Hector George, « Exposition d’aviculture », Journal d’agriculture pratique, vol. 68,‎ 1904, p. 678-679 (lire en ligne)
  71. a, b, c, d, e et f Michel Chancelier, « Des jumelles aux câbles, le site industriel du Petit-Crosne », dans Aventures industrielles en Essonne : XVIIIe-XIXe siècles, Comité de recherches historiques sur les révolutions en Essonne,‎ 2008 (ISBN 9782950638472).
  72. « Prix Jules Audeoud », Académie des sciences morales et politiques (consulté le 19 août 2010).
  73. Coll., Bulletin de la participation aux bénéfices, Société pour l’étude pratique de la participation du personnel aux bénéfices de l’entreprise,‎ 1918 (lire en ligne), p. 132.
  74. (en) G. N. Georgano et Thorkil Ry Andersen, The New encyclopedia of motorcars, 1885 to the present, New York, Dutton,‎ 1982, 3e éd. (ISBN 978-0-525-93254-3, LCCN 81071857), p. 73.
  75. a, b et c Germain Vaysse, Crosne – 1925 à 1975, Mairie de Crosne,‎ 1983.
  76. Philippe Hamon, « Poésie et naturalisme », Les cahiers naturalistes, vol. 53, no 81,‎ 2007 (ISSN 9782912012128).
  77. Alain Auffray, « La mémoire est apaisée, on peut passer à l’Histoire », Libéraion.fr,‎ 2006 (consulté le 25 août 2010)
  78. Crosne info, no 258, juillet-août 2010, p. 9.
  79. a et b « Priorité à l’emploi et au développement économique », Val d’Yerres Magazine, no 2, février 2009, p. 12.
  80. Données démographiques communales sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 01/08/2010.
  81. Répartition de la population communale par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le 01/08/2010.
  82. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  83. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  84. Pyramide des âges à Crosne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 31/07/2012.
  85. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  86. Crosne sur le site de l’Insee.
  87. Fiche entreprise de la commune de Crosne sur le site verif.com Consulté le 11/03/2011.
  88. Comptes municipaux sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 14/12/2010.
  89. Analyse détaillée des comptes communaux sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 14/12/2010.
  90. Endettement municipal sur la base de données Alize du ministère des Finances. Consulté le 14/12/2010.
  91. Taux d’imposition sur le site taxe.com Consulté le 14/12/2010.
  92. Liste des logements sociaux par commune et bailleur sur le site de l’aorif
  93. Palmarès 2012 du label Ville Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 11/07/2012.
  94. Ministère de l'Intérieur, « Elections municipales 2014 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 7 avril 2014).
  95. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 12/10/2009.
  96. Dictionnaire biographique des grands négociants et industriels, Paris, Henry Carnoy,‎ 1895 (lire en ligne), p. 161.
  97. Biographie succincte de Michel Berson sur le site du Conseil général de l’Essonne.
  98. « Le maire Alain Girard réintègre la maison PS », leparisien.fr,‎ 2010
  99. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 10/05/2010.
  100. Résultats de l’élection présidentielle 2007 en Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 01/08/2010.
  101. Résultats de l’élection présidentielle 2007 en France sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 01/08/2010.
  102. Résultats du référendum de 1992 à Crosne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 01/08/2010.
  103. Site officiel de la section PS de Crosne. Consulté le 01/08/2010.
  104. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  105. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  106. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  107. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  108. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  109. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  110. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  111. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  112. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  113. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/03/2010.
  114. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  115. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/01/2013.
  116. Résultats du référendum 2000 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  117. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/07/2009.
  118. Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 14/09/2010.
  119. « Enfance Jeunesse Education > Scolaire > Le Secondaire », Mairie de Crosne,‎ 2010 (consulté le 23 mars 2010)
  120. « Yerres pratique > Équipements > Établissements scolaires », Mairie d’Yerres,‎ 2010 (consulté le 23 mars 2010)
  121. « Lycée Rosa Parks de Montgeron », Lycée Rosa Parks de Montgeron,‎ 2010 (consulté le 28 décembre 2010)
  122. Annuaire des médecins sur le site du Conseil national de l’Ordre.
  123. Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national.
  124. Annuaire des pharmacies sur le site de l’Ordre national.
  125. Site du Samu 91.
  126. Le Val d’Yerres Magazine, no 3, oct. 2009, p. 12.
  127. Coordonnées de l'agence postale de Crosne sur le site officiel de La Poste. Consulté le 14/11/2010.
  128. Coordonnées de la Mission locale du Val d’Yerres sur le site des services publics en Essonne. Consulté le 01/08/2010.
  129. Organisation des services de sécurité en Essonne sur le site de la préfecture.,Consulté le 01/08/2010.
  130. Carte des groupements de sapeurs-pompiers en Essonne sur le site du SDIS91. Consulté le 01/08/2010.
  131. « Prix de l’Europe : liste des lauréats », Conseil de l’Europe : Commission de l’environnement, de l’agriculture et des questions territoriales,‎ 2009.
  132. « Le système d’attribution du Prix de l’Europe », Conseil de l’Europe : Assemblée parlementaire.
  133. Article sur l’histoire du jumelage entre les villes de Belœil, Crosne, Maybole, Rymarov et Schotten
  134. Fiche du jumelage avec Belœil sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
  135. Fiche du jumelage avec Maybole sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
  136. Fiche du jumelage avec Schotten sur le site du ministère des Affaires étrangères. Consulté le 07/01/2013.
  137. Crosne info no 248, septembre 2009.
  138. Site du Val Yerres Crosne FC.
  139. Edito sur le site du Val Yerres Crosne FC.
  140. Site internet du Tennis Crosnois Consulté le 02/01/2013.
  141. Fiche du club sur le site de la FFT
  142. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 28/10/2009.
  143. Le Val d’Yerres Magazine sur le site de la Communauté d’agglomération du Val d’Yerres.
  144. Le Magazine de l’Essonne sur le site du Conseil général de l’Essonne.
  145. Le Journal sur le site du Conseil régional de l’Île-de-France.
  146. Présentation de la zone d’emploi de Créteil sur le site de l’Insee..
  147. Insee, répartition de l’emploi salarié sur la CA du Val d’Yerres
  148. Insee, l’emploi sur le territoire de la CA du Val d’Yerres
  149. Insee, Île-de-France à la page, janvier 2005
  150. Le Val d’Yerres Magazine, octobre 2008
  151. a, b et c Fiche statistique de Crosne sur le site de l’Insee..
  152. Résumé statistique par commune, département, zone d’emploi (multi-sources) sur le site de l’Insee.
  153. Rapport statistique national sur le site de l’Insee.
  154. Présentation de la vallée de l’Yerres sur le site du ministère de l’Écologie. Consulté le 31/12/2009.
  155. Carte des ENS de Crosne sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 01/08/2010.
  156. « Notice no PA00087877 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/08/2010.
  157. « Jean-Charles-Pierre Lenoir », Le Cabinet de lecture et le cercle réunis : gazette des familles, vol. 13, no 1,‎ 5 janvier 1842, p. 187-189 (%2Bcrosne&f=false lire en ligne).
  158. Patrick-Gilles Persin (dir.), Pierre Descargues et Quentin Laurens, André Beaudin, Paris, Art Inprogress,‎ 2007 (ISBN 978-2-35108-038-2, LCCN 2008437143).
  159. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 10/09/2009.
  160. Alexis Martin, Les étapes d’un touriste en France : promenades et excursions dans les environs de Paris. Région du Sud. Dourdan et la vallée de l’Orge. Arpajon. Montlhéry. Longjumeau. Corbeil. De Seine-Port à Villeneuve-St-Georges. La forêt de Sénart. A. Hennuyer, 1896-1897.