Valenton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valenton
Parc départemental de la Plage bleue
Parc départemental de la Plage bleue
Blason de Valenton
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Arrondissement Arrondissement de Créteil
Canton Villeneuve-Saint-Georges
Intercommunalité Orly Rungis Seine Amont
Maire
Mandat
Françoise Baud
2014-2020
Code postal 94460
Code commune 94074
Démographie
Gentilé Valentonais
Population
municipale
12 231 hab. (2012)
Densité 2 303 hab./km2
Population
aire urbaine
115 000 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 42″ N 2° 28′ 02″ E / 48.745, 2.4672222222248° 44′ 42″ Nord 2° 28′ 02″ Est / 48.745, 2.46722222222
Altitude Min. 32 m – Max. 87 m
Superficie 5,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte administrative du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Valenton

Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne

Voir sur la carte topographique du Val-de-Marne
City locator 14.svg
Valenton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valenton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valenton
Liens
Site web valenton-flash.com/

Valenton est une commune française située dans le département du Val-de-Marne en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Valentonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de Valenton dans le Val-de-Marne.

Valenton est une commune du Val-de-Marne située au sud-est de Paris. Ses 531 hectares de superficie comptent environ 84 hectares d’espaces verts publics, avec notamment le parc départemental de la Plage bleue où sont accueillies, chaque année, des animations telles que le Festival de l’Oh, le tournoi international de beach-volley...

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Valenton[1]
Choisy-le-Roi Créteil Créteil
Villeneuve-Saint-Georges Valenton[1] Limeil-Brévannes
Crosne Yerres Yerres

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par l'autoroute A86 et la RN6 (Carrefour Pompadour).

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Ligne RATP 393, un seul arrêt sur la commune (Val Pompadour) Ligne K Strav Ligne J strav. Valenton compte plusieurs arret de bus comme à l'ancienne poste où plusieurs bus y passe tel le J1 direction gare de villeneuve-saint-georges. Le O1 direction créteil l'échat. Et le K direction créteil préfecture( le K passe également au centre commercial régional de créteil: Créteil Soleil).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est constituée des quartiers suivants :

  • Centre-Ville : cœur de la ville avec notamment, des commerces, de nombreux logements et le marché principal.
  • La Lutèce : quartier composé majoritairement de logements sociaux et HLM, en bordure de la Plage Bleue.
  • Le Coteau : situé sur le plateau de la ville, composé de constructions de type pavillonnaire et de quelques immeubles.
  • Les Polognes : à l'est du Coteau, secteur doté de logements sociaux.
  • Les Tourelles : quartier pavillonnaire, sur le flanc du Coteau, limitrophe avec Villeneuve-Saint-Georges.
  • Le Champ-Saint-Julien : zone commerciale avec de nombreuses moyennes surfaces, d'entreprises et de restaurants, jouxtant le Quartier Nord de Villeneuve-Saint-Georges.
  • Le Val Pompadour : contrairement à la partie villeneuvoise et cristolienne, elle est composée d'habitations et est, actuellement[Quand ?], en pleine expansion avec la création de plus de 600 logements. Le quartier est desservi par le RER D (Gare de Créteil-Pompadour) depuis le 15 décembre 2013, par la ligne de bus RATP 393, par la ligne de bus O2 ,et par la ligne de bus O1.

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Valentonium, Valentun en 1093, Valenton en 1256 et en 1709[2].

Formation purement[Quoi ?] celtique, sur un radical inexpliqué[3]

Les Révolutionnaires, souhaitant effacer de la toponymie toute allusion à la religion ou à la féodalité, rebaptisèrent l'endroit Val Libre[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dépendance de l’Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Valenton prend naissance à partir du VIe siècle avec l’installation d’une première communauté rurale. Siège de deux seigneuries au XIIIe siècle, la commune a pour principale activité la viticulture.

En 1726, le village ne compte encore que 250 habitants. Et près de deux cents ans plus tard, la population ne dépasse pas encore les 1 000 habitants. La viticulture fait place alors aux arbres fruitiers et aux cultures légumières ainsi qu’à l’élevage ovin et bovin. En 1936, Valenton connaît la construction de deux nouveaux quartiers d’habitat individuel : les Vignes et le Val Pompadour. La population passe alors à 2 448.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le développement économique autour des voies de chemin de fer, entamé juste avant la Seconde Guerre mondiale, va se poursuivre au lendemain et intégrer complètement Valenton à l’économie régionale. En 1944, le 10 avril puis le 14 juillet, des bombardiers anglo-américains volant à très haute altitude larguent des milliers de tonnes de bombe sur la gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges. Valenton est durement touché : 274 immeubles sur 518 totalement ou partiellement détruits, 66 blessés, 800 sinistrés et 41 morts dont 29 dans le quartier Pompadour, parmi lesquels près de 10 jeunes de moins de 20 ans[5].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre la ville poursuit son évolution : entre 1954 à 1962, on compte jusqu'à 7 713 habitants, puis 10 539 en 1968.

Dans les années 1970, la commune décide d’engager des actions en faveur de l’implantation d’activités économiques. La population progresse plus faiblement et se stabilise autour de 11 000 habitants. Elle atteint aujourd’hui 11 426 habitants, soit 887 de plus qu’il y a 34 ans. Ville urbaine à taille humaine, Valenton entend le demeurer.

Les créations des ZAC du Val Pompadour et du Colombier accompagnées de la réalisation de 700 logements nouveaux et, compte tenu de la diminution de la taille moyenne des foyers, n’amèneront pas la population communale à plus de 13 000 habitants. C’est le choix exprimé par la municipalité qui entend préserver et agrandir les espaces verts et résorber le déséquilibre entre le nombre de personnes actives travaillant sur la commune et celui y résidant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Valenton est le chef-lieu du canton homonyme, appartenant à l'arrondissement de Créteil. 266 employés municipaux figurent au tableau des effectifs de la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La ville est administrée par le Parti communiste depuis 1920 (hormis la parenthèse vichyste), soit depuis l'année du congrès de Tours qui entérine la scission de la SFIO entre socialistes et communistes et deux ans avant la création de l'URSS, le 30 décembre 1922.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : liste des maires de Valenton.

Cinq maires se sont succédé depuis 1947 :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1947 juin 1960 Fernande Flagon PCF Cuisinière, une des 1res femmes maires de France
1960 1990 Julien Duranton PCF Ouvrier électricien
1990 31 mars 1993 Roland Roche PCF  
11 juin 1993 octobre 2008 Daniel Toussaint PCF Conseiller général (1998-2009)
24 octobre 2008 en cours Françoise Baud PCF remplace Daniel Toussaint démissionnaire

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

  • La commune abrite une station d'assainissement des eaux (Seine-Amont), d'une capacité de 1 600 000 équivalent-habitants (600 000 m³/jour), dont l'exploitant est Degrémont pour le SIAAP, et qui traite les eaux usées de la majeure partie du Val-de-Marne et d'un tiers des habitants de l'Essonne.
  • Le parc départemental de la Plage bleue fait partie des projets de coulée verte de la région d'Île-de-France, avec ces 26,88 ha, réalisé à partir de 1987. Les efforts paysagers lui ont valu le Trophée du paysage en 1993 et une mention dans le prix de l’aménagement urbain 1994, décerné par Le Courrier des maires et des élus locaux[6].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 12 231 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474 546 492 478 577 594 621 584 605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
615 661 750 587 748 726 746 851 766
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
819 861 958 1 133 1 723 2 374 2 448 2 115 2 773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
7 713 10 539 11 152 10 621 11 110 11 426 12 105 11 940 12 231
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Programmée fin juin, le Carnavalenton est la grande fête populaire de la ville. Concerts, spectacles amateurs, dégustations, activités sportives se succèdent tout au long de la journée dans le cadre verdoyant du parc de la libération. Chaque année, un thème est mis à l’honneur, autour duquel s’articulent les festivités. En 2005, c’était le Brésil, en 2006 le Front Populaire. Pour l'édition 2007, il a été beaucoup question d’environnement ! Et en 2008 l'Afrique était au rendez vous.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Résidence hospitalière des Charmilles qui a compté parmi ses patients Guillaume Depardieu.
  • Résidence pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. ( ORPEA)

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Valenton fait figure d’exemple puisque plus de 1 000 emplois y ont été créés en 10 ans[Quand ?]. Sur ses six zones d’activités, on recense 195 entreprises[Quand ?]. Mais la ville compte aussi douze artisans, 65 commerçants et 39 professions libérales[Quand ?].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Parc de la plage bleue[modifier | modifier le code]

Au centre de la plaine alluviale Marne-Seine, le parc départemental de la plage bleue accueillait au début du siècle de fertiles cultures maraîchères. Puis, l’exploitation du sablon devenant industrielle, une mosaïque de petits bassins alimentés par la nappe phréatique investit les lieux. Au milieu des années 1960, un de ces plans d’eau fut peu à peu adopté par baigneurs et promeneurs. En 1979, confrontées à un accroissement de l’insalubrité, les autorités décidèrent de fermer ce plan d’eau au public. En 1987, dans une convention signée avec l’exploitant et la commune de Valenton, le Conseil général décida de créer un parc de 40 hectares, « l’un des maillons du projet régional de coulée verte ». L’originalité de ce parc contemporain, l’ampleur de ses volumes, son mobilier spécifique, lui ont valu le trophée du paysage en 1993, ainsi qu’une mention dans les prix de l’aménagement urbain 1994 décernés par Le Courrier des maires et des élus locaux.

Cimetière intercommunal du Val de Marne[modifier | modifier le code]

Cimetière paysager édifié en 1973 par l'urbaniste et architecte Robert Auzelle. A l'entrée du cimetière, le Jardin de la méditation des âges de la vie rassemble onze sculptures en granit réalisées par le sculpteur Pierre Székely[9].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le rappeur Guizmo a vécu une partie de sa jeunesse à Valenton, dans le quartier des Polognes. Il le revendique et y fait souvent allusion dans ses chansons.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Armes du Plessis-Trévise

Les armes de Valenton se blasonnent ainsi :

De gueules à la tour ronde du lieu d'argent, accostée de six épis de blé d'or réunis trois par trois en forme de fleur de lys, à la champagne cousue de sable chargée d'une grappe de raisin tigée et feuillée aussi d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. Michel Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque, page30.[réf. incomplète]
  4. Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak, Origine des noms de lieux de Paris et grande couronne [réf. incomplète]
  5. Au Val-Pompadour, on n'a pas oublié avril 1944
  6. Site du conseil général du Val de Marne À Valenton - Le parc départemental de la Plage bleue | Conseil général du Val-de-Marne.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  9. Cimetière intercommunal du Val de Marne