Olivier Le Daim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olivier Le Daim
Nom de naissance Olivier de Neckere
Naissance Vers 1428
Décès
Profession
Barbier
Autres activités
gentilhomme de la chambre du roi
capitaine du château de Loches
gouverneur de Saint-Quentin

Olivier Le Daim, né vers 1428 et mort en 1484, un des principaux conseillers du roi de France Louis XI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Son origine est inconnue et modeste. Il s'appelait Olivier de Neckere. Comme Necker signifie « le génie malfaisant des eaux » ou « le mauvais esprit » en flamand, on lui donna le surnom d'Olivier le Mauvais. C'est sous ce nom qu'on le rencontre pour la première fois dans un registre de comptes en 1461[1]. Louis XI interdit ce surnom en 1474[2]. Il reçut parfois aussi le surnom de le Diable.

Il était le fils de Jan De Neckere, barbier gantois établi à Tielt.

Au service du roi de France[modifier | modifier le code]

En 1457, fuyant le royaume de France, le dauphin Louis fait un séjour dans la ville de Tielt en Flandre, où il loge dans l'hôtellerie voisine de la maison des De Neckere. Il s'attache alors le jeune homme et en fait son barbier et valet de chambre. Lorsqu'en 1461, Louis revient en France pour monter sur le trône, celui-ci l'accompagne.

Pour récompense des services rendus en 1474, Louis XI par une même ordonnance change le nom de son valet en Le Daim, l'anoblit — il devient alors gentilhomme de la chambre du roi — et le fait comte de Meulan. Il fut également châtelain du Saussay à Ballancourt-sur-Essonne.

En 1476, il le nomme capitaine du château de Loches — qui sert de prison royale — et gouverneur de Saint-Quentin.

Olivier le Daim devient bientôt puissant et ne tarde pas à se faire des ennemis. En 1477, il parvient à s'emparer de la ville de Tournai au profit du roi de France[3].

Condamnation et exécution[modifier | modifier le code]

À la mort du roi, en août 1483, ses adversaires le font incarcérer à la Conciergerie avec un autre favori, Jean Doyac, qui ne sera condamné qu'au désoreillement[4]. Le Daim est aussitôt mis en accusation dans plusieurs affaires : vols, meurtres, emprisonnements arbitraires, etc. Condamné à mort, il est pendu au gibet de Montfaucon le . Dans l'œuvre de Victor Hugo, le roi Charles VIII de France lui accorda, deux jours après sa mort, la grâce d'être enterré à Saint-Laurent au lieu de la cave de Montfaucon où sont habituellement entassées les dépouilles des pendus[5].

Olivier Le Daim dans la Littérature[modifier | modifier le code]

La littérature a conservé de lui l'image de l'âme damnée du roi, notamment dans les œuvres suivantes :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boudet Jean-Patrice. Faveur, pouvoirs et solidarités sous le règne de Louis XI : Olivier Le Daim et son entourage. In: Journal des savants. 1986, N° pp. 219-257
  2. Olivier Le Dain
  3. Alexandre-Guillaume Chotin, Histoire de Tournai et du Tournésis, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours,Tome II, 1840, p. 54
  4. J. A. Piganiol de la Force, Description historique de la ville de Paris, t. IV, p. 87, Les Libraires associés, Paris, 1765.
  5. Notre-Dame de Paris - Livre onzième - Chapitre V

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Patrice Boudet, « Genèse et efficacité du mythe d'Olivier le Daim », in Médiévales, Volume 5, no 10, 1986, p. 5-16, [lire en ligne].
  • Jean-Patrice Boudet, « Faveur, pouvoirs et solidarités sous le règne de Louis XI : Olivier Le Daim et son entourage », in Journal des savants, Volume 4, 1986, p. 219-257, [lire en ligne].
  • M. de Barante, pair de France, histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, chez Ladvocat, libraire au Palais Royal, 1826 tome 11

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :