Société centrale d'aviculture de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Société centrale d'aviculture de France (SCAF), est une association à but non lucratif affiliée au ministère de l'Agriculture et reconnue d'utilité publique par un décret ministériel du 16 juillet 1912.


Description[modifier | modifier le code]

La SCAF regroupe les éleveurs amateurs sélectionneurs d'animaux de basse-cour (palmipèdes, gallinacés, pigeons mais aussi lapins) et d'ornement (oiseaux d'ornement, lapins nains, cobayes, poules naines dites Bantam), éleveurs qui dans leur activité de loisirs, pratiquent une aviculture de sélection.

La SCAF représente donc des éleveurs bénévoles qui pratiquent une aviculture que l'on qualifie indistinctement par les dénominations courantes : « aviculture de race pure », « aviculture de sélection » ou « aviculture sportive» (au sens où le vrai sportif est, dans l'esprit, amateur c'est-à-dire passionné, désintéressé et averti).

Objectifs[modifier | modifier le code]

La « sélection » consiste à maintenir des « races pures » par opposition aux races issues de lignées croisées de l'aviculture industrielle, c'est-à-dire des races définies selon des caractéristiques descriptives rigoureuses sur la base de leur phénotype et consignées historiquement dans des standards officiels.

Domaine[modifier | modifier le code]

Elle recouvre principalement un triple domaine d'élevage qui englobe, au total et à l'échelle avicole mondiale, plus de 1 100 races d'animaux :

  • l'élevage des gallinacés et palmipèdes, l'aviculture proprement dite (poules, canards, oies domestiques, etc) soit 317 races répertoriées dont 43 races de poules françaises.
  • l'élevage du pigeon de race (colombiculture) : 347 races homologuées en standard dont 23 races françaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

La SCAF voit le jour en 1919 à la suite de la fusion de la Société des aviculteurs français (créée en 1894) et de la Société nationale d'aviculture de France (créée en 1891).

Elle se transforme en confédération en 1991 pour regrouper tous les organismes qui s'intéressent à l'élevage des animaux de basse-cour aux niveaux : local, départemental, régional ou national ; organismes spécialisés ou non ; Fédération nationale des juges ainsi que personnes physiques. D'où son appellation Société centrale d'aviculture de France ou encore « Confédération nationale des associations d'éleveurs d'animaux de basse-cour et d'ornement ».

Organisation[modifier | modifier le code]

Elle se décline, à partir de la base « éleveurs », en associations de type loi 1901 qu'il est possible de rassembler en trois niveaux fonctionnels :

  • Niveau fonctionnel 1 : les éleveurs regroupés en clubs, sociétés, ententes, syndicats, conservatoires, amicales, unions… autant de formes d'organisation qui dénotent une richesse d'imagination propre et qui œuvrent au plus près des réalités avicoles du terrain.
  • Niveau fonctionnel 3 : une confédération centrale qui regroupe les organisations de domaine spécifique pour définir une politique d'action commune à l'échelon, à la fois, du territoire national, et de l'Europe via l'Entente européenne d'Aviculture et de Cuniculture.

Outils d'action[modifier | modifier le code]

  • Conseil d'administration de 30 membres
  • Patronage des expositions à caractère national
  • Salon de l'agriculture à Paris porte de Versailles (146e édition en 2009)
  • Identification des animaux
  • Formation des juges et officialisation de leur nomination
  • Attribution de la plus haute distinction pour les animaux expertisés par un groupe de juges, avec l'appellation « Prix du président de la République » (six vases de Sèvres par an).

Revue officielle[modifier | modifier le code]

La Revue avicole, édition Bimestrielle (122e année d'existence en 2012)

Entités officielles affilliées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]