Champlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Champlan
Champlan
L’hôtel de ville.
Blason de Champlan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Longjumeau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Communauté Paris-Saclay
Maire
Mandat
Christian Leclerc (DVD)
2014-2020
Code postal 91160
Code commune 91136
Démographie
Gentilé Champlanais
Population
municipale
2 796 hab. (2016 en augmentation de 7,7 % par rapport à 2011)
Densité 760 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 30″ nord, 2° 16′ 26″ est
Altitude Min. 43 m
Max. 125 m
Superficie 3,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Champlan

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Champlan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champlan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champlan
Liens
Site web ville-champlan.fr

Champlan[1] (prononcé [ ʃɑ̃pɑ̃] Écouter) est une commune française située à dix-huit kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France.

Partition du domaine de Palaiseau appartenant à la maison de Condé jusqu’à la Révolution, Champlan est maintenant un petit village, pourtant totalement intégré à l’agglomération parisienne, au territoire morcelé par les axes de communication terrestres et aériens. Lieu de villégiature au XIXe siècle, duquel subsistent de riches demeures, commune agricole jusqu’aux années 1970, Champlan conserve aujourd’hui encore son caractère champêtre à proximité directe de la capitale, ce qui permet à la municipalité de revendiquer le slogan « Champlan, pré de Paris ».

Ses habitants sont appelés les Champlanais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Champlan en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 48,0 % 178,96
Espace urbain non construit 14,6 % 54,43
Espace rural 37,4 % 139,71
Source : Iaurif[3]

Champlan est située au sud de l’agglomération parisienne, au nord-ouest du département français de l’Essonne, dans la région française d’Île-de-France, au cœur de l’ancienne province du Hurepoix, aujourd’hui région naturelle. Le territoire communal occupe trois cent soixante-huit hectares entre les pays de Longjumeau à l’est, Palaiseau à l’ouest et Massy au nord, espace en pente relativement douce sur le versant gauche de la vallée de l’Yvette. Seulement 46 % du territoire est construit, 38 % étant encore occupés par les espaces agricoles en 1999 et 16 % par des espaces urbains non construits. Le territoire s’étage de cent vingt-cinq mètres au nord-ouest de la commune à seulement quarante-trois mètres au sud-ouest, à proximité du lit de la rivière. L’Institut national de l'information géographique et forestière donne les coordonnées géographiques 48°42'33" N et 02°16'31" E au point central de son territoire[4]. L’Yvette marque la frontière sud-ouest avec la commune voisine de Villebon-sur-Yvette puis avec Saulx-les-Chartreux, prolongée à l’est par « La Morte » qui sert de lit de secours à la rivière principale en complément d’un bassin de rétention des eaux inclus au système de prévention des crues.

Le territoire de la commune est traversé par de nombreux axes routiers, l’autoroute A10 au nord, la route nationale 20 qui parcourt l’est des espaces de cultures, la route départementale 188 qui relie Massy au Parc d'activités de Courtabœuf et en son centre, la route départementale 117, ancienne route de Versailles à Corbeil qui coupe le territoire du nord-ouest au sud-est. S’ajoute du nord à l’est l’arc formé par la ligne de Grande Ceinture entre Massy et Longjumeau, empruntée par la ligne C du RER d'Île-de-France.

Champlan est située à dix-huit kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[5], point zéro des routes de France, quinze kilomètres au nord-ouest d’Évry[6], deux kilomètres à l’est de Palaiseau[7], huit kilomètres au nord de Montlhéry[8], treize kilomètres au nord-est d’Arpajon[9], dix-neuf kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[10], vingt-cinq kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[11], vingt-huit kilomètres au nord-est de Dourdan[12], trente-deux kilomètres au nord-est d’Étampes[13] et trente-sept kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Ruisseau La Boëlle à Champlan.

Champlan est situé sur la rive gauche de la rivière l’Yvette, et de son affluent La Boëlle[15] qui fait office de frontière au sud-ouest avec Villebon-sur-Yvette, puis avec Saulx-les-Chartreux. Elle se prolonge vers l’est par un bras mort, nommé « La Morte » qui poursuit la frontière jusque Longjumeau.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Situé à l’extrême est du plateau de Saclay, sur le versant gauche de la vallée de l’Yvette, le territoire de la commune s’étage en une pente relativement douce, débutant à cent vingt-cinq mètres d’altitude au nord-ouest à la frontière avec Palaiseau et Massy, pour chuter à soixante-quinze mètres en centre-ville sept cents mètres plus au sud-ouest, et atteindre les quarante-trois mètres mille cinq cents mètres plus loin dans le lit de la rivière La Morte à la frontière avec Saulx-les-Chartreux[16]. Situé dans le Bassin parisien, le sous-sol de la commune est composé de couches successives de sable et de meulière, de marne, gypse et calcaire[17].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune occupe approximativement un rectangle, il est bordé du nord-ouest au nord par Massy, au nord-est par Chilly-Mazarin, à l’est et au sud-est par Longjumeau. Au sud et sud-ouest, l’Yvette la sépare de Saulx-les-Chartreux et Villebon-sur-Yvette, à l’ouest, elle est bordée par Palaiseau.

Rose des vents Massy Massy Chilly-Mazarin Rose des vents
Palaiseau N Longjumeau
O    Champlan    E
S
Villebon-sur-Yvette Saulx-les-Chartreux Longjumeau

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Champlan est située en Île-de-France, elle bénéficie d’un climat océanique dégradé. En moyenne annuelle, la température relevée s’établit à 10,8 °C avec une maximale de 15,2 °C et une minimale de 6,4 °C. La température réelle maximale intervient en juillet avec 24,5 °C et la minimale en janvier 0,7 °C. Elle se distingue de Paris par un écart constant de température négatif de °C, qui s’explique notamment par la différence de densité urbaine entre la capitale et sa banlieue. L’influence du climat continental engendre des records extrêmes avec −19,6 °C relevés le et 38,2 °C le . L’ensoleillement est comparable aux régions du nord de la Loire avec 1 798 heures en moyenne sur l’année, et les précipitations sont également réparties avec une moyenne de cinquante millimètres par mois et un total de 598,3 millimètres de pluie. Le record de précipitations a été établi le avec 78,9 millimètres tombés en vingt-quatre heures.

Données climatiques à Champlan.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[18],[19].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par trois axes routiers ou ferroviaires importants pour la région, néanmoins, aucun n’est directement accessible. À l’extrême nord-est de la commune se trouve l’échangeur entre l’autoroute A10 et la route nationale 20. La première poursuit sa route vers l’ouest en traversant le nord du territoire de la commune, la seconde traverse la partie est en suivant son chemin vers le sud. À l’ouest de la commune passe la route départementale 188 qui assure la liaison entre Massy, le parc d'activités de Courtabœuf et Les Ulis. Au centre, la commune est traversée d’ouest en est par la route départementale 117, ancienne route de Versailles à Corbeil-Essonnes. Troisième axe d’importance régionale, la ligne de Grande Ceinture, aujourd’hui empruntée par la ligne C du RER d'Île-de-France, forme une courbe du nord à l’est dans son trajet entre Massy et Longjumeau, sans qu’aucune gare ne soit présente à Champlan.

À quelques mètres de la frontière avec Longjumeau se trouve la gare de Longjumeau desservie par la ligne C du RER, à deux kilomètres au nord-ouest est située la gare de Massy TGV et la gare de Massy - Palaiseau permettant l’interconnexion avec la ligne B du RER.

Un réseau d’autobus assure le transport scolaire, un autobus permet la desserte du centre commercial Villebon 2 pour les personnes non véhiculées chaque dernier vendredis du mois[20]. La ligne de bus RATP 199 traverse la commune en suivant la route de Versailles à Corbeil et dispose de cinq arrêts[21].

L’aéroport Paris-Orly n’est situé qu’à sept kilomètres au nord-est de la commune, Champlan se trouve d’ailleurs dans l’axe du couloir aérien des pistes 3 et 4. La commune est aussi situé à trente-neuf kilomètres de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle et treize kilomètres au sud-ouest de l’aéroport de Toussus-le-Noble spécialisé en aviation de tourisme et d’affaires.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune, peu étendue, ne dispose pas de quartiers distincts. La plupart des constructions sont concentrées en centre-ville, autour de la mairie ou plus bas, de l’église. À l’ouest, à proximité de Palaiseau, de nouveaux lotissements pavillonaires sont bâtis. À l’est et au nord, les zones d’activités La Bonde et Le Chemin Blanc sont en partie sur le territoire de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Pladanum[22] et Campus Pladani en 670, Campiplatum en 863 (charte de Charles II le Chauve), Champelant au XIe siècle (titres de propriété du prieuré de Longpont)[23], Champlant en 1151[22], Campus planus en 1218[22], Campiplantum au XIIIe siècle[22], E. de Campis plantu en 1458[22], Campi planctus au XVIe siècle, Champlan au XVIIIe siècle (Carte de Cassini).

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Champ- (gallo-roman CAMPU, issu du latin campus « champ »), pour laquelle l'identification du second élément -plan pose problème.

Albert Dauzat et Charles Rostaing rapprochent ce toponyme de Champlain, mais ne citent aucune forme ancienne. Ils considèrent le second élément -plan comme obscur et évoquent sans conviction l'adjectif latin planus (comprendre le gallo-roman PLANU) et l'ancien français plain « en plaine »[24]. Ernest Nègre qui ne cite pas de forme ancienne non plus, leur emboite le pas, tout en précisant qu'il s'agit du terme d’oïl champ, suivi de plan « plat » qui est la modernisation de plain[25].

Les formes les plus anciennes s'opposent cependant à ces interprétations. La première Campus Pladani suggère un « champ des platanes », le [t] étant régulièrement devenu [d] à l'intervocalique, puis il s'est amuï en ancien français d'où -plan (plane étant l'ancien nom du platane qui s'est conservé en anglais). La seconde Campiplatum résulte d'une confusion avec le latin platum « plat », mais ne peut être pour des raisons phonétiques, l'étymologie de -plan, en effet le n régulier dans les autres formes anciennes et dans la forme moderne s'y oppose, il s'agit donc d'une mauvaise latinisation. La forme Champlant du XIe siècle suivantes montrent une attraction du mot plant déverbal de planter, dont la forme moderne plan résulte d'une confusion avec plan « plat »[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le site de Champlan est occupé de manière attestée depuis 500 av. J-C par les peuples gaulois et notamment les Parisii, occupation renforcée par la construction d’un oppidum gallo-romain[27]. Des vestiges du Néolithique ont été découverts lors de fouilles d’archéologie préventive en 1967, notamment un habitat de la Tène III[28].

La première mention du nom Campiplatum est citée dans une charte de Charles II le Chauve en 863.

Village dépendant[modifier | modifier le code]

Carte de « Champlan » selon Cassini.
Plan d’intendance de la paroisse de Champlan en 1784.

Au XIIe siècle, le village fut attribué aux moines bénédictins de Longpont, rattaché à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Cette donation fut confirmée par une bulle du pape Eugène III en 1151. Après avoir bâti l’église, les religieux s’implantent un peu plus en 1324 par l’achat du manoir à proximité, avant que le domaine ne soit intégré à la châtellenie de Montlhéry dépendante de la prévôté de Paris.

En 1577, par son mariage avec Catherine des Ursins, Claude d’Harville devint seigneur de Palaiseau et de Champlan. En 1636, leur petit-fils François des Ursins d’Harville était toujours seigneur de Champlan. En 1652, durant la Fronde, les troupes royales commandées par le maréchal de Turenne campèrent à Champlan mais pillèrent le village et l’église. En 1687, Michel Chamillart, futur contrôleur général des finances et secrétaire d’État de Louis XIV s’installa dans une demeure du village.

En 1701, à la mort de François d’Harville sans descendance masculine, le domaine, toujours lié à Palaiseau, revint à son gendre Nicolas-Simon Arnauld de Pomponne, fils du diplomate Simon Arnauld de Pomponne. En 1758, le domaine fut vendu par ses petits-enfants au roi Louis XV. Mais le , le roi profitant de la succession de mademoiselle de Sens échangea les terres de Palaiseau et Champlan contre le comté de Charolais. Elle avait offert le mobilier en bois de l’église. En 1765, c’est le Prince de Bourbon-Condé qui hérita des deux domaines, qu’il conserva jusqu’à la Révolution. En 1768 fut construite la première école du village[29].

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

En 1793, l’écrivaine Sophie Cottin s’installa dans la commune. Après être passé entre les mains de Georges Ribot (fils de l’académicien et sénateur du Pas-de-Calais Alexandre Ribot), la demeure de Bonneval fut vendue en 1828 à Jean-Bernard Baradère, conseiller d’État. Durant la guerre de 1870, les Prussiens occupèrent le territoire et pillèrent le village. La commune s’équipa d’un lavoir, puis au début du XXe siècle d’une mairie.

Au début du siècle dernier, la ligne de la grande ceinture de Paris coupa le territoire en deux, vite rejointe entre 1970 et 1972 par l’autoroute A10 au nord. Le , après le démembrement du département de Seine-et-Oise, Champlan fut intégrée au nouveau département français de l’Essonne et abandonna son ancien code postal, le 78136. Entre 1969 et 1970 fut construite la résidence HLM expérimentale « Toit et Joie ». En 1976, la municipalité acquit la propriété Chamillart-Gravelin pour en faire un parc public et une salle polyvalente.

En 2007, la commune intégra la Communauté d'agglomération Europ'Essonne.

Début 2015, le permis d'inhumer un nourrisson, décédé dans la nuit du 25 au 26 décembre 2014, et appartenant à la communauté rom, n'est pas délivré, ce qui provoque une polémique[30].

Avec près de 520 000 véhicules par jour sur les voies routières avoisinantes, quatre cents mouvements aériens engendrés par la proximité de l’aéroport Paris-Orly, deux usines d’incinération dans les communes limitrophes, plusieurs lignes à haute tension traversant le territoire, Champlan a hérité du titre peu envieux de « village le plus pollué d’Île-de-France »[31].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Lors du premier recensement des personnes en 1793, le village de Champlan comptait quatre cent quarante-et-un habitants. Il connut une croissance progressive et régulière jusqu’en 1856 où il atteint cinq cent soixante-dix-huit habitants avant un premier accident qui fit perdre en seize ans cinquante habitants pour retomber à cinq cent vingt huit en 1872, en partie à cause des pertes de la guerre de 1870 où le territoire fut occupé. Après cela, la population crut fortement, passant à sept cent seize champlanais en 1881 avant un nouvel accident en 1891 et une chute à six cent quatre-vingt-quinze personnes, pour remonter à sept cent quatorze en 1896 et rechuter à six cent quatre-vingt-neuf résidents en 1901. De cette date, la population réussie à croître sans cesse malgré les trente morts durant les conflits mondiaux[32], pour atteindre neuf cent quatre-vingt une personnes en 1936, mille deux cent onze en 1954, deux mille quatre-cent vingt-et-un en 1975 pour se stabiliser à deux mille quatre cent quarante-quatre lors du recensement partiel de 2007. En 1999, 8,7 % de la population champlanaise était d’origine étrangère et 11,1 % des foyers étaient composés de familles monoparentales[33].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[35].

En 2016, la commune comptait 2 796 habitants[Note 1], en augmentation de 7,7 % par rapport à 2011 (Essonne : +5,07 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441492496497526533561560576
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
578556546528600716713695714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6897217367569279769819781 211
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 6071 8592 4212 4462 4912 4582 4392 4442 667
2016 - - - - - - - -
2 796--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges de Champlan est relativement conforme à celle du département avec toutefois un léger déficit d’habitants nés entre 1992 et 2006. Pourtant, en 1999, 31,7 % de la population avait moins de vingt-cinq ans, ce qui marque une présence importante de jeune adulte et un déficit d’enfants en bas âge[33]. Globalement, la population communale est surtout composée d’adultes, les séniors ne représentant en 1999 que seulement un 18 % à être âgés de plus de soixante ans à cette date[38].

Pyramide des âges à Champlan en 2009 en pourcentages[39].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
3,9 
75 à 89 ans
6,3 
10,9 
60 à 74 ans
11,8 
20,9 
45 à 59 ans
22,1 
21,7 
30 à 44 ans
21,9 
21,2 
15 à 29 ans
20,2 
21,3 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[40].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Champlan est rattachée au canton de Longjumeau représenté par les conseillers départementaux Sandrine Gelot-Rateau (UMP) et Claude Pons (UMP), intégrée à la quatrième circonscription de l'Essonne représentée par la députée NKM (UMP). Son maire actuel est Christian Leclerc (DVD), élu par le conseil municipal composé de dix-neuf conseillers (dix huit actuellement, un ayant démissionné deux ans après son élection), il est assisté de cinq adjoints[41]. L’Insee lui attribue le code 91 3 35 136[42]. La commune de Champlan est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 101 367. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[43].

La commune disposait en 2009 d’un budget de 5 451 000 €, répartis en 4 707 000 € de fonctionnement et 744 000 € d’investissement[44], financés pour 19,82 % par les impôts locaux[45], la même année la dette communale s’élevait à 997 000 €[46]. Cette même année, les taux d’imposition s’élevaient à 7,88 % pour la taxe d'habitation, 9,90 et 29,50 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti et 11,18 % pour la taxe professionnelle fixée par l’intercommunalité[47]. La commune disposait en 2009 sur son territoire de soixante-quinze logements sociaux gérés par la société Toit et Joie[48], ce qui ne représente que 7,46 % du parc totale, loin de l’objectif fixé par la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La commune adhère à la communauté d'agglomération Europ'Essonne pour son développement économique[49], au SIAHVY pour la sauvegarde et l’aménagement de la vallée de l’Yvette[50], au SIEI pour l’accompagnement des enfants inadaptés[51] et au SIOM pour le traitement des ordures ménagères[52]. La Poste applique le code postal 91160 correspondant au bureau distributeur de Longjumeau.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Trente maires se sont succédé à la tête de la commune de Champlan depuis l’élection du premier en 1790 :

Liste des maires successifs[53],[54]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 André Louis Giboury   Président du comité provisoire de la Libération
1945 1947 Jean-François Chevallier    
1947 1947 Edmond Heurtaux    
1947 mars 1965 Georges Pilorge    
mars 1965 1990 Guy Broyde    
1990 mars 2001 Gérard Plumerand DVD  
mars 2001 mars 2008 Marc Loué DVD Réélu en 2003[55]
mars 2008 En cours Christian Leclerc DVD Cadre du secteur privé
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

La vie politique de Champlan est partagée, avec des résultats de scrutins suivants les grandes tendances nationales. Les dernières échéances ont vu la victoire de la droite dans des proportions comparables au reste du pays, respectivement 53,79 % à la présidentielle et 57,08 % aux législatives pour 53,06 %[56] et 49,13 %[57] en France. En 2002, les électeurs champlanais ont même renforcés la tendance nationale de vote en faveur de l’extrême droite à la présidentielle avec 18,81 % des voix accordées à Jean-Marie Le Pen contre seulement 15,04 % sur le département[58] et 17,79 % en France[59]. De même en 2004, la population champlanaise a suivi la mouvance nationale en accordant 26,04 % des voix à la gauche d’Harlem Désir lors de l’élection européenne, conformément au 25,04 % obtenus sur la circonscription d’Île-de-France[60] ou au 27,26 % obtenus en Essonne[61]. Cette victoire de la gauche s’est retrouvée la même année pour l’élection régionale, le candidat socialiste l’emportant à Champlan avec 50,11 % des voix, comme sur la région avec 49,16 %[62] ou sur le département avec 51,31 %[63]. Enfin, lors du référendum de 2005, la population du village marqua encore plus fortement que l’ensemble des français son rejet du texte avec 56,69 % des voix contre, soit deux points de plus que le résultat national[64], et dix points de plus que le résultat régional[65]. Au niveau local, la commune n’ayant pas atteint le palier des 3 500 habitants, les électeurs votent encore au scrutin majoritaire plurinominal.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Champlan est rattachée à l’académie de Versailles. Elle dispose de l’école maternelle des Saules et de l’école primaire de la Butte[80]. Au-delà, les élèves se rendent au collège Louis Pasteur et aux lycées Jacques Prévert ou Jean Perrin de Longjumeau[81]. Un centre de loisirs accueille les enfants durant les congés scolaires. Un espace jeunes accueille les adolescents.

Un centre de loisirs, propriété de la ville de Bagneux, est encore en activité.

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre hospitalier de Longjumeau assure le traitement des urgences, il est complété par l’hôpital privé Jacques Cartier de Massy. Un médecin[82], un chirurgien-dentiste[83], une pharmacie[84] sont installés sur la commune.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose d’aucun service public sur son territoire. La sécurité est assurée par le centre de secours et poste de commandement de groupement et la gendarmerie de Palaiseau. Un policier municipal participe à la surveillance des biens et personnes. L’organisation judiciaire française rattache la commune au tribunal d’instance et conseil de prud’hommes de Longjumeau et aux tribunaux de commerce et de grande instance d’Évry, tous rattachés à la cour d'appel de Paris.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune n’a pas développé d’association de jumelage.

Vie quotidienne à Champlan[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d’un conservatoire de musique, elle est associée au théâtre de Longjumeau. Six associations participent à l’animation culturelle du village. Une salle polyvalente est à la disposition des Champlanais.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune est équipée d’un complexe sportif, constitué d’un gymnase, d’un terrain de football et de cinq courts de Tennis. Onze associations organisent et enseignent les activités sportives.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Germain.

La paroisse catholique commune à Saulx-les-Chartreux dépend du diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes et du doyenné de Longjumeau. Elle dispose de l’église consacrée à l’évêque Germain d'Auxerre[85]. La fête patronale se tient lors du week-end de Pentecôte[28], il s'agit de la Fête Champêtre.

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain diffuse une édition pour le Nord-Essonne qui traite en partie des informations du secteur. La chaîne de télévision régionale Télif, qui a repris les programmes de Téléssonne, diffuse des informations locales sur le réseau satellite et ADSL. S’ajoute la chaîne France 3 Paris Île-de-France Centre disponible dans tout le bassin parisien.

Économie[modifier | modifier le code]

Champlan est intégrée par l’Insee au bassin d'emploi de Boulogne-Billancourt[86] qui regroupe vingt-huit communes et 820 000 habitants, les champlanais ne représentant qui 0,31 %.

En 1999, trente-deux entreprises ont été créées sur Champlan[87]. Quatre zones industrielles sont implantées sur la commune, l’Orme Saint-Germain, les Pouards, les Clotais et le Chemin Blanc[88]. Depuis , la commune est intégrée à l’Opération d'Intérêt National de Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines[89]. L’horticulture et l’arboriculture sont encore importante sur la commune.

L’environnement champlanais cumule, selon un article de L'Express, une somme de nuisances inégalées. Le territoire est survolé par le couloir aérien de l’aéroport Paris-Orly et des lignes à très haute tension, entouré par deux autoroutes et une route nationale et situé à proximité de deux incinérateurs de déchets[90]. Ces risques cumulés ont entraîné le lancement d’une étude menée par l’Ademe[91] sur la commune et ses habitants.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

La population active comptait en 1999 1 231 personnes, dont 8,9 % étaient au chômage[92], les actifs étant majoritairement des employés (34,3 %) ou des professions intermédiaires (26,6 %), les cadres ne représentant que 10,1 % et les agriculteurs 1,7 %[93] avec vingt personnes encore en activité agricole sur la commune. En 2004, le revenu moyen par ménage s’élevait à 18 961 euros[94]. En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 39 461 €, ce qui plaçait Champlan au 2 774e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[95].

Répartition des emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Champlan 0,6 % 5,9 % 18,9 % 27,5 % 18,2 % 28,9 %
Zone d’emploi de Boulogne-Billancourt 0,0 % 3,9 % 34,9 % 26,9 % 23,8 % 10,4 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteur d'activité en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Champlan 2,1 % 17,4 % 15,5 % 24,9 % 17,5 % 4,3 %
Zone d’emploi de Boulogne-Billancourt 0,2 % 11,7 % 3,9 % 10,7 % 29,8 % 9,7 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[96]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc Gravelin.

Les bois au nord-ouest du territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[97].

Plus d’un tiers de l’espace de la commune était, en 1999, constitué de terrains ruraux, principalement au nord-est près de l’échangeur autoroutier et au sud-est de la commune au bord de la rivière.

Deux parcs communaux sont à la disposition de la population, la Butte Chaumont au nord-ouest qui occupe onze hectares et le parc de Gravelin au centre, face à l’église qui s’étend sur quatre hectares.

En outre, la commune est associée au « Triangle Vert des villes maraîchères du Hurepoix » qui vise à promouvoir une agriculture péri-urbaine économiquement viable et garantissant un développement durable[98].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Aucune construction champlanaise n’est classée ou inscrite aux monuments historiques. La commune accueille cependant un certain nombre de bâtiments remarquables.

L’église du village, dont les fondations datent du XIIe siècle a été reconstruite au XIIIe siècle et agrandie au XVIIIe siècle[99]. Elle est agrémentée d’un autel en bois[100], d’une chaire[101], d’un confessionnal[102] et de stalles[103] du XVIIIe siècle. À proximité de l’église subsiste le manoir des religieux de Longpont qui fut bâti au XIVe siècle[104].

Plusieurs demeures sont encore présentes à Champlan, dont la Demeure Chamillart-Gravelin du XVIe siècle[105], la Demeure Brunet-Debladis du XVIIe siècle[106], la Demeure Broyde[107]. S’ajoutent la propriété Boyer du XVIIIe siècle[108] et les dépendances de la propriété Gravelin[109]. Le lavoir[110] du XIXe siècle et la mairie[111] complètent le patrimoine architectural.

En 2011 la municipalité achète le Moulin de la Bretèche (propriété de la ville de Bagneux) pour un peu plus de 900 000  ; prévu à l'origine pour les associations, il est très peu utilisé.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Champlan :

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Champlan

Les armes de Champlan se blasonnent : De gueules à la croix d’argent chargée de cinq coquilles de sable, au chef ondé d’or.[112] Les ornements extérieurs sont Écu surmonté d’un casque à lambrequin avec deux génies ailés en soutien.

Le blason de la commune est celui de la famille de Harville, seigneurs du lieu de 1597 à 1701[113].

Champlan dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

  • Un diable est sculpté dans le pilier soutenant la chaire, seul reste de l’église du XIIe siècle[114].
  • Les champlanais porte le surnom de « mangeux d’ânes ». L’âne ou le mulet sont considérés par les anciens comme l’animal mascotte du village.
  • Champlan est un nom couramment utilisé pour désigner des lieux-dits. C’est ainsi un hameau du village de Pruno en Haute-Corse, de la commune de Grimisuat en Suisse, des communes de Chambave, Aymavilles et Ayas en Italie.
  • Champlan, et plus précisément le lieu-dit des Champarts a servi de lieu de tournage du film de Robert Enrico Les Aventuriers sorti en 1967[115].
  • Champlan a servi au tournage du dernier Star Wars.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Champlan dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 10/06/2008.
  3. Mode d’occupation du sol en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 01/11/2010.
  4. Fiche de Champlan sur le site de l’IGN. Consulté le 06/09/2008.
  5. Orthodromie entre Champlan et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  6. Orthodromie entre Champlan et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  7. Orthodromie entre Champlan et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  8. Orthodromie entre Champlan et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  9. Orthodromie entre Champlan et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  10. Orthodromie entre Champlan et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  11. Orthodromie entre Champlan et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  12. Orthodromie entre Champlan et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  13. Orthodromie entre Champlan et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  14. Orthodromie entre Champlan et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 11/08/2012.
  15. Fiche de la Boëlle sur le site du Sandre. Consulté le 14/11/2009.
  16. « Données géographiques » sur Géoportail (consulté le 21/02/2013.).
  17. %2FC49 Fiche géologique de Champlan sur le site du BRGM. Consulté le 12/08/2012.
  18. (fr) « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  19. (fr) « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  20. Informations des transports sur le site officiel de la commune. Consulté le 28/06/2008.
  21. Plan de la ligne 199 sur le site de la RATP. Consulté le 28/06/2008.
  22. a b c d et e Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  23. L’origine du nom de la commune sur son site officiel. Consulté le 29/06/2008.
  24. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 140a
  25. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève, 1996, p. 1304, no 24250 (lire en ligne) [1]
  26. Site du CNRTL : étymologie de plan
  27. L’Oppidum de Champlan sur le site du CNRS. Consulté le 06/07/2008.
  28. a et b « Champlan sur le site du Quid. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 12/07/2008.
  29. Histoire de Champlan sur le site officiel de la commune. Consulté le 06/07/2008.
  30. « Essonne : l'enterrement d'un bébé Rom refusé à Champlan », sur leparisien.fr, (consulté le 3 janvier 15).
  31. Journal Le Parisien du 13 novembre 2008
  32. Memorialgenweb.org - Champlan : monument aux morts, consulté le 21/03/2009.
  33. a et b Données démographiques sur le site de la mission interministérielle à la ville. Consulté le 22/06/2008.
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  38. Répartition par sexe et tranches d’âges sur le site de l’INSEE.
  39. Pyramide des âges à Champlan en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 31/07/2012.
  40. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  41. Présentation de l’équipe municipale sur le site officiel de la commune. Consulté le 29/06/2008.
  42. Champlan sur le site de l’Insee. Consulté le 19/09/2009.
  43. Fiche entreprise de la commune de Champlan sur le site verif.com Consulté le 08/03/2011.
  44. Comptes municipaux sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 07/12/2010.
  45. Analyse détaillée des comptes municipaux sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 07/12/2010.
  46. Endettement municipal sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 07/12/2010.
  47. Taux d’imposition sur le site taxe.com Consulté le 07/12/2010.
  48. Répartition du patrimoine social par communes et par bailleurs sur le site de l’Aorif. Consulté le 15/05/2010.
  49. Champlan sur le site officiel d’Europ’Essonne. Consulté le 29/06/2008.
  50. Champlan sur le site du SIAHVY. Consulté le 29/06/2008.
  51. Liste des communes sur le site du SIEI. Consulté le 03/08/2008.
  52. Champlan sur le site du SIOM. Consulté le 29/06/2008.
  53. Liste des maires de Champlan, sur mairesgenweb.org (consulté le 29 juin 2008)
  54. Courrier du 20 mars 2009 transmis par les services municipaux, extrait du livre de Champlan.
  55. « Le « faux » maire dirige la commune par intérim », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne)
  56. Résultat national de la présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  57. Résultats nationaux de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  58. Résultats de l’élection présidentielle 2002 par département sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  59. Résultats nationaux de l’élection présidentielle de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  60. Résultats de l’élection européenne 2004 en Île-de-France sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  61. Résultats de l’élection européenne 2004 en Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  62. Résultats de l’élection régionale 2004 en Île-de-France sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  63. Résultats de l’élection régionale 2004 en Essonne sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  64. Résultat français du référendum de 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  65. Résultat francilien du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 05/07/2008.
  66. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  67. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  68. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  69. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  70. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  71. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 20/06/2012.
  72. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  73. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 11/06/2009.
  74. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  75. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/03/2010.
  76. Résultats de l’élection cantonale 2008 sur le site du Ministère de l’Intérieur. Consulté le 10/03/2008.
  77. Résultats de l’élection municipale 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/01/2013.
  78. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 09/05/2009.
  79. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2008.
  80. Annuaire des écoles sur le site de l’inspection académique de l’Essonne. Consulté le 01/09/2010.
  81. Carte du bassin d’enseignement de Massy sur le site de l’inspection académique. Consulté le 29/06/2008.
  82. Annuaire des médecins sur le site du conseil de l’ordre. Consulté le 05/07/2008.
  83. Liste des chirurgiens dentistes sur le site de l’ordre national. Consulté le 05/07/2008.
  84. Liste des pharmacie sur le site de l’ordre. Consulté le 05/07/2008.
  85. Paroisse de Champlan sur le site du diocèse d’Évry. Consulté le 22/06/2008.
  86. Présentation de la zone d’emploi de Boulogne-Billancourt sur le site de l’Insee. Consulté le 06/07/2008.
  87. Tissu économique sur le site l’internaute.com Consulté le 06/07/2008.
  88. Localisation des zones d’activités sur le site zones-activites.net Consulté le 06/07/2008.
  89. Rapport du préfet d’Île-de-France au premier ministre sur le site de la préfecture. Consulté le 06/07/2008.
  90. Champlan, village test sur le site de L’Express. Consulté le 06/07/2008.
  91. Étude de l’Ademe sur le site officiel de la commune. Consulté le 06/07/2008.
  92. Population active à Champlan sur le site de l’Insee. Consulté le 06/07/2008.
  93. Répartition par catégorie socio-professionnelle sur le site de l’Insee. Consulté le 06/07/2008.
  94. Chiffres économiques sur le site l’internaute.com Consulté le 06/07/2008.
  95. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  96. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  97. Carte des ENS de Champlan sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 03/2019.
  98. Site officiel du Triangle Vert. Consulté le 07/08/2008.
  99. Présentation de l’église Saint-Germain sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  100. Présentation de l’autel de l’église sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  101. Présentation de la chaire de l’église sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  102. Présentation du confessionnal de l’église sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  103. Présentation des stalles de l’église sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  104. Présentation du manoir des religieux de Longpont sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  105. Présentation de la demeure Chamillart-Gravelin sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  106. Présentation de la demeure Brunet-Debladis sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  107. Présentation de la demeure Broyde sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  108. Présentation de la propriété Boyer sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  109. Présentation de la propriété Gravelin et ses dépendances sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  110. Présentation du lavoir de Champlan sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  111. Présentation de la mairie de Champlan sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  112. Gaso, la banque du blason. Consulté le 22/06/2008.
  113. Explication du blason de la commune sur son site officiel. Consulté le 22/06/2008.
  114. Présentation du diable de l’église sur le site Topic-Topos. Consulté le 05/07/2008.
  115. Liste des films tournés à Champlan sur le site L2TC.com Consulté le 23/08/2012.