Vauhallan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vauhallan
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Vauhallan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Gif-sur-Yvette
Intercommunalité Communauté d'agglomération Communauté Paris-Saclay
Maire
Mandat
François Hillion
2014-2020
Code postal 91430
Code commune 91635
Démographie
Gentilé Vauhallanais
Population
municipale
1 941 hab. (2014)
Densité 581 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 03″ nord, 2° 12′ 20″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 154 m
Superficie 3,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Vauhallan

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Vauhallan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vauhallan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vauhallan
Liens
Site web vauhallan.fr

Vauhallan[1] (prononcé [voalɑ̃] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à dix-sept kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Vauhallanais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Vauhallan en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 17,5 % 58,48
Espace urbain non construit 8,0 % 26,66
Espace rural 74,6 % 249,88
Source : Iaurif[3]

Vauhallan est située à dix-sept kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, vingt et un kilomètres au nord-ouest d'Évry[5], quatre kilomètres au nord-ouest de Palaiseau[6], douze kilomètres au nord-ouest de Montlhéry[7], seize kilomètres au nord-ouest d'Arpajon[8], vingt-quatre kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[9], vingt-sept kilomètres au nord-est de Dourdan[10], trente kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[11], trente-quatre kilomètres au nord-est d'Étampes[12], quarante-deux kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le ru de Vauhallan, un affluent de la Bièvre[14].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saclay Bièvres Igny Rose des vents
Saclay N Igny
O    Vauhallan    E
S
Saclay Saclay Palaiseau

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Vauhallan est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé. En moyenne annuelle, la température relevée s'établit à 10,8 °C avec une moyenne maximale de 15,2 °C et une moyenne minimale de 6,4 °C. La température réelle maximale intervient en juillet avec 24,5 °C et la réelle minimale en janvier avec 0,7 °C. Elle se distingue de Paris par un écart constant négatif de deux degrés, qui s'explique notamment par la différence de densité urbaine entre la capitale et sa banlieue. L'influence du climat continental engendre des records extrêmes avec −19,6 °C relevés le et 38,2 °C enregistrés le . L'ensoleillement est comparable aux régions du nord de la Loire avec 1 798 heures en moyenne sur l'année, et les précipitations sont également réparties avec une moyenne de cinquante millimètres par mois et un total de 598,3 millimètres de pluie sur l'année. Le record de précipitations a été établi le avec 78,9 millimètres tombés en vingt-quatre heures.

Données climatiques à Vauhallan.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[15],[16].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose d'aucune gare sur son territoire, la plus proche étant à Igny. Elle est desservie toutefois par deux lignes de bus : la ligne 119 du réseau de bus RATP circulant du lundi au samedi et permettant aux habitants de se rendre vers Massy et par la ligne 16 du réseau de bus Mobicaps circulant aux heures de pointe en semaine entre Saclay et la gare d'Igny.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté anciennement sous la forme latinisée Valli Hellandi en 1281[17], Vallis Hellandi au XIIe siècle et Vallis Halani (sans date)[18], Vauherland ou Vauhalant en 1370[17].

La commune fut créée en 1793 sous le nom de Vanhallan, le Bulletin des lois de 1801 introduisit la version Vaux-Challan et Vauhallan[19].

Cette formation toponymique est comparable à d'autres dans la région parisienne, par exemple Vaucresson (Vallis Crisonis au XIe siècle) composé avec le nom de personne germanique Crisso, et à Vaudherland (Vallis Derlandi au XIIIe siècle), composé soit avec la préposition de, c'est-à-dire d'Herland[20], soit avec le nom de personne germanique Darland[21].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Vau-, forme issu de val « petite vallée », dont le [l] s'est souvent vocalisé devant une autre consonne, ici anciennement [h]. Le second élément est sans doute le nom de personne germanique Hariland devenu Helland / Hallan par assimilation de [r] à [l] et [a] par fausse régression. On le retrouve dans les noms de famille Herland, Herlant et Hallant, encore fréquents au nord de la France[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vauhallan était un domaine de la couronne, que Charles V donna aux Célestins de Paris en 1375.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[24],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 941 habitants, en diminution de -2,07 % par rapport à 2009 (Essonne : 4,75 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
261 276 274 271 274 310 291 301 274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
291 315 332 303 311 311 296 310 310
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
337 369 371 352 511 546 561 545 723
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 085 1 757 1 856 1 775 1 795 2 058 1 997 1 943 1 941
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Vauhallan en 2009 en pourcentages[26].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
6,7 
75 à 89 ans
10,7 
13,9 
60 à 74 ans
16,3 
24,5 
45 à 59 ans
24,2 
18,5 
30 à 44 ans
19,9 
17,2 
15 à 29 ans
9,9 
18,9 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[27].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Vauhallan est rattachée au canton de Gif-sur-Yvette, représenté par les conseillers départementaux Michel Bournat (UMP) et Laure Darcos (UMP), à l'arrondissement de Palaiseau et à la cinquième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Maud Olivier (PS).

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 03 635[28]. La commune de Vauhallan est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 106 358. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[29]. En 2007, la commune a reçu le label « Ville Internet @@ »[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[31].
Période Identité Étiquette Qualité
2001 décembre 2013 Roger Martinache DVD Gérant de société[32]
décembre 2013 en cours François Hillion DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Vauhallan sont rattachés à l'académie de Versailles. Elle dispose sur son territoire de l'école primaire des Sablons[47].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune de Vauhallan dispose d'un cabinet médical où exercent trois médecins et des infirmières. On peut également y trouver deux cabinets de dentiste et un cabinet d'ostéopathe.

Services publics[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Vauhallan n'a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Vauhallan[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Différentes activités culturelles sont proposées par la commune, comme par exemple l'art plastique, la musique,... supervisées par Le LCV (Loisir et Culture de Vauhallan) ainsi qu'un atelier d'art floral.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune est équipée d'une salle de danse, d'un gymnase, d'une plaine de jeux, d'un terrain d'évolution ainsi que d'un terrain de foot, où sont pratiquées plusieurs activités comme la danse classique, le hip-hop, la gymnastique, le yoga, la danse de salon, le foot, ... supervisées par l'ESV (Etoile Sportive de Vauhallan).

L'église Saint-Rigomer-et-Sainte-Ténestine.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Vauhallan est rattachée au secteur pastoral de Palaiseau et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Rigomer-et-Sainte-Ténestine. L'abbaye Saint-Louis-du-Temple est implantée sur son territoire[48].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 31 153 €, ce qui plaçait la commune au cinquantième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au quatrième rang départemental[49].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Vauhallan 0,0 % 13,3 % 16,4 % 41,9 % 18,6 % 9,8 %
Zone d'emploi de Boulogne-Billancourt 0,0 % 3,9 % 34,9 % 26,9 % 23,8 % 10,4 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Vauhallan 0,6 % 13,0 % 0,0 % 11,1 % 10,4 % 12,0 %
Zone d'emploi de Boulogne-Billancourt 0,2 % 11,7 % 3,9 % 10,7 % 29,8 % 9,7 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[50],[51],[52]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les bois au nord et au sud du village ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[53].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Niché au creux d'un vallon entouré de bois, le village a su préserver la nature qui l'entoure et les richesses de son passé. Sur un monticule, au centre de la cité, se dresse l'église rénovée au XIIIe siècle qui possède une crypte construite au VIe siècle. L'église a été inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [54],[55]. L'édifice religieux primitif fut commandé par Childebert Ier, l'un des fils de Clovis, en mémoire du miracle dont il fut le témoin. En l'honneur des saints qui opérèrent le miracle, le sanctuaire reçut le nom de Saint-Rigomer-et-Sainte-Ténestine[56].

  • Jouxtant l'église, on trouve une croix de prédication fleur de lisée datant de 1602 qui a été classée à l'inventaire des monuments historiques en 1927[57]. Une association indépendante A.R.E.VA œuvre pour la restauration de cette église[58].

- Vie rurale d'autrefois : en déambulant sur le territoire de Vauhallan, on découvre, au détour d'une rue, des maisons anciennes possédant encore des lucarnes à foin, une cabane à fraises, un lavoir qui évoquent la vie rurale d'autrefois, ainsi que des vestiges des quatre grands fiefs tenus jadis par des seigneurs.

  • La ferme des Arpentis (XIe siècle), à l'orée du plateau de Saclay, est l'un des derniers fleurons. Elle a été inscrite à l'inventaire des monuments historiques le [59].
  • Dominant la plaine de Palaiseau, un colombier du XIIe siècle contemple les champs de blé, de maïs ou de colza. Au loin, il est possible d'entrevoir les bâtiments de l'École Polytechnique et du Centre de recherche de l'entreprise Danone.
  • L'abbaye bénédictine

Placée sur l'un des chemins menant à Saint-Jacques-de-Compostelle, Vauhallan abrite, sur le hameau de Limon, l'abbaye bénédictine de Saint-Louis du Temple. Ce monastère, construit au début des années 1950, a pris la suite du couvent des bénédictines de la rue Monsieur[60]. Après la loi de séparation puis la Première Guerre mondiale, la communauté est expulsée de la rue Monsieur et part pour Meudon en 1938, puis Limon après la construction de l'abbaye actuelle. Mgr Alexandre Renard, alors évêque de Versailles, procède à la dédicace de l'église abbatiale à la fin de 1957. L’abbaye possède deux musées. L’un concerne la fondatrice de l'ordre : Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé, fille de Louis V Joseph de Bourbon-Condé, membre de la famille de Louis XVI et Marie-Antoinette. Des souvenirs du roi et de la reine y sont rassemblés. L'autre est dédié à Mère Geneviève Gallois, une moniale qui dessina et réalisa les vitraux de l'église abbatiale. L'abbaye propose dans son magasin des produits artisanaux provenant des couvents bénédictins : elle est renommée pour son atelier de reliure, en particulier pour la rénovation de reliures anciennes.

  • Le château de Limon

L'ancien château de Limon, transformé en hôtellerie, accueille des visiteurs et des personnes âgées.

  • Le manoir de Richeville

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Vauhallan :

  • Jeanne Darlays (1874-1958), cantatrice y est morte.
  • Yasse Tabuchi (1921-2009), artiste peintre, y possédait une ferme où il vécut de 1959 à sa mort.
  • Pierre Clavilier écrivain français, biographe de Frida Kahlo et de Jean Jaurès, y a vécu toute son enfance et fut même conseiller municipal de la ville entre 1989 et 1995.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Vauhallan

Les armes de Vauhallan se blasonnent : D’argent au chevron renversé ondé d’azur, accompagné en chef de trois merlettes de sable, et sur les flancs de deux cierges allumés de gueules, celui de dextre posés en bande, l’autre en barre.[62]

L’écu est surmonté d'une couronne murale à trois tours crénelées d’or, maçonnée et ouverte de sable. Il est soutenu à dextre d’une gerbe de blé d’or, à sénestre d’un pampre de vigne d’or fruité du même, et en pointe de trois fraises de gueules feuillées d’argent.

  • L'écu: le champ d’argent et les trois merlettes sont aux armes de François Passart qui fit restaurer et agrandir l’église au XVIIe siècle, celles-ci figurent à la clé de voûte de la seconde travée. Le chevron ondé renversé d’azur évoque à la fois l’étymologie de Vauhallan qui viendrait du latin Vallis Hellandi et qui signifie vallée du vent et le ru qui traverse Vauhallan. Les deux cierges allumés de gueules rappellent le miracle de Saint-Rigomer et Sainte Tenestine du VIe siècle ; le roi Childebert ordonna alors la construction d’une église sur le territoire de Vauhallan.
  • Les ornements extérieurs: la couronne murale est l’emblème que portaient les déesses grecques protectrices des cités. La vigne d’or qui soutient l’écu à senestre est en souvenir de cette culture qui ne prit fin qu’au milieu du XIXe siècle pour être remplacée par celles des fraises, figurant en pointe, à dextre le blé, évoque la riche terre à blé : le plateau de Saclay auquel Vauhallan appartient[63].

Vauhallan dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif d'auteurs, Nouveau guide de la vallée de la Bièvre : Verrières-le-Buisson - Igny - Vauhallan - Jouy-en-Josas - Saclay - Les Loges-en-Josas - Buc - Guyancourt - Bièvres, Amis de la vallée de la Bièvre,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Vauhallan dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 12/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  4. Orthodromie entre Vauhallan et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  5. Orthodromie entre Vauhallan et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  6. Orthodromie entre Vauhallan et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  7. Orthodromie entre Vauhallan et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  8. Orthodromie entre Vauhallan et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  9. Orthodromie entre Vauhallan et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  10. Orthodromie entre Vauhallan et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  11. Orthodromie entre Vauhallan et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  12. Orthodromie entre Vauhallan et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  13. Orthodromie entre Vauhallan et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 27/11/2012.
  14. Fiche du Ruisseau de Vauhallan sur le site du SANDRE
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  16. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  17. a et b Guy Marie Claise, Dictionnaire de Seine et Oise
  18. Hippolyte Cocheris, « Dictionnaire des anciens noms des communes du département de Seine-et-Oise » in CORPUS LATINUM STAMPENSE (lire en ligne) dictionnaire.html
  19. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 695b.
  21. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : formations dialectales et françaises, errata et addenda aux trois volumes, librairie Droz, Genève, 1998, p. 1672, n° 29262 (lire en ligne) [1]
  22. Site de Géopatronyme : répartition et nombre de naissances des porteurs des patronymes Herland [2] Herlant [3] et Hallant [4]
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  26. Pyramide des âges à Vauhallan en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  27. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  28. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 17/01/2010.
  29. Fiche entreprise de la commune de Vauhallan sur le site verif.com Consulté le 23/04/2011.
  30. Palmarès 2007 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 01/10/2009.
  31. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 12/06/2009.
  32. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 12/05/2010.
  33. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  34. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  35. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 09/05/2012.
  36. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  37. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  38. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  39. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  40. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  41. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  42. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 14/04/2010.
  43. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  44. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  45. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 27/08/2009.
  46. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/08/2009.
  47. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  48. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 13/12/2009.
  49. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  50. %5CCOM%5CDL_COM91635.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  51. %5CDL_ZE19901133.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Boulogne-Billancourt sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  52. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  53. Carte des ENS de Vauhallan sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 16/02/2013.
  54. Notice no PA00088027, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19/04/2010.
  55. Notice no IA00027918, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19/04/2010.
  56. « VAUHALLAN : quatorze siècles d'histoire », sur site de l'A.R.E.VA, (consulté le 13 décembre 2009)
  57. Notice no IA00027918, base Mérimée, ministère français de la Culture
  58. « Bienvenue sur le site de l'A.R.E.VA », sur site de l'A.R.E.VA, (consulté le 13 décembre 2009)
  59. Notice no PA00088028, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19/04/2010.
  60. Revue Les Chantiers du Cardinal, no 72, décembre 1980, p. 17
  61. Notice no PA00088026, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19/04/2010.
  62. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 28/09/2009.
  63. Armoiries conçues et réalisées par Mireille Louis, artiste héraldiste, et approuvées par la Commission Nationale d’Héraldique, le 15 mai 1987.