La Ville-du-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Ville-du-Bois
La Ville-du-Bois
L’hôtel de ville.
Blason de La Ville-du-Bois
Blason
La Ville-du-Bois
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Paris-Saclay
Maire
Mandat
Jean-Pierre Meur (DVD)
2020-2026
Code postal 91620 et 91140[Note 1]
Code commune 91665
Démographie
Gentilé Urbisylvains
Population
municipale
7 970 hab. (2018 en augmentation de 10,36 % par rapport à 2013)
Densité 2 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 40″ nord, 2° 16′ 07″ est
Altitude Min. 82 m
Max. 162 m
Superficie 3,62 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Longjumeau
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
La Ville-du-Bois
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
La Ville-du-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ville-du-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ville-du-Bois
Liens
Site web la-ville-du-bois.fr

La Ville-du-Bois[1] (prononcé [la vily bwa] Écouter) est une commune française située à vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Urbisylvains[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de La Ville-du-Bois en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 55,5 % 195,74
Espace urbain non construit 11,4 % 40,07
Espace rural 33,2 % 117,06
Source : Iaurif[3]

La Ville-du-Bois est située à vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, treize kilomètres à l'ouest d'Évry[5], six kilomètres au sud-est de Palaiseau[6], deux kilomètres au nord-ouest de Montlhéry[7], huit kilomètres au nord d'Arpajon[8], seize kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[9], vingt kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], vingt-quatre kilomètres au nord-est de Dourdan[11], vingt-sept kilomètres au nord-est d'Étampes[12], trente-deux kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs cours d'eau irriguent la commune, le Mort ru au sud de la commune, le ruisseau Blanc, au nord qui se jette dans le Rouillon, le ru Gaillard. Le ruissellement des eaux était canalisé et aboutissait à de nombreuses mares et petits étangs qui servaient d'abreuvoir et à l'occasion des festivités locales s'y déroulaient des parties de pêche, notamment à l'abreuvoir du Trou à Terre aux Sablons.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont : Nozay, Saulx-les-Chartreux, Ballainvilliers, Montlhéry, Longpont-sur-Orge.

Climat[modifier | modifier le code]

La Ville-du-Bois, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'ensemble de l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l'année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à La Ville-du-Bois.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[14],[15].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cars Keolis Meyer, lignes 151, 152 et 153, pour rejoindre la porte d'Orléans, la gare de Massy Palaiseau ou Arpajon[16].

Une navette gratuite permet de réaliser les petits trajets internes à la ville.[17]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La Croix Saint Jacques où se trouvent un centre de loisirs et un centre commercial Carrefour, la Sablière, la Fosse aux Moines, le Trou à Terre, les Joncs Marins, la Grange aux Cercles, Maison Rouge, Gros Chêne et la Garenne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Ville-du-Bois est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[18],[19],[20]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[21] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villa Bosci[26].

La commune fut créée en 1793 sous le nom de Ville du Bois, l'article fut ajouté en 1801 dans le Bulletin des lois[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, simple hameau de Nozay, il dépendait de la châtellenie de Marcoussis jusqu'à la Révolution. Ce minuscule hameau s'étant constitué au carrefour de la forêt d'Aqualina (forêt d'Yveline) et de la forêt de Séquigny (forêt de Sainte Geneviève-des-Bois), se nommait Villa Bosci. Il y a quelques années des outils en silex taillés, furent trouvés dans les champs, par les maraîchers. Puis dans les cartulaires du prieuré de Longpont, nous relevons le nom de Boscis Guildonis Adegavensus ; c'est-à-dire le Bois de Monsieur Guy d'Anjou. Il va croître à la croisée des grands chemins gaulois, allant de Villejust à Montlhéry et de Marcoussis à Ballainvilliers en passant par Nozay. Au bord de la grande voie reliant Lutèce à Orléans.

Ce n'est qu'au XIVe siècle dans un aveu de dénombrement destiné au roi Charles VI de France dit le Fou daté du , qu'apparaît le nom de La Ville-du-Bois, sous la forme suivante: " Fief tenu par Jean de La Neuville de Nozay et de La Ville du Bois". Le village s'appelle donc Nozay-La Ville du Bois, jusqu’à la Révolution.

Parmi les fiefs : celui de Beaulieu connu depuis le XVIIe siècle appartenant à Léon II Balsac d'Illiers d'Entragues, qui le légua à son fils Alexandre d'Illiers de Balsac d'Entragues et que ce dernier cédera le , à Claude Erard, notaire royal, avocat au Parlement. Consistant en Maison et bâtiments, jardin et potager, planté d'arbres fruitiers, contenant 15 arpents et clos de murs. Dont l'avant-cour et la cour d'honneur étaient accessibles depuis la Grande Rue du village. Ce domaine était encore ceint de murs à la fin du XIXe siècle. Il fut acheté par François Valentin, (1763-1822) général et baron d'Empire, directeur du haras de Langonnet (Morbihan). C'est lui qui transforma la propriété en 1816, faisant construire la grande maison bourgeoise. La propriété aura pour propriétaires successifs : M. Gille Bert Poyet, avocat, Mme Brassac et M. Lalain en 1896, qui fait démolir la maison, transformant les lieux en exploitation maraîchère. À sa mort en 1920, le domaine qui revint à sa fille madame de Luget fut vendu aux enchères sur licitation en 1923 et la ville en fit l'acquisition. Une partie fut lotie sur le pourtour de l'étang et le reste aménagé en place verte.

Les métiers de jadis[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, les artisans et commerçants étaient nombreux. On comptait près d'une quarantaine de corps de métiers : menuisiers (rue des Cailleboudes), charrons (rue Gaillard), maréchaux-ferrants (Grande Rue), forgerons, maçons, charpentiers, bourreliers, matelassiers. Et les vanniers, assez nombreux, qui fabriquaient les paniers d'osier, servant au transport des fraises et autres légumes fragiles ; l'un d'eux se trouvait à la Grange-aux-Cercles. Il y avait aussi les marchands de bois (rue des Cailleboudes), les charbonniers, merciers, journaliers, bûcherons, scieurs de longs, et tous les métiers liés à la vente d'alimentation. Dont les débits de boissons : on dénombre plus d'une quinzaine de bistrots, sur la commune et alentour. On ajoute à cet inventaire un grainetier (Chavignier, dans la Grande Rue), et une boucherie-charcuterie (E. Damiot, également Grande Rue).

Aux artisans et commerçants s'ajoutent les petits métiers à domicile : gens de maison, commis, charretiers, bûcherons, gardes-forestiers, gardes champêtres, coursiers, facteurs, couturières, lingères, coiffeurs, barbiers, saisonniers. Puis l'exploitation des carrières pour la fabrication des pavés.

Une carrière était située au Gros Chêne, une autre, la carrière Trimoulet était située à la Garenne. les pierres extraites servaient à la fabrication de pavés, taillés sur place. Cette activité occupait une vingtaine d'ouvriers. Les pavés étaient conduits par tombereaux à chevaux jusqu'à la gare de marchandises de La Petite Ville du Bois sur la ligne de l'Arpajonnais. Le second choix de cette marchandise a servi à paver les rues de la commune et celles alentour.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[29].

En 2018, la commune comptait 7 970 habitants[Note 4], en augmentation de 10,36 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
779738776837828861896898946
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9479601 0001 0049761 0431 0551 0581 080
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1581 0831 0601 0221 1091 1551 1701 1901 431
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 0522 5943 3344 0675 4045 9016 8257 1187 435
2018 - - - - - - - -
7 970--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à La Ville-du-Bois en 2009 en pourcentages[31].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,6 
3,3 
75 à 89 ans
4,5 
10,5 
60 à 74 ans
10,6 
23,4 
45 à 59 ans
21,1 
21,3 
30 à 44 ans
22,2 
19,4 
15 à 29 ans
18,6 
22,0 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[32].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de La Ville-du-Bois est rattachée au canton de Longjumeau, représenté par les conseillers départementaux Sandrine Gelot-Rateau et Claude Pons (LR), à l'arrondissement de Palaiseau et à la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par la députée Marie-Pierre Rixain (LREM).

La commune faisait partie jusqu'au 1er janvier 2016 de la Communauté d'agglomération Europ'Essonne et depuis cette date de la communauté d'agglomération Paris-Saclay.

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 20 665[33]. La commune de La Ville-du-Bois est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 106 655. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[34].

Conseil municipal de La Ville-du-Bois (mandature 2020-2026).
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Union communale de La Ville-du-Bois - UCVB » DVD Jean-Pierre Meur 24 Majorité
« Vert autrement » DVG Véronique Pujol 5 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[35].
Période Identité Étiquette Qualité
1945 Albert Desnoyers    
Marcel Spiral    
Emile Orriols    
Marcel Prioul PCF Ingénieur EDF
En cours Jean-Pierre Meur DVD Ingénieur électronicien[36]
Conseiller délégué de la CA Paris-Saclay (2016 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Après avoir été dirigée pendant vingt-quatre ans par un maire communiste, La Ville-du-Bois a basculé à droite en 1995. En 2008 les Urbisylvains ont renouvelé leur confiance au maire sortant dès le premier tour, malgré la présence d'une liste Divers droite dissidente.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales et départementales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de La Ville-du-Bois sont rattachés à l'académie de Versailles. Elle dispose de l'école maternelle Marie-Curie, de l'école élémentaire Ambroise-Paré, de l'école primaire Les Renondaines[52] et de l'école primaire privée Notre-Dame[53] catholique rattachée au diocèse[54]. S'y trouve aussi l'Institution privée catholique du Sacré-Cœur dit ISC, comportant le collège d'Alzon, et le lycée Jean-Paul II. Il s'agit d'un lycée général, technologique et professionnel qui propose les filières L-ES-S ainsi que STMG[55].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes les Parentèles[56].

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire d'une agence postale[57].

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

La Ville-du-Bois a développé des associations de jumelage avec :

Elle a aussi développé un partenariat avec Bollnäs en Suède[59].

Vie quotidienne à La Ville-du-Bois[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Exocet Master Club : club de natation maîtres (vétérans)
  • Football Club Saint Élois
  • La Ville du Bois Futsal Club
  • Fight art 91 (pancrace)
  • Licorne Dodgeball Club (champion de France 2019 catégories Minime & Féminine)

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de La Ville-du-Bois est rattachée au secteur pastoral de Montlhéry-Longpont et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Fiacre[60].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Radar en test à La Ville-du-Bois.

Le centre commercial de La Ville-du-Bois est situé le long de la route nationale 20, au lieu-dit la Croix Saint-Jacques.

Ce centre commercial, articulé autour d'un hypermarché, Carrefour, a vu se développer au fil du temps une zone commerciale, avec notamment une jardinerie Truffaut, des restaurants et une zone de construction-vente de maisons individuelles.

C'est également à cet endroit que l'on trouve le premier radar automatique inauguré le par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, Gilles de Robien, ministre des Transports et Rémy Heitz, délégué interministériel à la Sécurité routière.

La commune a encore une activité maraîchère importante.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 490 €, ce qui plaçait la commune au 1 167e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au cent neuvième rang départemental[61].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
La Ville-du-Bois 0,0 % 4,9 % 18,4 % 25,0 % 39,4 % 12,2 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
La Ville-du-Bois 1,1 % 11,6 % 6,0 % 38,4 % 8,1 % 13,7 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[62],[63],[64]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

L'étang du château et les bois au nord et à l'ouest du territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[65].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Fiacre (XVIe au XVIIIe siècles). Une partie du mobilier provient de l'ancien monastère des célestins de Marcoussis.
  • Premier radar automatique « sur la N20 en direction d'Orléans » d'une série de quatre cents installés en . Le site sert également de « beta testeur » puisque chaque nouvelle génération d'armoire y est installée en primeur. Ainsi, après la seconde génération mise en 2005, le a vu la pose de la troisième génération d'armoire automatisée.
  • Derrière l'église, emplacement de la « Grande Maison » qui aurait appartenu à Ambroise Paré [66],[67] Cette maison dont la date de construction antérieure à 1580 n'est pas connue faisait partie d'un domaine de 17 hectares qui appartenait à la fin du XIXe siècle à Emmanuel de Lalain Chomel maire de la Ville-du-Bois qui la fit partiellement détruire en 1894 pour aménager une entrée au parc du château et construire une maison en briques.
  • Un château de style Henri II est construit en 1891 dans le parc à la place d’une précédente maison bourgeoise par le propriétaire du domaine Emmanuel de Lalain Chomel. Sa fille, Madame de Luget, héritière du domaine, le vend en 1938 à la congrégation des Oblates de l’Assomption pour en faire un internat d’enseignement secondaire pour jeunes filles qui est l’actuel lycée du Sacré Cœur[68].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à La Ville-du-Bois :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]


Blason de La Ville-du-Bois

Les armes de La Ville-du-Bois se blasonnent : D'or au chevron de gueules accompagné, en chef, de deux flanchis du même et, en pointe, d'un arbre de sinople, au chef aussi de gueules chargé de trois fermaux du champ.[69]

La commune s'est en outre dotée d'un logotype.

Logo commune de la Ville-du-Bois.svg

La Ville-du-Bois dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « La Ville-du-Bois », p. 817–819
  • Édouard Hesling, La Ville du Bois,
  • La Ville du Bois en ce temps là…, Maury,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après le service SNA de La Poste, certaines rues de la commune dépendent du code postal 91140 correspondant au bureau distributeur de Villebon-sur-Yvette.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de La Ville-du-Bois dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 02/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 05/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 23/04/2009.
  4. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  5. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  6. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  7. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  8. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  9. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  10. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  11. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  12. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  13. Orthodromie entre La Ville-du-Bois et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 24/09/2012.
  14. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009).
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009).
  16. « Keolis Meyer » (consulté le 10 octobre 2019).
  17. « navette la ville du bois » (consulté le 10 octobre 2019).
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  19. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  21. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  26. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. Pyramide des âges à La Ville-du-Bois en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 02/08/2012.
  32. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  33. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 10/01/2010.
  34. Fiche entreprise de la commune de La Ville-du-Bois sur le site verif.com Consulté le 18/04/2011.
  35. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 27/05/2009.
  36. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 11/05/2010.
  37. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  38. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  39. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  40. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  41. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  42. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  43. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  44. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  45. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  46. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 31/03/2010.
  47. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  48. Résultats de l'élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  49. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/01/2013.
  50. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 03/08/2009.
  51. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 03/08/2009.
  52. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 15/09/2010.
  53. « Liste des écoles privées du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/10/2010.
  54. Fiche de l'école Notre-Dame sur le site de la DDEC 91. Consulté le 09/10/2010.
  55. « Institution du Sacré-Coeur | Le site de l'Institution du Sacré-Coeur à la Ville du Bois », sur Institution du Sacré-Coeur (consulté le 25 octobre 2018).
  56. Fiche de l'EHPAD de La Ville-du-Bois sur l'annuaire sanitaire et sociale. Consulté le 01/05/2012.
  57. Coordonnées de l'agence postale de La Ville-du-Bois sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  58. « Fiche du jumelage avec Tirschenreuth sur le site du ministère français des Affaires étrangères. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 08/01/2013.
  59. Fiche du partenariat avec Bollnäs sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 15/11/2009.
  60. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 15/11/2009.
  61. « Résumé statistique national sur le site de l’Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 26/10/2009.
  62. « %5CCOM%5CDL_COM91665.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  63. « %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Orly sur le site de l'Insee. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 25/05/2010.
  64. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  65. Carte des ENS de La Ville-du-Bois sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 03/2019.
  66. la preuve qu’Ambroise Paré ait vécu dans cette maison qui appartenait à son gendre François Rousselet n’est pas établie
  67. Jean-Pierre Dagnot, « Ambroise Paré et les Rousselet », sur vieux-marcoussis.pagesperso-orange.fr (consulté le 12 juin 2020).
  68. Jean-Pierre Dagnot, « La grand' maison à la Ville-du-Bois », sur /vieux-marcoussis.pagesperso-orange.fr (consulté le 12 juin 2020).
  69. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 13/09/2009.
  70. Liste des films tournés à La Ville-du-Bois sur le site L2TC.com Consulté le 28/08/2012.