Ras al-Aïn (Syrie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ras Al-Aïn.

Ras al-Aïn
(ar) رأس العين
Ras al-Aïn (Syrie)
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Gouvernorat Hassaké
District Ras al-Aïn
Démographie
Population 50 000 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 36° 51′ 00″ nord, 40° 04′ 00″ est
Altitude 360 m
Fuseau horaire UTC+02:00 (hiver)
UTC+03:00 (été)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Ras al-Aïn

Ras al-Aïn (en arabe : رأس العين / raʾs al-ʿayn ; en kurde : Serê Kaniyê ; en syriaque : ܪܝܫ ܥܝܢܐ / Rēš ʿAynā ; en turc : Resülayn) est une ville de Syrie, chef-lieu d'un district homonyme dans le gouvernorat d'Hassaké. Elle se situe en face de la ville turque de Ceylanpınar, de l'autre côté de la frontière syro-turque.

Sa population est ethniquement mêlée.

La ville se situe à 360 mètres d'altitude sur le Khabour, un affluent de l'Euphrate (rive gauche) qui naît sur le territoire turc, mais dont plus d'une centaine de sources karstiques autour de Ras al-Aïn, parmi lesquelles treize importantes (en partie thermales), alimentent en majorité le cours inférieur[1]. La source la plus fameuse s'appelle ‘Ayn al-Kebrît (ou Nab‘a al-Kebrît), une source chaude.

La ville comptait environ 50 000 habitants en 2010 (Arabes, Kurdes, Arméniens)[2].

En , la ville est assiégé par les forces turques de l'Opération Source de paix[3] et la ville devient sous contrôle turc par la suite.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Les noms de la ville signifient littéralement « tête de la source ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Rue principale.

Juste au sud de la ville se trouve le Tell Fekheryé, près de l'importante source ‘Ayn Malḥa. C'est un site archéologique où a été découverte le 22 février 1979 une statue de style assyrien, datée du IXe siècle av. J.-C., portant une longue inscription bilingue assyro-araméenne[4]. C'est une statue « placée devant [le dieu] Hadad de Sikan » par un dédicant du nom de Hadad-yis‘i, « gouverneur » (en assyrien) ou « roi » (en araméen) de Gouzan. Le Tell Fekheryé était alors le site de la ville de Sikan, et le Tell Khalaf, situé environ deux kilomètres à l'ouest, celui de la ville de Gouzan (ou Gouzana)[5].

Aux époques hellénistique et romaine, la ville, connue sous le nom syriaque de Rēsh ‘Aynā (Reshaina), appartint au royaume d'Osroène. Une bataille opposa les Romains et les Perses près de la ville en 243. En 383, elle reçut le statut de cité (et de siège épiscopal) sous le nom grec de Théodosiopolis, d'après celui de l'empereur romain régnant Théodose Ier[6]. Le général perse Adharmahan détruisit la ville deux fois en 578 et 580[7].

La ville, appelée par les auteurs arabes ‘Ayn al-Warda (« Source de la Rose ») ou Ra’s al-‘Ayn, fut prise par le musulman ‘Umayr b. Sa‘d en l'an 640 (an 19 de l'Hégire)[8]. Une victoire fut remportée à proximité le 6 janvier 685 par l'armée des Omeyyades contre les chiites de Koufa (bataille de ‘Ayn al-Warda).

C'était un centre important de l'Église jacobite qui y avait deux monastères (l'un appelé Beth Tiray et l'autre Spequlos ou Asphulos ou Saphylos). Un synode s'y tint en 684[9]. Le patriarche Jean III y mourut en 873[10].

La ville fut prise et pillée par le général byzantin Jean Kourkouas en 942. En 1129, l'armée du croisé Josselin de Courtenay s'en empara et massacra une bonne partie des habitants musulmans[11].

En 1915-1916, la ville et ses environs, lieux de déportation d'Arméniens, furent le théâtre d'épouvantables massacres de civils[12].

Article détaillé : Bataille de Ras al-Aïn.

Ras al-Aïn est l'enjeu de violents combats dans le cadre de la guerre civile syrienne. Prise au régime syrien par les rebelles en novembre 2012, elle passe ensuite aux mains des Kurdes en juillet 2013.

En , elle est le lieu d'une violente bataille entre les forces turques et les Forces démocratique syriennes durant l'Opération Source de paix[3],[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Rue avec une église chrétienne.
  • Michel Tardieu, Les paysages reliques. Routes et haltes syriennes d'Isidore à Simplicius, Peeters, 1990, § 3 : « Les sources du Hābūr ».
  • Winfried Orthmann, Die aramäisch-assyrische Stadt Guzana. Ein Rückblick auf die Ausgrabungen Max von Oppenheims in Tell Halaf, Schriften der Max Freiherr von Oppenheim-Stiftung, no 15, Wiesbaden, Harrassowitz, 2005.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En amont de Ras al-Aïn, le cours d'eau, appelé en arabe le Wâdî al-Djirdjib, naît près de Viranşehir, mais a beaucoup moins d'eau. Il ne prend le nom de Khabur qu'après avoir reçu les eaux des sources des environs de Ra’s al-‘Ayn.
  2. En 1970, la population était estimée à 6 000 habitants (source : Eugen Wirth, Syrien, eine geographische Landeskunde, Darmstadt, 1971, p. 428).
  3. a et b Ouest-France avec AFP, « Offensive turque en Syrie. Les forces turques entrent à Ras al-Aïn, une importante ville kurde », sur Ouest-France.fr, (consulté le 14 octobre 2019)
  4. Ali Abou Assaf, Alan Millard et Pierre Bordreuil, « La statue de Tell Fekheryé : la première inscription bilingue assyro-araméenne », Comptes-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 125, n° 4, 1981, p. 640-655.
  5. Le Tell Khalaf ou Tell Halaf a donné son nom à une période du néolithique de Mésopotamie, la période de Halaf. L'archéologue allemand Max von Oppenheim proposait d'y localiser Washshukanni, capitale du Mitanni au IIe millénaire av. J.-C., mais il n'y a pas de preuve.
  6. Événement mentionné dans la Chronique d'Édesse. La ville d'Erzurum ayant porté à cette époque le même nom de Théodosiopolis, il est parfois difficile, dans l'historiographie, de savoir de laquelle des deux il est question.
  7. Michel le Syrien, Chronique, éd. Jean-Baptiste Chabot, II, 322 sqq.
  8. Al-Balâdhurî, Livre des conquêtes, éd. de Goeje, p. 175-177.
  9. Bar Hebræus, Chronique ecclésiastique, éd. Abbellos et Lamy, I, 287.
  10. Michel le Syrien, Ibid., III, 116.
  11. « Offensive turque en Syrie, en direct : les forces turques disent avoir pris Ras al-Aïn, les Kurdes démentent », sur www.cnews.fr (consulté le 12 octobre 2019)
  12. Page consacrée à ces événements.
  13. « Les forces turques sont entrées dans une ville kurde clé en Syrie », sur L'Obs, (consulté le 19 novembre 2019)

Sur les autres projets Wikimedia :