Jarablus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jerablus,
Jarābulus
(ar) جرابلس
Administration
Pays Drapeau de la Syrie Syrie
Gouvernorat Alep
Démographie
Population 11 570 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 36° 49′ 04″ nord, 38° 00′ 58″ est
Altitude 367 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Syrie

Voir sur la carte administrative de Syrie
City locator 14.svg
Jerablus,
Jarābulus

Jerablus est une ville au nord de la Syrie, située à la frontière Turque. Elle est chef-lieu d'un canton du gouvernorat d'Alep. Elle avait une population de 11 570 habitants au moment du recensement de 2004.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve à l'extrémité nord-ouest de la plaine de Jerablus qui s'étend sur la rive occidentale de l'Euphrate. Le centre-ville se situe lui-même à environ 2 km à l'ouest du fleuve.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jerablus est aussi distante d'environ 2 km au sud-est de l'antique cité de Karkemish qui se trouve l'autre côté de la frontière en territoire turc.

Article détaillé : Bataille de Jarablus (2014).

Le 20 juillet 2012, durant la guerre civile syrienne, la ville est prise par l'Armée syrienne libre qui en chasse l’armée régulière. Mais à la fin de cette même année, le Front Al-Nosra fait aussi son apparition à Jarablus, avant d'être lui-même supplanté par l'État islamique (EI) qui prend le contrôle de la ville en juillet 2013. Cependant les djihadistes doivent faire face au soulèvement des mouvements rebelles qui finissent par s'emparer de nouveau d'une grande partie de la ville. La bataille qui s'ensuit, va durer douze jours, au bout desquels l'EI finira par imposer sans partage son autorité.

Cependant, depuis mars-avril 2015 et la prise des villages environnant la ville de Kobané qui ont précédés la chute de cette dernière, Jerablus est de nouveau sous la menace potentielle d'une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS) dont les lignes se trouvent à environ 2 km à l'est du centre-ville, sur la rive opposée de l'Euphrate.

Depuis la prise de Kobané, Jerablus est aussi devenu le principal poste-frontière par lequel passe les recrues djihadistes et les fruits de divers trafics de financement pour l'EI (pétrole de contrebande notamment) venant la Turquie en direction du reste des territoires contrôlés par l'organisation, notamment vers la ville de Raqqa, capitale du califat. Sa chute obligerait les djihadistes à emprunter des itinéraires secondaires plus difficiles d'accès depuis la frontière turque (comme le poste douanier d'Al-Raï) et surtout plus dangereux en raison de leurs proximités avec les troupes du régime syrien[1]. La prise de Manbij par les FDS, ville située à 40 km au sud, sur l'axe routier direct reliant Jerablus à Raqqa, le 12 août 2016, a accru son caractère stratégique pour l'EI.

Article détaillé : Bataille de Jarablus (2016).

Fin août 2016, les forces armées turques bombardent Jarablus en réponse à des tirs de mortiers de l'EI tombés sur son sol. Ces bombardements constitueraient une préparation d'artillerie afin que des rebelles syriens massés dans la ville frontalière turque de Karkamış puissent passer à l'offensive pour prendre la ville avant que les FDS n'y parviennent[2]. Le matin du 24 août 2016, les rebelles, appuyés par l'armée turque, déclenchent une offensive terrestre qui ne rencontrent qu'une faible résistance de l'ennemi, et permet de conquérir Jarablus dés le milieu de l'après-midi[3].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :