Vauquois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vauquois (homonymie).
Vauquois
La butte de Vauquois.
La butte de Vauquois.
Blason de Vauquois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Clermont-en-Argonne
Intercommunalité Communauté de communes de Montfaucon-Varennes-en-Argonne
Maire
Mandat
Jean-Pierre Delandre
2014-2020
Code postal 55270
Code commune 55536
Démographie
Population
municipale
20 hab. (2014)
Densité 2,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 14″ nord, 5° 04′ 24″ est
Altitude Min. 184 m
Max. 290 m
Superficie 8,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Vauquois

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Vauquois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vauquois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vauquois

Vauquois est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vauquois est un petit village du département de la Meuse, situé à 35 kilomètres au nord-ouest de Verdun. Il est dominé par une butte haute de 290 mètres et sur laquelle avant la Première Guerre mondiale, se trouvait le village.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site date de l'époque gallo-romaine.

Le village est surtout célèbre pour sa bataille, dite bataille de Vauquois, qui se déroula durant presque toute la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1918 (4 années et 2 jours exactement) et qui opposa les armées françaises et américaines contre l'armée allemande.

Article détaillé : Bataille de Vauquois.

Le village était construit sur la butte du même nom ce qui en faisait un lieu stratégique pour les armées en présence. En effet, dominant la plaine du haut de ses 290 m, cette position permettait d'avoir une vue imprenable sur les voies de communications de Verdun et Sainte-Menehould et permettait de diriger les tirs d'artillerie contre les positions ennemies. Haut-lieu de la guerre dite des mines durant laquelle chaque adversaire creusait de profondes galeries (mines) et y enfouissait des tonnes d'explosifs afin de causer d'importants dégâts en surface avant de lancer un assaut. Terrible affrontement où la peur de sauter était constamment à l'esprit des combattants. Les profonds cratères encore visibles témoignent de la violence des combats et forment une profonde tranchée au sommet de la butte. La ligne de front fut percée par les Américains lors d'une offensive de grande envergure en 1918. Le futur président américain Harry Truman ou le futur général Patton combattirent dans le secteur. Il ne reste plus aucune trace de l'ancien village.

Bien que classé en zone rouge, du fait des munitions et cadavres dispersés sur et dans la butte, les habitants se réinstallèrent au pied de celle-ci où fut construit le village actuel. La commune sera alors parrainée par la ville d'Orléans en grâce à l'intervention du général Céleste Deprez, originaire du village. Plusieurs régiments composés d'Orléanais avaient combattu à Vauquois. Une souscription publique y sera lancée. Mais le nouveau village ne sera composé, pendant de nombreuses années, que de baraquements, la première maison en pierre n'étant construite qu'en 1923. Un monument « aux combattants et aux morts de Vauquois » est inauguré en 1925 au sommet de la butte qui devient un site puis un monument historique. La rue principale du nouveau village est baptisée rue d'Orléans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-Pierre Delandre    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 20 habitants, en diminution de -4,76 % par rapport à 2009 (Meuse : -1,29 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345 338 348 328 323 331 305 320 319
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
324 332 313 278 239 233 239 253 236
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
216 183 168 58 63 102 85 85 55
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
57 48 49 36 28 26 20 23 20
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Butte de Vauquois[modifier | modifier le code]

Monument « Aux combattants et aux morts du Vauquois »
  • Le Monument Aux combattants et aux morts du Vauquois.

Le site de la butte de Vauquois a été préservé après la guerre. En 1925, un monument « aux combattants et aux morts du Vauquois » a été construit au sommet de la butte, côté "français". Il représente une pyramide tronquée avec une lanterne des morts. Y est sculpté un poilu en tenue de 1915 et un marronnier tronqué, rappelant un marronnier de la butte scié à la mitrailleuse par les Allemands car il servait de repère à l'artillerie française. La butte a été classée monument historique.

Aujourd'hui, le site est ouvert au public et constitue un témoignage de la folie guerrière de chaque camp et de la « guerre des mines  ». Une association de bénévoles, l'association des amis de Vauquois et de sa région, entretient et restaure le site pour conserver ce témoignage de l'histoire[5]. Cette association propose une visite guidée des souterrains le premier dimanche de chaque mois ou sur rendez-vous pour des groupes.

Église de l'Immaculée conception[modifier | modifier le code]

L'église de l'Immaculée-Conception, reconstruite en 1928.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Parmi « ceux de Vauquois », nom donné à ceux qui ont participé à la bataille de Vauquois :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vauquois Blason Les armoiries de Vauquois se blasonnent ainsi :

D'azur au coupeau d'or sommé de la Vierge de Vauquois en majesté, portant l'enfant Jésus, les deux d'argent, nimbés d'or ; chapé de gueules chargé de deux casques de centurion romain d'argent affrontés.
Détails Création Robert A. Louis et Dominique Lacorde. Adopté le 8 avril 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Butte meurtrie, Vauquois, la guerre des mines 1914-1918, les Amis de Vauquois et de sa région, Verdun, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. « L'association des amis de Vauquois et de sa région », sur centenaire.org (consulté le 19 février 2015)
  6. Letters home by Harry Truman, rassemblées et publiées par Monte M. Poen (ISBN 9780826214744), 2003, p. 57.