Yvon Briant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Briant.
Yvon Briant
Image illustrative de l'article Yvon Briant
Fonctions
Député européen

(3 ans et 24 jours)
Élection 15 juin 1989
Groupe politique PPE
Successeur André Soulier
Député du Val-d'Oise

(2 ans, 1 mois et 12 jours)
Élection 16 mars 1986
Groupe politique FN-RN (1986)
NI (1986-1988)
Prédécesseur scrutin proportionnel
Successeur scrutin proportionnel
Conseiller régional d'Île-de-France

(4 mois et 17 jours)
Élection 22 mars 1992
Président Michel Giraud
Biographie
Nom de naissance Yvon Briant
Date de naissance
Lieu de naissance Lesneven (Finistère, France)
Date de décès (à 38 ans)
Lieu de décès Calvi (Haute-Corse, France)
Parti politique CNIP
Profession Entrepreneur

Yvon Briant, né le à Lesneven et mort le près de Calvi, est un entrepreneur et un homme politique français, membre du Centre national des indépendants et paysans (CNIP).

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Après avoir fait sa scolarité au Prytanée national militaire de La Flèche, Yvon Briant s'engage dans l'armée française à l'École d'enseignement technique de l'armée de terre à Issoire (8e promotion), puis sert au 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pau, puis à la base des nageurs de combat d'Aspretto, au grade de sergent-chef.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1978, à vingt-quatre ans, il choisit la vie civile. Il crée une entreprise de travaux publics sur des sous-marins, à Dunkerque. Puis une entreprise de gardiennage dans le Val-d'Oise.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il adhère au Rassemblement pour la République de Jacques Chirac, dans la fédération du Val-d'Oise. En 1979, il adhère également au Club de l'horloge et devient directeur-gérant de Contrepoint, revue rachetée par le club. Après les élections municipales de 1983, Yvon Briant quitte le RPR et adhère au Centre national des indépendants et paysans deux ans plus tard. Il en devient le secrétaire général adjoint.

Comme Édouard Frédéric-Dupont à Paris et Michel de Rostolan dans l'Essonne, Yvon Briant est élu député sur une liste Rassemblement national (FN-CNIP) lors des élections législatives de mars 1986. Il est élu vice-président de l'Assemblée nationale mais démissionne de cette fonction dès le mois de juin pour marquer son désaccord avec les votes du FN contre le gouvernement. En juillet, il est exclu du groupe FN et siège, alors, avec les non-inscrits aux côtés de Bruno Chauvierre. En janvier 1987, il devient secrétaire général du CNIP, avec le soutien de Philippe Malaud. Ce dernier le destitue le 8 octobre suivant. La décision est reportée mais ensuite confirmée par le comité directeur le 24 novembre. Il est cependant renommé au poste de secrétaire général le 16 décembre de la même année.

En mai 1988, il soutient Jacques Chirac à l'élection présidentielle. Il perd son siège de député, mais est élu, en juin 1989, député européen sur la liste RPR-UDF menée par Valéry Giscard d'Estaing.

En décembre 1989, il est élu président du CNIP.

En mars 1992, il devient conseiller régional d'Île-de-France, seul élu d'une liste CNIP autonome, dans le Val-d'Oise.

Mort[modifier | modifier le code]

Le , il emprunte un avion alors qu'il se trouve en déplacement en Corse dans le cadre de la campagne sur la ratification du traité de Maastricht. Peu après le décollage de l'aéroport de Calvi-Sainte-Catherine, l'appareil qui le transporte est rabattu par le vent, s'écrase sur une colline près du col de Marsolino et prend feu. Il est tué ainsi que sa femme, Nathalie, directrice générale du groupe NRJ, leur fils unique Hugues, âgé de huit ans, et le pilote David Valier.

Références[modifier | modifier le code]

  • « Président du Centre national des indépendants Yvon Briant se tue dans un accident d'avion De l'armée à la politique », Le Monde, 15 août 1992

Liens externes[modifier | modifier le code]