Élection présidentielle américaine de 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1996 Drapeau des États-Unis 2004 Suivant
Élection présidentielle américaine de 2000
George-W-Bush.jpeg
George W. BushParti républicain
Colistier : Dick Cheney
Voix 50 456 002
Grands électeurs 271
  
47,87 %
Al Gore, Vice President of the United States, official portrait 1994.jpg
Al GoreParti démocrate
Colistier : Joseph Lieberman
Voix 50 999 897
Grands électeurs 266
  
48,38 %
Le collège électoral en 2000
Carte
Carte montrant la répartition des grands électeurs par état ainsi que (A) la répartition des grands électeurs par candidat et (B) le résultat du vote populaire.
Président
Sortant
Élu
Politique aux États-Unis
Image illustrative de l'article Élection présidentielle américaine de 2000

L'élection présidentielle des États-Unis 2000 s'est déroulée le mardi 7 novembre 2000.

Ce scrutin a surtout été marqué par les déboires post-électoraux des deux candidats principaux, le démocrate Al Gore et le républicain George W. Bush, qui ont dû attendre les résultats de l'État de Floride, déterminants pour le résultat final, pendant plus d'un mois. Bush gagna la Floride avec 537 voix. Ces résultats furent contestés par le candidat démocrate devant la Cour suprême de Floride et devant la Cour suprême des États-Unis[1]. Celle-ci estima dans son arrêt Bush v. Gore le 12 décembre 2000 que le recompte ordonné par la Cour suprême de Floride était anticonstitutionnel par 7 voix contre 2 et, par 5 voix contre 4, qu’il était impossible d’effectuer un recompte constitutionnel dans les délais impartis par la Constitution des États-Unis. Elle annula l'ultime recomptage manuel des voix ayant encore lieu dans le comté de Miami-Dade, désignant de facto George W. Bush comme vainqueur de l'élection présidentielle. Les recomptages privés effectués en 2001 par un consortium de plusieurs journaux américains et par l’Université de Chicago démontrèrent que si le recomptage spécifique demandé par Al Gore dans les trois comtés avait abouti, il n'aurait pas pu inverser la tendance favorable au gouverneur du Texas tandis qu'un recomptage de l'ensemble de l’État de la Floride l'aurait promu vainqueur.

Après avoir été officiellement élu par le Collège électoral des États-Unis le 18 décembre, George W. Bush est devenu président des États-Unis le 20 janvier 2001.

Toujours le 7 novembre, la Chambre des représentants (435 sièges) et un tiers du Sénat (33 des 100 sièges) ont été renouvelés.

Les primaires[modifier | modifier le code]

Dans chacun des deux grands partis américains, on compte deux candidats principaux qui se détachent rapidement lors des premières primaires.

Les primaires démocrates[modifier | modifier le code]

Selon le 22e amendement de la Constitution des États-Unis, le Président sortant Bill Clinton, ayant effectué deux mandats, n'a pas le droit de se représenter. À cause des nombreux scandales qui ont affecté son administration, un grand nombre de candidats semblent désireux de concourir pour les primaires dans le camp démocrate. Parmi les principaux, on compte le leader de la minorité démocrate à la Chambre des Représentants Dick Gephardt, du Missouri, le Sénateur du Nebraska Bob Kerrey, le Sénateur du Minnesota Paul Wellstone, représentant la gauche du parti, et l'ancien Sénateur du New Jersey Bill Bradley. Les médias se font aussi l'écho d'une éventuelle candidature de Warren Beatty, acteur, scénariste, réalisateur et conseiller des candidats démocrates à l'investiture Gary Hart et George McGovern. Finalement, le parti Démocrate ne comptera que deux candidats.

Dès le début, Bill Bradley est dans la position de l'outsider face à Al Gore, malgré le soutien de certains poids lourds du parti Démocrate, tel les sénateurs Bob Kerrey (Nebraska), Paul Wellstone (Minnesota) ou Daniel Patrick Moynihan (New York). Bradley se positionne alors comme une alternative libérale à Gore, jugé prisonnier de la machine du parti, et mène une campagne positive. Son programme propose de redistribuer les surplus budgétaires dans des programmes sociaux destinés aux plus pauvres et à la classe moyenne, ainsi que de mettre en place une réforme du financement des campagnes électorales et un contrôle sur les armes à feu.

Malgré une bonne organisation et un budget élevé, Bradley est aisément battu par Gore lors du caucus de l'Iowa qui ouvre la saison des primaires. Cette contre-performance est due à la bonne campagne du Vice-président parmi les agriculteurs et les ouvriers de l'État. La primaire la plus serrée sera celle du New Hampshire où Gore défait Bradley par 50 % des voix contre 46 %.

Les primaires républicaines[modifier | modifier le code]

L'échec de Bob Dole à l’élection présidentielle de 1996 a aiguisé bien des appétits au sein du parti Républicain. L'un des candidats les plus en vue, Newt Gingrich, ancien porte-parole de la Chambre des Représentants, renonce toutefois à la candidature, de même que le commentateur politique Pat Buchanan, déjà battu par deux fois lors des primaires républicaines du fait de ses positions ultra-conservatrices. Ce dernier se présenta toutefois sous la bannière du parti réformiste : neuf candidats sont donc en lice dans le camp républicain.

Parmi eux, plusieurs (Alexander, Dole, Kasich et Quayle) se sont retirés avant même le caucus de l'Iowa, étant donné qu'ils n'arrivaient pas à lever suffisamment de fonds ou à obtenir assez de soutiens pour rester dans la course avec Bush. Steve Forbes, qui pouvait se permettre de s'auto-financer, alla jusqu'aux premiers caucus, mais ses résultats n'égalèrent pas ceux de 1996. Ainsi, seuls Bush, McCain et Keyes restèrent dans la course, et ce contrairement aux attentes, qui donnaient Dole comme adversaire principale de Bush.

Keyes, qui avait déjà perdu deux fois ses campagnes sénatoriales, épousait des idées trop extrêmes pour les électeurs moyens. Il apparut donc rapidement que la bataille se jouerait entre Bush et McCain. Bush, gouverneur du deuxième plus grand État des États-Unis, fils d'un ancien président, et candidat favori de la droite chrétienne, était présenté dans les médias comme le candidat de l'establishment, alors que McCain, sénateur marginal disposant de l'appui de nombre d'indépendants et de républicains modérés, était dépeint comme un renégat.

McCain remporta plusieurs victoires lors des premiers caucus, et parut être le favori. Mais il subit une défaite cuisante face à Bush en Caroline du Nord, en faveur de qui le vent commença à tourner. En fin de compte, Bush remporta la majorité des délégués à la Convention du parti républicain à Philadelphie, et fut investi candidat à la présidentielle.

Autres candidats[modifier | modifier le code]

Plusieurs autres candidats se sont présentés à cette élection présidentielle :

L'élection[modifier | modifier le code]

Résultats par voix et par comté :
  •      Comtés remportés par Al Gore
  •      Comtés remportés par George W. Bush

Pendant la campagne électorale, Bush critiqua l'interventionnisme à l'étranger de l'administration Clinton, notamment les opérations militaires en Somalie et au Kosovo. Il se déclara également favorable à des baisses d'impôts.

Au soir des élections le 7 novembre 2000, aucun candidat n'était clairement déclaré vainqueur principalement à cause des résultats de Floride. Dans un premier temps, Al Gore y était déclaré vainqueur par le Voter News Service (consortium des principales chaînes américaines) alors que les bureaux de vote n'étaient pas encore fermés. Le VNS se rétractait quelques minutes plus tard puis c'était au tour de George W. Bush d'y être déclaré vainqueur. Finalement, au niveau national, Al Gore devançait bien George W. Bush de près de 550 000 voix mais les deux candidats restaient au coude à coude au niveau des États et des grands électeurs.

Les résultats étaient si serrés dans certains États, comme le Nouveau-Mexique et la Floride, qu’il fallut parfois mettre en place un second décompte. Des défauts et ambiguïtés dans certains formulaires de vote provoquèrent des disputes dans des bureaux de votes, en particulier en Floride où l'écart n'était que d'une centaine de voix, et où plusieurs milliers de bulletins avaient été déclarés invalides.

Au Nouveau-Mexique, après avoir été déclaré vainqueur avec dix mille voix d'avance, un nouveau recomptage vit l'avance d'Al Gore fondre à trois cent voix.

L'imbroglio de Floride[modifier | modifier le code]

Ce fut en Floride que se joua finalement le résultat de l'élection nationale. Certains démocrates, convaincus de leurs victoire dans l'État, accusèrent le gouverneur de ce dernier, Jeb Bush, le frère du candidat républicain, d'avoir favorisé l'élection de son frère en truquant le processus électoral. Jeb Bush nia les accusations et se mit alors en retrait de toute la procédure judiciaire et administrative qui suivit. Le Code électoral aggrava la polémique sur le nom du vainqueur car il précisait que le recomptage devait obligatoirement avoir lieu par lecture de fiches perforées ou alors manuellement dans quatre comtés maximum. Or, les machines utilisées étant souvent anciennes, il est arrivé que le trou avait été mal percé signifiant pour la machine que c'était un vote blanc[2].

Butterfly ballot du comté de Palm Beach

Les opérations de recomptage se transformèrent alors en bataille juridique autour de la validité du vote, créant une polémique sur les conditions de son organisation et sur la précision des machines à voter utilisées. Ainsi, dans le comté de Palm Beach, le bulletin de vote, appelé « butterfly ballot » (un formulaire de vote en « papillon » portant des noms de candidats à gauche et à droite avec une colonne de vote par trous à perforer placée au centre du feuillet), conçu pourtant par une élue démocrate, Theresa Lapore et déjà utilisé en 1996, était propice à une erreur de vote par les électeurs au profit du candidat Pat Buchanan au détriment d'Al Gore. Par ailleurs, plusieurs milliers d'électeurs avaient été radiés par erreur des listes comme conséquence d’une condamnation pénale.

À la fin du recomptage électronique, George Bush était encore gagnant avec 1 500 voix environ d'avance. Les avocats d'Al Gore obtinrent alors un nouveau recomptage manuel dans trois comtés réputés favorables aux démocrates, ceux de Miami-Dade, Palm Beach et Broward, là où en fait il avait le plus de chances de grapiller des voix perçues comme nulles ou blanches par les machines électroniques et les transformer en votes exprimés en sa faveur.

Or, le recompte manuel des bureaux de vote ne changea pas le résultat du 7 novembre. Saisis par les avocats du candidat Al Gore, plusieurs juges autorisèrent néanmoins de nouveaux recomptages en ordonnant des méthodes différentes selon les bureaux de vote alors que d'autres le refusaient estimant que le recomptage avait été correctement effectué. Saisie par les avocats d'Al Gore, la Cour suprême de Floride (dont six juges sur sept étaient démocrates) ordonna alors que le recomptage ait lieu dans tous les comtés contestés, mais ce, avant le 12 décembre, date à laquelle les résultats devaient être officiellement proclamés.

Le 1er décembre 2000, les avocats de George W Bush saisirent la Cour suprême des États-Unis, invoquant la rupture de l’égalité devant la loi du fait des différentes méthodes retenues pour le décompte et le dépassement par la cour de Floride de ses compétences judiciaires.

Après un premier avertissement à la Cour suprême de Floride sur le dépassement de ses prérogatives et son empiètement sur le domaine législatif, la Cour suprême des États-Unis (dont sept juges sur neuf avaient été nommés par des présidents républicains) estima par 7 voix contre 2 dans son arrêt Bush v. Gore le 12 décembre que le recomptage ordonné par la Cour suprême de Floride était anticonstitutionnel et, par 5 voix contre 4, qu’il était impossible d’effectuer un recomptage constitutionnel dans les délais impartis par la Constitution des États-Unis à moins de violer plusieurs principes juridiques liés à l'équité et l'égalité devant la loi[1]. Ce faisant, elle annula l'ultime recomptage manuel des voix en Floride, alors que seul le comté de Miami-Dade n'avait pas fini de procéder à ce recomptage et qu'Al Gore était toujours devancé de plus d'une centaine de voix[1]. Elle désigna ainsi George W. Bush comme vainqueur de l'élection présidentielle ; avec les voix des grands électeurs de Floride, Bush obtenait 271 grands électeurs contre 266 à Al Gore.

Résultat officiel[modifier | modifier le code]

Le résultat officiel final fut donc de 50 456 002 voix pour Bush (47,9 %), 50 999 897 pour Gore (48,4 %), Ralph Nader (écologiste) en obtient 2 834 410 (2,7 %) et Patrick Buchanan (Reform Party) 446 743 (0,4 %). Il y encore eu des voix pour 12 autres candidats (en tout 0,6 %). George W. Bush remportait la Floride par 537 voix d'avance quand bien même Al Gore avait obtenu au niveau national plus de 500 000 voix d'avance.

Recomptage privé[modifier | modifier le code]

En mars 2001, un consortium de plusieurs journaux américains comprenant le Miami Herald et USA Today firent effectuer à leurs frais un recomptage des bulletins dans les trois comtés clés mais aussi dans toute la Floride. L’université de Chicago, financée elle aussi par plusieurs grands médias américains, se procura l’intégralité des bulletins et effectua un recompte privé.

Selon les différentes hypothèses envisagées, le résultat s'avéra différent.

Si le recomptage manuel avait été effectué au niveau de toute la Floride, ce qui n'a jamais été entrepris ni demandé par Al Gore, le candidat démocrate l'aurait emporté d'extrême justesse avec une avance de 60 à 171 voix selon la méthode utilisée (en tenant compte des bulletins invalidés).

Or, selon les méthodes de recomptage demandées par les avocats d'Al Gore, les comtés choisis par ces derniers et retenus par la Cour suprême de Floride, George W. Bush l'aurait quand même emporté avec une avance sur son adversaire oscillant entre 225 et 493 voix. L'interruption du recomptage manuel par la Cour suprême n'aurait pas alors modifié le résultat du 7 novembre accordant la victoire au gouverneur du Texas[3].

Ce n'est pas la première fois dans l'histoire du pays qu'un président est investi avec moins de voix que son adversaire au plan national. Au XIXe siècle, les républicains Rutherford B. Hayes et Benjamin Harrison ont été aussi élus avec moins de voix que leur adversaire.

Résultats[modifier | modifier le code]

Candidat Parti Grands électeurs Vote populaire
George W. Bush/Dick Cheney Parti républicain 271 47,9 %
Al Gore/Joseph Lieberman Parti démocrate 266 48,4 %
Ralph Nader/Winona LaDuke Parti vert 0 2,7 %
Pat Buchanan/Ezola Broussard Foster Parti de la réforme 0 0,4 %
Harry Browne/Art Olivier Parti libertarien 0 0,4 %
Howard Phillips/Curtis Frazier Constitution Party 0 0,1 %
John Hagelin/Nat Goldhaber Parti de la loi naturelle 0 0,1 %
Autres partis 0 0,1 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bush contre Gore : trois mauvais coups portés à la Constitution, à la Cour et à la Démocratie - Michel Rosenfeld, Cahiers du Conseil constitutionnel no 13 (Dossier : La sincérité du scrutin), janvier 2003
  2. L'historique juridique et politique de l'élection contestée de Floride
  3. L'historique juridique et politique de l'élection contestée de Floride, ibid

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]