Élection présidentielle américaine de 1996

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1992 Drapeau des États-Unis 2000 Suivant
Élection présidentielle américaine de 1996
44 Bill Clinton 3x4.jpg
Bill Clinton – Parti démocrate
Colistier : Al Gore
Voix 47 402 357
Grands électeurs 379
  
49,24 %
Bob Dole, PCCWW photo portrait.JPG
Bob Dole – Parti républicain
Colistier : Jack Kemp
Voix 39 198 755
Grands électeurs 159
  
40,71 %
Le collège électoral en 1996
Carte
Carte montrant la répartition des grands électeurs par état ainsi que (A) la répartition des grands électeurs par candidat et (B) le résultat du vote populaire.
Président
Sortant
Élu
Politique aux États-Unis
Image illustrative de l'article Élection présidentielle américaine de 1996

L'élection présidentielle des États-Unis d'Amérique 1996 s'est déroulée le mardi 5 novembre 1996. Elle vit s'affronter le Président sortant Bill Clinton et le sénateur du Kansas Bob Dole.

Clinton profita d'une économie américaine florissante et d'absence de menaces étrangères crédibles, et remporta l'élection aisément aux dépens de Bob Dole, dont la campagne fut qualifiée de terne.

Contexte[modifier | modifier le code]

En 1995, le Parti républicain avait le vent en poupe suite aux victoires électorales réalisées lors du renouvellement du Congrès. Dans ces élections, les Républicains menés par Newt Gingrich remportèrent la majorité des sièges à la fois à la Chambre des représentants et au Sénat américain pour la première fois depuis quarante ans.

Les primaires[modifier | modifier le code]

Les primaires républicaines[modifier | modifier le code]

Nombre de candidats républicains entrèrent dans la course pour affronter un Président démocrate sortant Bill Clinton, apparemment faible suite à l'ampleur du désaveu subi par les démocrates deux ans plus tôt au Congrès.

Les candidats républicains[modifier | modifier le code]

L'ancien général de l'US Army et chef d'État-major Colin Powell a été souvent annoncé comme un candidat potentiel pour les Républicains. Néanmoins, le 8 novembre 1995, Powell déclara ne pas être intéressé par l'investiture. Il déclinera aussi la proposition de Bob Dole d'être sur son ticket comme candidat à la vice-présidence. L'ancien secrétaire à la défense, Dick Cheney, déclina lui-aussi la proposition de se présenter aux élections primaires tout comme le gouverneur du Texas, George W. Bush, approché également par les instances dirigeantes du parti républicain.

La campagne des élections primaires républicaines[modifier | modifier le code]

Bob Dole, le chef de la majorité républicaine au Sénat, était le favori des instances dirigeantes du parti. il avait aussi reçu le soutien de plusieurs membres éminents du parti républicain comme son ami, l'ancien sénateur Barry Goldwater, le gouverneur George W. Bush, le sénateur Al D'Amato (État de New York) et même le soutien de l'ancien gouverneur démocrate George Wallace (Alabama).

En face de lui, les candidats les plus sérieux comme Colin Powell, George W. Bush, Newt Gingrich ou Howard Baker avaient renoncé à concourir. Il lui restait à battre Pat Buchanan, relativement isolé au sein du parti, Steve Forbes, Phillip Gramm (soutenu notamment par le sénateur John McCain de l'Arizona et la sénatrice Kay Bailey Hutchison du Texas) alors que Pete Wilson, le gouverneur de Californie et ancien sénateur, soutenu par la branche modérée et progressiste du parti, se retirait rapidement de la course.

Les victoires de Pat Buchanan lors des caucus et primaires d'Alaska, de Louisiane et du New Hampshire ajoutées à celles de Forbes au Delaware et au Nouveau-Mexique mirent en doute les capacités de Bob Dole à unir la base du parti républicain. Bob Dole parvint finalement à s'imposer avec 58,82 % des suffrages contre notamment 20,76 % à Buchanan. Ce ne fut finalement pas assez pour gêner la victoire de Dole, qui fut investi lors de la Convention républicaine le 15 août 1996.

L'ancien représentant et ministre Jack Kemp fut désigné comme candidat à la vice-présidence.

Les primaires démocrates[modifier | modifier le code]

Les candidats[modifier | modifier le code]

Les primaires du parti démocrate furent peu disputées, dans la mesure où le président sortant Bill Clinton n'a pas rencontré d'opposition notable à son investiture. Le gouverneur de Pennsylvanie, Bob Casey avait finalement renoncé à se présenter en raison de problèmes de santé tandis que Lyndon LaRouche ne présentait aucune crédibilité face au président sortant. Ainsi Bill Clinton remporta 88,98 % des voix contre 5,47 % à Lyndon LaRouche.

La convention nationale[modifier | modifier le code]

La convention nationale du parti démocrate se tint à Chicago du 26 au 29 août 1996. Elle aboutit sans surprise à la nomination de Bill Clinton et de son vice-président Al Gore pour personnaliser le ticket démocrate à l'élection présidentielle du mois de novembre.

Autres candidats[modifier | modifier le code]

Les Verts américains désignèrent Ralph Nader comme leur candidat à la présidentielle. Nader accepta l'investiture, mais jura de ne dépenser que 5 000 $.

Le parti réformateur américain désigna son fondateur Ross Perot pour concourir pour sa première élection en tant que parti politique officiel.

Howard Phillips fut désigné par le national-conservateur U.S. Taxpayers Party pour être son candidat officiel.

La campagne électorale[modifier | modifier le code]

Sans opposition notable lors des primaires, Clinton put se concentrer assez tôt sur la présidentielle, alors que Dole était forcé de tenir un discours partisan et de dépenser ses fonds dans son combat pour l'investiture. En fin de compte, Clinton mena campagne à partir de l'été en définissant son adversaire comme un conservateur âgé éloigné des choses alors que Dole n'était pas en position de répondre.

Pendant toute la campagne, Clinton réussit à maintenir une avance confortable dans les sondages sur Dole et Perot. Seuls Clinton et Dole apparurent lors des débats télévisés, éloignant ainsi Perot et les autres candidats mineurs du débat. Perot, qui avait pu participer aux débats de 1992, mena l'affaire en justice, demandant des dommages et intérêts pour sa non-participation et la faible couverture par les médias de sa campagne.

Résultats[modifier | modifier le code]

Finalement, Bill Clinton remporta un second mandat avec une avance notable sur Bob Dole (49,2 % des voix contre 40,7 %) alors que Ross Perot n'obtenait que la moitié des voix qui s'étaient portées sur lui en 1992 (8,4 %).

Sur 196 498 000 électeurs potentiels, 49 % s'étaient rendus aux urnes.

Candidat Parti électeurs Vote Populaire
Bill Clinton/Al Gore Democratic Party 379 49,2 %
Bob Dole/Jack Kemp Republican Party 159 40,7 %
Ross Perot/Pat Choate Reform Party 0 8,4 %
Ralph Nader/Winona LaDuke[1] Green Party 0 0,7 %
Harry Browne/Jo Jorgensen Libertarian Party 0 0,5 %
Howard Phillips/Herb Titus U.S. Taxpayers Party 0 0,2 %
John Hagelin/Nat Goldhaber Natural Law Party 0 0,1 %
Autres Partis 0 0,1 %

Bill Clinton remporta l'élection avec plus de 8 millions de voix d'avance sur son adversaire républicain. Au niveau du collège électoral, il remporta 379 voix de grands électeurs (+ 9 par rapport à 1992) contre 159 au ticket républicain (- 9). En termes d'états, Bob Dole parvint à récupérer les États du Colorado, du Montana et de Géorgie (perdus par Bush en 1992) mais à perdre ceux de Floride et de l'Arizona, compensant ainsi ses gains par une perte négative de grands électeurs. Ce fut d'ailleurs la première année qu'un démocrate remportait l'État de l'Arizona depuis la victoire d'Harry Truman lors de l'élection présidentielle américaine de 1948 (ce fut aussi la dernière année à ce jour où l'Arizona fut remportée par un candidat démocrate lors de l'élection présidentielle).

L'élection confirma l'ancrage récent des démocrates dans les anciens bastions du républicanisme modéré qu'étaient la Californie, le Vermont, le Maine, l'Illinois, le New Jersey, la Pennsylvanie ou encore le Connecticut ainsi qu'au Michigan et dans le Delaware. Ce fut également la première fois que le conservateur New Hampshire optait deux fois de suite pour un candidat démocrate à une élection présidentielle. Ces bons résultats ne masquaient pas la faiblesse et le déclin des démocrates dans leurs anciens bastions des États du Sud qu'ils avaient dominés de 1880 à 1964 et où, cette année, ils ne remportaient que 4 des 11 états. La carte électorale de l'année 1996 confirma ainsi la nouvelle géographie politique du pays, ébauché lors des élections de 1992.

En obtenant 8 % des suffrages, Ross Perot obtenait un score deux fois moins important qu'en 1992. Cristallisant sur son nom le vote conservateur en Arizona, il aidait indirectement l'état à basculer vers les démocrates. Ross Perot fut le dernier candidat d'un parti tiers à obtenir, à ce jour, plus de 3 % des suffrages populaires.

L'élection présidentielle de 1996 la première où le vainqueur n'obtint pas la majorité du vote masculin.

Ce fut la dernière élection à ce jour qu'un démocrate remporta les états d'Arkansas, de l'Arizona, du Tennessee, de Louisiane, du Kentucky, de Virginie-Occidentale et du Missouri.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le "running mate" de Ralph Nader etait différent d'état en état.