Montrabé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montrabé
Blason de Montrabé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Toulouse
Canton Canton de Toulouse-8
Intercommunalité Communauté urbaine de Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Jacques Sébi
2014-2020
Code postal 31850
Code commune 31389
Démographie
Gentilé Montrabéens, Montrabéennes
Population
municipale
3 700 hab. (2011)
Densité 707 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 38′ 36″ N 1° 31′ 33″ E / 43.6433333333, 1.5258333333343° 38′ 36″ Nord 1° 31′ 33″ Est / 43.6433333333, 1.52583333333  
Altitude Min. 143 m – Max. 211 m
Superficie 5,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montrabé

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Montrabé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montrabé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montrabé
Liens
Site web Site de la mairie

Montrabé est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Montrabéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain, à l'est de l'agglomération toulousaine sur la Sausse.

Montrabé constitue une colline ; le château d'eau trône en son sommet.

La commune de Montrabé a rejoint la Communauté urbaine du Grand Toulouse le 1er janvier 2011.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montrabé
Saint-Jean Rouffiac-Tolosan Beaupuy
l'Union Montrabé Mondouzil
Balma Balma Pin-Balma

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs lignes de bus Tisséo relient la commune au métro toulousain :
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse 20​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Beaupuy en passant par le centre de la commune, le stade et le collège ;
  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse 74​​​​​​​​​​​​​​​ part de la station de métro Balma-Gramont jusqu'à Saint-Jean et Rouffiac-Tolosan en passant par le centre de la commune, le stade et le collège mais elle dessert la commune à certains services uniquement.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune (en occitan) est Montrabe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Montrabé

Son blasonnement est :
Taillé au 1) d’azur au demi-moulin à vent d’or mouvant du flanc et du trait de partition, chargé d’un épi de blé de sable, senestré d’une croisette cléchée de pommetée de douze pièces aussi d’or, au 2) d’or à la fontaine en demi-profil d’argent*, mouvant du flanc et de la pointe, au robinet de sable déversant, jusqu’à la pointe, une eau d’azur en forme de foi en barre, adextrée d’une colombe contournée de sable ; au chêne du sable brochant sur la partition au canton senestre du chef..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jacques Sébi PS Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 700 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
177 216 189 193 210 232 220 250 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
220 200 223 224 235 219 230 205 222
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
220 217 198 167 192 202 182 202 228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
286 353 821 1 740 2 347 3 201 3 332 3 368 3 700
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Dotée d'une école maternelle, primaire, et d'un collège, elle est traversée par le réseau de la SNCF, ainsi que par le réseau de transport en commun toulousain. Beaucoup d'activités sont disponibles, par la multiplicité et la diversité des associations, dont un club informatique avec plus de 130 adhérents.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • À la sortie du Val Rose, dans le quartier de Mont Pin, un calvaire, dont l'origine est indéterminée, borde la rue Mireille.
  • Église Saint-Martial.

Sports[modifier | modifier le code]

Montrabé accueille une équipe de football américain : Les Comètes.

Cette équipe qui a été championne de D3 en 1994, joue en championnat de France casque d'argent soit la troisième division nationale actuelle. Les cadets (15-16 ans) et les juniors (17-19 ans) jouent les championnats régionaux. Les Comètes jouent au stade Bastié, stade proche de la gare SNCF de Montrabé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011