Seilh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seilh
Mairie de Seilh
Mairie de Seilh
Blason de Seilh
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Toulouse
Canton Canton de Grenade
Intercommunalité Communauté urbaine de Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Jean-Louis Miegeville
2014-2020
Code postal 31840
Code commune 31541
Démographie
Gentilé Seilhois, Seilhoises
Population
municipale
3 042 hab. (2011)
Densité 494 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 44″ N 1° 21′ 15″ E / 43.6955555556, 1.3541666666743° 41′ 44″ Nord 1° 21′ 15″ Est / 43.6955555556, 1.35416666667  
Altitude Min. 112 m – Max. 145 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Seilh

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Seilh

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seilh

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seilh

Seilh est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Seilhois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain près du confluent de l'Aussonnelle et de la Garonne à 15 km au nord-ouest de Toulouse dans son unité urbaine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Seilh
Merville Gagnac-sur-Garonne en rive droite de la Garonne Gagnac-sur-Garonne en rive droite de la Garonne
Aussonne Seilh Fenouillet en rive droite de la Garonne
Aussonne Beauzelle Fenouillet en rive droite de la Garonne

Histoire[modifier | modifier le code]

Au sud-est de la commune, sur une terrasse surplombant la Garonne, le site du château de Percin atteste d'une présence humaine au Néolithique[1].

Le centre du village s'est déplacé. Il surplombait autrefois la vallée de l'Aussonnelle, là où se trouve le cimetière. L'église paroissiale, consacrée à saint Pierre aux Liens, était d'ailleurs située à cet endroit. L'église actuelle date de 1881.

Jusqu'aux années 1990, le village de Seilh a connu un lent accroissement de sa population. L'urbanisation du village a commencé par l'installation du golf. Elle s'est étendue ensuite par des lotissements au quartier des Tricheries, avant de concerner les bords de l'Aussonnelle et le vieux village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Seilh

Son blasonnement est : Écartelé : au premier et au quatrième de gueules à la tour d'or, ouverte et ajourée de sable, au deuxième et au troisième d'or à l'arbre arraché au naturel ; à la divise ondée d'azur brochant sur le trait du coupé de la partition. La présence de deux tours fait référence à la présence de deux châteaux à Seilh.

Certains Seilhois revendiquent le corbeau pour emblème de la commune.

Par ailleurs, sainte Blandine, patronne de la commune, est honorée d'une procession tous les 2 juin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Jean-Louis Miegeville    
2008 2014 Guy Lozano PRG  
2001 2008 Lucien Villebasse    
1977 2001 Jean Cabal    
1971 1977 Fernand Munoz    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 042 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
259 310 290 315 320 319 344 367 351
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
329 346 346 326 332 295 313 310 282
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
256 250 257 257 227 260 264 224 404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
394 449 492 621 816 2 086 2 812 2 916 3 042
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Blagnac Constellation

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]