Saint-Jory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jory
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Saint-Jory
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Toulouse
Canton Canton de Fronton
Intercommunalité Communauté urbaine de Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Thierry Fourcassier
2014-2020
Code postal 31790
Code commune 31490
Démographie
Gentilé Saint-Joryen, Saint-Joryenne
Population
municipale
5 380 hab. (2011)
Densité 282 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 35″ N 1° 22′ 14″ E / 43.7430555556, 1.3705555555643° 44′ 35″ Nord 1° 22′ 14″ Est / 43.7430555556, 1.37055555556  
Altitude Min. 105 m – Max. 125 m
Superficie 19,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jory

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Jory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jory
Liens
Site web Site officiel

Saint-Jory est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne et la région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Saint-Joryens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Jory fut sous la domination de très puissantes familles. Pas un personnage de la cour ne venait en Languedoc sans s'arrêter dans son magnifique château[Lequel ?]. En 1603, Henri IV érigea la châtellenie en baronnie[Laquelle ?].

Avant 1222, Saint-Jory se trouvait sous la domination des comtes de Toulouse. Mais leurs vassaux, pillèrent l'église.

Au XIIIe siècle, Hugues, sénéchal de l'Agenais, prit position pour les Albigeois : il défendit Toulouse et Penne-d'Agenais, sous la conduite du comte de Lancastre, et dévasta Saint-Jory en se rendant à Toulouse.

Le XVe siècle vit le début d'une série de luttes et de procès entre le village et la famille des Garrigia de Villeneuve. Les villageois se révoltèrent contre Jean de Garrigia, et ce n'est qu'au XIXe siècle que cessèrent les procès.

Sous la domination des Du Faur, un magnifique château[Lequel ?] Renaissance fut construit. En 1569, les guerres de religion le ruinèrent, lui et l'église.

Ensuite vint la Révolution, et avec le XIXe siècle ses transformations, ses plans d'aménagements.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'aire urbaine de Toulouse. Elle est située dans son pôle urbain, sur la Garonne et le canal de Garonne, au confluent de Hers-Mort et du Girou, à 17 km au nord-ouest de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Jory
Grenade
En rive gauche de la Garonne
Castelnau-d'Estrétefonds Saint-Sauveur
Merville
En rive gauche de la Garonne
Saint-Jory Bruguières
Merville
En rive gauche de la Garonne
Gagnac-sur-Garonne Lespinasse

Transport[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A62, sortie sortie 11 Saint-Jory-Grenade et par la Gare de Saint-Jory (voir aussi Triage de Saint-Jory).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Villiers-le-Bel

Les armes de Saint-Jory se blasonnent ainsi : « D'or au croissant de sinople ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au point de vue élections législatives, la commune fait partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1983 Jean-Pierre Gaychet PS  
1983 1995 Henry Chotel PS  
1995 2000 Ivan Thiebaut DVD  
2000 2014 Henri Miguel DVG  
2014 en cours Thierry Fourcassier UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 380 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
662 813 896 963 1 002 1 034 1 082 1 120 1 137
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 103 1 052 1 094 1 070 1 110 1 112 1 116 1 086 1 025
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 045 1 026 1 019 908 950 926 997 996 1 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 528 2 112 2 533 2 760 3 244 4 069 4 815 5 026 5 380
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Histoire du club de football[modifier | modifier le code]

Le premier club de football de la commune fut créé en 1923 par Charles Sire, ce qui en fait une des plus anciennes formations de la Ligue de Midi-Pyrénées de football.

Dans les années cinquante, apparaissent deux clubs de football, le Sporting et L’Étoile. Ils s’affrontèrent des années durant pour être chacun à leur tour les meilleurs, avant de fusionner en 1968 et donner naissance à l’Entente Sporting Étoile de Saint-Jory.

Le club devint une pépinière de jeunes footballeurs qui évolueront au niveau régional en glanant plusieurs titres :

  • Champion des Pyrénées en 1953
  • Champion junior en 1970
  • Champion d'Excellence en 1982-1983 (et montée en Ligue régionale)
Saison 2008-2009[modifier | modifier le code]

À titre indicatif, les effectifs lors de la saison 2008/2009 sont :

  • 192 licenciés,
  • 43 seniors et 24 vétérans,
  • 20 joueurs 18 ans, 15 joueurs 15 ans et 15 joueurs 13 ans (dont une féminine),
  • 19 benjamins, 21 poussins (dont 1 féminine) et 14 débutants (dont 1 féminine).
  • Le club est animé par 7 dirigeantes, 12 dirigeants, 5 éducateurs fédéraux et 3 éducateurs en cours de formation.

L'équipe première évolue en promotion première division et la réserve en troisième division.

Les trois équipes de jeunes, qui sont de création récente, évoluent en championnat brassage.

Les benjamins défendent leurs couleurs en promotion honneur.

Les poussins alignent depuis deux ans une équipe en niveau A et une deuxième en championnat de première année.

Les débutants, quant à eux, comptent une équipe en niveau B et une deuxième en niveau C.

Handball[modifier | modifier le code]

Saint-Jory possède également un club de handball avec 10 titres départementaux et 4 titres régionaux.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]