Montpellier agglomération rugby XIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Montpellier XIII

Logo du Montpellier XIII
Généralités
Surnoms Les Diables Rouges
Noms précédents US Montpellier XIII, Montpellier Agglomération Rugby XIII
Fondation 1953
Statut professionnel ?
Couleurs Rouge et blanc
Stade Stade Sabathé
(6 500 places)
Siège Stade Sabathé
rue Saint-Cléophas
34000 Montpellier
Championnat actuel Division Nationale 1
Président Drapeau : France Jean-Luc Simon
Site web Site officiel du club

Le Montpellier XIII est un club de rugby à XIII français, créé en 1953, situé à Montpellier dans le département de l'Hérault. L'équipe première du club évolue actuellement dans le championnat de France de rugby à XIII de deuxième division : L'Elite 2.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Contexte et bref historique du Club[modifier | modifier le code]

L'origine d'une certaine tradition du rugby à XIII à Montpellier[modifier | modifier le code]

En septembre 1944, le club historique de rugby à XV de la ville, l'US Montpellier (USM), créé en 1919 en tant que section du Stade olympique montpelliérain (SOM), devenue USM et autonome en 1923, vote son passage au rugby à XIII sous le nom d'USM XIII. Deux ans plus tôt le club avait atteint les quarts de finale du championnat de France sous le nom USOM (fusion du SOM et de l'USM entre 1941 et 1944, imposée par les autorités de Vichy).

En 1946, faute de moyens financiers et n'ayant pas de stade dédié, l'USM XIII se met en sommeil. Sept ans plus tard, en 1953, le club renaît, profitant notamment de la disparition du dernier club "quinziste" de la ville (l'ASPTT Montpellier).

La présence d'un club de rugby à XIII n'est donc pas une nouveauté dans la capitale régionale. En effet comme le montre l'année de sa création, loin d'être le caprice d'une cité héraultaise avide aujourd'hui de nombreux sports, le rugby à XIII est devenu, si ce n'est une institution, une véritable tradition sur les bords de la Mosson. Sous des structures diverses, des appellations variées[1], et ayant aussi subi des fortunes diverses - on note un grand passage à vide jusqu'à la fin des années 1990 par exemple - les Montpelliérains ont toujours été présents à un stade ou à un autre des compétitions fédérales. Notons quelques faits d'armes de l'équipe héraultaise : Trophée Bernard (1975) en battant Réalmont XIII 12-10; championnat de France (1977) en battant l' US Villeneuve 30-15; Coupe Falcou champion de Fédérale (1977) en battant Caumont 21-16, Coupe de France DN2 (1978-1979) en battant Caumont 21-6.

Une école de rugby et un quartier, les deux piliers du XIII à Montpellier[modifier | modifier le code]

Plusieurs facteurs peuvent expliquer que ce club ait survécu jusqu'à nos jours. La présence constante d'une école de rugby qui a formé quelques-uns des joueurs de l'Élite, actuels comme passés, est un des ces facteurs qui ont permis au club de traverser les périodes de " vaches maigres ". Implantée au cœur du quartier populaire de la Paillade, celle-ci a sans doute bénéficié des différents apports de population dès les années 1960 qui suivent l'histoire du peuplement de Montpellier et qui font la richesse aujourd'hui de la cité héraultaise.

Du déclin au retour[modifier | modifier le code]

La fin des années 1990 et les bonnes performances de l'équipe expliquent également le renouveau actuel du rugby à XIII à Montpellier. En effet, après des performances honorables dans les années 1980, le club retombe dans l'oubli dans les années 1990. Formé de vétérans des années 1980 auxquels s'ajoutent des joueurs amateurs venant d'horizons divers, parmi lesquels le rugby à XV amateur, le club vivote et ne sert que de faire-valoir citadin aux équipes de villages audoises ou catalanes de ce qui est alors la " DN 3" . Sans aucun lien avec la section universitaire de rugby à XIII de la faculté de Montpellier, le club ne dispose alors que d'un réservoir de joueurs limité en effectifs, versatile, et d'un réservoir aussi maigre de supporters et de fans, correspondant bien souvent au cercle familial des joueurs et des dirigeants.

S'apparentant alors à une petite entreprise familiale désargentée, peinant à rassembler ses cadres aussi bien sur le terrain qu'en dehors, le club va cependant connaître un renouveau dès les années 1997-1998 avec notamment le recrutement de deux jeunes talents étrangers, l'Australien Steven Bye et l'Écossais Andrew Borthwick. En s'associant avec les anciens (les frères Cobos, Simon, Bouteloup, Trinquier, Fraysse…)[réf. nécessaire]. ils vont dans une expérience intéressante d'entraînement collectif mener le club jusqu'à la victoire finale (1998/1999) du Championnat de France de rugby à XIII Nationale 3, en battant, sur le score de 30-15, Ille-sur-Têt XIII, bouleversant ainsi la hiérarchie traditionnelle d'une compétition dont le titre était jusqu'ici disputé entre Catalans et Audois. L'accession en division Nationale 2 fût fêtée dignement au château de Lavérune (fief d'André Sénégas, pilier de l'école de rugby de la Paillade). Ce groupe de joueurs et de dirigeants entamaient cette nouvelle aventure dans le même état d'esprit et, après un championnat difficile, l'équipe se qualifia pour la finale en battant tour à tour Ille-sur-Têt XIII en quart de finale, Cabardès XIII en demi-finale et remporta le championnat de France de Nationale 2 (1999/2000) face à Homps XIII sur le score sans appel de 40-4: Montpellier XIII accède au championnat de France de rugby à XIII Élite 2.

Partant, le cercle vicieux est bel et bien rompu, le succès attirant le succès, le retour du public, des "notables" du XIII, et l'attention des médias, créant ainsi une dynamique de recrutement, le soutien des sponsors et des collectivités locales, qui avaient quelque peu minoré leur soutien dans les années 1990 au profit du cousin "quinziste" devenu professionnel et plus médiatique.

Jouant souvent sur un stade sans gradins, le Stade du Domaine universitaire de Veyrassi, le club récupèrera même plus tard (2007) le Stade Sabathé, délaissé par les "quinzistes" qui jouent désormais dans le Stade Yves-du-Manoir, construit spécialement pour la Coupe du monde 2007 de rugby à XV.

L'accession à l'Élite et le dépôt de bilan[modifier | modifier le code]

Le club accède en Elite 1 à l'issue de la saison 2009-2010.

Après 2 saisons difficiles en fin de classement, le MARXIII dépose le bilan après 2 journées de la saison 2012-2013.

Le club renommé Montpellier XIII repart au niveau de son équipe réserve en Nationale 1.

En 2013, le club présente une particularité unique dans le monde du sport collectif masculin en France; il est entraîné par une femme, Audrey Zitter. Un reportage lui est d'ailleurs consacré au journal de 13 heures de TF1, le 22 novembre 2013 à 13h45.

Effectif 2011/2012[modifier | modifier le code]

[1]

Piliers :

Talonneurs :

2e ligne :

3e ligne :

Demis de mêlée :

Demis d'ouverture :

Centres :

Ailiers :

Arrières :

Mascotte :

  • Drapeau de la France - Thibault Niel


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ES Montpellier, Montpellier-Castelnau, Montpellier Crystal XIII