Championnat de France de rugby à XV 2011-2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Top 14 2011-2012

alt=Description de l'image Logo Rugby Top14 Orange.png.
Généralités
Sport rugby à XV
Organisateur(s) LNR
Édition 113e
Lieu Finale au Stade de France
Date 26 août 2011 au 9 juin 2012
Nations Drapeau de la France France
Participants 14 équipes
Matchs joués 187
Site web officiel
Palmarès
Vainqueur Stade toulousain
Finaliste RC Toulon
Demi-finalistes Castres olympique
ASM Clermont Auvergne
Relégué(s) Lyon OU
CA Brive
Meilleur marqueur Drapeau : Fidji Timoci Nagusa (11 essais)
Meilleur réalisateur Drapeau : Angleterre Jonny Wilkinson (273 pts)

Navigation

Le Championnat de France de rugby à XV 2011-2012 ou Top 14 2011-2012 oppose pour la saison 2011-2012 les quatorze meilleures équipes françaises de rugby à XV. Le championnat débute le 26 août 2011 pour s'achever par une finale disputée le 9 juin 2012 au Stade de France[1].

Le championnat se déroule en deux temps : une première phase dite régulière en match aller-retour où toutes les équipes se rencontrent deux fois et une phase finale à élimination directe. Les six premières équipes du classement à l'issue de la phase régulière sont qualifiées pour les playoffs. Les deux premières équipes du classement sont directement qualifiées pour les demi-finales alors que les équipes classées de la troisième à la sixième place s'affrontent en barrage pour l'attribution des deux places restantes dans le dernier carré.

Le Lyon OU fait son grand retour dans le championnat de France de rugby à XV qu'il a quitté en 1994. C'est donc la première fois qu'il participe au championnat depuis que le rugby à XV est passé professionnel. La ville de Bordeaux revient également dans le championnat, huit ans après la descente du CA Bordeaux-Bègles qui a fusionné en 2006 avec le Stade bordelais pour devenir l'Union Bordeaux Bègles.

Le Stade toulousain remporte son 19e titre de champion de France en dominant le RC Toulon en finale sur le score de 18 à 12. Aucun essai n'est marqué au cours du match qui se résume à un duel de buteurs : six pénalités réussies par Luke McAlister contre quatre pour Jonny Wilkinson[2]. Les clubs du CA Brive et du Lyon OU sont relégués en Pro D2.

Liste des équipes en compétition[modifier | modifier le code]

Le Lyon OU (champion) et l'Union Bordeaux Bègles (vainqueur des barrages d'accession) sont promus dans le Top 14 à l'issue de la saison de Pro D2 2010-2011. Ils remplacent le Stade rochelais et le Bourgoin-Jallieu relégués sportivement à l'issue du Top 14 2010-2011. La compétition oppose pour la saison 2011-2012 les quatorze meilleures équipes françaises de rugby à XV :

Club Budget 2011-12
en millions
d'euros[3]
Classement
en 2010-11
Entraîneur(s) Stade Capacité
SU Agen 11,9 10 Drapeau : France Christophe Deylaud
Drapeau : France Christian Lanta
Stade Armandie 14 000
Aviron bayonnais 17,2 7 Drapeau : France Christian Gajan
Drapeau : France Thomas Lièvremont
puis
Drapeau : France Jean-Pierre Élissalde
Drapeau : France Didier Faugeron
puis
Drapeau : France Didier Faugeron
Drapeau : France Denis Avril
Stade Jean-Dauger 16 934
Biarritz olympique 16,6 5 Drapeau : FrancePatrice Lagisquet
Drapeau : France Laurent Rodriguez
Drapeau : France Serge Milhas
Drapeau : Australie John Isaac
Parc des sports d'Aguiléra 15 000
Bordeaux Bègles 8,7 5 (Pro D2) Drapeau : France Marc Delpoux
Drapeau : France Laurent Armand
Drapeau : France Vincent Etcheto
Stade André-Moga
Stade Jacques-Chaban-Delmas
9 600
34 694
CA Brive 13,65 12 Drapeau : France Ugo Mola
Drapeau : France Didier Casadeï
Stade Amédée-Domenech 15 000
Castres olympique 15,1 3 Drapeau : France Laurent Labit
Drapeau : France Laurent Travers
Stade Pierre-Antoine 11 500
ASM Clermont Auvergne 24 4 Drapeau : Nouvelle-Zélande Vern Cotter
Drapeau : France Franck Azéma
Stade Marcel-Michelin 18 030
Lyon OU 14,5 1 (Pro D2) Drapeau : France Raphaël Saint-André
Drapeau : France Matthieu Lazerges puis Xavier Sadourny
Stade Vuillermet
Matmut Stadium
4 822
8 000
Montpellier HR 17 6 Drapeau : France Fabien Galthié
Drapeau : France Éric Béchu
Drapeau : France Didier Bès
Stade Yves-du-Manoir 14 700
Stade français Paris 21,3 11 Drapeau : Australie Michael Cheika
Drapeau : Australie Chris Whitaker
Drapeau : France Christophe Laussucq
Drapeau : Argentine Mario Ledesma
Stade Charléty 20 000
USA Perpignan 17,5 9 Drapeau : France Jacques Delmas (jusqu'au 21/11/2011)
Drapeau : France Bernard Goutta
Drapeau : France Christophe Manas
Stade Aimé-Giral 14 593
Racing Métro 92 22,4 2 Drapeau : France Pierre Berbizier
Drapeau : Nouvelle-Zélande Simon Mannix puis Drapeau : Argentine Gonzalo Quesada
Stade Yves-du-Manoir 14 000
RC Toulon 23 8 Drapeau : France Philippe Saint-André puis Bernard Laporte
Drapeau : France Pierre Mignoni
Drapeau : France Olivier Azam
Stade Mayol 15 000
Stade toulousain 32 1 (Champion) Drapeau : France Guy Novès
Drapeau : France Yannick Bru
Drapeau : France Jean-Baptiste Élissalde
Stade Ernest-Wallon 19 500

Résumé des résultats[modifier | modifier le code]

Classement de la phase régulière[modifier | modifier le code]

No  Club Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Stade toulousain (T) 26 19 1 6 56 24 6 3 629 448 181 87
2 ASM Clermont 26 19 2 5 53 28 5 2 644 364 280 87
3 RC Toulon 26 14 5 7 44 22 5 2 581 393 188 73
4 Castres olympique 26 14 4 8 38 46 3 2 585 522 63 69
5 Montpellier HR 26 14 1 11 53 36 4 5 601 505 96 67
6 Racing Métro 92 26 13 1 12 47 37 4 6 569 538 31 64
7 Stade français Paris 26 11 2 13 50 53 6 4 568 588 -20 58
8 Bordeaux Bègles (P) 26 12 0 14 42 52 2 3 493 619 -126 53
9 Biarritz olympique 26 10 2 14 26 48 1 7 424 518 -94 52
10 SU Agen 26 12 1 13 30 51 1 1 479 573 -94 52
11 USA Perpignan 26 9 2 15 38 43 2 7 515 578 -63 49
12 Aviron bayonnais 26 9 3 14 27 44 1 5 479 619 -140 48
13 CA Brive 26 7 1 18 27 29 2 10 408 488 -80 42
14 Lyon OU (P) 26 5 3 18 28 46 0 5 369 591 -222 31
Qualifiés pour les demi-finales et la coupe d'Europe 2012-2013 (no 1, no 2).
Qualifiés pour les barrages et la coupe d'Europe 2012-2013 (no 3, no 4, no 5, no 6).
Qualifié pour la coupe d'Europe 2012-2013 (no 9) car Biarritz remporte le Challenge européen 2011-2012.
Relégués en Pro D2 pour la saison 2012-2013 (no 13 et no 14).

Attribution des points[4] : victoire sur tapis vert : 5, victoire : 4, match nul : 2, défaite : 0, forfait : -2 ; plus les bonus (offensif : 3 essais de plus que l'adversaire ; défensif : défaite par 7 points d'écart ou moins).

Règles de classement[4] : 1. points terrain (bonus compris) ; 2. points terrain obtenus dans les matchs entre équipes concernées ; 3. différence de points dans les matchs entre équipes concernées ; 4. différence entre essais marqués et concédés dans les matchs entre équipes concernées ; 5. différence de points ; 6. différence entre essais marqués et concédés ; 7. nombre de points marqués ; 8. nombre d'essais marqués ; 9. nombre de forfaits n'ayant pas entraîné de forfait général ; 10. place la saison précédente ; 11. nombre de personnes suspendues après un match de championnat.

Phase finale[modifier | modifier le code]

Les deux premiers de la phase régulière sont directement qualifiés pour les demi-finales. En matchs de barrage pour attribuer les deux autres places, le troisième reçoit le sixième et le quatrième reçoit le cinquième. Les vainqueurs affrontent respectivement le deuxième et le premier.

Barrages Demi-finales Finale
 25 mai 2012 au Stade Ernest-Wallon, Toulouse    2 juin 2012 au Stadium, Toulouse      9 juin 2012 au Stade de France, Saint-Denis
 [1] Stade toulousain  24
 [4] Castres olympique  31
 [4] Castres olympique  15  
 [5] Montpellier HR  15  
 3 juin 2012 au Stadium, Toulouse  [1] Stade toulousain  18
 26 mai 2012 au Stade Mayol, Toulon
   [3] RC Toulon  12
 [3] RC Toulon  17
 [3] RC Toulon  15  
 [6] Racing Métro 92  13  
 [2] ASM Clermont Auvergne  12  

Faits notables de la saison[modifier | modifier le code]

1re journée[modifier | modifier le code]

Benjamin Boyet et l'Aviron bayonnais font chuter le champion en titre dès la première journée.

L'Aviron bayonnais s'impose face au champion en titre, le Stade toulousain, à domicile lors du match d'ouverture de la nouvelle saison de championnat. Autre résultat marquant, la victoire d'Agen sur les terres du CA Brive.

2e journée[modifier | modifier le code]

Clermont remporte la victoire à Toulon grâce à une équipe composée de nombreux joueurs de l'équipe espoir (0-17). Brive gagne à Montpellier (12-28). Sans ses mondialistes, les Montpelliérains n'ont toujours aucun point. Dans le même temps, le SU Agen décroche le nul chez un Biarritz olympique qui réalise un début de saison compliqué (9-9). Le Castres olympique remporte le match qui l'oppose à l'actuel leader qu'est le Stade français avec le bonus offensif (35-10). Bordeaux surprend Bayonne au stade Chaban-Delmas (18-6). Le Racing Métro 92 bat nettement Perpignan à Colombes (47-23) et prend la tête du classement. Enfin, pour son premier match à domicile, le Lyon OU perd à Gerland face au champion toulousain (9-19).

3e journée[modifier | modifier le code]

Yannick Nyanga montre la voie au Stade toulousain contre le Racing Métro 92.

Le Stade toulousain et le Racing Métro 92 livrent un match à rebondissements qui se solde par une victoire pour les locaux toulousains (41-36). À la suite de cette défaite, Clermont devient leader grâce à sa victoire bonifiée contre Bordeaux-Bègles (34-6). Deux matchs se soldent par des matchs nuls, l'Aviron bayonnais contre Toulon (12-12), et Montpellier, qui reste avant-dernier, chez le Stade français (19-19). Castres va s'imposer du côté de Biarritz (18-23), qui reste juste au-dessus de la zone rouge. Agen, qui bat le LOU à Armandie (24-18), reste invaincu et conserve sa place sur le podium. Perpignan se rattrape de la défaite à Colombes en battant le CA Brive (12-9).

4e journée[modifier | modifier le code]

Victoire du promu Lyonnais en terre briviste (15-12). Clermont continue son très bon début de saison en allant s'imposer au Racing (24-11).

5e journée[modifier | modifier le code]

Le promu Bordelais va s'imposer à son tour chez le vice-champion montpellierain. Perpignan laisse Biarritz en bas de tableau en allant les battre au Parc des sports d'Aguiléra.

6e journée[modifier | modifier le code]

Toulouse interrompt la série de 5 victoires consécutives de Clermont et s'empare de la tête du championnat (22-9). Biarritz s'octroie sa première victoire à Bordeaux (11-13) tandis que le SU Agen s'impose en terre catalane face à l'USA Perpignan (12-19).

7e journée[modifier | modifier le code]

Cette journée marquée par le retour de nombreux mondialistes voit Castres s'emparer de la tête du Top 14 grâce à sa victoire sur le champion toulousain (24-3). Brive empoche son premier bonus offensif face à Biarritz (32-7).


8e journée[modifier | modifier le code]

Les joueurs du Stade toulousain et de Bordeaux-Bègles au Stade Ernest-Wallon de Toulouse lors de la 8e journée.

Clermont va battre Perpignan au Stade Aimé-Giral en marquant 5 essais (3-39). C'est la plus large défaite de l'histoire de Perpignan à domicile[réf. nécessaire]. Clermont repasse en tête du Top 14, grâce à la différence de points, devant Castres qui s'impose à Montpellier pour sa 7e victoire consécutive (16-21). Le Racing Métro 92 enchaîne une troisième défaite consécutive, cette fois à domicile face à Toulon (9-16).

9e journée[modifier | modifier le code]

Cette journée est marqué par le report du match entre les promus en raison d'un épidémie d'oreillon dans l'effectif lyonnais. Dans les autres matchs, le Racing Métro vient mettre un terme à la série de victoires castraises sur les terres tarnaises tandis que le Stade toulousain s'impose dans le choc des Stades face au Stade français. Toulon, Clermont et Agen s'imposent à domicile respectivement face à Brive, Biarritz et Montpellier.

10e journée[modifier | modifier le code]

Stadium de Toulouse lors de la 10e journée

Seulement quatre matchs se jouent aux dates prévues initialement. L’épidémie de parotidite qui sévit du côté de Lyon entraîne le report du derby basque entre Biarritz et Bayonne prévu samedi 5 novembre tout comme l'affiche entre Lyon et Montpellier. La LNR suit les conseils d’une commission médicale d’expertise. [5]. Le match entre RC Toulon et le SU Agen, comptant pour la 10e journée prévu le samedi à 14 h 15 est reporté en raison de l'impraticabilité du stade Mayol résultant des fortes pluies des jours précédents[6] . Dans les autres matchs, le Racing Métro 92 obtient sa deuxième victoire à l'extérieur d'affilée à Brive, tandis que le Stade toulousain, l'Union Bordeaux Bègles et le Stade français s'imposent à domicile respectivement face à l'USA Perpignan, le Castres olympique et l'ASM Clermont. Lors des dates de report, le Biarritz olympique remporte le derby Basque face à l'Aviron bayonnais à la dernière seconde sur le score de 21 à 19. Le Montpellier HR s'impose 30 à 10 à l'extérieur sur le terrain du Lyon OU et le RC Toulon s'impose largement à domicile face au SU Agen 34 à 12.

11e journée[modifier | modifier le code]

Le Stade français s'impose au Stade Aimé-Giral face à l'USA Perpignan qui se rapproche de la zone de relégation.

12e journée[modifier | modifier le code]

Le Montpellier HR enchaîne une troisième victoire de rang en s'imposant chez le Biarritz olympique qui chute à la dernière place du classement. Lors du match entre le Stade français et le Racing Métro 92 delocalisé au Stade de France, le Stade français s'impose largement à domicile (29-3) et remporte le derby parisien.

13e journée[modifier | modifier le code]

L'ASM Clermont Auvergne s'impose d'une courte victoire (9-6) au Stade Amédée-Domenech face au CA Brive et remporte le derby du Massif Central. Le Stade toulousain s'impose en déplacement face au Montpellier HR (45-25) et termine à la première place du classement à l'issue de la phase aller du Top 14.

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Phase régulière[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats[modifier | modifier le code]

L'équipe qui reçoit est indiquée dans la colonne de gauche.

Clubs AGE BAY BIA BOB BRI CAS CLE LOU MHR SFR PER RAC RCT TOU
SU Agen 37-18 6-15 24-15 15-9 23-12 20-29 24-18 18-12 37-13 22-17 25-22 22-13 23-24
Aviron bayonnais 31-10 24-19 20-27 19-12 16-16 22-22 15-9 17-26 26-20 18-16 27-23 12-12 18-13
Biarritz olympique 9-9 21-19 38-13 26-11 18-23 15-14 15-15 23-30 16-5 24-29 22-13 25-6 15-20
Bordeaux Bègles 29-15 18-6 11-13 16-12 24-9 10-17 31-10 26-30 39-6 37-29 22-18 16-27 18-17
CA Brive 19-20 30-10 32-7 9-23 13-15 6-9 12-15 9-23 25-9 17-9 12-18 14-9 9-9
Castres olympique 30-11 31-29 29-23 44-20 30-24 30-19 6-6 27-19 35-10 33-6 19-23 22-22 24-3
ASM Clermont 29-13 19-13 41-0 34-6 57-14 33-16 22-13 22-9 25-9 29-23 31-13 25-19 35-5
Lyon OU 19-11 19-20 17-34 24-13 9-22 16-18 6-6 10-30 18-6 19-12 22-33 5-29 9-19
Montpellier HR 44-18 37-26 21-16 16-20 12-28 16-21 29-23 43-12 38-6 22-11 29-14 19-6 25-45
Stade français 53-27 33-18 23-10 41-20 28-17 38-21 37-16 40-19 19-19 35-31 29-3 19-19 18-22
USA Perpignan 12-19 47-9 25-6 38-13 12-9 25-6 3-39 34-22 19-12 16-35 14-14 22-22 25-10
Racing Métro 92 26-8 22-21 28-9 22-13 40-19 27-16 11-22 25-12 30-22 19-13 47-23 9-16 13-19
RC Toulon 34-12 50-10 30-5 44-7 18-3 25-25 0-17 20-15 19-6 34-8 38-0 32-20 25-22
Stade toulousain 21-10 30-15 24-0 56-6 30-21 34-27 22-9 51-10 20-13 18-15 21-17 41-36 33-12


Victoire à domicile Match nul Défaite à domicile

Détail des résultats[modifier | modifier le code]

Les points marqués par chaque équipe sont inscrits dans les colonnes centrales (3-4) alors que les essais marqués sont donnés dans les colonnes latérales (1-6). Les points de bonus sont symbolisés par une bordure bleue pour les bonus offensifs (trois essais de plus que l'adversaire), orange pour les bonus défensifs (défaite avec au plus sept points d'écart), rouge si les deux bonus sont cumulés.

Leader par journée[modifier | modifier le code]

Castres Olympique Stade Toulousain ASM Clermont Auvergne Racing Métro 92 Stade français Paris rugby

Évolution du classement[modifier | modifier le code]

Club 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26
SU Agen 7 3 3 8 7 8 8 5 5 6 6 5 7 5 7 8 6 8 7 8 8 8 8 8 11 10
Aviron bayonnais 6 11 10 10 11 9 12 13 11 12 11 11 12 12 13 14 11 12 13 13 13 13 13 13 12 12
Biarritz olympique 14 12 12 14 14 13 14 14 14 13 13 14 14 14 12 13 13 13 12 12 11 10 10 9 10 9
Bordeaux Bègles 13 8 11 12 10 10 10 10 9 7 8 9 9 8 8 9 9 9 9 9 9 11 12 11 9 8
CA Brive 8 5 8 9 9 11 9 6 8 10 10 10 11 11 11 10 10 10 10 10 10 9 11 12 13 13
Castres olympique 12 4 4 3 2 2 1 2 3 4 4 4 4 3 4 4 4 4 4 5 4 5 6 5 5 4
ASM Clermont 4 2 1 1 1 3 2 1 1 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2
Lyon OU 11 13 14 11 12 14 13 12 13 14 14 13 13 13 14 12 14 14 14 14 14 14 14 14 14 14
Montpellier HR 10 14 13 13 13 12 11 11 12 11 9 8 8 9 9 5 5 5 5 4 5 4 4 4 4 5
Stade français Paris 1 7 7 5 8 7 7 9 10 8 7 6 5 6 5 6 7 6 8 7 6 7 7 7 7 7
USA Perpignan 3 10 6 4 4 4 5 8 7 9 12 12 10 10 10 11 12 11 11 11 12 12 9 10 8 11
Racing Métro 92 5 1 2 7 6 6 6 7 6 5 5 7 6 7 6 7 8 7 6 6 7 6 5 6 6 6
RC Toulon 2 9 9 6 5 5 4 4 4 3 3 3 3 4 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3
Stade toulousain 9 6 5 2 3 1 3 3 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Phase finale[modifier | modifier le code]

Barrages[modifier | modifier le code]

25 mai 2012
21 h 00 CET
Castres olympique 31 – 15
(19 – 8)
Montpellier HR Stade Ernest-Wallon, Toulouse
15 203 spectateurs
Arbitre : Patrick Péchambert
Essai(s) : Lacrampe (19e)
Transformation(s) : Teulet (20e)
Pénalité(s) : Bernard 5 (2e, 34e, 45e, 51e, 80e), Teulet 3 (15e, 39e, 73e)
Carton(s) jaune(s) : Lacrampe (6e)

Carton(s) rouge(s) : Tekori (64e)

Essai(s) : Tulou (37e), Fakate (69e)
Transformation(s) : Bustos Moyano (69e)
Pénalité(s) : Bustos Moyano (24e)
Carton(s) jaune(s) : De Marco (29e)
26 mai 2012
21 h 00 CET
RC Toulon 17 – 13
(3 – 13)
Racing Métro 92 Stade Mayol, Toulon
14 091 spectateurs
Arbitre : Mathieu Raynal
Essai(s) : Armitage (67e)
Pénalité(s) : Wilkinson (36e), Giteau 3 (60e, 63e, 80e)
Essai(s) : Fall (27e)
Transformation(s) : Descons (27e)
Pénalité(s) : Steyn (17e), Descons (33e)

Demi-finales[modifier | modifier le code]

2 juin 2012
21 h 00 CET
Stade toulousain 24 – 15
(15 – 12)
Castres olympique Stadium, Toulouse
36 121 spectateurs
Arbitre : Jérôme Garcès
Pénalité(s) : McAlister 6 (7e, 12e, 30e, 52e, 62e, 72e), Beauxis (40e)
Drop(s) : Beauxis (21e)
Carton(s) jaune(s) : Fritz (33e), Matanavou (37e)
Pénalité(s) : Bernard 3 (19e, 27e, 47e), Teulet (38e)
Drop(s) : Bernard (23e)
3 juin 2012
16 h 45 CET
ASM Clermont Auvergne 12 – 15
(6 – 9)
RC Toulon Stadium, Toulouse
35 608 spectateurs
Arbitre : Pascal Gaüzère
Pénalité(s) : Parra 4 (8e, 30e, 62e, 73e)
Pénalité(s) : Wilkinson 5 (12e, 22e, 34e, 59e, 77e)

Finale[modifier | modifier le code]

9 juin 2012
18 h 00 CET
Stade toulousain 18 – 12
(9 – 9)
RC Toulon Stade de France, Saint-Denis
79 612 spectateurs
Arbitre : Romain Poite
Pénalité(s) : McAlister 6 (4e, 22e, 36e, 43e, 65e, 69e)
Carton(s) jaune(s) : Servat (52e)
Pénalité(s) : Wilkinson 4 (2e, 28e, 33e, 47e)
Carton(s) jaune(s) : Bruno (52e), Kubriashvili (64e)

Statistiques[modifier | modifier le code]

Meilleurs réalisateurs[modifier | modifier le code]

Mise à jour le 19 mai 2012

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Rang Joueur Club Points Essais Transf. Pén.
Drops
1 Jonny Wilkinson RC Toulon 273 0 24 75 0
2 Conrad Barnard SU Agen 267 0 15 75 4
3 Romain Teulet Castres olympique 249 0 30 62 1
4 Martín Bustos Moyano Montpellier HR 213 3 27 48 0
5 Julien Dupuy Stade français 206 2 23 50 0
6 Benjamin Boyet Aviron bayonnais 202 2 12 55 1
7 Lionel Beauxis Stade toulousain 191 0 19 43 8
8 Luke McAlister Stade toulousain 191 3 22 44 0
9 Brock James ASM Clermont Auvergne 190 2 24 40 4
10 Jonathan Wisniewski Racing Métro 92 174 1 20 42 1

Meilleurs marqueurs[modifier | modifier le code]

Mise à jour le 6 mai 2012

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Rang Joueur Club Essais
1 Timoci Nagusa Montpellier HR 11
2 Romain Martial Castres olympique 10
- Yves Donguy Stade toulousain 10
- Timoci Matanavou Stade toulousain 10
5 Alex Tulou Montpellier HR 8
6 Lucas Amorosino Montpellier HR 7
- Sireli Bobo Racing Métro 92 7
- Henry Chavancy Racing Métro 92 7
- Blair Connor Union Bordeaux Bègles 7
10 Marc Andreu Castres olympique 6
- Steffon Armitage RC Toulon 6
- Jean-Marcellin Buttin ASM Clermont Auvergne 6
- Damien Chouly USA Perpignan 6
- Rudi Coetzee USA Perpignan 6

Statistiques diverses[modifier | modifier le code]

Équipes[modifier | modifier le code]

  • Plus grand nombre d'essais marqués par une équipe dans un match : 8 par l'ASM Clermont Auvergne le 12 mai 2012 face au CA Brive.
  • Plus grand nombre d'essais dans un match : 10 entre l'ASM Clermont Auvergne et CA Brive le 12 mai 2012.
  • Plus grand écart de points : 50 lors de la rencontre entre le Stade toulousain et l'Union Bordeaux Bègles (56-6), le 22 octobre 2011.
  • Plus grand nombre de points dans une rencontre : 80 lors de la rencontre entre le Stade français et le SU Agen (53-27).
  • Équipes invaincues à domicile : le Stade toulousain et ASM Clermont Auvergne.

Individuelles[modifier | modifier le code]

  • Premier essai de la saison : Francis Fainifo à la 2e minute de la première journée le 26 août 2011, pour le Stade français face à l'Union Bordeaux Bègles.
  • Premier doublé : Henry Chavancy à la 33e puis 40e minute, pour le Racing Métro 92 face à l'USAP, le 3 septembre 2011.
  • Premier triplé : Timoci Matanavu à la 61e, 66e et 75e minutes, pour le Stade toulousain face à Bordeaux-Bègles le 22 octobre 2011.
  • Essai le plus rapide d'une rencontre : Jocelino Suta à la 25e seconde pour le RC Toulon face au Stade français, le 25 septembre 2011.
  • Plus grand nombre de points marqués dans un match : 30 par Lionel Beauxis (8 pénalités, 2 drops) pour le Stade toulousain face à l'Aviron bayonnais le 30 décembre 2011.
  • Plus grand nombre de pénalités marquées dans un match : 8 par Lionel Beauxis pour le Stade toulousain face à l'Aviron bayonnais le 30 décembre 2011.
  • Plus grand nombre de drops marqués dans un match : 3 par Lionel Beauxis pour le Stade toulousain face au Montpellier HR le 23 décembre 2011.
  • Plus grand nombre de transformations marquées dans un match : 6 par Lionel Beauxis pour le Stade toulousain face à Bordeaux-Bègles le 22 octobre 2011 et face au Lyon OU le 7 janvier 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « LNR : dates pour 2011-2012 », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 9 novembre 2010 (consulté le 11 mai 2011)
  2. Vincent Péré-Lahaille, « Ô Toulouse ! Ô Brennus ! », sur www.lequipe.fr, l'Équipe,‎ 9 juin 2012 (consulté le 9 juin 2012)
  3. « Cartographie des budgets des clubs de rugby du top 14, 2011-2012 », sur www.le-cartographe.net (consulté le 11 septembre 2011)
  4. a et b « Classement RUGBY Top 14 Orange - Saison 2010/2011 », sur www.lnr.fr, LNR (consulté le 9 mai 2011)
  5. Clément Mazella, « Derby basque reporté, Lyon-MHR aussi », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 31 octobre 2011 (consulté le 31 octobre 2011)
  6. « Rugby: Toulon-Agen reporté en raison des intempéries », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ 4 novembre 2011 (consulté le 04 novembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]