Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nouvelle-ZélandeEmpty.pngNouvelle-Zélande

Description de l'image  Logo Rugby Nouvelle-Zélande.svg.
Surnom Les All Blacks, Les Kiwis
Stade Eden Park
maillot 000000 maillot 000000 maillot 000000
short {Modèle:Short1
bas 000000
maillot blanc maillot blanc maillot blanc
short 000000
bas 000000
Entrée au Board 1949
Sélectionneur Steve Hansen
Capitaine Richie McCaw
Record de sélections Richie McCaw (103)
Record de points Dan Carter (1250[1])
Record d’essais Doug Howlett (49)
Premier match officiel
15 août 1903
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 22 - 3 Australie Drapeau : Australie

Plus large victoire
4 juin 1995
Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 145 - 17 Japon Drapeau : Japon

Plus large défaite
28 août 1999
Drapeau : Australie Australie 28 - 7 Nouvelle-Zélande Drapeau : Nouvelle-Zélande

Coupe du monde  
· Phases finales 7/7
· Meilleur résultat Champion (1987,2011)


L'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV, surnommée les All Blacks, est l'équipe qui représente la Nouvelle-Zélande dans les principales compétitions internationales de rugby à XV. D'autres sélections représentent la Nouvelle-Zélande lors de compétitions moins importantes de rugby à XV, c'est le cas notamment des Junior All Blacks qui est l'équipe réserve des All Blacks. Elle est considérée comme la meilleure sélection nationale au monde de par son palmarès. Au 23 novembre 2009, elle est première au classement des équipes nationales de rugby[2].

Le rugby à XV est le sport le plus populaire de Nouvelle-Zélande, il attire principalement les meilleurs sportifs du pays et aussi ceux des îles voisines de l'Océanie. L'équipe de Nouvelle-Zélande, surnommée les All Blacks, dispute chaque année le Tri-nations contre les équipes d'Australie, d'Afrique du Sud et d'Argentine. Elle effectue aussi régulièrement des tournées pour se confronter aux équipes européennes et rencontre ces équipes tous les quatre ans lors de coupe du monde de rugby à XV.

Les All Blacks sont régulièrement favoris pour remporter la coupe du monde de rugby, ils sont devenus deux fois champion du monde : en 1987 et en 2011. Ils ont un palmarès inégalé dans le rugby à XV avec un fort pourcentage de victoires en test matchs, leur premier succès est acquis dès 1903 contre l’équipe d’Australie. Ils sont aussi connus pour leur tenue tout en noir et leur chant de guerre, le fameux haka, qu’ils interprètent avant chaque match.

Histoire[modifier | modifier le code]

Introduction du rugby en Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

L'équipe néo-zélandaise de 1884

Le rugby est introduit en Nouvelle-Zélande par Charles John Monro à la fin des années 1860. Monro avait découvert le rugby pendant ses études au Christ’s College Finchley, en Angleterre[3]. Le premier match de rugby en Nouvelle-Zélande se déroule le 12 septembre 1870, il oppose les équipes de Nelson et de Wellington dans la ville de Petone[4]. La première fédération néo-zélandaise, la Canterbury Rugby Football Union, est créée en 1879[5].

James Allan, joueur All Black no 1 en 1884

Les équipes de clubs néo-zélandais disputent leurs premiers matchs internationaux en 1882 à l’occasion de la tournée en Nouvelle-Zélande de l’équipe australienne de la Southern Rugby Union (l’actuelle New South Wales Rugby Union). L’équipe visiteuse joue contre des clubs d’Auckland à deux reprises, puis deux fois contre Wellington et une fois contre Canterbury, Otago & West Coast et North Island. Les Australiens remportent quatre matchs et perdent trois fois. En 1884, une équipe de Nouvelle-Zélande fait pour la première fois une tournée à l’étranger, en Nouvelle-Galles du Sud, elle joue huit matchs et les remporte tous[6].

La première tournée d’une équipe britannique en Nouvelle-Zélande a lieu en 1888, les Lions britanniques jouent en Australie et en Nouvelle-Zélande [7]. Cette tournée des Lions est organisée par deux joueurs de cricket, Arthur Shrewsbury et Alfred Shaw, qui recrutent principalement des joueurs du Nord de l’Angleterre et de l’Écosse. Cette tournée n’a pas le soutien de la fédération anglaise car l’organisation de la tournée est faite par des entrepreneurs privés, en contradiction avec la règle d’amateurisme imposée par la fédération anglaise[8], et de ce fait aucun test n’est disputé[9]

Premières compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Les Originals, premiers All Blacks.

La New Zealand Rugby Football Union (NZRU) est formée en 1892, avec l’absence significative de représentants de Canterbury, Otago et Southland qui n’acceptent pas le point du règlement qui exige que les membres doivent résider à Wellington pour faire partie de la NZRU[10]. L’unification au sein de la NZRU est réalisée dans les trois ans qui suivent[11].

Le premier match officiel de la Nouvelle-Zélande a lieu en Nouvelle Galles du Sud (New South Wales) en juin 1893[12]. Son premier match international à domicile a lieu en 1894, la Nouvelle-Zélande perd ce match par 8-6 contre New South Wales[13] (voir aussi Décompte des points au rugby à XV).

David Gallaher en 1905.

Le premier test match joué par la Nouvelle-Zélande se déroule le 15 août 1903 contre l’équipe d’Australie au Sydney Cricket Ground, les Néo-zélandais l’emportent par 22-3[14].

Une équipe représentant la Nouvelle-Zélande fait une tournée en Grande-Bretagne en 1905 sous la direction de George Henry Dixon, elle est appelée les Originals. Le terme All Blacks est utilisé pour la première fois à cette occasion, suite à ce qui aurait été une erreur d'imprimerie ! Un journaliste du Daily Mail se serait exclamé « They are all backs! » (ils sont tous des arrières !) pour souligner la qualité du jeu à la main des avants, et le résultat aurait donné « They are all blacks ! » (ils sont tous noirs) dans les pages du journal[15]. Toutefois, il semblerait qu’aucun journal anglais de la période 1905-1906 ne contienne une telle erreur typographique, et cette théorie est aujourd’hui généralement rejetée[16]. La tournée est un succès pour les Originals qui ne perdent qu’une fois contre le Pays de Galles à Cardiff, par 3-0[17]. La victoire des Gallois est contestée en Nouvelle-Zélande, un essai néo-zélandais qui a été refusé aurait conduit à un match nul 3-3.

C'est également lors de cette tournée que l'équipe de Nouvelle-Zélande affronte la France et la domine 38-8 pour ce qui sera le premier match officiel de l'équipe de France de rugby à XV, le 1er janvier 1906 dans l'ancien Parc des Princes, devant 3.000 spectateurs.

Le premier test match contre les Lions britanniques a lieu en 1908, les Lions étaient alors appelés les Anglo-Welsh car l’équipe était composée uniquement de joueurs anglais ou gallois. Les All Blacks remportent les deux test matchs.

Le début de la légende des All Blacks[modifier | modifier le code]

La rivalité entre les All Blacks et l’équipe d’Afrique du Sud (les Springboks) commence en 1921 à l’occasion d’une tournée des Springboks en Nouvelle-Zélande. Cette première confrontation se conclut sur une égalité entre les deux équipes (une victoire, une défaite et un match nul)[18]. La rivalité entre All Blacks et Springboks se poursuit aujourd’hui avec les trois rencontres annuelles du Tri-nations.

Ce n’est qu’en 1924 que les All Blacks reviennent en Europe. L’équipe est alors appelée les Invincibles, car elle réussit l’exploit de remporter tous les matchs de sa tournée. Ils auraient pu réaliser un Grand Chelem au Royaume-Uni mais l’équipe d’Écosse a refusé de les rencontrer, prétextant un différend sur les dépenses[19].

Les All Blacks font leur première tournée en Afrique du Sud en 1928. Cette tournée se solde par une égalité entre les deux équipes[20]. Les Néo-zélandais perdent à Durban (0-17) et à Port Elizabeth (6-11) mais l’emportent à Johannesburg (7-6) et au Cap (13-5). Le bilan des All Blacks est globalement positif avec 5 défaites seulement en 23 rencontres contre les Springboks ou des équipes de provinces sud-africaines.

La première véritable équipe des Lions fait sa première tournée en Nouvelle-Zélande en 1930, la série est remportée par les All Blacks (3 victoires, 1 défaite)[21]. Les Lions remportent la première rencontre à Dunedin mais les All Blacks prennent leur revanche lors des trois matchs qui suivent.

Les All Blacks font une longue tournée de septembre 1935 à janvier 1936 qui les amène successivement dans les îles britanniques puis au Canada. Leur bilan est positif puisqu’ils remportent 26 matchs en 30 rencontres. Ils font un match nul et subissent trois défaites dont deux en test match contre le Pays de Galles et l’Angleterre[22]. Lors du match contre l’Angleterre, le prince russe Alexander Obolensky a contribué au succès des Anglais en marquant deux essais[23].

En 1937, les Springboks remportent leur série contre les All Blacks (2-1) lors d’une tournée en Nouvelle-Zélande[24]. Les All Blacks remportent le premier test match mais s’inclinent lors des deux suivants. Ils ont affaire à forte partie car cette équipe d’Afrique du Sud de 1937 est parfois décrite comme la meilleure qui ait joué en Nouvelle-Zélande[25].

La période 1947-1986[modifier | modifier le code]

Les All Blacks jouent à nouveau contre les Springboks en 1949 lors d’une tournée en Afrique du Sud. Fait inhabituel, l’équipe des All Blacks perd deux test matchs le même jour (3 septembre), une équipe perdant contre les Springboks à Durban et une autre équipe représentant aussi la Nouvelle-Zélande contre l’Australie à Wellington[26],[27]. Cette année-là, la Nouvelle-Zélande perd aussi son 2e test match contre les Wallabies (équipe d’Australie), permettant à ces derniers de remporter la Bledisloe Cup pour la première fois. C’est une année noire pour la Nouvelle-Zélande qui perd ses quatre test matchs contre les Springboks[28]. Les All Blacks prennent leur revanche contre les Springboks en 1956 (3 victoires et 1 défaite) et remportent leur première série contre ces derniers[29]. Les All Blacks font débuter un très grand buteur, Don Clarke, qui marque 16 des 41 points de son équipe durant cette série.

La victoire des All Blacks contre les Lions en 1959 (3 victoires et 1 défaite) marque le début d’une période faste pour les néo-zélandais. Les All Blacks dominent les britanniques durant les années 1960 sous la conduite de joueurs légendaires comme Colin Meads, Don Clarke et Wilson Whineray[30]. Ils manquent de peu la réalisation d’un Grand Chelem en 1964, ne faisant que match nul (0-0) contre l’Écosse[31]. Les All Blacks remportent leurs trois test matchs en 1967 mais n’ont pas la possibilité de jouer contre l’Irlande en raison d’une épidémie de la fièvre aphteuse dans ce pays. Ils battent aussi l’équipe de France au stade de Colombes en novembre 1967[32].

Les Lions britanniques sont battus à nouveau en 1966, et il faut attendre 1971 pour qu’ils battent les Néo-zélandais[33]. Lors de leur tournée 1972-73 en Europe, les All Blacks remportent des succès contre les nations britanniques mais concèdent un match nul contre l’Irlande (10-10) et perdent en fin de tournée contre la France (6-13)[34].

En 1976, les All Blacks effectuent une tournée très controversée en Afrique du Sud[35] qui a entraîne le boycott de 22 pays africains lors des Jeux olympiques d’été de 1976 à Montréal, ces pays voulaient ainsi manifester leur opposition à une tournée effectuée dans un pays africain qui pratiquait alors la politique d’apartheid et protester contre le fait que la Nouvelle-Zélande était cependant autorisée à participer aux Jeux olympiques.

Sous la conduite de leur capitaine Graham Mourie, les All Blacks réussissent un Grand Chelem en 1978[36]. Leur succès acquis de justesse (13-12) contre les Gallois fut cependant controversé car acquis grâce à une pénalité accordée par l’arbitre en fin de match[37]. Au cours de cette tournée, les All Blacks sont battus nettement par l’équipe du Munster (0-12) à Limerick[38].

La tournée faite par les Springboks en 1981 en Nouvelle-Zélande est marquée par des mouvements de protestation contre la politique d’Apartheid de l’Afrique du Sud[39],[40]. Les Springboks font cette tournée à l’invitation de la fédération néo-zélandaise, le gouvernement ne s’y oppose pas sous prétexte qu’il ne faut pas mélanger sport et politique[41]. Les All Blacks remportent cette série (2 victoires et 1 défaite)[42], mais cette tournée reste dans les mémoires comme celle de la violence dans les villes et des matchs annulés[43].

La tournée en Afrique du Sud de 1986 est annulée à la suite d’une action en justice de la part des opposants à cette tournée qui ont démontré qu’elle était contraire au règlement de la fédération néo-zélandaise NZRU. Une tournée non officielle est cependant effectuée par une équipe appelée les Cavaliers et qui comprend de nombreux All Blacks. Les joueurs des Cavaliers sont suspendus à leur retour en Nouvelle-Zélande[44].

1987-1995 : période des trois premières coupes du monde[modifier | modifier le code]

La première coupe du monde de rugby à XV en 1987 est coorganisée par la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Les All Blacks la remportent après avoir battu la France en finale (29-9). Ils survolent cette édition en ne concédant que 52 points et en marquant 43 essais en six rencontres.

Les All Blacks confirment leur suprématie en 1988 en battant à domicile les Wallabies (deux victoires et un match nul), à l’occasion d’une tournée en Australie dont ils reviennent invaincus (douze victoires et un match nul)[45]. Grant Fox est le meilleur réalisateur néo-zélandais de la tournée avec 119 points.

L’année 1989 est encore meilleure pour les All Blacks qui remportent les 19 matchs qu’ils disputent, avec des victoires contre les équipes de France, d’Irlande, du Pays de Galles et d’Australie[46]. Lors de la tournée en Europe des All Blacks, Grant Fox est à nouveau le meilleur réalisateur Néo-zélandais, grâce à ses talents de buteur, avec Frano Botica et John Gallagher.

Les All Blacks font une tournée en France en octobre et novembre 1990 afin de préparer la coupe du monde de 1991. Ils remportent leurs deux test matchs contre les Français et six autres matchs mais de manière surprenante sont battus contre deux sélections régionales de Provence-Côte d’Azur et de Côte basque-Landes[47].

Ces contre-performances annoncent l’échec à la coupe du monde de 1991. Elle se passe assez mal pour les All Blacks qui ont de la difficulté à battre les Anglais et les Italiens pendant la phase de poule et qui sont battus par les Australiens en demi-finale (6-16). Les Néo-zélandais terminent 3e de l’épreuve, remportant 5 de leurs 6 rencontres. Grant Fox est le meilleur réalisateur des All Blacks (44 points), John Timu et Terry Wright sont les meilleurs marqueurs d’essais néo-zélandais, avec seulement 3 essais. Les Australiens, qui ont remporté la coupe du monde en 1991, confirment leur suprématie vis-à-vis des All Blacks en les battant par deux fois en 1992 (les All Blacks perdent aussi contre l’équipe de Sydney)[48], mais battent les Springboks en Afrique du Sud.

L’année 1993 est plus favorable aux All Blacks qui battent notamment les Lions (2 victoires et une défaite) mais s’inclinent contre les Anglais à Twickenham[49]. L’équipe est alors en reconstruction, en vue de la coupe du monde de 1995, ce qui n’est pas sans difficultés : les All Blacks concèdent deux défaites à domicile contre la France en 1994, à Christchurch et Auckland[50], et perdent leur seule rencontre contre l’Australie, bien qu’ils comptent dans leur rang deux ailiers de renom : John Kirwan et Jonah Lomu.

Les All Blacks sont à nouveau favoris pour l’édition de 1995, ils remportent facilement leur poule puis éliminent l’Écosse en quart de finale et l’Angleterre en demi-finale. Jonah Lomu se met en évidence en marquant quatre essais lors de la demi-finale. Les Néo-zélandais s’inclinent de peu en finale contre les Springboks (12-15) au terme d’un match très disputé pendant lequel aucun essai n’est marqué[51]. Andrew Mehrtens est le meilleur réalisateur Néo-zélandais (84 points), Mark Ellis et Jonah Lomu sont les meilleurs marqueurs d’essais avec 7 essais chacun.

Période professionnelle[modifier | modifier le code]

Le rugby se professionnalise en 1995[52]. Les trois nations principales de l’hémisphère Sud dans le domaine du rugby se regroupent et forment SANZAR[53] qui est chargé de vendre les droits de diffusion télévisuelle du Super 12 et du Tri-nations.

Période 1996-2004[modifier | modifier le code]

Les All Blacks remportent le premier Tri-nations en 1996, ce fut aussi l’occasion pour les All Blacks de gagner leur première série de test matchs en Afrique du Sud, sous la conduite de leur entraîneur John Hart,du meilleur ailier du monde: Jonah lomu et de leur capitaine Sean Fitzpatrick[54]. Ils remportent à nouveau le Tri-nations en 1997, 1999, 2002 et 2003, mais leurs résultats sont en dent de scie car ils terminent derniers en 1998 et échouent à deux reprises face aux Australiens en 2000 et 2001.

Leur irrégularité se confirme lors de la coupe du monde 1999 qui commence pourtant bien pour les All Blacks avec une victoire contre l’Angleterre à Twickenham, puis contre l’Écosse en quart de finale. Cependant les Blacks perdent ensuite en demi-finale contre l’équipe de France qui l’emporte 43-31 et aussi contre les Springboks (18-22), ce qui les fait terminer à la 4e place de la compétition..

Rokocoko sous le maillot des All Blacks.

Forts de plusieurs succès contre les Springboks et les Wallabies, les All Blacks sont à nouveau favoris de la coupe du monde de rugby 2003. Cette coupe du monde est une nouvelle désillusion car s’ils battent les Springboks en quart de finale (29-9), les Néo-zélandais s’inclinent en demi-finale contre l’Australie (10-22) et finissent à la troisième place grâce à leur victoire contre la France (40-13). Le sélectionneur John Mitchell est limogé et est remplacé par Graham Henry.

La saison 2004 est mitigée pour les All Blacks avec certes des succès contre l’Angleterre (qui est en perte de vitesse) et la France (45-6), mais ils échouent dans le Tri-nations 2004.

Période 2005-2008[modifier | modifier le code]

Les All Blacks se reprennent en 2005 avec trois victoires en autant de tests contre les Lions[55],[56], une victoire dans le Tri-nations 2005 et un Grand Chelem réussi contre les équipes du Royaume-Uni. Ils sont logiquement désignés comme l’équipe de l’année, Graham Henry est entraîneur de l’année et l’ouvreur Daniel Carter est le joueur de rugby de l’année 2005.

La saison 2006 voit une nouvelle domination des All Blacks, ils remportent largement le Tri-nations 2006 et battent nettement la France et l’Angleterre. Comme l’année précédente, les All Blacks sont l’équipe de l’année et Graham Henry est entraîneur de l’année. C’est Richie McCaw qui est élu meilleur joueur de rugby à XV de 2006[57].

Les All Blacks abordent la coupe du monde 2007 en position de grandissimes favoris. Ils survolent le premier tour et marquent 309 points en 4 matches. En quart de finale, ils perdent 20 à 18 face à l'équipe de France au Millennium Stadium de Cardiff. Cette défaite « historique » des All Blacks marque ainsi leur plus mauvais résultat en coupe du monde.

Les Néo-Zélandais se reprennent en 2008, ils remportent le Tri-nations 2008 puis remportent tous les matchs de leur tournée dans les îles britanniques. Ils battent successivement l'Écosse (32-6), l'Irlande (22-3), le pays de Galles (29-9) et l'Angleterre (32-6).

2009 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En 2009, l'équipe de Nouvelle-Zélande perd le Trophée Dave Gallaher face à la France lors des test matchs de juin. Bien que les deux équipes aient gagné chacun un match (22-27 le 13 juin à Dunedin puis 14-10 le 20 juin à Wellington, le trophée est accordé à la France à la différence de points sur les deux matchs. Les All Blacks terminent cette tournée le 27 juin sur une victoire 27-6 sur l'Italie à Christchurch. Lors du Tri-nations 2009, les Néo-Zélandais perdent leurs trois confrontations face aux Springboks, mais gagnent leurs trois matchs face aux Wallabies et conservent ainsi la Bledisloe Cup. Lors de la tournée de novembre dans l'hémisphère nord, la Nouvelle-Zélande remporte tous ses matchs face aux Gallois (12-19), aux italiens (6-20), aux anglais (6-19), puis s'imposent au Vélodrome face au XV de France 12-39 pour cinq essais marqués, et récupère ainsi le Trophée Dave Gallaher perdu 5 mois plus tôt.

L'année 2010 est une très bonne année pour les All Blacks. Ils remportent leurs 3 matchs de la tournée de juin face à l'Irlande (66-28) puis face au pays de Galles (42-9 puis 29-10). Lors du Tri-nations 2010, ils réussissent l'exploit de gagner tous leurs matchs. Ils perdent leur seul match de l'année face à l'Australie à Hong Kong, et terminent leur année par un grand chelem réalisé lors de la tournée de novembre.

Organisatrice de la coupe du monde 2011, elle s'impose avec facilité face au Tonga (41-10) et au Japon (83-7). Elle défait ensuite la France (37-17) avant de clore les matches de poule en infligeant une lourde défaite au Canada (79-15). Les All Blacks ont empochés quatre bonus offensifs et accèdent aux quarts de finale sans inquiétude où ils s'imposent face à l'Argentine (33-10). Ils se qualifient ensuite pour la finale de la coupe du monde le 16 octobre 2011 en battant l'Australie (20-6) lors de la demi-finale[58]. La Nouvelle-Zélande remporte la Coupe du monde 2011 en battant la France (8-7)[59].

Steve Hansen devient le nouvel entraîneur de la Nouvelle-Zélande après la coupe du monde 2011 et il choisit Grant Fox comme sélectionneur[60]. Lors de la tournée estivale, les Blacks jouent trois matchs contre l'Irlande, une équipe contre qui ils restent invaincus. Les Blacks jouent le premier match de la tournée dans leur stade historique, l'Eden Park, stade où quelques mois plus tôt ils ont été sacrés champions du monde. Ils gagnent leur premier match avec facilité sur le score de 42-10, puis une victoire très serrée 22-19 grâce à un drop de Dan Carter à la dernière minute. Dans le dernier test match, ils infligent à l'Irlande la plus lourde défaite de leur histoire sur le score de 60-0. L'équipe enchaîne ensuite sur la première édition du Rugby Championship avec un match d'ouverture face aux Wallabies tenants du titre. les Néo-Zélandais gagnent la rencontre sur le score de 27-19 et continuent le reste de la compétition sur le même rythme, réalisant un premier grand chelem avec six victoires en autant de matchs[61].

Avant l'entame de leur tournée automnale 2012 de test-matchs en Europe les All Blacks réalisent un match nul contre l'Australie (18-18) dans un match comptant pour la Bledisloe Cup, les privant de record. Les All Blacks battent l'Écosse 51-22 en marquant six essais tout en en encaissant trois (les Écossais marquent leur premier essai contre les All Blacks depuis 2005) et confirment leur statut de favori. Dan Carter a marqué 21 points au cours de ce match. Les All Blacks battent par la suite l'Italie (42-10) puis le Pays de Galles (33-10) signant ainsi leur vingtième match consécutif d'invincibilité. Mais cette invincibilité prend fin lors du dernier match contre les Anglais où les locaux les surclassent sur le score de 38-21, mettant ainsi fin à l'invincibilité néo-zélandaise en test match en Europe depuis 2002 avec une dernière défaite contre cette même équipe d'Angleterre. Cette défaite est le deuxième plus gros écart de points (17) sur un match subit par les néo-zélandais (le premier datant de 1999 lors d'un match contre leurs voisins australiens sur le score de 28-7).

En 2013 les All Blacks reçoivent la France pour une série de trois test-matchs estivaux. Ils remportent le premier 23-13, puis le deuxième 30-0.

L'équipe et ses spécificités[modifier | modifier le code]

Les « All Blacks »[modifier | modifier le code]

Les maillots des All Blacks
Le maillot de 1905.
Le maillot des années 2000.

Si le maillot actuel des All Blacks est tout noir avec le logo de l'équipementier Adidas et la fougère d'argent, cela n'a pas toujours été le cas. La tournée de la Nouvelle-Zélande en Australie en 1884 est la première, et le maillot est bien différent. Le maillot est bleu noir, avec une fougère or[62]. En 1893, à la première assemblée de la New Zealand Rugby Union, Thomas Ellison propose que les couleurs du maillot de l'équipe nationale soit le noir avec une fougère argentée[63],[64],[62]. Cependant des photographies historiques prouvent la présence de shorts blancs entre 1894 et 1896[62]. En 1901, l'équipe rencontre la Nouvelle-Galles du Sud dans une tenue tout en noir[65]. Puis, l'équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV part en tournée en 1905-1906.

Selon Billy Wallace, un joueur vedette de la tournée 1905-1906 interrogé en 1955, les Néo-zélandais sont surnommés All Blacks depuis qu'un journaliste britannique du Daily Mail, rédigeant un article à l'occasion de leur première tournée européenne, les qualifie de all backs[66] (tous arrières ou tous trois-quarts) en hommage au jeu de mouvement de leurs avants. Pour le match suivant contre l'équipe de Somerset, c'est All Blacks qui aurait été écrit dans un journal à la suite d'une erreur typographique et le nom se serait propagé parmi les lecteurs du journal et les spectateurs. Pourtant, il semblerait qu'aucun journal anglais de la période 1905-1906 ne contienne une telle erreur typographique, et cette théorie est aujourd'hui généralement rejetée[16].

L'expression est en fait apparue pour la première fois dans le compte-rendu d'un match de 1905 contre Hartlepool publié dans le Northern Daily Mail, repris par la suite dans l'édition nationale du Daily Mail. L'auteur de l'article est vraisemblablement J. A. Buttery, chroniqueur rugby du Daily Mail sur cette tournée, qui l'a utilisée en référence à la couleur de la tenue des joueurs[16].

Selon certains journalistes sportifs[67], les All Blacks sont habillés ainsi tout simplement parce qu'ils portent le deuil de leurs adversaires.

Le nom All Blacks, symbolique de l'équipe, est aujourd'hui une marque déposée et est à ce point confondu à l'équipe qu'elle est l'une des seules équipes de rugby à jouer avec des maillots de la même couleur à domicile et à l'extérieur[Note 1], à l'exception de quelques rencontres de coupe du monde (en blanc contre l'Écosse en 1995, en gris, toujours contre l'Écosse et contre la France en 2007).

Le haka[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Haka.
Les All Blacks faisant le haka en novembre 2006 contre la France

Les All Blacks sont surtout connus par leurs tenues en noir (destinées à porter le deuil de leur adversaire), par la renommée de quelques joueurs tels que Jonah Lomu mais aussi par leur chant de guerre: le haka. Avant le début de chaque rencontre, chaque équipe de sport polynésienne ou mélanésienne, dont les Néo-zélandais (qui sont polynésiens), pratique une danse appelée le haka. Il y a traditionnellement plusieurs types de haka, selon qu’il s’agit d’une cérémonie de salut ou de départ à la guerre. Dans le contexte sportif, le haka permet surtout aux joueurs de se motiver, et de tenter d’impressionner ou de perturber l’adversaire. Depuis la Coupe du monde 1987, le haka, qui n’était pratiqué que pour les matchs à l’extérieur, est aussi exécuté à domicile. Le haka le plus connu et le plus utilisé des All Blacks est le Ka mate.

Tana Umaga a conduit le Kapa o Pango, un haka d’un genre nouveau très impressionnant et guerrier, lors des matchs contre l’Afrique du Sud le samedi 27 août 2005 à Dunedin et l’Angleterre le samedi 19 novembre 2005 à Twickenham. Une polémique est née à cause du caractère agressif de ce haka, en particulier du geste final qui simule un égorgement. Malgré cela il est encore pratiqué, notamment le 8 juillet 2006 contre les Australiens en ouverture du tournoi des Tri-nations[68] ou contre les Français en Coupe du monde.

Le 23 juin 2010 lors d'un test-match face à l'Angleterre, les All Blacks ont interprété une nouvelle danse baptisé Timatanga[69].

Les stades des All Blacks[modifier | modifier le code]

Contrairement aux équipes nationales européennes, les All Blacks, comme l'Australie et l'Afrique du Sud, n'ont pas de stade privilégié pour les rencontres à domicile. Ils jouent dans la plupart des grands stades de Nouvelle-Zélande, ce qui permet à la fédération néo-zélandaise de ne pas privilégier une province par rapport aux autres.

En 2005 et 2006, les All Blacks ont ainsi joué aux Eden Park (Auckland), North Harbour Stadium (Albany, près d'Auckland), Westpac Stadium (Wellington), AMI Stadium (Christchurch), Waikato Stadium (Hamilton) et Carisbrook (Dunedin).

Les All Blacks jouent habituellement dans les villes pré-citées, cependant en 1996 ils ont aussi joué au McLean Park de Napier.

Aspects sportifs[modifier | modifier le code]

Résultats des matchs des All Blacks[modifier | modifier le code]

Ce chapitre donne tout d’abord une vue d’ensemble des résultats obtenus par les All Blacks lors de ses matchs contre d’autres sélections nationales. Les performances des All Blacks sont ensuite données pour les deux épreuves principales auxquelles elle participe. On indique pour finir les autres compétitions qui ont la participation d’autres équipes néo-zélandaises.

L’équipe nationale la plus performante de l’histoire du rugby[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant dresse le bilan des matchs contre tous les adversaires principaux[70] de l'équipe de Nouvelle-Zélande, il est mis à jour au 21 juin 2014, après la tournée de juin de l'Angleterre[71]. Les All Blacks sont l’équipe nationale qui compte le plus grand nombre de victoires de l’histoire du rugby. Elle compte plus de victoires que de défaites contre chacun de ses adversaires. Beaucoup de nations ne les ont jamais battu et ce malgré plus d'un siècle de rencontres : c’est le cas notamment de l’Écosse, l’Irlande, l’Argentine[72], l’Italie, le Canada, les Fidji, les Samoa et les Tonga, pour n’en nommer que quelques-unes.

La plus large victoire de l'équipe est obtenue le 4 juin 1995, lorsqu’elle bat le Japon 145 à 17[71]. Comparativement, elle connaît sa plus large défaite le 28 août 1999 contre l’Australie sur le score de 7 à 28, soit un écart de 21 points[71].

Rencontres des All Blacks contre les autres équipes mondiales[73],[74]
Adversaire Matchs Victoires Nuls Défaites  % Victoires
Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 87 50 3 34 57,47
Drapeau : Angleterre Angleterre 39 31 1 7 79,49
Drapeau : Argentine Argentine 18 17 1 0 94,44
Drapeau : Australie Australie 149 102 6 41 68,46
Maillot du Barbarian Football Club.jpg Barbarians 10 7 1 2 70,0
Drapeau : Canada Canada 5 5 0 0 100,0
Drapeau : Écosse Écosse 29 27 2 0 93,1
Drapeau : États-Unis États-Unis 2 2 0 0 100,0
Drapeau : Fidji Fidji 5 5 0 0 100,0
Drapeau : France France 56[Note 2] 43 1 12 76,8
Drapeau : Pays de Galles Galles 29 26 0 3 89,66
Drapeau : Irlande Irlande 28 27 1 0 96,43
Drapeau : Italie Italie 12 12 0 0 100,0
Drapeau : Japon Japon 3 3 0 0 100,0
Drapeau : Lions britanniques et irlandais Lions 38 29 3 6 76,3
Free Use Pacific Islanders flag.png Pacific Islanders 1 1 0 0 100,0
Drapeau : Roumanie Roumanie 2 2 0 0 100,0
Drapeau : Samoa Samoa 5 5 0 0 100,0
Drapeau : Tonga Tonga 4 4 0 0 100,0
XV mondial 3 2 0 1 66,66
Total contre les 20 adversaires 530 403 20 107

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances des All Blacks en coupe du monde. Les Néo-Zélandais ont remporté deux fois la coupe du monde et se sont classés six fois sur sept dans les quatre premiers. En 2007, ils se font sortir dès les quarts de finale, au Millennium Stadium de Cardiff, par l'équipe de France.

Performance des All Blacks en coupe du monde[75]
Édition Organisateur Résultat Article détaillé
1987 Nouvelle-Zélande et Australie 1er Nouvelle-Zélande CM 1987
1991 Angleterre[76] 3e Nouvelle-Zélande CM 1991
1995 Afrique du Sud 2e Nouvelle-Zélande CM 1995
1999 Pays de Galles[77] 4e Nouvelle-Zélande CM 1999
2003 Australie 3e Nouvelle-Zélande CM 2003
2007 France Quart de finale Nouvelle-Zélande CM 2007
2011 Nouvelle-Zélande 1er Nouvelle-Zélande CM 2011

Tri-nations[modifier | modifier le code]

Rencontre All Blacks / Wallabies lors du Tri Nations

Le Tri-nations est un championnat annuel entre les équipes de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Afrique du Sud, dont la première édition a lieu en 1996. Les All Blacks ont remporté dix des quinze éditions disputées.

Les All Blacks ont dominé le Tri-nations 2010 avec six victoires remportées sur six rencontres. Lors de cette édition 2010, chaque équipe a rencontré trois fois ses adversaires, soit un total de six matchs par équipe. Le Tri-nations devient le The Rugby Championship en 2012 avec l'arrivée de l'Argentine dans la compétition, c'est les All Blacks qui remporte la compétition en remportant tous les matchs.

Performances des All Blacks au Tri-nations
Édition Place Victoires Nuls Défaites
1996 1er 4 0 0
1997 1er 4 0 0
1998 3e 0 0 4
1999 1er 3 0 1
2000 2e 2 0 2
2001 2e 2 0 2
2002 1er 3 0 1
2003 1er 4 0 0
2004 3e 2 0 2
2005 1er 3 0 1
2006 1er 5 0 1
2007 1er 3 0 1
2008 1er 4 0 2
2009 2e 3 0 3
2010 1er 6 0 0
2011 2e 2 0 2
2012 1er 6 0 0
2013 1er 6 0 0

Autres compétitions[modifier | modifier le code]

Victoire au Trophée Impérial (Imperial Trophy), compétition inter-armée disputée par les Kiwis sur le sol britannique en 1919. Les Kiwis était le nom d’une équipe de rugby néo-zélandaise composée de militaires stationnés en Grande-Bretagne à la fin du second conflit mondial, et auteurs à cette époque de nombreuses exhibitions sur les sols britannique et français. Kiwis est également le nom donné à l’équipe nationale civile avant 1906, après cette date l’équipe prend le nom de All Blacks.

Les Néo-zélandais ont gagné le Trophée Dave Gallaher (rencontre France-Nouvelle-Zélande) depuis sa création le 11 novembre 2000 au Stade de France.

En 2006, les Junior All Blacks[78] remportent l’IRB Pacific 5 Nations.

La Churchill Cup est disputée par l’équipe des Māori de Nouvelle-Zélande qui a remporté l’épreuve en 2004 et 2006. Cette équipe joue habituellement contre des équipes nationales qui sont en tournée en Nouvelle-Zélande. Elle participe aussi à la Churchill Cup mais n’a pas le droit de disputer d’autres compétitions où elle serait en concurrence avec les All Blacks. Pour faire partie de cette équipe un joueur doit être d’origine māori.

Joueurs et entraîneurs[modifier | modifier le code]

Tout au long de son histoire, les All Blacks ont compté un très grand nombre de joueurs d’exception. Il n’est pas possible de les citer tous ici, on se reportera à Catégorie:Joueur néo-zélandais de rugby à XV pour en avoir une liste plus complète. Les noms des joueurs les plus marquants sont donnés dans les chapitres suivants.

Joueurs emblématiques de l’équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV[79]. Dans la colonne « Capes » figure entre parenthèses le nombre de sélections en tant que capitaines et dans la colonne « essais », le nombre de points inscrits. Les statistiques comptent l’ensemble des matches disputés pour l’équipe (tournois, test matches, matches contre des équipes locales) et sont valables au 19-09-2009.
Joueur Période Poste Capes Essais Tournois[80] Distinctions
Fred Allen[81] 1946-1949 Centre 21 (21) 7 (21) Rugby Hall of fame
Zinzan Brooke[82] 1987-1997 Numéro 8 100 (5) 42 (195) CM 1987, 1991, 1995 Joueur néo-zélandais de l’année 1994
Daniel Carter[83] 2003-en cours demi d’ouverture 85 (1250) 29 (145) TN 2003-en cours Joueur de l’année IRB 2005
Record de points/match de l’équipe
Record de points au Tri Nations
Don Clarke[84] 1956-1964 arrière 89 (0) 8 (781) Rugby Hall of fame
Record de points de l’équipe en son temps
Christian Cullen[85] 1996-2002 arrière
trois-quarts
60 (0) 52 (266) TN 1996-2002 Record d’essais de l’équipe (test matchs)
Record d’essais du Tri Nations
Sean Fitzpatrick[86] 1986-1997 talonneur 128 (62) 20 (90) CM 1987, 1991, 1995 Rugby Hall of fame
Grant Fox[87] 1985-1993 demi d’ouverture 78 (1) 2 (1067) CM 1987 Rugby Hall of fame
Record de points (test matches) en son temps
Dave Gallaher[88] 1903-1906 demi d’ouverture
ailier droit
36 (27) 4 (14) Rugby Hall of fame
En son honneur : Trophée Dave Gallaher
Doug Howlett[89] 2000-2007 ailier droit 62 49 (245) CM 2003, 2007
TN 2000-2007
Actuel meilleur marqueur d'essais de l'histoire des All Blacks
Michael Jones[90] 1987-1998 3e ligne aile
3e ligne centre
74 (0) 16 (69) CM 1987, 1991
TN 1996-1998
Rugby Hall of fame
Ian Kirkpatrick[91] 1967-1977 3e ligne aile 113 (43) 50 (180) Rugby Hall of fame
John Kirwan[92] 1984-1994 ailier 96 (0) 67 (275) CM 1987, 1991 Rugby Hall of fame
Record d’essais de l’équipe (test matches) en son temps
Josh Kronfeld[93] 1995-2000 flanker 56 (0) 16 (80)
Brian Lochore[94] 1964-1971 Numéro 8
2e ligne
68 (46) 7 (21) Rugby Hall of fame
Jonah Lomu[95] 1994-2002 ailier 73 (0) 43 (215) CM 1995, 1999
TN 1996-2006
Rugby Hall of fame
Record d’essais en coupe du monde
Richie McCaw[96] 2001-en cours flanker 103 19 (95) CM 2003
TN 2002-en cours
Joueur de l’année IRB 2006, 2010
Capitaine actuel des All Blacks
Justin Marshall[97] 1995-2005 Demi de mêlée 88 (5) 28 (140) CM 1999, 2003
TN 1996-2004
Demi de mêlée le plus capé de l’histoire des All Blacks
Colin Meads[98] 1957-1971 2e ligne
Numéro 8
133 (11) 28 (86) Rugby Hall of fame
Andrew Mehrtens[99] 1995-2004 demi d’ouverture 72 (0) 7 (994) CM 1995, 1999
TN 1996-2004 sauf 1997 et 2003
Record de points au Tri Nations de l'époque
dépassé par Daniel Carter
Record du nombre de points de l’équipe (test-matches)
Graham Mourie[100] 1976-1982 Troisième ligne aile 61 (57) 16 (64) Rugby Hall of fame
George Nepia[101] 1924-1930 arrière 46 (0) 1 (99) Rugby Hall of fame
Carlos Spencer[102] 1995-2004 Demi d’ouverture 44 (0) 16 (383) CM 2003
TN 1997, 1998, 2003, 2004
4e réalisateur de l’histoire des All Blacks
Gary Whetton[103] 1981-1991 Deuxième ligne 101 (28) 9 (36) CM 1987 Un des joueurs les plus capés de l’histoire des All Blacks
Wilson Whineray[104] 1957-1965 pilier 77 (67) 7 (24) Rugby Hall of fame
Temple de la renommée IRB

Groupe néo-zélandais[modifier | modifier le code]

Les joueurs cités ci-dessous ont été sélectionnés par Steve Hansen le sélectionneur des All Blacks pour le Four Nations 2013 (colonne In). Les joueurs évoluant à l'étranger ne sont pas sélectionnables en équipe nationale. Le nombre de sélections et de points inscrits a été mis à jour le 12.08.2013.

Les avants[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Super Rugby ITM Cup Année 1re
Sélection
In
Dane Coles Talonneur 17/07/1984 4 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes Wellington Rugby Football Union 2012
Andrew Hore Talonneur 13/09/1978 50 (25) Drapeau : Nouvelle-Zélande Highlanders Taranaki 2002
Keven Mealamu Talonneur 20/03/1979 83 (50) Drapeau : Nouvelle-Zélande Blues Auckland 2002
Charlie Faumuina Pilier 24/12/1986 7 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Blues Auckland 2012
Wyatt Crockett Pilier 24/01/1983 3 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2009
Ben Franks Pilier 27/03/1984 7 (5) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Tasman 2008
Owen Franks Pilier 23/12/1987 22 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2009
Tony Woodcock Pilier 27/01/1981 74 (35) Drapeau : Nouvelle-Zélande Blues North Harbour 2002
Brodie Retallick Deuxième ligne 31/05/1991 13 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs Bay of Plenty 2012
Luke Romano Deuxième ligne 16/02/1986 14 (5) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2012
Sam Whitelock Deuxième ligne 12/10/1988 13 (15) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2010
Sam Cane Troisième ligne 13/01/1992 1 (10) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs Bay of Plenty 2012
Steve Luatua Troisième ligne 29/04/1991 1 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Blues Auckland 2013
Richie McCaw Troisième ligne 31/12/1980 94 (95) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2001
Liam Messam Troisième ligne 25/03/1984 6 (5) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs Waikato 2008
Kieran Read Troisième ligne Centre 26/10/1985 30 (30) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2008

Les arrières[modifier | modifier le code]

Nom Poste Naissance Sélections
(points marqués)
Super Rugby ITM Cup Année 1re
Sélection
'In
Tawera Kerr Barlow Demi de mêlée 15/08/1990 2 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs Waikato 2012
TJ Perenara Demi de mêlée 23/01/1992 0 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes Wellington
Aaron Smith Demi de mêlée 21/11/1988 15 (25) Drapeau : Nouvelle-Zélande Highlanders Manawatu Rugby Union 2012
Daniel Carter Demi d'ouverture 05/03/1982 95 (1399) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Canterbury 2003
Beauden Barrett Demi d'ouverture 27/05/1991 5 (9) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes Taranaki Rugby Union 2012
Aaron Cruden Demi d'ouverture 08/01/1989 22 (108) Drapeau : Nouvelle-Zélande Chiefs Manawatu 2010
Ma'a Nonu 3/4 Centre 21/05/1982 56 (85) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes Wellington 2003
Conrad Smith 3/4 Centre 12/10/1981 41 (90) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes Wellington 2004
Ben Smith 3/4 Centre 01/06/1986 15 (20) Drapeau : Nouvelle-Zélande Highlanders Otago 2009
Julian Savea 3/4 aile 07/08/1990 9 (60) Drapeau : Nouvelle-Zélande Hurricanes Wellington 2012
Charles Piutau Arrière 31/10/1991 1 (0) Drapeau : Nouvelle-Zélande Blues Auckland 2013
Israel Dagg Arrière 06/06/1988 31 (67) Drapeau : Nouvelle-Zélande Crusaders Hawke's Bay 2010

Statistiques et records[modifier | modifier le code]

Les listes suivantes donnent quelques statistiques significatives concernant les joueurs néo-zélandais[105]. Les noms en gras indiquent les joueurs qui sont encore en activité. Pour chaque joueur, on distingue l’ensemble des matchs joués et les test matchs, ces derniers n’étant disputés qu’entre sélections nationales. La différence correspond à des matchs joués par les All Blacks contre des équipes de clubs ou des sélections régionales.

Record de sélections[modifier | modifier le code]

# Joueur Parcours en équipe nationale Nombre de sélections
1 Richie McCaw 2001-2013 121
2 Keven Mealamu 2002-2013 108
3 Tony Woodcock 2002-2013 105
4 Mils Muliaina 2003-2011 100
5 Dan Carter 2003-2013 98
6 Sean Fitzpatrick 1986-1997 92
7 Ma'a Nonu 2003-2013 85
8 Andrew Hore 2002-2013 82
9 Justin Marshall 1995-2005 81
10 Ian Jones 1990-1999 79

Record de points[modifier | modifier le code]

Daniel Carter lors d’une tentative de transformation.
# Joueur Parcours en équipe nationale Points
1 Dan Carter 2003-2013 1421
2 Andrew Mehrtens 1995-2004 967
3 Grant Fox 1985-1993 645
4 Carlos Spencer 1997-2004 291
5 Doug Howlett 2000-2007 245
6 Christian Cullen 1996-2002 236
7 Jeff Wilson 1993-2001 234
8 Joe Rokocoko 2003-2010 230
9 Don Clarke 1956-1964 207
10 Allan Hewson 1981-1984 201

Record d'essais[modifier | modifier le code]

# Joueur Parcours en équipe nationale Essais
1 Doug Howlett 2000-2007 49
2 Christian Cullen 1996-2002 46
- Joe Rokocoko 2003-2010 46
4 Jeff Wilson 1993-2001 44
5 Jonah Lomu 1994-2002 37
6 Tana Umaga 1997-2005 36
7 John Kirwan 1984-1994 35
8 Mils Muliaina 2003-2011 34
9 Dan Carter 2003-2013 29
- Sitiveni Sivivatu 2005-2011 29
  • Record de matchs avec les All Blacks
Colin Meads 133 matchs[106]
Sean Fitzpatrick 128 matchs
Andy Haden 117 matchs

Entraîneurs des All Blacks[modifier | modifier le code]

Après avoir été capitaine des All Blacks, Brian Lochore devient leur entraîneur en 1983 et après une courte interruption les prend en charge jusqu’à la coupe du monde victorieuse de 1987.

Alex Wyllie lui succède de 1988 à la coupe du monde 19911. À la suite des mauvais résultats des All Blacks pendant cette coupe du monde 1991, il est remplacé par Laurie Mains de 1992 à 1995. L’échec des All Blacks à la coupe du monde 1995 entraîne un nouveau changement d’entraîneur, John Hart est responsable des All Blacks de 1995 à 1999.

Les résultats moyens des Néo-zélandais et leur échec lors de la coupe du monde 2003 ont conduit à de fréquents changements d’entraîneurs : Wayne Smith est en fonction de 2000 à 2001, puis John Mitchell d'octobre 2001 à 2003.

Une certaine stabilité semble être obtenue maintenant à ce poste d’entraîneur puisque Graham Henry est en fonction de 2003 à 2011. Il a la redoutable tâche de préparer les All Blacks pour la coupe du monde 2007. Il est reconduit dans son poste en décembre 2007, malgré la défaite des All Blacks en quart de finale de cette compétition face à la France et mena les All Blacks vers leur second titre national lors de la coupe du monde 2011 toujours contre à la France[107]. Après ce titre, Steve Hansen, adjoint de Graham Henry, lui succède.

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Popularité du rugby à XV en Nouvelle-Zélande et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Contrairement à leurs voisins australiens ou aux pays concernés par le Tournoi des Six Nations, le rugby à XV est le sport le plus populaire[108] en Nouvelle-Zélande, celui qui est pratiqué de préférence par les sportifs les plus talentueux du pays et celui qui attire le plus de spectateurs. Depuis les premiers succès de l’équipe néo-zélandaise à la fin des années 1880, le rugby à XV a permis à la Nouvelle-Zélande d’être mieux connue sur le plan international et, avec les succès des All Blacks au début des années 1900, d’être reconnue comme une grande nation de sport. Depuis maintenant près de cent ans les Néo-zélandais sont fiers à juste titre des performances de leur équipe de rugby à XV, les All Blacks sont connus dans le monde entier, même par des non spécialistes du rugby, et ils sont généralement désignés chaque année comme les meilleurs joueurs de rugby au monde[109].

La Nouvelle-Zélande a compté des succès sportifs dans des domaines autres que le rugby à XV, par exemple en athlétisme avec des coureurs comme Peter Snell ou en yachting grâce à ses victoires dans la Coupe de l’America en 1995 et 2000, mais c’est de loin le rugby à XV qui lui a procuré le plus grand nombre de succès et une plus grande visibilité dans le monde. Le rugby à XV étant resté un sport amateur jusqu’en 1995, les joueurs n’ont pas pu bénéficier pendant longtemps de leurs performances et valoriser leur talent en Nouvelle-Zélande ou à l’étranger. Cette situation a changé avec l’avènement du professionnalisme en 1995, de nombreux joueurs néo-zélandais se sont expatriés en Europe ou au Japon pour avoir des contrats plus lucratifs que dans leur pays. Plusieurs joueurs All Blacks renommés sont venus jouer en Angleterre, en France, en Irlande, au Pays de Galles ou en Italie. C’est le cas par exemple de Zinzan Brooke (Angleterre), Christian Cullen (Irlande et France), John Kirwan (Italie et Japon), Jonah Lomu (Pays de Galles et France), Justin Marshall (Angleterre et France), Andrew Mehrtens (Angleterre et France) et Tana Umaga (Toulon-France).

À l’inverse, la possibilité pour les meilleurs joueurs des îles voisines du Pacifique d’effectuer une carrière de joueur bien rémunérée en Nouvelle-Zélande a attiré de nombreux joueurs d’origine samoane, fidjienne ou tongienne vers les clubs ou franchises néo-zélandaises et par suite a donné la possibilité aux All Blacks de se renforcer en puisant largement dans ce vivier. Parmi les joueurs les plus célèbres qui sont venus renforcer les All Blacks, on peut citer le Samoan Tana Umaga et Sitiveni Sivivatu qui est d’origine fidjienne. Cette perte de très bons joueurs, qui ont fait le choix de défendre les couleurs des All Blacks, est un problème difficile à résoudre pour les îles du Pacifique qui ne peuvent pas aligner leur meilleure équipe lors des grandes compétitions internationales comme la coupe du monde. Pour espérer arrêter ou limiter cette perte de bons joueurs vers la Nouvelle-Zélande, il faudrait que les îles du pacifique aient une ou deux équipes professionnelles engagées dans le Super 14, mais cette possibilité leur est pour l’instant refusée.

Couverture télévisuelle et revenus[modifier | modifier le code]

La création du SANZAR et la notoriété acquise par le Tri-nations et le Super 14 a attiré plus de sponsors dans le rugby, ce qui a profité aux meilleurs joueurs qui ont pu avoir de meilleurs contrats aussi en Nouvelle-Zélande. Le contrat actuel qui lie pour cinq ans SANZAR et une grand chaîne de télévision pour la retransmission des matchs est de 323 millions de dollars US pour cinq ans[110].

Les matchs du Tri-nations et du Super 14 sont retransmis dans le monde entier, ce qui représente des gains financiers intéressants pour les clubs et la fédération néo-zélandaise. Les All Blacks disputent chaque année quatre matches du Tri-nations, auxquels il faut ajouter des test matchs contre des équipes européennes et tous les quatre ans les matchs de la coupe du monde. Les clubs ou provinces disputent des compétitions nationales et cinq franchises de Nouvelle-Zélande participent chaque année au Super 14 qui met aux prises des équipes de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Afrique du Sud.

Les droits de retransmission télévisuelle du Tri-nations et du Super 14[111],[112] et la visualisation de marques sur les panneaux publicitaires dans les stades représentent des sources de revenu importantes pour l’économie néo-zélandaise, on peut ajouter aussi la vente de maillots All Blacks, l’un des maillots de sport les plus connus au monde[113].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La forme du maillot des All Blacks a pu évoluer dans le temps, mais il a toujours été facilement reconnaissable avec sa couleur noire et une fougère argentée sur le côté gauche. Voir (en) « All Blacks - A Printer's Error? », sur www.teara.govt.nz (consulté le 18 septembre 2009).
  2. Les Fédérations françaises et néo-zélandaises ne sont pas d'accord sur la classification en tant que test match de la rencontre de 1946. Cette rencontre, disputée par une sélection de joueurs appartenant à l'armée en Europe - des joueurs déjà All Blacks ou de futurs All Blacks n'est pas comptabilisée par la Nouvelle-Zélande.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Statistiques de Dan Carter, sur stats.allblacks.com
  2. (en) IRB World Rankings, sur irb.com
  3. Davies (2006).
  4. (en) Histoire du rugby en Nouvelle-Zélande, sur activenewzealand.com
  5. Gifford (2004), p. 27.
  6. (en) Tournées New South Wales en 1884, sur stats.allblacks.com
  7. (en) 1888 - Australia & New Zealand, sur lions-tour.com
  8. (en) Rugby Chronology-1888, sur rfu.com
  9. Malin (2002).
  10. Gifford (2004), p. 32.
  11. (en) The New Zealand Union, sur teara.govt.nz
  12. (en) Premiers matchs officiels de la Nouvelle-Zélande, sur stats.allblacks.com
  13. (en) Nouvelle-Zélande - New South Wales en septembre 1894, sur stats.allblacks.com
  14. (en) Premier test match de la Nouvelle-Zélande, sur stats.allblacks.com
  15. (en) Origine du nom All Blacks, sur le site du Rugby Museum of New Zealand. Voir également plus bas.
  16. a, b et c (en) Origine du nom All Blacks, sur le site du New Zealand Rugby Museum.
  17. (en) Tournée des Originals en 1905-1906, sur stats.allblacks.com
  18. (en) All Blacks - Springboks en 1921, sur stats.allblacks.com
  19. Palenski (2003), p. 74
  20. (en) Afrique du Sud Nouvelle-Zélande en 1928, sur stats.allblacks.com
  21. (en) Tournée des Lions en 1930, sur stats.allblacks.com
  22. (en) Tournée de 1935-36 au Royaume-Uni et au Canada, sur stats.allblacks.com
  23. Gallagher (2006).
  24. (en) Tournée des Springboks en Nouvelle-Zélande en 1937, sur stats.allblacks.com
  25. (en) Springbok tour, sur rugbymuseum.co.nz
  26. (en) Nouvelle-Zélande Australie du 3 septembre 1949, sur stats.allblacks.com
  27. (en) Afrique du Sud Nouvelle-Zélande du 3 septembre 1949, sur stats.allblacks.com
  28. (en) Tournée en Afrique du Sud de 1949, sur stats.allblacks.com
  29. (en) Tournée des Springboks en Nouvelle-Zélande en 1956, sur stats.allblacks.com
  30. Les coulisses de l’exploit (15/01/1964).
  31. (en) Tournée des All Blacks en 1963-64, sur stats.allblacks.com
  32. Les coulisses de l’exploit (20/12/1967).
  33. (en) Tournée des Lions en Nouvelle-Zélande en 1971, sur stats.allblacks.com
  34. (en) Tournée des All Blacks en Europe en 1972-73, sur stats.allblacks.com
  35. (en) Tournée des All Blacks en Afrique du Sud en 1976, sur stats.allblacks.com
  36. (en) Tournée en Grande Bretagne en 1978, sur stats.allblacks.com
  37. John Mehaffey (2005).
  38. Irish (2002).
  39. (en) Dark days of thunder - when a free nation confronted apartheid in sport , sur le site du Wairarapa Times-Age, 25 août 2001.
  40. Nouvelle-Zélande 1981: le rugby rejoint par la politique, sur rugby-nomades.qc.ca
  41. (en) Muldoon puts Gleneagles to the test, sur le site New Zealand’s history online.
  42. (en) Tournée des Springboks en Nouvelle-Zélande en 1981, sur stats.allblacks.com
  43. (en) Tour diary - The 1981 Springbok Tour « Le journal de la tournée 1981 des Springboks », sur le site New Zealand’s history online ;
    Hill (2006).
  44. (en) Rugby chronology - 1986, sur le site du Musée du Rubgy de Twickenham.
  45. (en) All Blacks in Australia 1988, sur stats.allblacks.com
  46. (en) All Blacks Tour and Series, sur stats.allblacks.com
  47. (en) All Blacks in France 1990, sur stats.allblacks.com
  48. (en) Tournée en Australie en 1992, sur stats.allblacks.com
  49. (en) Angleterre All Blacks de 1993, sur stats.allblacks.com
  50. (en) All Blacks France 1994, sur stats.allblacks.com
  51. 20 heures (29/10/1999).
  52. Moles (1998).
  53. (en) Tarik's SANZAR guide.
  54. (en) Test matchs en Afrique du Sud en 1996, sur stats.allblacks.com
  55. (en) Tournée des Lions en 2005, sur stats.allblacks.com
  56. (en) Vidéo All Blacks contre les Lions en 2005, sur youtube.com
  57. (fr) All Blacks, équipe, entraîneur et capitaine récompensés en 2006, sur lesiterugby.com
  58. « Les All Blacks rejoignent la France », sur www.rds.ca,‎ 16 octobre 2011 (consulté le 17 octobre 2012).
  59. « Les All Blacks sont champions », sur www.rds.ca,‎ 23 octobre 2011 (consulté le 17 octobre 2012).
  60. « Grant Fox sélectionneur », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 22 décembre 2011 (consulté le 17 octobre 2012)
  61. « Invincibles All Blacks », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 6 octobre 2012 (consulté le 17 octobre 2012)
  62. a, b et c (en) « All Blacks - Early Uniforms », sur www.teara.govt.nz (consulté le 3 octobre 2009).
  63. Palenski (2003), pg 17.
  64. (en) Bob Luxford, « Thomas Ellison », sur www.stats.allblacks.com (consulté le 3 octobre 2009).
  65. (en) « All Blacks - The “All Black” Uniform », sur www.teara.govt.nz (consulté le 3 octobre 2009).
  66. Dans un article intitulé New Zealand All Backs.
  67. Ian Borthwick, « L'âme des « All Blacks » », sur rugby-nomades.qc.ca (consulté le 30 septembre 2009).
  68. (en) All Black Haka (Kapa o Pango) dirigé par Rico Gear - All Black Australie juillet 2006, sur YouTube.
  69. Voir le Timatanga, sur YouTube]
  70. Seules les équipes de la première et seconde division selon le classement de l'IRB sont prises en compte ainsi que les Lions, les Pacific Islanders et les Barbarians.
  71. a, b et c (en) « Statistics for New Zealand », sur www.rugbydata.com (consulté le 21 juin 2014)
  72. Parmi ces trois équipes, l’Écosse a cependant obtenu deux nuls, l’Irlande et l’Argentine un.
  73. (en) « All Blacks Test Match Record since first test match », sur allblacks.com, NZRU (consulté le 17 octobre 2011)
  74. (en) « Roll of honour - Match records », sur www.barbarianfc.co.uk, Barbarians (consulté le 17 octobre 2011)
  75. (en) Fixtures & Results — RWC Finals sur le site de l’IRB.
  76. Avec assistance du pays de Galles, de l'Écosse, de l'Irlande et de laFrance.
  77. Avec l'assistance de l'Écosse, de l'Angleterre, de l'Irlande et la France.
  78. Contrairement à ce que nom indique, ce n’est pas une équipe de jeunes mais l’équipe réserve des All Blacks.
  79. Sont inclus les joueurs de l’International Rugby Hall of Fame pour les anciens rugbymen ; les joueurs récents retenus sont les meilleurs réalisateurs (en moyenne ou total d’essais ou de points pour l’équipe, la coupe du monde ou le tri nations) ou les détenteurs d’un prix international reconnu.
  80. Information reprise des articles détaillés sur les joueurs
  81. Fred Allen sur le site de statistiques des All Blacks
  82. Zinzan Brooke sur stats.allblacks.com
  83. Daniel Carter sur stats.allblacks.com
  84. Don Clarke sur stats.allblacks.com
  85. Christian Cullen sur stats.allblacks.com
  86. Sean Fitzpatrick sur stats.allblacks.com
  87. Grant Fox sur stats.allblacks.com
  88. Dave Gallaher sur stats.allblacks.com
  89. Doug Howlett sur stats.allblacks.com
  90. Michel Jones sur stats.allblacks.com
  91. Ian Kirkpatrick sur stats.allblacks.com
  92. John Kirwan sur stats.allblacks.com
  93. Josh Kronfeld sur stats.allblacks.com
  94. Brian Lochore sur lstats.allblacks.com
  95. Jonah Lomu sur stats.allblacks.com
  96. Richie McCaw sur stats.allblacks.com
  97. Justin Marshall sur stats.allblacks.com
  98. Colin Meads sur stats.allblacks.com
  99. Andrew Mehrtens sur stats.allblacks.com
  100. Graham Mourie sur stats.allblacks.com
  101. George Nepia sur stats.allblacks.com
  102. Carlos Spencer sur stats.allblacks.com
  103. Gary Whetton sur stats.allblacks.com
  104. Wilson Whineray sur stats.allblacks.com
  105. (en) « All Black statistics and lists. », sur stats.allblacks.com, Fédération néo-zélandaise de rugby à XV (consulté le 4 juin 2011)
  106. (en) « All Blacks that have played 75 or more matches. », sur stats.allblacks.com, Fédération néo-zélandaise de rugby à XV (consulté le 4 juin 2011)
  107. Rugby - NZL - Finalement, ce sera Henry, de lequipe.fr.
  108. (en) What are the most popular sports in New Zealand ?, sur newzealandnow.info
  109. (en) International Rugby Player's Awards 2006, sur prarugby.com
  110. (en) More for players in new SANZAR deal, sur worldcupweb.com
  111. (en) Super 14 to be broadcast in 41 countries, sur globalsuper14.com
  112. (en) Investec New Naming Rights Partner Of Rugby’s Super 14, sur westernforce.com.au
  113. Voir ci-dessus

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Ian Borthwick (préf. Bernard Lapasset et Jock Hobb), France/All Blacks : 100 ans de rencontres, Au vent des îles, 2006. (ISBN 2915654077)
  • (en) Phil Gifford, The Passion - The Stories Behind 125 years of Canterbury Rugby, Wilson Scott Publishing, 2004. (ISBN 095825351X)
  • (en) Ron Palenski Century in Black - 100 Years of All Black Test Rugby, Hodder Moa Beckett Publishers Limited, 2003. (ISBN 1869589378)

Articles[modifier | modifier le code]

Émissions télé[modifier | modifier le code]

Ressources en ligne[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 20 février 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
Bon thème
6 articles
           Article de qualité Coupe du monde de rugby à XV : les finalistes