Jean-Baptiste Élissalde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élissalde.

Jean-Baptiste Élissalde

alt=Description de l'image ST vs USAP - JBE.jpg.
Fiche d'identité
Naissance 23 novembre 1977 (36 ans)
à La Rochelle (France)
Taille 1,72 m (5 8)
Surnom Le rat,le ptio[réf. nécessaire]
Position demi de mêlée, demi d'ouverture
Carrière en junior
Période Équipe  
Stade rochelais
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1997-2002
2002-2010
1er Oct. 2011
La Rochelle
Stade toulousain
Stade toulousain
102 (?)
191 (1776)
1(0)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2000-2008 Drapeau : France France 35 (214)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
2010- Stade toulousain

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 14 octobre 2011.

Jean-Baptiste Élissalde, né le 23 novembre 1977 à La Rochelle (Charente-Maritime), est un ancien joueur français de rugby à XV pouvant évoluer au poste de demi de mêlée ou demi d'ouverture. Formé au Stade rochelais, il part en 2002 au Stade toulousain où il remporte trois coupes d'Europe et un championnat de France. De 2000 à 2008, il obtient 35 sélections en équipe de France, il est à ce jour le joueur formé au Stade Rochelais à avoir le plus de sélections en équipe de France, et gagne le Tournoi des Six Nations en 2004 et 2006. À la fin de la saison 2009-2010, il prend sa retraite et devient entraîneur des lignes arrières du Stade toulousain. En septembre 2011, il reprend une licence afin de pallier l'absence de Jean-Marc Doussain appelé en équipe de France après le forfait de David Skrela[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts dans l'élite[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Élissalde est né à La Rochelle dans une famille de rugby : son père Jean-Pierre Élissalde et son grand-père maternel Laurent Bidart ont tous deux porté le maillot de l'équipe de France, son grand-père paternel Arnaud Élissalde était joueur puis entraîneur de La Rochelle.

Formé au Stade rochelais, où son père est entraîneur depuis 1994, il fait ses premiers pas dans le Championnat de France de première division lors de la saison 1997-1998 suite à la promotion de son club dans l'élite. Il joue alors son premier match de dans l'élite français le 6 avril 1997 contre l'Aviron bayonnais. Il est alors sélectionné en équipe de France des moins de 21 ans[3]. Il obtient ses deux premières capes en équipe de France en 2000, en Écosse lors du Tournoi des six nations puis en Roumanie. Il attendra près de trois ans avant d’être appelé de nouveau. Entretemps, il change de club suite à la relégation du Stade rochelais à l’issue de la saison 2001-2002 : Élissalde reste en Top 16 et porte désormais les couleurs du Stade toulousain.

Joueur au Stade toulousain et en équipe de France[modifier | modifier le code]

Avec son nouveau club, il doit affronter une concurrence redoutable, avec Yann Delaigue et Frédéric Michalak pour occuper les deux postes, mêlée et ouverture. Cette concurrence l'empêche de participer à la victoire des Toulousains en finale de la coupe d'Europe 2003. Il rentre lors de la finale du Championnat de France, perdue contre le Stade français. Il revient à La Rochelle en 2003 en tant que coentraîneur, aux côtés de Ronald White, le temps de la finale, et de la victoire, en coupe de la Ligue.

En 2004, il participe à la finale de la coupe d'Europe. Quelques mois auparavant, il a participé au Grand chelem réalisé par les Bleus lors du Tournoi des six nations 2004, et a été le meilleur marqueur français du tournoi avec 36 points. En 2005, il est à nouveau champion d'Europe et participe cette fois à la finale face au Stade français. Puis, en l'absence de Fabien Pelous laissé au repos, il est nommé capitaine de l'équipe de France lors de la tournée en Afrique du Sud, puis face aux Australiens. Enfin, durant la tournée d'automne 2005, il prouve son talent et sa complémentarité avec son coéquipier de club, Frédéric Michalak, lors des matchs victorieux contre les Wallabies puis les Springboks.

Elisalde s'apprêtant à taper une pénalité lors de Stade-Toulousain/Agen, mai 2007

Élissalde est sélectionné par Bernard Laporte pour la Coupe du monde 2007. Remplaçant de Pierre Mignoni lors du premier match contre l'Argentine, il devient titulaire dès la seconde rencontre et débute notamment le quart de finale contre la Nouvelle-Zélande et la demi-finale contre l'Angleterre.

Le 28 juin 2008, il devient Champion de France pour la première fois avec la victoire 26-20 du Stade toulousain face à Clermont. Blessé aux côtes la semaine précédente lors de la victoire face au Stade français (31-13), il tient finalement sa place avant d'être remplacé à la 62e minute.

Encore titularisé en équipe de France en 2008 par Marc Lièvremont, il n'est pas retenu pour le Tournoi des six nations 2009[4] et ne jouera pas non plus lors des tournées. Il est rappelé une dernière fois pour le Tournoi des six nations 2010[5] mais doit céder sa place à Frédéric Michalak à cause d’une blessure au mollet[6].

Le 22 mai 2010, il remporte sa troisième Coupe d'Europe face à Biarritz et annonce la fin de sa carrière de joueur à l'issue du match[7]. Quelques jours après son dernier match avec Toulouse, il annonce qu'il devient l'adjoint de Guy Novès en remplacement de Philippe Rougé-Thomas pour la saison suivante[8]. Il joue avec les Barbarians le 4 juin, face à l'équipe d’Irlande. Demi d’ouverture remplaçant, il participe à la victoire des siens (29-23) en inscrivant une pénalité à la 56e minute. À la fin de la rencontre, il est porté en triomphe par ses coéquipiers, notamment par les Toulousains Cédric Heymans et Census Johnston[9].

Fin de carrière de joueur et débuts en tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

À partir de la saison 2010-2011, Jean-Baptiste Elissalde remplace ainsi Philippe Rougé-Thomas en tant qu'entraîneur des arrières au Stade toulousain, aux côtés de Yannick Bru et Guy Novès. Il rechausse tout de même les crampons le 26 novembre 2010 avec l'équipe des Barbarians français contre les Tonga dans un match considéré comme son jubilé pour clore définitivement sa carrière de joueur.

Cependant en septembre 2011, Jean-Baptiste Élissalde reprend une licence afin de pallier l'absence de Jean-Marc Doussain appelé en équipe de France après le forfait de David Skrela alors que le mondial néo-zélandais avait déjà privé le club d'une partie de ses effectifs. Remplaçant inutilisé lors de la rencontre de la 5e journée de championnat (SU Agen-Stade Toulousain), il dispute une minute de jeu en remplacement de Nicolas Bézy lors de la rencontre de la 6e journée (Stade Toulousain-AS Montferrand) sous les ovations du public du Stadium. Le retour de blessure de Lionel Beauxis pour la 7e journée permet à "Jean-Ba" de reprendre sa place d'entraîneur à plein temps. Il est, à la fin de la saison, le joueur le moins utilisé de l'effectif professionnel toulousain devant Rupeni Caucaunibuca (13 minutes, gravement blessé au genou lors de la première journée de championnat) et Akvsenti Giorgadze (45 minutes, également gravement blessé lors de la quinzième journée pour sa deuxième apparition et sa première titularisation sous le maillot toulousain).

Après deux saisons en tant qu'entraîneur, Jean-Baptiste Élissalde compte déjà deux titres de champions de France (dont un également en tant que joueur).

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.

Liste des matches en sélection[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Éllisalde et Guy Novès
Saison Équipe Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2010 - 2011 Stade toulousain Drapeau : France Top 14 Trois Quarts Champion de France Éliminé en demi-finale -
2011 - 2012 Stade toulousain Drapeau : France Top 14 Trois Quarts Champion de France Éliminé en quart-de-finale -
2012 - 2013 Stade toulousain Drapeau : France Top 14 Trois Quarts Éliminé en demi-finale Éliminé en poule Éliminé en quart-de-finale
2013 - 2014 Stade toulousain Drapeau : France Top 14 Trois Quarts Éliminé en barrages Éliminé en quart-de-finale -

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Blaizeau, Élissalde de pères en fils, Éditions Le nouvel R, 264 pages, 64 photos originales.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :