Championnat de France de rugby à XV 1992-1993

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Championnat de France de rugby à XV 1992-1993

Généralités
Sport rugby à XV
Organisateur(s) FFR
Édition 94e
Lieu France métropolitaine
Date du 1992 au 5 juin 1993
Nations Drapeau de la France France
Participants 32 équipes
Palmarès
Vainqueur Castres olympique
Finaliste FC Grenoble
Demi-finalistes SU Agen
RC Toulon
Relégué(s) RC Chalon, US Tyrosse,
US Cognac, CO Le Creusot

Navigation

Le Championnat de France de rugby à XV 1992-1993, aussi appelé groupe A, oppose 32 clubs répartis en quatre poules. Le championnat démarre le 1992 et se termine par une finale disputée le 5 juin 1993 au Parc des Princes. À l'issue d'une première phase qualificative, les équipes placées aux quatre premières places de chaque poule sont qualifiées pour disputer un Top 16 composé de quatre poules de quatre équipes. Les huit équipes classées aux deux premières places de chaque poule du Top 16 disputent ensuite une phase finale sur trois tours à élimination directe.

Le Castres olympique remporte le titre de champion après avoir battu 14 à 11 le FC Grenoble en finale suite à un essai non valable accordé sur une erreur d'arbitrage[1]. C'est le troisième bouclier de Brennus obtenu par l'équipe castraise, le précédent datant de 1950. À l'issue de la saison, quatre clubs sont relégués en deuxième division : le RC Chalon, l'US Tyrosse, l'US Cognac et le CO Le Creusot. Ils sont remplacés par le CA Périgueux, le Stade dijonnais, le Lyon OU et le FC Lourdes.

Équipes participantes[modifier | modifier le code]

Les équipes sont listées dans leur ordre de classement à l'issue de la première phase qualificative. Les quatre premières équipes de chaque poule sont qualifiées pour le Top 16.

Poule 1

Poule 3

Poule 2

Poule 4

Top 16[modifier | modifier le code]

Les équipes sont listées dans leur ordre de classement. Les deux premières équipes de chaque poules sont qualifiées pour les quarts de finale.

Poule 1

Poule 3

Poule 2

Poule 4

Phase finale[modifier | modifier le code]

Tableau[modifier | modifier le code]

Quarts de finale Demi-finales Finale
 le 16 mai 1993 au Stade Marcel-Michelin, Clermont-Ferrand            le 5 juin 1993 au Parc des Princes, Paris
 FC Grenoble  19
 Stade toulousain  17  
 FC Grenoble  21
 
   SU Agen  15  
 SU Agen  33
 CA Brive  16  
 FC Grenoble  11
 
   Castres olympique  14
 Castres olympique  71
 
 RC Narbonne  54  
 Castres olympique  17
 
   RC Toulon  16  
 RC Toulon  10
 USA Perpignan  9  

Quarts de finale[modifier | modifier le code]


SU Agen 33 – 16 CA Brive  
16 mai 1993
FC Grenoble 19 – 17 a. p.[2]
(8 – 6)
Stade toulousain Stade Marcel-Michelin, Clermont-Ferrand
3 037 spectateurs
Arbitre : Joël Dumé
Essai(s) : Vélo (53e), Bardou (97e);
Pénalité(s) : Hueber 2 (14e, 38e)
Drop(s) : Savy (42e)
Essai(s) : Ougier (5e)
Pénalité(s) : Ougier (12e), Marfaing 3 (44e, 58e, 92e)

RC Toulon 10 – 9 USA Perpignan  

Castres olympique 71 – 54[3] RC Narbonne  

Demi-finales[modifier | modifier le code]

29 mai 1993
FC Grenoble 21 – 15 a. p.[4]
(0 – 6)
SU Agen Stade de la Méditerranée, Béziers
Arbitre : M. Thomas
Essai(s) : Goirand (99e), Cambres (106e);
Transformation(s) : Hueber (99e)
Pénalité(s) : Vélo (41e), Savy (80e)
Drop(s) : Hueber (97e)
Pénalité(s) : Montlaur 5 (16e, 30e, 82e, 95e, 101e)

Castres olympique 17 – 16 RC Toulon  

Finale[modifier | modifier le code]

Feuille de match
Castres olympique 14 – 11 FC Grenoble

(mt : 3 – 5)

le 5 juin 1993 au Parc des Princes, Paris

Points marqués :

  • Castres : 1 essai de Whetton, 2 pénalités de Labit, 1 drop de Rui
  • Grenoble : 1 essai de Vélo, 2 pénalités de Savy et Hueber

Évolution du score :

Arbitre : Daniel Salles

Spectateurs : 45 658[5]

Résumé

Un essai d'Olivier Brouzet est refusé aux Grenoblois[6] et l'essai décisif de Gary Whetton est accordé par Daniel Salles, l'arbitre de la rencontre, alors que le Grenoblois Franck Hueber a aplati au préalable le ballon dans son en-but[1],[7]. Cette erreur d'arbitrage permet au Castres olympique de remporter le titre. Jacques Fouroux en conflit avec la Fédération crie au complot[8], mais le FC Grenoble ne dépose pas de réclamation auprès de la Fédération française de rugby au sujet de l'arbitrage[9]. Salles reconnaît treize ans plus tard qu'il a commis une faute d'arbitrage ce jour-là, privant ainsi les Grenoblois du titre[10],[11]. La frustration des Grenoblois est encore 20 ans après toujours bien présente[12].

Composition des équipes[5],[7]
Castres olympique

Titulaires
Laurent Labit 15
Jean-Bernard Bergès 14
Adrian Lungu 13
Nicolas Combes 12
Christophe Lucquiaud 11
(cap.) Francis Rui 10
Cédric Tonini 9
Alain Carminati 8
Gilbert Pages 7
José Díaz 6
Gary Whetton 5
Thierry Bourdet 4
Thierry Lafforgue 3
Christophe Urios 2
Laurent Toussaint 1
Remplaçants
Jean Luc Vidal 16
Christian Batut 17
Jean Philippe Swiadeck 18
Éric Minniti 19
Maurice Bille 20
Philippe Oms 21
Entraîneurs
Alain Gaillard
Jacques Cauquil

FC Grenoble

Titulaires
15 Cyril Savy
14 Philippe Meunier
13 Willy Taofifénua
12 Frédéric Vélo
11 Brice Bardou
10 Patrick Goirand
9 Dominique Mazille
8 Džoni Mandić
7 Hervé Chaffardon (cap.)
6 Gregory Kacala
5 Olivier Brouzet
4 Olivier Merle
3 Franck Capdeville
2 Éric Ferruit
1 Philippe Tapié
Remplaçants
16 Martial Servantes
17 Xavier Cambres
18 Franck Hueber
19 Patrice Vacchino
20 Gilbert Brunat
21 Arnaud Bazin
Entraîneurs
Jacques Fouroux
Michel Ringeval

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Escot et Rivière 2009, p. 268
  2. « Championnat 92-93 Quart de finale Grenoble-Toulouse », sur www.stadetoulousain.fr, Stade toulousain (consulté le 24 octobre 2012)
  3. Cumul des scores de deux matchs (38-33 et 33-21), le 1er match ayant été rejoué suite à une réclamation du RC Narbonne.
  4. R. Laffore, « Match nul à Béziers », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 25 juin 2000 (consulté le 17 juillet 2013)
  5. a et b « Castres 14-11 Grenoble », sur www.finalesrugby.com (consulté le 24 octobre 2012)
  6. Simon Valzer, « Combien de fois Bayonne s’est imposé dans la capitale ? », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ 3 janvier 2013 (consulté le 21 août 2013)
  7. a et b Nicolas Lavalée, « Parc des Princes, Paris, 5 juin 1993 », sur www.lnr.fr, LNR,‎ 28 décembre 2004 (consulté le 24 octobre 2012)
  8. >« Top 14: Toulon-Castres, souviens-toi, il y a vingt ans... », sur www.lepoint.fr,‎ 1 juin 2013 (consulté le 10 février 2014)
  9. « Rugby », sur www.humanite.fr, L'Humanité,‎ 10 juin 1993 (consulté le 10 février 2014)
  10. Pierre Salviac, « Finale Castres-Grenoble 93 : l’insupportable aveu de l’arbitre Salles », sur rugbyolympic.com,‎ 12 décembre 2006 (consulté le 24 octobre 2012)
  11. Frédéric Cormary, « Daniel Salles à propos de Castres-Grenoble en 1993 : « Je me suis trompé » », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 1er juin 2013 (consulté le 16 juillet 2013)
  12. « Vingt ans après FCG / Castres, il n'y a toujours pas essai ! », sur www.ledauphine.com (consulté le 10 février 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]