Philippe Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.

Philippe Saint-André

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance (48 ans)
à Romans-sur-Isère (France)
Taille 1,8 m (5 11)
Surnom Le Goret, PSA
Position trois-quarts aile
Carrière en junior
Période Équipe  
US Romans
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1988-1996
1996-2000
Clermont-Ferrand
Gloucester
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
1990-1997 Drapeau : France France 69 (151)
Carrière d'entraîneur
Période Équipe  
1998-2002
2002-2004
2005-2009
2009-2011
2011-2015
Gloucester
Bourgoin
Sale
Toulon
Drapeau : France France

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.

Philippe Saint-André (souvent surnommé PSA), né le à Romans-sur-Isère, est un joueur et entraîneur de rugby à XV international français. Il est le sélectionneur de l'équipe de France de rugby à XV depuis le [1]. Au cours de sa carrière de joueur, il a évolué au poste de trois-quarts aile tant en sélection nationale qu'avec Gloucester, son dernier club.

Capitaine du XV tricolore de 1990 et 1997, il conduit l'équipe qui réussit à remporter le tournoi des cinq nations en 1993. Mais le point culminant de sa carrière est la troisième place de l'équipe de France lors de la coupe du monde de rugby à XV 1995 en Afrique du Sud devant l'Angleterre pays organisateur et finaliste de la précédente coupe du monde. Il annonce sa retraite internationale en 1997, tout en continuant à jouer pour son club de Gloucester. Il met un terme définitif à sa carrière de joueur en mai 2000 après la dernière journée du championnat d'Angleterre gagnée contre les London Irish.

Manageur du club anglais des Sharks de Sale jusqu'à l'issue de la saison 2009, il est nommé président délégué au secteur sportif du RC Toulon en mai 2009, d'abord avec Aubin Hueber et Tana Umaga jusqu'en juin 2011, puis avec Olivier Azam au poste d'entraineur des avants et Pierre Mignoni au poste d'entraineur des arrières.

Après l'officialisation de sa nomination au poste de sélectionneur de l'équipe de France le 28 septembre 2011, il quitte le club le 30 septembre, remplacé par Bernard Laporte.

Son frère Raphaël, trois-quarts centre, directeur sportif du LOU Rugby de 2007 à 2012, a joué à ses côtés à Montferrand.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Surnommé affectueusement le Goret, Philippe Saint-André est formé à l'US Romans club de sa ville natale. En 1988, il rejoint l'ASM Clermont Auvergne et restera longtemps fidèle à son club.

Avec le XV de France, il connaît ses premières sélections en 1990 et devient une pièce essentielle des Bleus. Lors du Tournoi des cinq nations 1991 Philippe Saint-André est à la conclusion d'une action d'éclat contre le XV de la rose, il marque un essai au terme d'une action de 100 mètres lancée depuis la ligne d'en-but française par Serge Blanco et Pierre Berbizier, cet essai est considéré par de nombreux commentateurs comme le plus beau marqué dans un Tournoi des cinq nations. Cette année-là, il est sélectionné par Daniel Dubroca et Jean Trillo pour participer à la coupe du monde 1991 mais malheureusement la France connaît son plus mauvais résultat en coupe du monde puisqu'elle est éliminée en quart de finale par ces mêmes Anglais.

Deux ans plus tard, il remporte avec l'équipe de France le titre de Champion d'Europe de rugby à XV qui est décerné pour la première fois au vainqueur du Tournoi, et gagne aussi le premier Trophée des 5 Nations. Philippe Saint-André est d'ailleurs le meilleur marqueur de ce Tournoi des cinq nations 1993, il sera également meilleur marqueur de l'édition 1995.

En club, aux côtés de Jean-Marc Lhermet et Christophe Juillet, il dispute la finale du championnat de France en 1994, battu par le Stade toulousain, Clermont perd aussi en finale du Challenge Yves-du-Manoir contre Perpignan mais Philippe Saint-André ne dispute pas le match. En sélection, c'est sous son capitanat que le XV de France réalise l'un de ses plus beaux exploits en triomphant deux fois en Nouvelle-Zélande en test-match lors de la tournée de juin 1994.

Il dispute sa deuxième coupe du monde en 1995 qui se conclut par une troisième place.

En 1996, il rejoint le championnat anglais à Gloucester RFC.

En 1997, après avoir eu 68 sélections dont 34 en tant que capitaine, avec 32 essais (troisième meilleur total de marqueur d'essais de l'histoire de l'équipe de France derrière Serge Blanco et Vincent Clerc), il arrête sa carrière internationale.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Après sa carrière de joueur en 1998, Philippe Saint-André devient directement entraîneur de Gloucester et en fait l'un des meilleurs clubs d'Angleterre.

Puis il rejoint le club français de Bourgoin-Jallieu avec Laurent Seigne sous la direction de Pierre Martinet et Patrick Sébastien[2]. Débarqué en 2004 après avoir fait acte de candidature au poste de sélectionneur du pays de Galles[3], il retourne en Angleterre, prenant en main le club des Sale Sharks.

Philippe Saint-André signe en 2004 dans le club de la banlieue de Manchester, les Sale Sharks; il devient directeur sportif du club anglais au mois de mars 2004[4]. Il est rejoint par Sébastien Chabal, son ancien joueur au CS Bourgoin-Jallieu. La saison 2004-2005 marque le retour au sommet des Sharks sous la houlette du technicien français. Le club anglais remporte le Challenge européen en battant la Section paloise sur un score large de 27-3. Les Sharks clôturent la saison à la troisième place du championnat et obtiennent leur ticket pour la Coupe d'Europe.

Quart de finaliste de la Coupe d'Europe de rugby à XV lors de la saison 2005-2006, Philippe Saint-André devient champion d'Angleterre 2005-2006 en dirigeant notamment Jason Robinson, Mark Cueto, Mark Taylor, Charlie Hodgson, Magnus Lund, Lionel Faure et Sébastien Bruno.

Sébastien Chabal et Sale en Championnat d'Angleterre.

Lors de la saison 2006-2007, Philippe Saint-André et Sale jouent contre le Stade français en poule de Coupe d'Europe. La fin de saison ne lui apporte aucun nouveau titre : Sale est éliminé de la H-cup dès les phases de poule et le club anglais rate les play-off de la Guinness Premiership en terminant seulement dixième de la phase régulière.

La saison de championnat suivante est meilleure, avec notamment des victoires à domicile contre les meilleures écuries. Mais une défaite à domicile lors de la dernière journée de la phase régulière prive Sale de phase finale, le club de Philippe Saint-André termine cinquième et se contente d'une place dans la grande coupe d'Europe.

La phase de poule de Coupe d'Europe de rugby à XV 2008-2009 oppose Sale au Munster et à l'ASM Clermont[5]; le parcours des Irlandais prive Philippe Saint-André de phase finale. Lors de la phase régulière de championnat, Sale se comporte honorablement sans se mêler à la lutte pour le titre. En fin de saison, Philippe Saint-André rejoint le RC Toulon et Jason Robinson est annoncé comme son successeur[6].

Lors de sa première saison à Toulon, le président Mourad Boudjellal lui donne les clés de la maison. Il recrute Pierre Mignoni, Jamie Robinson, Felipe Contepomi, Juan Martín Fernández Lobbe, Sébastien Bruno et Jonny Wilkinson. Le RCT finit 2e de la phase de poule et se qualifie directement pour les demi-finales. Mais il tombe en demi-finale contre son ancien club lorsqu'il était joueur, Clermont (35-29) après les prolongations et un match à suspense.

Carrière de sélectionneur (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Le , il est choisi comme entraîneur du XV de France par la FFR en remplacement de Marc Lièvremont après la Coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande[7]. Cette décision est officialisée le 25 août 2011 et il prend ses fonctions le 1er décembre 2011 où il présente son projet lors d’une conférence de presse à Marcoussis[1],[8]. Il choisit comme adjoints, Yannick Bru (Toulouse) pour les avants et Patrice Lagisquet (Biarritz) pour les arrières[9]. Il est le premier sélectionneur à ne pas souhaiter de « manageur »[Note 1] à ses côtés.

Scène de France-Italie (2012) : premier match de Saint-André à la tête du XV de France.

Pour ses débuts, Saint-André choisit la continuité en convoquant 23 mondialistes et quelques nouveaux (Fofana, Maestri), sur les 30 joueurs appelés pour le Tournoi des 6 nations 2012[10]. Le XV de France remporte ses deux premiers matchs face à l'Italie (30-12)[11] et l’Écosse (17-23)[12] mais fait match nul contre l'Irlande (17-17)[13] puis s'incline face aux Anglais (22-24) à domicile[14]. Le dernier match se ponctue par une défaite face au pays de Galles (16-9) qui réalise le Grand Chelem[15]. Cette rencontre marque la fin d'une génération dont la moitié des joueurs est trentenaire[16]. Plusieurs cadres se retirent du XV le France : Bonnaire, Harinordoquy, Nallet, Poux, Rougerie, Servat et Yachvili notamment[Note 2]. Critiqués, les Bleus se classent 4e du Tournoi[17].

Lors de la tournée d'été en Argentine, Philippe Saint-André rajeunit considérablement son groupe en appelant neuf nouveaux et en rappelant six joueurs écartés lors du Tournoi des six nations[18]. Après une courte défaite (23-20) lors du premier match[19], le XV de France se reprend et l'emporte 49-10 contre les Pumas[Note 3][20], grâce à notamment Frédéric Michalak (auteur de 19 points), de retour en sélection après 2 ans et demi d'absence[21]. Cette dernière sortie est confirmée par une tournée d'automne triomphante face à l'hémisphère Sud[22]. En effet, pourtant privés de leur capitaine Thierry Dusautoir (suppléé par Pascal Papé)[23], les hommes de Saint-André enchaînent trois succès face à l'Australie (33-6)[24], l'Argentine (39-22)[25] et les Samoa (22-14)[26]. C'est une première depuis 2005 pour un grand chelem réalisé à l'automne[27].

Après cette tournée victorieuse, le XV de France débute le Tournoi des six nations 2013 de la pire des manières, perdant ses 3 premières rencontres (Italie, Galles et Angleterre)[28] - fait inédit depuis 1982[29] - et obtenant un nul en Irlande (13-13)[30]. La victoire 23-16 contre l'Écosse lors du dernier match évite la cuillère de bois mais n'empêche pas les hommes de Saint-André de finir dernier du classement (6e)[31]. Il s'agit du pire rang dans le Tournoi depuis 1999[32]. Après ce tournoi catastrophique, l'équipe de France part en Nouvelle-Zélande disputer une série de trois test-matchs[33]. Opposés aux champions du monde en titre, les Bleus s'inclinent trois fois (23-13 à Eden Park[34], 30-0 à Christchurch[35] et 24-9 à New Plymouth[36]) sans jamais se hisser au niveau des All Blacks. « PSA » modifie sa charnière à chaque fois et ne parvient toujours pas à trouver la bonne solution[37]. En novembre, le XV de France retrouve les Néo-Zélandais au Stade de France mais s'incline de nouveau (26-19)[38]. La large victoire face aux Tonga (38-18)[39] quelques jours plus tard ne compense pas la nouvelle défaite, cette fois-ci contre l'Afrique du Sud (19-10)[40]. Avec huit défaites, un match nul et seulement deux victoires, 2013 est qualifié d'« annus horribilis » par les médias français[41],[42].

Scène de France-Irlande (2014) : l'Irlande s'impose au Stade de France.

Attendus au tournant, les Bleus remportent « le Crunch » contre l'Angleterre (24-22) au finish, en ouverture du Tournoi 2014[43]. Après avoir confirmé face aux Italiens (30-10)[44], le XV de France multiplie les erreurs et chute brutalement à Cardiff contre le Pays de Galles (27-6)[45]. La victoire étriquée face au XV du Chardon[Note 4] (19-17) ne dissipe pas les doutes[46]. Alors qu'ils encore en course pour la victoire finale, les Bleus cèdent le Grand Chelem à l'Irlande après une défaite 22-20[47]. Ils se classent finalement 4e du Tournoi[48]. Le Tournoi est suivi d'une nouvelle tournée estivale, contre l'Australie en juin 2014. Lors du premier match, les Wallabies[Note 5] humilient le XV du France en inscrivant sept essais (50-23)[49]. Après une deuxième courte défaite (6-0)[50], les Bleus sont défaits de nouveau largement à Sydney (39-13)[51]. C'est une nouvelle tournée sans victoire pour Philippe Saint-André qui propage encore plus les doutes sur le niveau du XV de France[52].

À la suite de ces échec successifs, la FFR décide « d'épauler » Philippe Saint-André en nommant Serge Blanco comme président du comité de suivi du XV de France (ou manageur)[53]. De plus, « PSA » innove en intégrant plusieurs joueurs naturalisés comme Rory Kockott, Scott Spedding (Sud-Africains) ou encore Uini Atonio (Néo-Zélandais) lors du stage préparatoire à la tournée de novembre[54],[55]. Cette dernière est débutée par deux succès probants face aux Fidji (40-15)[56] et surtout l'Australie (29-26)[57]. Mais cette dynamique positive est de nouveau stoppée par une défaite contre l'Argentine (13-18) à Saint-Denis[58].

Alors que le scepticisme est de plus en plus présent chez les médias et les supporters[59], Saint-André annonce que le Tournoi 2015 va servir de préparation à la Coupe du monde en septembre[60]. Lors du premier match, le XV de France s'impose face de vaillants écossais (15-8)[61] puis est battu ensuite par l'Irlande (18-11) à l'Aviva Stadium[62]. Quinze jours plus tard, les Bleus sombrent une nouvelle fois au Stade de France contre le Pays de Galles (13-20)[63]. « PSA », qui n'aura jamais réussi à battre cette équipe durant son mandat[64], voit les critiques s’abattent réclamant sa démission[65],[66]. Il décide de hausser le ton vis-à-vis de ses joueurs[67]. Le 15 mars, l'équipe de France se rachète en partie en infligeant 29-0 à l'Italie[68]. Enfin, pour le dernier match du tournoi de l'ère Saint-André[69], la France et l'Angleterre se livrent une rencontre sensationnelle à Twickenham où le XV de la Rose l'emporte (55-35), dont 12 essais inscrits, malgré un « French Flair[Note 6] » retrouvé[70]. De nouveau classé quatrième, Saint-André est le premier sélectionneur à ne pas remporter le Tournoi ni de figurer une seule fois sur le podium[71]. À six mois du Mondial, les Bleus inquiètent mais le sélectionneur promet une préparation « commando »[72],[73].

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Saison Équipe Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
1998 - 1999 Gloucester RFC Drapeau : Angleterre Premiership Entraineur-joueur 10eme - -
1999 - 2000 Gloucester RFC Drapeau : Angleterre Premiership Directeur du rugby 3eme - Éliminé en poule
2000 - 2001 Gloucester RFC Drapeau : Angleterre Premiership Directeur du rugby Éliminé en quart-de-finale Éliminé en demi-finale -
2001 - 2002 Gloucester RFC Drapeau : Angleterre Premiership Directeur du rugby Vainqueur de la phase play-off - Éliminé en demi-finale
2002 - 2003 CS Bourgoin-Jallieu Drapeau : France Top 16 Directeur général 3eme Poule 2 des Play-offs Éliminé en poule -
2003 - 2004 CS Bourgoin-Jallieu Drapeau : France Top 16 Directeur général Éliminé en demi-finale Éliminé en poule -
2004 - 2005 Sale Sharks Drapeau : Angleterre Premiership Manageur 5eme - Vainqueur
2005 - 2006 Sale Sharks Drapeau : Angleterre Premiership Manageur Champion d'Angleterre Éliminé en quart-de-finale -
2006 - 2007 Sale Sharks Drapeau : Angleterre Premiership Manageur 10eme Éliminé en poule -
2007 - 2008 Sale Sharks Drapeau : Angleterre Premiership Manageur 5eme - Éliminé en demi-finale
2008 - 2009 Sale Sharks Drapeau : Angleterre Premiership Manageur 5eme Éliminé en poule -
2009 - 2010 RC Toulon Drapeau : France Top 14 Président délégué au sportif Éliminé en demi-finale - Défaite en finale
2010 - 2011 RC Toulon Drapeau : France Top 14 Président délégué au sportif 8eme Éliminé en quart-de-finale -


Année Sélection Tournoi Poste Classement IRB à la fin de l'année Tournoi Coupe du Monde
2012 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur-Manager 4e 4e
2013 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur-Manager 5e 6e
2014 Drapeau : France France Six Nations Sélectionneur-Manager 7e 4e

Tableau PSA Tournoi 6 nations.jpg

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur[modifier | modifier le code]

En club
En sélection

Consultant[modifier | modifier le code]

Depuis la coupe du monde 2007, il occupe des fonctions de consultant sur la radio RMC. Il commente notamment les matchs du XV de France. Il a aussi été consultant pour TV5 Monde, France Télévisions et Rugby Hebdo. Il quitte RMC lors de sa prise de fonction à la tête de l'équipe de France en décembre 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rôle occupé par Jo Maso entre 1995 et 2011
  2. Lionel Beauxis, Alexis Palisson, Julien Pierre et Clément Poitrenaud, encore en activité, ne sont plus également rappelés à partir de cette date.
  3. Pumas, surnom de l'Équipe d'Argentine de rugby à XV.
  4. XV du Chardon, surnom de l'Équipe d'Écosse de rugby à XV.
  5. Wallabies, surnom de l'Équipe d'Australie de rugby à XV.
  6. Imprévisibilité et capacité à marquer des essais improbables du jeu français.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Philippe Saint-André, sélectionneur du XV de France », sur www.le10sport.com, Le 10 Sport,‎ 25 août 2011 (consulté le 25 août 2011)
  2. Arnaud Tillous, « Philippe Saint-André : « Plus de pression en France » », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ août 2002 (consulté le 21 avril 2009).
  3. (en) « Saint-Andre sacked over Wales job », sur news.bbc.co.uk,‎ (consulté le 23 avril 2009)
  4. « Chabal et Todd à Sale », sur www.lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 6 avril 2009)
  5. « Saint-André : « Clermont, une équipe exceptionnelle » », sur www.rmc.fr, rmc,‎ 7 octobre 2008 (consulté le 21 avril 2009)
  6. (en) Duncan Bech, « Jason Robinson takes charge at Sale », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ 25 février 2009 (consulté le 26 mars 2009)
  7. « Rugby : Philippe Saint-André est nommé sélectionneur du XV de France », sur rfi.fr, RFI,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  8. Yoann Palej, « Philippe Saint-André est officiellement le nouveau sélectionneur du XV de France », sur rugby365.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  9. « Rugby: Philippe Saint-André nommé sélectionneur mercredi? », sur 20minutes.fr, 20 minutes (France),‎ (consulté le 2 avril 2015)
  10. « Rugby : Saint-André convoque les mondialistes avec Fofana et Maestri », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  11. Clément Daniez, « La France bat l'Italie 30-12 en ouverture du Tournoi des Six Nations », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  12. « Six nations : réaliste, le XV de France s'impose en Ecosse », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  13. Gabriel Cail, « FRANCE - IRLANDE : 17-17 », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  14. « Six nations : le XV de France trébuche contre l'Angleterre (22-24) », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  15. « RUGBY. Le pays de Galles bat la France 16-9 », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  16. Thibault Perrin, « FLASHBACK. 2012 : le Pays de Galles remporte le Grand Chelem face au XV de France », sur lerugbynistere,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  17. Cécile Grès, « Rugby : après un tournoi des VI nations raté, le XV de France doit se réinventer », sur nouvelobs.com, Le Nouvel Obs,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  18. « Avec Michalak, sans Dusautoir », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  19. Emmanuel Quintin, « Les Pumas douchent les Bleus », sur lfigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  20. « Rugby: le XV de France régale en Argentine », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  21. Aurélien Billot, « Les Bleus mettent fin au signe indien », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  22. « Philippe Saint-André fait le bilan après la tournée d'automne », sur francebleu.fr, France Bleu,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  23. Maxime Rouquié, « Dusautoir blessé, Yannick Nyanga appelé et Papé capitaine », sur lerugbynistere.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  24. « France-Argentine (39-22): Vamos Francia ! », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  25. « RUGBY. La France confirme contre l'Argentine 39-22 », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  26. Cécile Grès, « RUGBY. France-Samoa : une victoire qui offre un joli bilan au XV de France », sur lenouvelobs.com, Le Nouvel Obs,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  27. « Le compte est bon pour le XV de France », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  28. Grégoire Remund, « L'Angleterre plus forte que la France », sur rfi.fr, RFI,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  29. « Le bilan du Tournoi 2013 », sur rugbyrama.fr, Midi olympique,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  30. « Irlande-France (13-13): Et l’engagement, bordel ! », sur rugbyrama.fr, Eurosport,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  31. « Rugby : l'équipe de France bat l'Ecosse (23-16), mais finit dernière du Tournoi des six nations », sur francetvinfo.fr, France Télévisions,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  32. « Dernière place du XV de France dans le Tournoi des 6 Nations : et maintenant ? », sur euronews.com, Euronews,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  33. « Rugby: huit novices dans un groupe de 35 Bleus pour la Nouvelle-Zélande », sur 20minutes.fr, 20 minutes,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  34. « Le XV de France défait mais prometteur en Nouvelle-Zélande », sur rfi.fr, RFI,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  35. « Tournée d'été 2013, Nouvelle-Zélande-France (30-0): Marée noire », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  36. Christophe Gaudot, « L'équipe de France battue par la Nouvelle-Zélande 24-9 », sur francetvsport.fr, France Télévisions,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  37. Cécile Grès, « RUGBY. Nouvelle-Zélande - France (24-9) : une tournée pas si catastrophique », sur nouvelobs.com, Le Nouvel Obs,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  38. Olivier François, « Rugby : face aux All Blacks, les Bleus méritaient mieux (26-19) », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  39. Clément Mazella, « Tests de novembre 2013 - XV de France-Tonga (38-18): Les Bleus ont retrouvé le chemin de la victoire », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  40. Fabien Pomiès, « Tests de novembre 2013 - France-Afrique du Sud (10-19) - 2013, année à oublier pour les Bleus », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  41. Baptiste Desprez, « Triste XV de France... », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  42. Germain Arrigoni, « LE RETOUR SPORT : année noire pour le XV de France, le PSG seul au monde », sur francebleu.fr, France Bleu,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  43. Yann Butillon, « France – Angleterre : les Bleus arrachent le Crunch », sur metronews.fr, Metronews (consulté le 2 avril 2015)
  44. (en) « Six Nations 2014: France 30-10 Italy », sur bbc.com,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  45. « Tournoi des six nations : battue au Pays de Galles (27-6), la France dit adieu au Grand chelem », sur francetvinfo.fr, France Télévisions,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  46. Thierry Tazé-Bernard, « La France gagne en Ecosse (19-17) », sur francetvsport.fr, France Télévisions,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  47. Clément Mazella, « 6 nations 2014 - France-Irlande (20-22) - A l'Irlande le Tournoi, aux Bleus les regrets », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  48. Jerome Carrere, « Le bilan du Tournoi 2014 », sur francetvinfo.fr, France Télévisions,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  49. « Rugby. Le XV de France balayé en Australie (50-23) », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  50. Thomas Perotto, « Test-match - Australie-France (6-0) - Du mieux... mais une nouvelle défaite pour le XV de France », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  51. « Rugby : le XV de France achève sa tournée en Australie sur une 3e défaite », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  52. Laurent Campistro, « Une tournée en Australie qui pose questions », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  53. David Reyrat, « Blanco enfile ses nouveaux habits », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  54. « XV de France : tout ce qu’il faut savoir sur les joueurs étrangers », sur rmcsport.bfmtv.com, RMC,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  55. Claire Gaveau, « XV de France : Spedding, Kockott et Atonio font perdurer la tradition étrangère en Bleu », sur rtl.fr, RTL (consulté le 2 avril 2015)
  56. Clément Mazella, « France-Fidji (40-15), l'antisèche - Ça demande confirmation face à une opposition plus relevée... », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  57. « Un XV de France séduisant bat l'Australie 29-26 », sur rfi.fr, RFI,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  58. Gaspard Augendre, « Test-Match - France-Argentine (13-18) - Encore une fois l'Argentine a joué un mauvais tour aux Bleus », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 2 avril 2015)
  59. Arnaud Carré, « Rugby - XV de France », sur francebleu.fr, France Bleu,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  60. Sacha Nokovitch, « Matthieu Lartot : «Le XV de France manque d'une star» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  61. Adrien Pécout, « Rugby : contre l'Ecosse, le XV de France assure le strict minimum », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  62. Yann Butillon, « VI Nations : L’Irlande domine la France (18-11) », sur metronews.fr, Metronews,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  63. Thomas Gourdin, « Tournoi des Six Nations: France-Galles (13-20) - Là, ça devient plus qu’inquiétant ! », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  64. Bruno Lesprit, « Rugby : le pays de Galles rabaisse la France au rang de « petite nation » », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  65. « XV de France : Philippe Saint-André doit-il démissionner ? », sur rmcsport.bfmtv.com, RMC Sport,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  66. « XV de France: Philippe Saint-André, autopsie d'un échec9 », sur lexpress.fr, L'Express,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  67. Baptiste Desprez et David Reyrat, « Starlette, démission, Père Noël : les cinq phrases chocs de Saint-André », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  68. Arnaud David et Nicolas Espitalier, « Tournoi des VI Nations : des Bleus moins pâles s'imposent en Italie (29-0) », sur sudouest.fr, Sud Ouest,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  69. « Dernier match de Tournoi pour PSA », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  70. Clément Mazella, « Angleterre-France (55-35), antisèche - La France a pris 55 points mais elle nous a enfin fait vibrer », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  71. Yves Billet, « Rugby - XV de France. On efface tout, et on recommence ? », sur leprogres.fr, Le Progrès,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  72. Jean-François Paturaud, « Philippe Saint-André : « Pour rattraper le retard, ça va être du commando » », sur rugby365.fr,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  73. « Tournoi des Six Nations - XV de France: Encore un Tournoi pour rien ? », sur rugbyrama.fr,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  74. « France-Ecosse, match en chiffres - Un seul revers en quinze ans, la domination des Bleus est nette », sur Eurosport,‎ (consulté le 7 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]