Mil Mi-24

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mi-24D Hind
Image illustrative de l'article Mil Mi-24
Vue de l'hélicoptère

Rôle Hélicoptère tactique armé
Constructeur Mil
Premier vol 19 septembre 1969
Mise en service 1972
Date de retrait Toujours en service
Nombre construit +2 500
Équipage
2/3 + 8 soldats
Motorisation
Moteur Klimov (Isotov) TV3-117
Nombre 2
Type Turbomoteur
Puissance unitaire 2 200 ch
Nombre de pales 5
Dimensions
Image illustrative de l'article Mil Mi-24
Diamètre du rotor 17,30 m
Longueur 17,51 m
Hauteur 4,25 m
Masses
À vide 6 500 kg
Avec armement 11 100 kg
Maximale 11 500 kg
Performances
Vitesse de croisière 260 km/h
Vitesse maximale 346 km/h
Plafond 4 500 m
Distance franchissable 750 km
Armement
Interne Canon gatling à 4 fûts de 12,7 mm JakB
Externe 4 paniers à roquettes UV-32-57 de 57 mm
4 missiles anti-chars 9M114 (AT-6 Spiral)

ou 4 missiles AT-2 "swatter"

Avionique
Pod de visée optronique KPS-53A, IFF, lance-leurres infrarouge

Le Mi-24 (code OTAN Hind) est un hélicoptère d'attaque soviétique du constructeur Mil avec une capacité de transport léger.

Plus de 2 500 exemplaires du Hind ont été produits et vendus à travers le monde. Ils ont été engagés dans de nombreux conflits, dont la guerre en Afghanistan de 1979/1988, la guerre Iran-Irak, les guerres de Tchétchénie et dans la guerre civile au Tchad en 2008.

Conception[modifier | modifier le code]

L'étude du Mi-24 commença dans la seconde moitié des années 1960. 12 prototypes furent construits, dont le premier effectua son premier vol le 19 septembre 1969. La production en série débuta en 1972 ; c'est seulement à ce moment-là que les occidentaux découvrirent l'existence du projet et seulement en 1974 que les premières photos leurs parvinrent.

Les Mi-24 étaient assemblés dans les usines de Rostov-sur-le-Don et d'Arseniev.

Versions[modifier | modifier le code]

Dessins de profil des versions du Mi-24

Versions de série[modifier | modifier le code]

  • Mi-24 (appelé V-24 par Mil et aussi codé Izdéliyé 240) Hind-B : prototypes et appareils de présérie avec ailes horizontales et sans point d'emport de missiles (seulement 4 points type BD3-57Kr-V pour roquettes). Rotor de queue du côté droit. Premier vol en 1969. Elle a été appelée Hind-B par l'OTAN car elle a été découverte après le Mi-24 de série.
    • A-10 : V-24 modifié en 1975 comme version de records : ailes supprimées. Plusieurs records franchis par un équipage féminin. Tests ultérieurs avec un fenestron.
  • Mi-24A (Izdéliyé 245) Hind-A : version de série avec ailes inclinées comportant des points d'emport pour missiles antichar 9M17M (AT-2B Swatter) guidés manuellement avec le système 9K8 Falanga-M (alias Skorpion) ; cockpit redessiné avec un équipage de trois personnes; Montage mobile de mitrailleuse NUV-1 avec mitrailleuse monotube Afanasyev TKB-481 de 12,7 mm. Deux prototypes construits en greffant le nouveau nez sur des V-24. Production à l'usine d'Arseniev à partir de 1970.
  • Mi-24B (Izdéliyé 241) Hind-A : version légèrement améliorée avec FLIR et TV bas niveau de lumière gyrostabilisés, mitrailleuse Yakoushev/Borzov 9A624 (alias TKB-063) quadritube de 12,7 mm montée dans une tourelle USPU-24, missiles 9M17P (AT-2C Swatter) à guidage SACLOS 9K8 Falanga-PV (alias Fleyta). Un prototype construit à partir d'un MI624A mais le projet a été abandonné et remplacé par le Mi-24D.
  • Mi-24U (Izdéliyé 241) Hind-C : version d'entraînement sans canon ni point d'emport sous les ailes
  • Mi-24F (Izdéliyé 245M) Hind-A : nouveau rotor de queue sur le côté gauche plus efficace ; ce rotor sera monté sur toutes les versions suivantes du Mi-24. Modifications mineures : antenne de l'IFF SRO-2M Khrom Odd Rods déplacée sur le radiateur d'huile, échappement de l'APU allongée et courbée vers le bas, sept nervures de rigidification ajoutées sur le fuselage près des ailes.

La production des Mi-24 avec cockpit anguleux fut d'environ 240 appareils et prit fin en 1974.

  • Mi-24D (Izdéliyé 246) Hind-D : version intermédiaire en attente du Mi-24V (le missile 9M114 [AT-6 Spiral] n'était pas opérationnel). Optimisé pour l'attaque mais conservant la cabine de huit places dans le fuselage ; avant complètement refait avec cockpit biplace en tandem (tireur à l'avant, pilote à l'arrière) dans des cockpits blindés. Système d'armes hérité des Mi-24A/B (pod de visée optronique KPS-53A, longue sonde de données aérodynamiques, tourelle de mitrailleuse USPU-24, missiles 9M17P (AT-2C Swatter) avec système de guidage Falanga-P), possibilité de fixer des réservoirs de carburant largables de 500 litres sur les points d'emport d'armement, train d'atterrissage modifié. Premier vol en 1973. Environ 350 appareils construits.
    • Mi-25 : version export du Mi-24D. Les appareils destinés à l'Afghanistan, l'Angola, à Cuba, à l'Inde et au Pérou (liste non-exhaustive) sont de ce type.
    • Mi-24DU (Izdéliyé 249) : version d'entraînement à double commande et sans tourelle mitrailleuse.
    • Mi-24PTRK : banc d'essais en vol pour le système de tir 9K113 Shturm-V pour le missile 9M114.
Mil Mi-24 de l'armée polonaise.
  • Mi-24V (Izdéliyé 242) Hind-E : version spécialisée dans le combat (bien que le compartiment à passagers soit conservé). Moteurs TV3-117V améliorés de 2 190 ch, utilisés avec des filtres PZU depuis 1981 et des disperseurs d'infrarouges à partir de 1984 (surtout en Afghanistan) ; de plus un brouilleur IR L-166V-11E Ispanka ou SOEP-V1A Lipa est monté à l'arrière des moteurs. Sur les derniers appareils, montage du détecteur de radar L-006LM Beryoza et remplacement de l'IFF par le SRO-1P Parol ; montage des radios VHF R-863 et R-828. Viseur ASP-17V pour le pilote, HUD pour le tireur ; système de guidage 9K113 Shturm-V des missiles plus volumineux sous le cockpit combiné aux missiles 9M114 (AT-6 Spiral). Utilisation possible de missiles air-air R-60 (AA-8 Aphid), mais leurs faibles performances contre des objectifs à basse altitude à émissions IR limitées (en fait les adversaires aériens que le Hind pourrait rencontrer en opération) fit qu'ils n'ont pas armé les Mi-24 dans les unités. Toutefois, après l'atterrissage du pilote allemand Mathias Rust en Cessna sur la Place Rouge à Moscou le 28 mai 1987, des unités de Mi-24V ont été équipées de R-60 et utilisées pour l'interception de cibles venant de la Baltique à basse altitude. Les livraisons de l'appareil ont commencé le 29 mars 1976 ; environ 1 000 appareils ont été produits aux usines d'Arseniev et de Rostov-sur-le-Don de 1976 à 1986.
    • Mi-35 : version export
    • Mi-24VD (D pour Dorabotanni, Terminator) : banc d'essais en vol produit en 1985 pour tester un armement tirant vers l'arrière. En effet, en Afghanistan les Mi-24 avaient pour tactique de foncer sur leur objectif en le mitraillant, puis le dépasser, faire demi-tour et recommencer. Les moudjahidines avaient tendance à se mettre à couvert pendant la phase de tir pour ensuite tirer sur le Mi-24 lorsqu'il les avait dépassés. Des mitrailleuses pointées vers l'arrière avaient été bricolées dans les unités. Le Mi-24VD avait une gondole avec des mitrailleuses Outyos NSVT de 12,7 mm a été installée à l'arrière de la baie arrière à avionique. Le mitrailleur devait entrer dans la tourelle en vol, les jambes se plaçaient dans un "pantalon" en toile caoutchoutée et pendaient dans le vide. Le projet a été abandonné en 1986.
    • Mi-24VP' Hind-E Mod. : version avec canon bitube 23 mm en tourelle mobile, pour remplacer Mi-24P, mais seuls 25 exemplaires produits.
  • Mi-24P (P pour Pushka, canon; Izdelie 243) Hind-F : version développée à partir de 1974 avec un canon bitube GSh-30K de 30 mm avec 750 obus, fixé sur le côté droit, 20 roquettes de 122 mm S-13 et quatre missile Kokon (AT-6 Spiral). Environ 620 exemplaires produits de 1981 à 1989.
    • Mi-35P : version export
    • Mi-24PS : version spéciale pour le ministère de l'intérieur russe
    • Mi-24G : version avec canon déplacé
    • Mi-24PN : version modernisée par Rosvertol du Mi-24P, doté de capacités d'attaques nocturne, d'un FLIR Zarevo, d'un nouveau système d'arme BREO-24 et d'une nouvelle avionique. Il peut être armé des missiles anti-char Shturm et Ataka, de roquette et d'un canon bitube de 23 mm. Les premiers appareils ont équipé l'armée russe début 2004.
  • Mi-24KhRK Hind-G1
    • Mi-24RA Hind-G1 Mod.
  • Mi-24K Hind-G2 : Version équipée de caméras. Environ 120 furent produits.
  • Mi-24BMT : version utilisée pour le déminage

Mises à jour[modifier | modifier le code]

Mitrailleuse multitubes Yakushev-Borzov YakB de 12,7 mm à l'avant d'un Mi-24
  • Mil M-24VM (export Mi-35M) Hind-J
    • Mil M-24VK-1
    • Mil M-24VK-2
    • Mil Mi-35M. Version export. Fin octobre 2008 le Brésil a signé avec l'agence moscovite Rosoboronexport un contrat d'environ 300 millions U$D, pourtant sur l'achat de 12 Mil Mi-35M (préféré à l'Agusta-Westland AW129), désigné localement AH-2 Sabre, un lot important de pièces détachées, d'armements et une assistance à la formation des équipages. C'est la première vente de matériel de combat réalisée par la Russie au Brésil. L'avionique sera fournie par la firme israélienne Elbit Systems.
  • Tamam Mi-24 HMOSP "Mission-24" : nouvelle avionique compatible avec armements occidentaux
  • ATE (Advanced Technologies and Engineering) Mi-24MKIII et Mi-35MKIII "Super-Hind" : canon monotube
  • Sagem

Engagement dans des conflits[modifier | modifier le code]

Guerre de l'Ogaden

La guerre de l'Ogaden (1977-1978) fut la première utilisation du Mi-24 dans un conflit armé. L'Éthiopie engagea ses Mi-24 contre la Somalie. Les hélicoptères faisaient partie d'un envoi massif d'équipement militaire par l'Union soviétique.

Guerre entre le Cambodge et le Viêt Nam

En 1978, les Mi-24A de l'armée de l'air du Viêt Nam attaquèrent les postes et installations des Khmers rouges au Cambodge. Les frappes continuèrent jusqu'en 1986, année durant laquelle les forces khmères furent repoussées jusqu'à la frontière thaïlandaise.

Un Mi-35 Hind de la force aérienne afghane durant une sortie d'entraînement en 2009
Guerre d'Afghanistan

Entre 1979 et 1989, le Mi-24 fut énormément utilisé en Afghanistan par les forces soviétiques. Sa puissance de frappe était déployée pour détruire les postes des combattants afghans. Mais la livraison par les États-Unis de missiles Stinger aux Moudjahiddin rendit les Mi-24 et les Mi-8 beaucoup plus vulnérables.

Les pertes s'élevèrent à 333 hélicoptères Mi-24 lors des opérations aériennes. Un nombre inconnu d'appareils furent perdus suite à des tirs depuis le sol. Le cockpit était fortement blindé et pouvait même supporter des projectiles d'un calibre .50 (12,7 mm), mais l'arrière de l'appareil était nettement plus vulnérable.

Les missiles Stinger étant guidés par la chaleur, ils atteignaient l'échappement situé au-dessous du rotor ce qui provoquait la désintégration quasi-immédiate de l'appareil. Des contre-mesures et un système de détection de missiles furent ajoutés par la suite dans tous les appareils soviétiques (Mi-4, Mi-8 et Mi-24).

Les combattants afghans surnommaient le Mi-24, le « char du diable ».

Après l'intervention américaine en Afghanistan, l'International Security Assistance Force (ISAF) a estimé que le Mi-24 était pourtant l'appareil le plus adapté aux besoins de l'Afghan Air Corps. Aux 12 appareils en service à l'automne 2008 se sont ajoutés 6 appareils provenant des surplus tchèques livrés à Kaboul le 1er décembre 2008[1].

Guerre Iran-Irak

L'armée irakienne était pourvue de Mi-24 qui attaquèrent les positions terrestres des troupes iraniennes. Ce conflit fut le théâtre des uniques batailles aériennes officielles de l'histoire entre deux flottes ennemies d'hélicoptères : les Mi-24 du côté irakien et les AH-1J SeaCobras acheté au temps du Shah du côté iranien. Ces combats eurent lieu à plusieurs reprises mais les résultats sont contestés.

Dans un document nommé AH-1W Air Combat Maneuver Training -- Why It Must Be Reinstated [2] datant de 1992, le Major R. M. Brady indique que les hélicoptères iraniens attaquèrent des Mi-8 et des Mi-24. Dans le même document, il est mentionné que les pilotes iraniens l'emportèrent largement avec un rapport de 10 appareils ennemis abattus pour 1 appareil perdu.

Il semble que lors de cette guerre, un Mi-24 irakien a abattu un F-4 Phantom II iranien avec un missile antichar.

Guerre civile au Nicaragua

Au début des années 1980, les Mi-24 furent utilisés par l'armée sandiniste au Nicaragua.

Guerre civile du Sri Lanka

La force indienne de maintien de la paix (1987-1990) au Sri Lanka était composée de Mi-24 qui permirent de détruire et limiter l'expansion des troupes tamouls. Depuis 1991 et jusqu'à ce jour, l'armée aérienne du Sri Lanka utilise des Mi-24/35P et des Mi-24V/35. Ils ont été mis à jour avec du matériel électronique israélien.

Guerre du Golfe

Pendant l'invasion du Koweït par l'Irak, une partie des Mi-24 irakiens furent déployés. Saddam Hussein ne lança pas l'ensemble de ses effectifs afin de rester au pouvoir et de disposer d'une armée de l'air suffisante. Des hélicoptères furent envoyés près de la frontière iranienne, avec d'autres appareils irakiens, dans l'espoir d'éviter des frappes aériennes. Mais les Iraniens s'emparèrent de cette flotte clouée au sol et l'utilisèrent dans leur propre armée. Les appareils survivants servirent ensuite contre l'insurrection en Irak de 1991.

Croatie

Ils furent utilisés durant l'opération Tempête en 1995, mais avaient déjà été employés en Croatie en 1993.

Macédoine

Entre février et août 2001, l'armée de Macédoine a utilisé ses Mi-24V (fournis par l'Ukraine) contre les combattants indépendantistes de sa minorité albanaise.

Tchétchénie

Pendant la première et la seconde guerre en Tchétchénie, les Mi-24 russes subirent des pertes importantes. Plus vulnérables aux tactiques de guérilla des combattants tchétchènes, on suppose qu'une dizaine d'hélicoptères furent abattus ou s'écrasèrent. Ces pertes seraient en partie dues au mauvais entretien d'une flotte peu à peu obsolète face à l'armement anti-aérien moderne.

Soudan

En 1995, les forces aériennes soudanaises firent l'acquisition de 6 Mi-24. Ils furent utilisés dans le sud du pays et dans les montagnes nubiennes contre le SPLA. Au moins deux appareils furent détruits en dehors des combats pendant la première année de l'engagement mais pourraient avoir été remplacés.

Douze autres exemplaires furent livrés en 2001 et utilisés de manière intensive dans les champs pétroliers du sud. Ils ont également été engagés dans le conflit du Darfour dès 2004.

Congo

L'armée de l'air indienne engagea ses Mi-25/35 dans la mission de maintien de la paix de l'ONU en République démocratique du Congo.

Guerre en Irak

Les troupes polonaises utilisent six Mi-24D depuis novembre 2004. L'un des appareils s'est écrasé le 18 juillet 2006 dans une base aérienne à Al Diwaniyah. Après la fin de sa mission, la Pologne va probablement céder ses appareils à la nouvelle armée irakienne.

Tchad

Les troupes terrestres du président Idriss Déby dans la guerre civile tchadienne bénéficiaient en juin 2008 du support d'hélicoptères dont deux Mi-24/35 pilotés par des mercenaires, la logistique étant en partie assurée par des tchadiens. L'un d'eux se pose en catastrophe le 12 juin, brisant son rotor[3],[4].

Côte d'Ivoire

Apres l'éclatement de la rébellion en septembre 2002, le gouvernement en novembre de la même année se dote d'armes parmi lesquelles des Mi-24, manœuvrés par des pilotes biélorusses et sud africains. Le 6 novembre 2004, ces hélicoptères sont neutralisés sur la base de Yamoussoukro, après l'attaque par des Soukhoï Su-25 ivoiriens qui ont tiré sur un camp militaire de la force d'interposition française à Bouaké opérant dans cadre de l'opération Licorne, tuant 9 soldats Français et 1 Américain et en blessant 37 autres. L'armée française a immédiatement réagi en neutralisant l'ensemble des forces aériennes ivoiriennes, soit plusieurs Mi-24/35 et deux Soukhoï Su-25 [5].

Ukraine

Des Mi-24 ont été utilisé par l'armée ukrainienne dans un assaut sur la ville de Slaviansk le 2 mai 2014 dans le cadre du soulèvement pro-russe de 2014 en Ukraine. 3 d'entre eux ont été abattus pas les séparatistes pro-russes.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Culture Populaire[modifier | modifier le code]

Le Hind est apparu dans plusieurs jeux vidéo :

Des recréations plus ou moins réussies du Hind sont apparues dans plusieurs films américains, l'une des exceptions étant Die Hard : Belle journée pour mourir, qui met en scène un véritable Hind. Les films d'origine russe mettent également en scène de véritables Hinds.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.flightglobal.com/articles/2008/12/04/319738/picture-afghan-army-accepts-donated-mi-24-attack-helicopters.html
  2. R.M. Brady;AH-1W Air Combat Maneuver Training -- Why It Must Be Reinstated(en); www.globalsecurity.org
  3. Attrition, Air Forces Monthly, ISSN 0955 7091, août 2008, p. 86 et septembre 2008, p. 92
  4. Marc Chassillan, la force aérienne tchadienne, Air Fan no 357, ISSN 0223-0038, août 2008, pages 36 à 41
  5. http://www.jeuneafrique.com/Chronologie-pays_62_C%C3%B4te%20d%27Ivoire
  6. « Le Brésil a reçu ses derniers Mi-35M », sur Info-aviation,‎ 9 décembre 2014
  7. (en) Santiago Rivas, « Brazilian Air Power », Combat Aircraft Monthly, vol. 13, no 5,‎ mai 2012, p. 53
  8. « Le Pakistan négocie l’achat de Mi-35 », sur info-aviation,‎ 17 novembre 2014
  9. (en)« Peru Gets Upgraded Mi-25 Gunships to Boost Drug Fight », sur Ria Novosti,‎ 20 octobre 2012 (consulté le 22 octobre 2012)
  10. « Sagem va moderniser les Mi-24 ukrainiens », sur Journal de l'Aviation,‎ 25 juillet 2012 (consulté le 22 octobre 2012)

L'encyclopédie des armes, Éditions Atlas

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]