Force aérienne afghane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Afghan Hauai Quvah
Image illustrative de l'article Force aérienne afghane

Période 22 août 1924 - 1929
1937 - 2001
2005 - présent
Pays Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan
Allégeance Président d'Afghanistan
Type Force aérienne
Rôle Défense aérienne
Appui aérien rapproché
Effectif 5 000 personnes
Fait partie de Forces armées afghanes
Ancienne dénomination Afghan Melli-e Ourdou
Surnom AAF
Équipement ~ 100 aéronefs
Guerres Guerre d'Afghanistan (1979-1989)
Guerre d'Afghanistan (2001)
Commandant Lieutenant-général Mohammad Dawran

La Force aérienne afghane (Pachto: دافغانستان هوائی قوا, Dari : قوای هوائی افغانستان, Anglais : Afghan Air Force ou AAF), est l'une des branches des forces armées afghanes, responsable de la défense aérienne du territoire afghan. Elle est divisée en trois escadres, avec la 1re escadre de Kaboul, la 2e escadre de Kandahar et la 3e escadre de Shindand. Le centre de commandement de la force aérienne afghane est situé sur l'aéroport international de Kaboul et la base aérienne de Shindand dans la province de Hérât sert de terrain d'entraînement principal.

Elle est officiellement créée en 1924 et, pour la plupart de son histoire, a fonctionné comme un service aérien de petite taille mais séparés. La principale exception fut dans les années 1980 lorsque les Soviétiques mirent en place la Force aérienne de la République démocratique d'Afghanistan, afin de vaincre l'insurrection moudjahidine et dans l'espoir que la branche aérienne afghane préserve le gouvernement pro-soviétique de Mohammed Nadjibullah.

En 1992, l'effondrement du gouvernement de Najibullah et la poursuite des conflits en une guerre civile entre plusieurs factions moudjahidines en compétition, tout au long du reste de la décennie, a réduit la branche aérienne afghane à une force très faible avec des capacités minimales. C'est en automne 2001, lors de la campagne de bombardement de la coalition sur l'Afghanistan, que la plupart de ce qui restait des forces aériennes d'Afghanistan furent neutralisées. Celle-ci put renaître de ses cendres quelques années après, en 2005, grâce notamment à l'aide de l'OTAN et de l'ISAF, mais aussi des États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'aviation militaire afghane a commencé le 22 août 1924, mais la plupart des avions afghans seront détruits pendant la guerre civile qui avait commencé en décembre 1928. Avant 1937, un sérieux plan de reconstruction commença. Ainsi, de la fin des années 1930 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, les aéronefs Hawker Hind et italien IMAM Ro.37 constituèrent le gros de la force aérienne afghane. Le Hawker Hind est resté dans l'inventaire de l'Afghanistan jusqu'en 1957. En 1947, l'armée de l'air fut rebaptisée la Royal Afghan Air Force, un nom qu'elle conserva jusqu'aux bouleversements politiques de 1973.

Chasseurs MiG-15 afghans et bombardiers Il-28 en 1959.

En 1960, l'armée de l'air afghane était composée d'environ 100 avions de combat, y compris les chasseurs MiG-15, les bombardiers légers Il-28, quelques avions de transports et hélicoptères. Également à cette époque, un petit nombre de pilotes afghans étaient en cours de formation de pilote de premier cycle aux États-Unis, d'autres ont suivi une formation en Union soviétique, en Inde et dans plusieurs pays européens. En 1973, le roi Zaher Shah est renversé par Mohammed Daoud Khan. Durant ses cinq années au pouvoir, jusqu'au coup d'État communiste de 1978, Daoud comptait sur l'aide soviétique pour améliorer les capacités et augmenter la puissance de l'armée de l'air afghane, l'introduction de nouveaux modèles de construction soviétique MiG-21, An-24 et An-26. Pourtant, du début jusqu'au milieu des années 1970, la force aérienne est restée relativement faible qu'après l'invasion soviétique de l'Afghanistan de 1979-80, destinée à soutenir le régime communiste afghan contre une insurrection croissante. Bien que la force aérienne de l'Afghanistan était équipée d'un large inventaire - sans doute près de 400 avions dans le milieu des années 1980 - beaucoup d'entre eux ont été pilotés et entretenus par des "conseillers" de la Tchécoslovaquie et de Cuba. Dans de nombreux cas, les Soviétiques ont été réticents à confier aux pilotes afghans les derniers modèles d'avions ou des missions de haute priorité et, en effet, un certain nombre de pilotes afghans ont été tout aussi réticents à mener des frappes aériennes contre leurs compatriotes.

La force aérienne afghane était à son apogée dans les années 1980 et début 1990, produisant une certaine inquiétude de la part des pays voisins. Le service aérien comptait au moins 7000 personnes, et plus de 5000 conseillers étrangers. Elle possédait au moins 240 avions de combat à voilure fixe (avions de chasse, des chasseurs-bombardiers, bombardiers légers), 150 hélicoptères, et peut-être 40 ou plus de transport Antonov de divers modèles. Au milieu de la guerre, selon une estimation de la puissance aérienne en Afghanistan, celle-ci a énuméré les inventaires suivants:

Formatrice afghane.

De plus, la force aérienne afghane exploita probablement quelque 40 avions de transport ou plus, dont les An-26, An-24 et An-2.

Une autre estimation de 1988 a dressé un tableau plus détaillé de la force aérienne en Afghanistan[3] :

  • 322e régiment aérien, base aérienne de Bagram, trois escadrons de chasse de 40 MiG-21.
  • 321e régiment aérien, base aérienne de Bagram, trois escadrons de chasse/bombardier de Su-7/Su-22.
  • 393e régiment aérien, base aérienne de Dehdadi, trois escadrons de chasse/bombardier de MiG-17.
  • 355e régiment aérien, base aérienne de Shindand, trois escadrons de bombardiers de Il-28 et un escadron de chasse/bombardier de MiG-17.
  • 377e régiment aérien, aéroport de Kaboul, trois escadrons d'hélicoptères de Mi-4, Mi-6, et Mi-8 avec un escadron de Mi-8 détachée à Shindand.
  • 232e régiment aérien, aéroport de Kaboul, quatre escadrons d'hélicoptères de Mi-25 et Mi-17.
  • ?e régiment aérien, aéroport de Kaboul, deux escadrons de transport de An-2 & An-26/30, et un escadron de transport VIP avec un Il-18 et 12 An-14.
  • deux escadrons d'hélicoptères d'attaque Mi-24 à Jalalabad et Kaboul.
  • Académie de la force aérienne, Kaboul, Yak-18 et L-39.
  • Forces de défense aérienne composée de deux régiments SAM à Kaboul, un bataillon à Kandahar, et un régiment de radar à Kaboul.

Après le retrait soviétique et le départ des conseillers étrangers, l'armée de l'air a diminué en termes de capacité opérationnelle. Avec la chute du gouvernement Najibullah en 1992, le personnel aérien a fortement diminué, au lieu de la rupture des différentes factions moudjahidin dans la guerre civile. À la fin des années 1990, le gouvernement taliban contrôlait la majeure partie de l'inventaire des aéronefs restants, tandis que l'Alliance du Nord afghane a exploité un petit nombre d'hélicoptères et quelques autres avions de transport. Avec l'effondrement des systèmes logistiques, la « cannibalisation » de survie des cellules d'aéronef a été généralisée. En automne 2001, les opérations de la coalition ont détruit la plupart des avions afghans restants. En 2005, avec l'aide de l'OTAN et de l'ISAF, l'armée de l'air afghane fut recréée sous la dénomination Afghan Melli-e Ourdou. Ainsi, grâce au soutien financier de l'US Air Force, elle put réacquérir de nouveaux hélicoptères et avions de transport.

L'hélicoptère et l'Afghanistan[modifier | modifier le code]

Mi-35 survolant le désert afghan

L'hélicoptère d'attaque Mil Mi-24 a une longue histoire en Afghanistan. L'aéronef a été intensivement exploité pendant l'invasion soviétique de l'Afghanistan, principalement pour attaquer les combattants moudjahidins, le bétail et des villages dans le cadre de la politique soviétique de la "terre brûlée".

À partir de 1986, les États-Unis fournirent aux moudjahidins, des lances-missiles sol-air, Stinger. Dans la première utilisation du Stinger en Afghanistan, des combattants moudjahidins abattirent trois des huit Mi-24 soviétiques qui approchaient de l'aérodrome de Jalalabad, un après-midi de septembre. Certains historiens soulignent cet événement de 1986 comme le point tournant de la guerre. Les pilotes soviétiques et afghans décidèrent de voler à une altitude où ils seraient moins vulnérables aux missiles, mais aussi moins efficaces dans des attaques au sol. Le Hind fut employé pendant toute la guerre et même appelé à exercer sa puissance dans les hautes montagnes afghanes, où la densité de l'air élevée est problématique pour les hélicoptères.

Globalement, le Hind révélé efficace et très fiable, a gagné le respect des pilotes soviétiques et afghans ainsi que les Afghans ordinaires à travers le pays. Les moudjahidins ont surnommé le Mi-24, le Chariot du Diable en raison de sa réputation. Depuis la fin de la guerre afghano-soviétique, la guerre civile des années 1990, après les attentats du 11 septembre 2001 et des opérations de la coalition, l'AAF opère à nouveau sur le Hind, la version export qui est désignée le Mi-25, avec 9 exemplaires en service en 2010 dont 6 donnés par la république tchèque. En août 2009, ces Mi-25 ont atteint leur capacité opérationnelle initiale en termes d'attaque au sol.

Mais le principal hélicoptère utilisé par les forces afghanes est le Mil Mi-8 puis son successeur le Mil Mi-17; 65 ont été acquis par l'Afghanistan, avec des livraisons de 30 Mi-8 en 1971, et 35 Mi-17 en 1987. Dans les années 2000, 14 Mi-17 arrivés en provenance de Slovaquie, République tchèque et les Émirats Arabes Unies et un contrat passé par l'armée de terre des États-Unis en mai 2011 porte sur la livraison de 21 hélicoptères de transport Mi-17B5 entre 2011 et 2011 par la Russie[4].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

En janvier 2008, le président Hamid Karzaï déclara que la force aérienne de son pays s'était réincarnée après avoir inauguré son nouveau siège à l'aéroport de Kaboul fraîchement équipée de nouveaux avions. L'armée avait reçu 26 aéronefs neufs ou rénovés, dont des hélicoptères de combat, donnés par la République Tchèque. Avec l'argent des États-Unis, le gouvernement a également acquis des hélicoptères de transport et avions militaires ukrainiens[5].

Tireur latéral d'un Mi-17 Hip de l'AAF.

En mars 2011, l'armée de l'air afghane comptait 44 aéronefs à voilure tournante et 13 à voilure fixe en état de fonctionner. En vertu d'une relation de partenariat entre le commandement américain, celui de l'entraînement aérien international de l'OTAN (NATC-A) et de l'AAF, la puissance aérienne en Afghanistan se reconstruit après plusieurs décennies de guerre. Cette reconstruction est en cours sur plusieurs fronts :

  • Infrastructure - récemment ouverte, la zone de cantonnement Nord de l'aéroport international de Kaboul comprend le nouveau siège de l'AAF et la 201e escadre aérienne de Kaboul. Trois escadrons opérationnels, un à voilure fixe, un à voilure tournante et l'escadron de transport aérien présidentielle, y sont logés. En outre, de vastes installations sont en cours de construction sur l'aéroport international de Kandahar.
La sous-lieutenant afghane Niloofar Rhmani est la première femme à avoir réussi la formation de pilote de premier cycle et à gagner le statut de pilote à plus de 30 ans. Elle continuera son service au sein de l'escadre aérienne de Kaboul en tant que pilote sur Cessna 208.
  • Inventaire - en septembre 2009, l'AAF a commencé à recevoir des C-27A Spartan de transports tactiques rénovés et Mi-17V5 hélicoptères de transport. En fin 2011, l'AAF devait posséder 20 Spartan et 35 nouveaux Hip tout en continuant à faire fonctionner les anciens Mi-17 et de retirer la flotte des An-32 vers juin 2011. La croissance future de l'AAF peut dépendre de décisions encore à faire concernant la taille de l'armée nationale afghane qui, à son tour, permettra de déterminer les exigences de l'AAF. Dans un pays qui possède un terrain accidenté et un nombre limité d'options de transport terrestre, l'ANA est fortement tributaire des avions et des voilures tournantes pour le transport aérien de soldats et de fournitures, l'évacuation médicale, et le transport de restes humains. Le gouvernement afghan s'est également appuyé sur l'AAF pour le transport du matériel électoral pendant l'élection présidentielle de 2009. Bien qu'actuellement le Mi-35 offre une capacité d'attaque au sol, une décision est attendue prochainement sur l'achat d'avions d’entraînement et d'attaque au sol pour sa force aérienne. 18 Pilatus PC-12/47E destinés aux forces spéciales afghanes sont commandés par l'USAF en octobre 2012 pour 218 millions de dollars américains[6]. Les G.222 étant finalement retirés du service en 2012, l'US Air Force déclare que l'AAF recevrait 4 C-130H Hercules[7].
Chargement d'urnes à bord d'un hélicoptère Mi-17 lors de la préparation du scrutin. D'autres urnes ont été transportées par 3 000 ânes
  • Formation - en mai 2009, pour la première fois depuis plusieurs décennies, un certain nombre de pilotes afghans et de candidats-pilotes voyagèrent aux États-Unis dans le cadre de la formation linguistique en anglais, pour suivre une formation aux instruments pour les pilotes afghans et la formation de premier cycle pour les candidats-pilotes. Ce fut le début d'une initiative qui, dans les prochaines années, devrait permettre de produire un petit groupe de pilotes afghans expérimentés qui serviront comme l'épine dorsale du service aérien de l'Afghanistan pour la prochaine génération. D'autres programmes du NATC-A incluent l'apprentissage de la langue anglaise et des cours techniques pour le personnel de l'AAF dans différentes spécialités, comprenant la maintenance des aéronefs, la logistique, les communications, et l'ingénierie. En juin 2009, le corps aérien comptait environ 2400 personnes avec un effectif prévu à 7400 membres dans quelques années[8]. D'ici la fin de l'année 2011, la force aérienne afghane devrait compter un total de 4900 aviateurs ou personnel au sol[9].

En 2010, sur ordre du président afghan, Hamid Karzai, le Corps aérien de l'armée nationale afghane (Afghan Melli-e Ourdou) est renommé Afghan Air Force (AAF) et comptait un effectif de 4 900 aviateurs[10].

Il est prévu qu'en 2016, cette force aérienne soit complètement opérationnelle et dispose de 7 000 personnes et d'environ 120 aéronefs[11].

Anciennes dénominations et cocardes[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1924, l'armée de l'air afghane a changé plusieurs fois sa dénomination ainsi que sa cocarde.

Dénomination Cocarde Années
Afghan Military Air Arm Roundel of Afghanistan Air Force (1924-1929).svg 1924-1929
Afghan Hawa-e Ourdou Roundel of the Afghan Air Force (1937-1947).svg 1937-1947
Royal Afghan Air Force
De Afghan Hanoi Quirah
Roundel of the Afghan Air Force (1948-1979).svg 1948-1973
1973-1979
De Afghan Hawa-e Quvah Afghanistan-roundel02.svg 1980-1983
De Afghan Hanoi Quirah Roundel of the Afghan Air Force (1983-1992).svg 1983-1992
Afghan Melli-e Ourdou
Afghan Hauai Quvah
Afghan National Army emblem.svg 2005-2009
2010-?

Organisation[modifier | modifier le code]

En juin 2012, la force aérienne afghane possédait 96 aéronefs militaires et environ 5 600 hommes et femmes. Sa force est divisée en 3 escadres :

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Inventaire de la force aérienne afghane en 2013 :

Antonov 26 et un Mi-17 Hip en arrière plan
Mi-35 Hind piloté par le major hongrois Bela Lazar, OMLT auprès de l'AAF, et par le capitaine afghan Gholar Mohaiudin, en mai 2011.
Aéronefs Origine Type En service Versions Notes
Avion-école
Aero L-39 Albatros Drapeau de la République tchèque République tchèque Avion d'entraînement

Attaque légère

3 L-39C Opérationnels mais non utilisés.
Embraer EMB 314 Drapeau du Brésil Brésil Avion d'entraînement
Attaque au sol
0(+20) A-29 Devraient être livrés à partir d'avril 2015[12].
Cessna 182 Drapeau des États-Unis États-Unis Formation élémentaire 6 C182T Livrés en septembre 2011.
Hélicoptère
Mil Mi-24 Drapeau de l’URSS Union soviétique Hélicoptère de combat 11 Mi-35
Mil Mi-17 Drapeau de l’URSS Union soviétique
Drapeau de la Russie Russie
Hélicoptère de transport
Attaque légère
52(+6) Mi-17DV
Mi-17v5
Hughes MD 500 Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère utilitaire léger
Hélicoptère d'entraînement
6(+54) MD 530F
Avion de transport
Lockheed C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport 2(+2) C-130H Les 2 C-130H supplémentaires seront livrés en 2014[13]
Cessna 208 Caravan[14] Drapeau des États-Unis États-Unis Transport léger
Voilure fixe à formation avancée
26 C208B Tous ont été livrés en janvier 2013[15].
Pilatus PC-12 Drapeau de la Suisse Suisse Transport léger
Opération spéciale
2(+16) PC-12NG

Aero L-39 Albatros[modifier | modifier le code]

2 des 3 L-39C Albatros de l'ANAAC

L'école de pilotage de Sherpur aurait reçu 26 avion d'entraînement d'origine tchèque L-39C Albatros entre 1977 et 1984. Mais 3 seulement semblaient encore en service fin 2006. Aujourd'hui, ils sont exclusivement réservés au cérémonies. Deux propositions pour l'achat d'une vingtaine d'avions de combat L-159A ou AMX International AMX d'occasion ont été faites au gouvernement afghan fin 2009.

Aeritalia C27A[modifier | modifier le code]

L'USAF a acheté pour 287 millions de dollars 18 C27A des surplus de l'Aeronautica militare italienne qui doivent être livrés à Kaboul. Ils transitent par le 438th Air Expeditionnary Advisory Wing, l'unité chargée de la formation des équipages et de la reconstitution des forces aériennes afghanes avant leur mise en service en Afghanistan. En septembre 2010, six C27A étaient en service dans l'ANAAC. Les livraisons ont commencé en 2009 et devaient se terminer en 2011.

Très peu opérationnels, ils sont mis au rebut en décembre 2012 et seront remplacés par 4 C-130H Hercules[13].

Installations[modifier | modifier le code]

Base Operateur Description
Aéroport international de Kaboul (OAKB) ISAF-Logo.svg FIAS L'aéroport est la principale plaque tournante pour les vols internationaux civils. Elle sert d'état-major à la force aérienne afghane et accueille la 1re escadre aérienne et est également utilisé par la FIAS et les États-Unis.
Aéroport international de Kandahar (OAKN) ISAF-Logo.svg FIAS Construit par les États-Unis autour de 1960, Kandahar est un aéroport à double usage servant au trafic civil et au soutien militaire pour les parties méridionale et centrale du pays. Kandahar a été un centre majeur pour les forces américaines et canadiennes vers la mi-2009 a été l'objet d'une importante accumulation de forces de la coalition. Elle accueille la 2de escadre.
Base aérienne de Shindand (OASD) Drapeau : Afghanistan Ministère afghan des transports et de l'aviation civile Base de la 3e escadre, Shindand est la deuxième plus grande base aérienne militaire dans le pays. Située juste au sud de Herat, elle comprend d'importants abris d'avions militaires et d'installations. Son emplacement fait un candidat de choix comme une base d'entraînement pour l'AAF.
Base aérienne de Bagram (OAIX) Drapeau : États-Unis United States Armed Forces Bagram est la plus grande base aérienne purement militaire en Afghanistan. Elle est actuellement un centre principal des États-Unis et des forces alliées pour le fret en hélicoptère, et les vols de soutien. Construit par les Soviétiques dans les années 1950, elle possède une piste de 3 000 mètres capable d'accueillir des bombardiers lourds et des avions-cargos.
Aérop ort de Mazar-e-Charif (OAMS) ISAF-Logo.svg FIAS / Drapeau : Afghanistan Ministère afghan des transports et de l'aviation civile Mazar-e-Sharif est un aéroport à double usage servant aux régions nord et centre du pays. Un petit contingent américain a été basée là-bas.
Camp Bastion (OAZI) Flag of the United Kingdom.svg Forces armées britanniques Situé au nord-ouest de Lashkar Gah, avec une piste de 3 500 m en asphalte, c'est un aéroport à double usage servant la province d'Helmand et les zones avoisinantes. Le camp américain Leatherneck est situé à côté de l'aéroport.
Aéroport d'Hérat (OAHR) Drapeau : États-Unis United States Air Force Herat est le principal aéroport civil pour la partie occidentale du pays, mais abrite également des avions militaires.

Un certain nombre de petits aérodromes existent dans le pays :

  • Bâmiyân (OABN) - unique piste de 2 595 mètres en gravier (07/25)
  • Bost (OABT) - unique piste de 2 108 mètres en gravier (01/19)
  • Chaghcharan (OACC) - unique piste de 1 524 mètres en gravier (06/24)
  • Farah (OAFR) - unique piste de 2 042 mètres en béton (14/32)
  • Fayzabad (OAFZ) - unique piste de 1 876 mètres (16/34)
  • Ghazni (OAGN) - unique piste de 304 mètres (15/33)
  • Jalalabad (OAJL) - unique piste de 2 218 mètres en asphalte (13/31)
  • Khost (OAKS) - unique piste de 2 684 mètres en gravier (06/24)
  • Kondôz (OAUZ) - unique piste de 2 576 mètres en gravier (14/32)
  • Khwahan (OAHN) - unique piste de 992 mètres en gravier (17/35)
  • Maïmana (OAMN) - unique piste de 1 288 mètres en gravier (14/32)
  • Nili (OANL) - unique piste de 731 mètres en gravier (18/36)
  • Qala i Naw (OAQN) - unique piste de 2 127 mètres en béton (22/04)
  • Sheberghan (OASG) - deux pistes parallèles (06/24) de 2 621 mètres en asphalte et de 2 115 mètres en gravier
  • Sheghnan (OASN) - unique piste de 803 mètres en gravier (16/34)
  • Tâloqân (OATQ) - unique piste de 1 574 mètres en gravier (08/26)
  • Tarin Kôt (OATN) - unique piste de 1 830 mètres en gravier (12/30)
  • Teh Wareh (OATW) - unique piste de 594 mètres en gravier (18/36)
  • Yangi Qala (OAYQ) - unique piste de 652 mètres en gravier (03/21)
  • Zarandj (OAZJ) - unique piste de 1 981 mètres en gravier (16/34)

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Flight magazine 1990 or The Encyclopaedia of World Air Forces
  2. Orbis Publishing Ltd, 'Sukhoi Su-7 'Fitter' - Soviet Sledgehammer, 'Warplane, Vol. 2, Issue 21, p. 413
  3. (en) Mark Urban, War in Afghanistan, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, MacMillian Press,‎ 1988, relié (ISBN 978-0-333-43263-1), p. 225–226
  4. « Hélicoptères russes pour l'Afghanistan: Moscou et Washington signent le contrat », Voix de la Russie,‎ 27 mai 2011 (consulté le 27 mai 2011)
  5. (en) « Afghanistan air force is 'reborn' »
  6. Philippe Chapleau, « Des Pilatus pour les FS d'Afghanistan: le Pentagone commande 18 avions à Sierra Nevada », sur Ouest-France,‎ 17 octobre 2012 (consulté le 17 octobre 2012)
  7. « US Scraps Afghan Cargo Plane Fleet », sur Military.com,‎ 28 décembre 2012 (consulté en 28 décembre 2012)
  8. Department of Defense, Brief with Commander, CAPTF, January 24, 2008; Reuters: U.S. to donate 186 aircraft to Afghanistan by 2012; http://www.longwarjournal.org/archives/2009/02/afghan_national_army.php
  9. http://www.longwarjournal.org/multimedia/ANSF%20OOBpage5-ANAC.pdf
  10. Leese, Capt. Robert. "Afghan National Army Air Corps now Afghan National Army Air Force". US Air Force, 14 juin 2010.
  11. (en) OTAN, « ISAF’s support to the Afghan National Army Air Corps », sur http://www.nato.int/isaf/, OTAN,‎ 29 avril 2009 (consulté le 13 mars 2010)
  12. Aaron Mehta, « Super Tucano Wins Afghanistan Light Air Support Bid », sur DefenseNews,‎ 27 février 2013 (consulté en 22 février 2014)
  13. a et b « US scraps entire fleet of Afghan cargo planes », sur Stars and Stripes,‎ 28 décembre 2012 (consulté le 4 janvier 2013)
  14. Capt. Jamie Humphries, Afghan air force receives first of six new Cessna 208Bs, 438th Air Expeditionary Wing Public Affairs, 24 Oct 2011
  15. (en) Air Forces Monthly, Stamford, Lincolnshire, Key Publishing,‎ January 2013, p. 24