Idriss Déby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idriss Déby Itno
Idriss Déby Itno au 6e Forum mondial de l'Eau
Idriss Déby Itno au 6e Forum mondial de l'Eau
Fonctions
4e président de la République du Tchad
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&0854223 ans, 4 mois et 20 jours)
Élection
Réélection

Premier ministre Jean Alingué Bawoyeu
Joseph Yodoyman
Fidèle Abdelkerim Moungar
Delwa Kassiré Coumakoye
Koibla Djimasta
Nassour Guelendouksia Ouaido
Nagoum Yamassoum
Haroun Kabadi
Moussa Faki
Pascal Yoadimnadji
Adoum Younousmi (par intérim)
Delwa Kassiré Coumakoye
Youssouf Saleh Abbas
Emmanuel Nadingar
Joseph Djimrangar Dadnadji
Kalzeubé Pahimi Deubet
Prédécesseur Lui-même
(président du Conseil d'État)
Président du Conseil d'État de
la République du Tchad
Prédécesseur Hissène Habré
Successeur Lui-même
(président de la République)
Biographie
Nom de naissance Idriss Déby
Date de naissance 1952 (61–62 ans)
Lieu de naissance Berdoba (Tchad)
Nationalité tchadienne
Parti politique Mouvement patriotique du Salut
Conjoint Hadja Halimé
Hinda Acyl Ahmat
Haoua Abderahman Toldjei, Zina Wazouna Ahmed Idriss, Souat Deby,
Enfant(s) Brahim Déby, Adam Déby, Mahamat Déby, Zakaria Déby, Nassour Déby, Seïf-al-salam Déby, Amira Déby, Mahamat saleh Deby, Oumar Déby
Diplômé de Institut aéronautique Armaury-La-Grange (Hazebrouck)
Profession Officier
Religion Islam

Idriss Déby
Présidents de la République du Tchad

Idriss Déby Itno[1], né en 1952 à Berdoba (au sud-est de Fada) est un homme politique tchadien. Le , avec l'appui de la France, il chasse du pouvoir son ancien compagnon d'armes Hissène Habré après une période de lutte armée menée à partir du Soudan et le remplace le 4 décembre avec le titre de président du Conseil d'État. Il est ensuite désigné président de la République du Tchad le après l'adoption de la Charte nationale.

Famille[modifier | modifier le code]

Musulman, fils d'un berger de l'ethnie zaghawa, il est plus précisément bilieda (habitants de la région de Bilia), un sous-groupe des Bideyat, lui-même sous-groupe de la grande ethnie des Zaghawas que l’on trouve des deux côtés de la frontière tchado-soudanaise. Elle est proche de l'ethnie toubou.

Son fils, Brahim Déby (issu de son premier mariage avec Hadja Halimé), qui avait été un temps conseiller de son père, est assassiné le en France, à Courbevoie. Selon la police française, son assassinat n'aurait pas de motivation politique[2].

Le 20 janvier 2012, il épouse Amani Moussa Hilal, fille de Moussa Hilal, chef présumé de la milice janjawid[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son baccalauréat, il entre à l'école d'officiers de Ndjamena puis obtient en 1979 une licence de pilote professionnel en France. De retour au Tchad, il collabore avec Hissène Habré, entré en rébellion en mars 1980 contre Goukouni Oueddei après l’éclatement du Gouvernement national de transition (GUNT) formé cinq mois plus tôt. Habré nomme alors Déby comme commandant en chef des Forces armées du nord (FAN).

Le , Habré entre dans Ndjamena avec Déby à ses côtés, poussant le président Goukouni Oueddei à s'exiler en Algérie. Promu Lieutenant-colonel, il se rend en France où il suit les cours de l'École de guerre inter-armées. De retour au Tchad, il est nommé conseiller d'Habré pour la défense et la sécurité. En 1989, rien ne va plus entre Déby et Habré mais aussi son propre cousin, Hassan Djamous, qui l'a remplacé au poste de commandant en chef et son demi-frère Ibrahim Mahamat Itno, ministre de l'intérieur.

Accusés de complot, les trois hommes prennent la fuite le 1er avril 1989 (cette action est communément appelée l'action du premier avril). Tandis que le colonel Hassan Djamous est blessé et capturé par les hommes de Hissène Habré, et son cousin Ibrahim Mahamat Itno tué, Idriss Déby réussit à gagner la Libye, puis le Soudan où il crée en mars 1990 le mouvement rebelle du Mouvement patriotique du Salut (MPS). Le 1er décembre 1990, ses forces s'emparent de Ndjamena et chassent Habré qui se réfugie au Sénégal. Déby est alors porté à la présidence du Conseil d'État dès le 4 décembre puis désigné président de la République par le MPS, transformé en parti politique, le après l'adoption d'une charte nationale qui accorde tous les pouvoirs au président et reporte à 30 mois l'instauration du multipartisme. Lors de son investiture, il promet la tenue d'une conférence nationale ayant pour tâche principale l'élaboration d'une nouvelle constitution.

Il est élu président pour un premier mandat en 1996 puis pour un second mandat en 2001. Le , treize mouvements politico-militaires et partis politiques s'unissent dans le but de renverser le régime qui se centralise progressivement sur le président[réf. nécessaire]. En 2000, on estime à 25 000 morts le bilan du régime[réf. nécessaire][4].

Le , les députés adoptent une modification constitutionnelle qui lève la limitation des mandats présidentiels auparavant fixée à deux. En mai 2005, les rebelles sont sur le point de renverser le régime mais les forces françaises présentes sur place permettent le retour précipité d'Idriss Déby[réf. nécessaire] qui se trouvait en visite en Guinée équatoriale pour un sommet de la CEMAC. Le 13 avril 2006, les rebelles du FUC (Front Uni pour le Changement) entrent dans Ndjamena et manquent de peu de renverser le regime soutenu par les Français qui tireront sur les éléments du FUC (tir de semonce). Il est réélu pour un troisième mandat le avec 64,67 % des suffrages exprimés[5], un mois après l'attaque manquée menée par le Front uni pour le changement (FUC) du capitaine Mahamat Nour (un des mouvements rebelles en lutte contre le pouvoir) sur N'Djamena le 13 avril.

En février 2008, les rebelles tchadiens du Commandement militaire unifié (CMU) qui est composé du RFC de Timan Erdimi, de l'UFDD de Mahamat Nouri et du CNT de Hassan Al Djineidi lancent une seconde offensive pour prendre N’Djamena. Début février 2008, il a donc de nouveau à faire avec des attaques rebelles sur Ndjamena qui entraînent le rapatriement des expatriés français vers le Gabon et la France. Il subit un revers à la bataille de Massaguet le 1er février et doit repousser l'assaut sur la capitale du 2 au 4 février. Trois fois plus nombreux à s’élancer du Soudan, une fois en ville, les rebelles cernent le palais présidentiel le 2 février. Encerclé dans son palais, le président tchadien appelle plusieurs fois dans la journée le président français à l’aide. Celui-ci lui propose l'exil en territoire français[6]

Le 3 février, l'un des principaux opposants, Ibni Oumar Mahamat Saleh est enlevé à son domicile par les militaires tchadiens[7]. En février 2012, deux des fils de l'opposant disparu déposent plainte en France, et en 2013, un juge d'instruction français a décidé d'enquêter sur sa disparition. C'est contre l'avis du parquet de Paris que ce juge d'instruction avait décidé de le mener. Le ministère public avait donc fait appel de cette décision. Mais finalement la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a donné raison au juge et considéré que les critères juridiques étaient réunis pour autoriser son enquête sur cette disparition[8].

Le , il échappe de justesse à une tentative de renversement et exhorte l'Union européenne de dépêcher au plus tôt la force de paix EUFOR, dont le contingent principal est français[9]

Le , il est réélu pour un quatrième mandat dès le premier tour de l'élection présidentielle par 88,7 % des voix, face à Albert Pahimi Padacké (6 %) et Madou Nadji (5,3 %).

Pour soutenir le colonel Mouammar Kadhafi durant la guerre civile libyenne de 2011, Idriss Déby aurait envoyé des éléments de la garde tchadienne en Libye[10].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a ajouté Itno à son patronyme en janvier 2006.
  2. (en) French charges over Deby killing, BBC News, 29 novembre 2008.
  3. « Soudan - Tchad : le président Idriss Deby Itno épouse la fille du chef des janjawid », sur Jeune Afrique,‎ 21 janvier 2012 (consulté le 24 janvier 2012)
  4. Extraits de témoignages fournis devant la justice française dans l’affaire Déby contre Verschave et Beccaria (audience du 6 mars 2001) [réf. insuffisante]
  5. Sources : Article sur le site du gouvernement du Tchad et Article sur le site droitpublic.net
  6. « Idriss Déby Itno : Le coup de poignard dans le dos de Jean Ping », Afrique Éducation
  7. Conférence de Presse au SÉNAT sur l'affaire IBNI: Ne pas céder à la résignation !
  8. Tchad: l'enquête sur la disparition de l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh relancée, Radio France internationale, 26 juin 2013
  9. « Tchad : Idriss Déby Itno réclame le déploiement urgent de l’Eufor », Reuters,‎ 7 février 2008
  10. « La garde tchadienne au secours du colonel Kadhafi », Le Figaro,‎ 24 février 2011.
  11. Journaldutchad.com, « La dignité de Grand Croix de l’Ordre national du Bénin pour Idriss Déby », sur http://www.journaldutchad.com,‎ 7 juillet 2011 (consulté le 16 mars 2014)
  12. Boris Patinvoh, « Idriss DEBY ITNO élevé à la dignité de "grand croix" de l'ordre national du Bénin », sur http://www.journal-adjinakou-benin.info,‎ Juillet 2011 (consulté le 16 mars 2014)
  13. Ministère des Infrastructures et des Transports du Tchad, « Distinction honorifique du CAMES », sur http://mcie-tchad.com,‎ 23 juillet 2013 (consulté le 16 mars 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :