Tupolev Tu-142

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tu-142
{{#if:
Image illustrative de l'article Tupolev Tu-142

Constructeur Drapeau : URSS Tupolev / Kuibyshev Aviation Plant / Taganrog Machinery Plant
Rôle Avion de patrouille maritime et Lutte anti-sous-marine
Statut fin de production, en service
Premier vol 18 juillet 1968[1]
Mise en service décembre 1972[1]
Date de retrait Toujours en service
Nombre construits 100[2]
Équipage
11-13
Motorisation
Moteur Kuznetsov NK-12MP
Nombre 4
Type Turbopropulseurs
Puissance unitaire 14795
Dimensions
Envergure 50,00 m
Longueur 53,08 m
Hauteur 12,12 m
Surface alaire 311,10 m2
Masses
À vide 90 000 kg
Maximale 185 000 kg
Performances
Vitesse de croisière 711 km/h
Vitesse maximale 925 km/h
Plafond 12 000 m
Rayon d'action 6 500 km

Le Tupolev Tu-142F est une version maritime du Tupolev Tu-95 Bear pour la surveillance côtière et la neutralisation des sous-marins dont il y eut de nombreuses sous-versions. Il a été développé à partir du Tu-95, bombardier stratégique turbopropulsé. Une version spécialisée pour les communications Tu-142MR avait en charge les communication longue distance avec les sous-marins soviétiques lanceurs d'engins. Le Tu-142 a été développé par le bureau d'étude de Tupolev et fabriqué par les usines de Kuibyshev Aviation (en) et le Taganrog Machinery de 1968 à 1994. D'abord en service dans la Marine soviétique puis l'armée de l'air ukrainienne, il sert actuellement dans l'aviation navale russe et l'Indian Navy.

Développé en réponse au programme Polaris américain, le Tu-142 est né de la nécessité d'une plate-forme ASW soviétique viable. Il a succédé au projet mort-né Tu-95PLO, la première tentative de Tupolev à modifier le Tu-95 pour une utilisation maritime. Le Tu-142 diffère du Tu-95 par un fuselage allongé pour accueillir l'équipement spécialisé pour ses rôles ASM et de surveillance, un train renforcé pour supporter un mauvais terrain, améliorations de l'avionique et de l'armement, et des améliorations de performances générales. La capacité du Tu-142 a été progressivement augmentée tandis qu'il était en service, jusqu'au Tu-142MZ, la version finale longue portée du Tu-142 avec une avionique de combat hautement sophistiquée et une grande charge utile . Tupolev a également converti un certain nombre de Tu-142 avec l'avionique (Tu-142MP) et les moteurs (Tu-142LL).

La dernière version disponible à ce jour est le Tupolev tu 142MR, qui est une modernisation de la version F, l'appareil étant chargé d'assurer la communication entre le gouvernement et les sous-marins de la flotte. Il existe d'autres versions qui n'ont pas atteint le stade de la série. Il est propulsé par 4 Kouznetsov nk-12mv.

Études et développement[modifier | modifier le code]

Premières études[modifier | modifier le code]

Fin des années 1950 la marine américaine a développé le Polaris, un missile balistique lancé par sous-marins (SLBM) avec une portée de plus de de 1 800 km[3]. Les tirs d'essai de propulseurs pour parfaire la conception, culminent au le premier lancement sous-marin d'un missile balistique par l'USS George Washington le 20 juillet 1960. Le Polaris est devenu opérationnel le 15 novembre de cette même année, lorsque le George Washington a quitté Charleston, Caroline du Sud, avec des missiles Polaris dotés d'armes nucléaires[4].

Le gouvernement soviétique a par conséquent ordonné à Tupolev et d'autres avioneurs une étude pour la lutte anti-sous-marine (ASM). Tupolev à d'abord conçu le Tu-95PLO ( protivolodochnaya Oborona, ou ASW), un développement du Tu-95 équipé de bouées acoustiques, de mines anti-sous-marins et torpilles. Il devait atteindre 9 000 kg de charge utile avec un temps de vol maximum de 10,5 heures[5]. La conception a été abandonnée, cependant, car il manquait un puissant radar, un système d'imagerie thermique (infrarouge) et un détecteur d'anomalie magnétique (MAD)[5]. Le 28 février 1963, le Conseil des ministres (l'organe exécutif et administratif de l'Union soviétique) a émis une directive à Tupolev nécessitant son bureau pour développer un avion de lutte ASM à longue portée[6].

Le Tu-142M est propulsé par quatre turbopropulseurs Kuznetsov NK-12MV de 11033 kW, munis d'énormes hélices AV-60N à contrarotative[7].

La conception résultant a été nommé Tu-142 et avait des traits en commun avec le Tu-95RT. Les tourelles ventrales et dorsales avaient été retirées, remplacées par le grand radôme diélectrique abritant le système de radar Upseh, qui fut remplacé par un système d'imagerie thermique situé dans un carénage plus petit[1]. Laissant la tourelle de queue avec deux canons AM-23 (en) de 23 mm, avec contre-mesures électroniques, comme seul armement défensif[8]. Le système de recherche et de ciblage de l'avion consistait en un radar 360° Berkut (Golden Eagle)[6]. Un système de navigation complexe a été intégré avec un système de ciblage[6]. Les différences structurelles comprenaient un changement de profil aérodynamique de l'aile amenant l'aire à 295 m2. Les gouvernes ont été augmentées de 14% avec des commandes hydrauliques améliorées. Des réservoirs de carburant en métal ont remplacés les vessies en caoutchouc. Pour permettre le Tu-142 d'opérer à partir de pistes de fortune, les bogies à quatre roues du train d'atterrissage principal du Tu-95 ont été remplacées par des unités à six roues, les carénages du train d'atterrissage ont également été modifiés[9],[10].

Le premier Tu-142 (n° de construction 4200) a été construit au Kuibyshev Aviation Plant (en) à Samara. Il a effecuté son premier vol le 8 juin 1968 avec aux commandes le pilote d'essai I. K. Vedernikov décollage de Zhukovsky Airfield (en) au sud-est de Moscou[9],[11]. Les premiers tests ont révélé que le fuselage devait être allongé d'au moins 1,50 m pour accueillir de nouveaux équipement de combat. Ainsi le second prototype (c/n 4201) le programme de test le 3 septembre avec une augmentation de 1,70 m du fuselage avant, une modification retrouvée sur tous les Tu-142 suivants[11]. Le troisième et dernier développement est arrivé le 31 octobre doté de tout l'équipement[12]. En mai 1970 la Soviet Naval Aviation (en) (AV-MF) - composante air de la Marine soviétique - reçut des Tu-142 de production pour essais opérationnels[13].

Versions améliorées[modifier | modifier le code]

designations Tu-142
Production Usine AM-VF NATO
approx. 12 * Tu-142 Tu-142 "Bear F"
6 * Tu-142 Tu-142 "Bear F" Mod. 1
N/A ** Tu-142M Tu-142 "Bear F" Mod. 2
approx. 43 ** Tu-142MK Tu-142M "Bear F" Mod. 3
N/A ** Tu-142MZ Tu-142MZ "Bear F" Mod. 4
N/A ** Tu-142MR Tu-142MR "Bear J"
* : Construit à Kuibyshev, ** : Construit à Taganrog

Durant les premières opérations, les Tu-142 révélèrent quelques limitations. Les capacités de l'avion sur mauvais terrain se montrèrent limitées, aussi les doubles bogies à six roues utilisés sur les 12 premiers des 36 appareils furent remplacés par les bogies renforcés à quatre roues de l'Avion de ligne Tu-114, en conséquence les puits de roues des nacelles furent amincis[14]. Ces modifications ainsi que la suppression du système d'imagerie thermique et d'une partie des contre-mesures ont réduit le poids à vide de 4 000 kg[14]. L'avion modifié comprenait également une salle de repos pour les missions de longue durée, et a reçu le nom de code ("Bear F" Mod 1); 1968-1972 l'usine Kuibyshev a produit un total de 18 Tu-142[1],[14],[15].

Au début des années 1970, la production de Tu-142 a été transférée à l'usine de Taganrog près de la mer Noire. Il a été spéculé que la mise en service de l'usine inactive avait pour but de donner de l'emploi aux travailleurs là-bas[15]. Le déplacement de ligne de montage a requis de nombreuses améliorations dans l'usine et la région environnante, y compris la mise en place de nouveaux ateliers de montage, l'installation de nouvelles machines et outillage, la re-formation de la main-d'œuvre, et la construction d'un nouvel aérodrome[15]. La préparation a eu lieu jusqu'en 1975, lorsque la production du première Tu-142 a commencé[15]. Les Tu-142 construits par Taganrog intégraient les changements effectués sur le dernier de l'avion de Kuibyshev. Ces différences incluaient un allongement de 30 centimètres à l'avant du fuselage et un cockpit redessiné. D'autres changements comprennent de nouvelles principales bogies de train d'atterrissage à deux essieux. Cette version a reçu la désignation d'usine Tu-142M , qui n'a pas été adopté par la marine soviétique;. l'OTAN l'a baptisée "Bear-F" Mod 2[15],[16].

Un Tu-142MK escorté par un Lockheed P-3 de l’escadron VP-45 de la marine américaine (mars 1986).

Dans les années 1970, la technologie silencieuse dans les sous-marins à rendu les bouées acoustiques et les dispositifs de déclenchement inefficaces. Au cours des années 1961 et 1962, l'Union soviétique a mené la recherche et le développement d'un système explosif sonore (ESS) - utilisée pour localiser les sous-marins de plongée profonde - sous le nom de Udar (Coup). En 1965, les travaux ont commencé sur les systèmes de bouées acoustiques à l'aide de l'ESS pour être intégré au radar Berkut. Le programme a été reportée lorsque l'un des aéronefs destinés à l'emporter, l'Iliouchine Il-38, a été jugée incompatible[17]. Les développements ont abouti à Udar-75, qui a été implémenté dans une nouvelle recherche et système de ciblage (STS) des Tu-142M construits par Taganrog[18].

Un nouveau système d'acquisition de cible surnommé Korshun-K , dont la pierre angulaire était le radar Korshun (Kite), a été installé sur tous les Tu-142 ultérieurs. Ce système a été utilisé pour détecter les sous-marins en surface et immergés, communiquer avec d'autres avions et des bases de lutte-anti-sous-marines au sol, et l'exécution de tâches de navigation et tactiques[19]. Les trois premiers Tu-142M étaient les premiers avions à être équipé de ce système, et donc étaient redésigné Tu-142MK ("Bear F" Mod. 3). Il a été le premier Tu-142 à disposer d'un MAD, son système MMS-106 Ladoga étant monté dans un carénage d'arrière-face au sommet de la dérive[19]. La première des trois Tu-142MK qui a subi l'étape A du programme d'essais a réalisé son premier vol le 4 novembre 1975; malgré des chiffres de performance lamentables, un feu vert de production a été donné[19]. Le stade B , mené durant avril-octobre 1978, a constaté que l'avionique de l'avion était très peu fiable; comme au stade A, ces problèmes ont apparemment été ignoré quand une directive émise le 19 novembre 1980 a autorisé le Tu-142MK pour le service opérationnel[20].

Mise à jour technologique[modifier | modifier le code]

Au moment même où le Tu-142MK est entré en service, son Korshun-K STS était déjà en train de devenir obsolète. Les travaux ont commencé sur une autre amélioration du Tu-142, donnant le Tu-142MZ ("Bear F" Mod. 4) avec le Korshun-KN-N STS. Il s'agissait de Nashatyr-Nefrit (Ammonia/Jade) ASM avionique, qui comprenait le système de sonar Zarechye[21]. Ainsi que les bouées RGB-1A et RVB-2 du Berkut, le Tu-142MZ était compatible avec les bouées RVB-16 et RGB-26. Lorsque l'on travaille avec l'avionique ASW, ces bouées fournissent une couverture 50% plus grande[21]. Les Kuznetsov NK-12MV ont été remplacés par des moteurs NK-12MP plus puissants, et pour la première fois, le Tu-142 avait une capacité de démarrage moteur indépendant - avec l'ajout de l'unité TA-12 de puissance auxiliaire[22]. Cette variante se distingue des "Bear F" précédent par les carénages de menton abritant plusieurs antennes[22].

Top perpendicular starboard view of four-engine propeller-driven aircraft in-flight. The pale gray/white aircraft is flying above almost white terrain.
Un Tu-142MR en vol

Le programme d'essais en vol a commencé en 1985 avec le vol d'un Tu-142M transformé équipé de la nouvelle avionique; essais d'acceptation de l'État ont commencé dans les deux ans[23]. Les résultats des tests sont avérées être excellents, l'avion a suivi avec succès des sous-marins à propulsion nucléaire de la Flotte du Nord et de la Flotte du Pacifique[23]. L'avion est devenu opérationnel dans l'aéronavale russe (AV-MP) en 1993. Le dernier Tu-142MZ est sorti de la chaîne de production Taganrog l'année suivante, mettant fin à un cycle de production de 26 ans au cours de laquelle 100 Tu-142s ont été produits[2],[23].

Une variante de communication désigné Tu-142MR ("Bear J") était la dernière version de production du Tu-142. Il a été chargé des communication longue portée avec les sous-marins soviétiques porteurs de missiles balistiques, un rôle similaire de celui du Boeing E-6 Mercury. Le Tu-142MR différait des ASW Tu-142 en ayant une avionique moins sophistiquée, mais avait un long fil antenne radio de traine pour relayer les messages vers les sous-marins soviétiques submergés en temps de guerre nucléaire. Ce fut parmi les nombreuses particularités du Tu-142MR qui lui permet de communiquer avec les satellites, l'air et au sol les postes de commandement et les sous-marins[24],[25]. L'avion a remplacé l'Ilyushin Il-80 (en) dans le rôle aéroporté de commandement et de contrôle. Les Tu-142 sont actuellement exploités par le 76e régiment de l'aviation navale de Kipelovo (en)[25]. D'autres développements du Tu-142 comprennent le Tu-142MRT variante unique de reconnaissance maritime, et le non construit Tu-142MS variante porteur de missiles[26].

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Un Tu-142M soviétique volant au-dessus des nuages, 1986

Pour se préparer aux opérations sur Tu-142, le 22 juin 1960 la marine soviétique a commencé la sélection du personnel pour une formation de conversion[15]Le premier groupe a commencé sa période de formation de trois mois le 4 mars 1970 dans la ville balnéaire de Nikolayev (depuis rebaptisée Mykolaïv)[15]. Pendant ce temps, les premiers Tu-142 ont été livrés à la Flotte du Nord à Kipelovo AB, où ils ont été initialement chargés du suivi et de la surveillance de sous-marins nucléaires dans le cadre d'essais opérationnels. Tout au long du programme d'essai, l'effort a porté sur la vérification de l'avionique ASM, notamment le radar Berkut-95, la cellule elle-même n'était pas une préoccupation majeure[27]. Le Tu-142 a atteint la capacité opérationnelle en décembre 1972 après un programme d'essai en vol réussi[1]. Avant cela, en décembre 1971, le deuxième groupe sélectionné pour le Tu-142 a débuté ses opérations de formation de conversion[15]. Les livraisons de l'avion ont commencé lentement, quand plus de Tu-142 ont été produits, ils ont été affectés à la Flotte du Pacifique[14].

Tout au long de son histoire opérationnelle, le Tu-142 a démontré des capacités importantes. Les 19-22 août 1974 , quatre Tu-142 ont filé un sous-marin étranger dans la mer de Barents ; l'un des avions a signalé à avoir maintenu un contact continu pendant 2 heures et 55 minutes[28]. En 1975, un Tu-142 a réussi à tracer un sous-marin soviétique pendant 3 heures et 16 minutes[28]. Le 10 octobre 1977 , un groupe de cinq Tu-142 a suivi un sous-marin américain dans la mer des Philippines, l'un des Tu-142 aurait tracé le sous-marin pendant 4 heures et 5 minutes[28]. Des Tu-142 soviétiques, en plus de l'exploitation au niveau national, ont été envoyés à l'étranger dans des bases amicales en Angola, à Cuba, en Éthiopie, au Viêt Nam et au Yémen[29]. Au début des années 1990, avec la dissolution de l'Union soviétique, la flotte de Tu-142 de l'URSS a été remise à la marine russe, la Force aérienne ukrainienne a gagné les quelques Tu-142 qui avaient été laissés sur son territoire[30]. Les Tu-142 Ukrainiens ont été plus tard démantelés à la suite de l'accord bilatéral START I traité signé entre les États-Unis et l'Union soviétique en 1991, qui est entré en vigueur à la fin de 1994[31].

Two four-engine prop-driven aircraft on ramp facing right of screen. The large aircraft in the midground, which is slightly off-centered, has swept-back wings and is painted in a pale grey paints scheme. The other in the background is a straight-wing aircraft painted in pale green
Un Tu-142MK-E et un Ilyushin Il-38 "May" de l'aéronavale indienne stationnés à INS Rajali (en) , Arakkonam (en) (avril 2006)

Outre les applications militaires du Tu-142, un one-off Tu-142MP a été utilisé pour tester une nouvelle suite ASW[23]. Un autre Tu-142 a été transformé pour remplacer le Tu-95SP pour les essais de moteurs turboréacteurs. Désigné Tu-142LL, l'équipement et l'armement ASW ont été enlevés pour permettre un banc d'essai de moteur emporté sous le ventre. Certains des moteurs installés étaient le NK-25 pour le Tu-22MZ, RD36-51A pour le Tu-144D et le NK-32 pour le Tu-160[32]. Le premier Tu-142MK a été converti en un rôle de laboratoire aéroporté, remportant plusieurs records d'altitude en horizontal et de temps de montée en altitude dans sa catégorie[32].

En 1981, la marine indienne a commencé à envisager un appareil de reconnaissance maritime à long rayon et de guerre anti-sous-marine pour son aéronavale. L'Union soviétique a d'abord offert de rénover certains de ses propres Tu-142 pour l'Inde, plutôt que de construire de nouveaux avions[33]. La marine indienne a d'abord hésité sur la gros Tu-142, qui était lourd et donc nécessiterait pistes renforcées et prolongées sur les bases possibles[33].

Par conséquent, le service a demandé trois Iliouchine Il-38 - alors réformés du service dans la marine soviétique - rénovés pour les opérations indiennes. Cette demande a échoué, et donc en décembre 1984 un accord pour acheter huit Tu-142 a été signé[33].

Pour une période de douze mois à partir de mai 1987, la marine indienne a envoyé 40 pilotes et observateurs, 16 agents techniques et 128 marins à Riga pour la formation[33]. Le 30 mars 1988, les trois premiers Tu-142 sont arrivés à la base aéronavale indienne INS Hansa (en), Goa, après un vol depuis Simferopol dans la péninsule de Crimée. Le 13 avril deux autres avions sont arrivés, avant la mise en service de l'INAS 312 (en), l'opérateur indien du Tu-142 ; fin octobre une flotte de huit Tu-142 était livrée[33]. En mai 1992, l'escadron a été relocalisé sur sa base d'exploitation INS Rajali (en) sur la côte est de l'Inde[33]. Les Tu-142s devraient être remplacés par douze Boeing P-8Is plus petits[34],[35].

Variantes[modifier | modifier le code]

Tu-142
Un allongement Tu-95 avec l'armement défensif bien enlevé, et, à la place, comportant des systèmes d'ASW. Douze avions d'abord ont eu un train d'atterrissage avec bogies à six roues. Les six avions suivants avaient des bogies à quatre roues. Construit par Kuibyshev Aviation[36].
Tu-142M
Extension de 30 centimètres à l'avant du fuselage, cockpit redessiné et principaux bogies du train de roulement à deux essieux. Construit par Taganrog[16].
Tu-142MK
Amélioration avec la nouvelle variante du radar Korshun, de l'avionique et des équipements de ASW. 43 Tu-142MK ont été construits par Taganrog[37].
Tu-142MK-E
Huit Tu-142MK rétrogradés achetés par l'aéronavale indienne. E signifie "exportation"[38].
Tu-142MZ
La dernière variante de la production de l'"Bear F", avec de nouveaux moteurs NK-12MP et une nouvelle suite avionique. Peut être distingué des autres Tu-142s par ses carénages de menton. Construit par Taganrog[36].
Tu-142MZ-K
Variante cargo commerciale proposée du Tu-142MZ (le K pour «kommercheskiy"), avionique ASW supprimée. Également désigné Tu-142MZ-C [23].
Tu-142MP
Mise à jour unique Tu-142M utilisé comme banc d'essai d'avionique[25].
Tu-142MR
Tu-142MK modifiés construits pour les communications sous-marines, avions de relais. A des carénages et composants externes distinctifs. Nom de code OTAN "Bear J"[25].
Tu-142LL
Deux anciens Tu-142 converti utilisés pour les essais de turboréacteurs à double flux. équipement ASW retiré[39].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Inde Inde
  • L' aéronavale indienne avait huit Tu-142MKE en service en décembre 2010, basés à INS Rajali, Arakkonam, Tamilnadu[40].
Drapeau de la Russie Russie
  • L'aéronavale russe avait quinze Tu-142s en service en décembre 2010[40].
Ancien
Drapeau de l'URSS Union soviétique
  • Les Tu-142 de l'aéronavale soviétique ont été répartis entre l'aéronavale russe et l'aéronavale ukrainienne après la chute de l'Union soviétique.
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
  • La Force aérienne ukrainienne a hérité d'un nombre inconnu de Tu-142 après l'effondrement de l'Union soviétique. Ils ont été démantelées en conformité avec l'accord START I.

Accidents notables[modifier | modifier le code]

Le 7 novembre 2009 , onze membres d'équipage ont été tués lorsque leur Tu-142 s'est écrasé sur le détroit de Tartarie près du Japon lors d'un vol d'entraînement. Le vol des avions appartenant à la Flotte du Pacifique ont été suspendus en attendant une enquête sur l'accident[41]. Rien n'indique que l'équipage a fait usage de l'équipement d'urgence, même si une embarcation de sauvetage à bord de l'avion était équipé d'un dispositif qui transmet un signal en le cas d'un accident[42]. Le chef d'état-major, le général Nikolay Makarov (en) pense qu'une panne moteur pourrait avoir causé l'accident[43]. Un service commémoratif a eu lieu pour l'équipage le 16 décembre 2009[44]. La recherche des corps des onze membres de l'équipage a été suspendue à plusieurs reprises en raison de la banquise et le mauvais temps, et a été prévue pour être reprise sur le 28 mai 2010[45].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Eden 2006, p. 488.
  2. a et b Friedman 2006, p. 164.
  3. Spinardi 1994, p. 35, 57.
  4. Spinardi 1994, p. 57–58.
  5. a et b Gordon et Davison 2006, p. 41.
  6. a, b et c Gordon et Davison 2006, p. 42.
  7. m.html « Tupolev Tu-142M », Bharat-rakshak.com (consulté le 26 septembre 2011)
  8. Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 42, 67.
  9. a et b Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 53.
  10. Gordon et Davison 2006, p. 42–43.
  11. a et b Gordon et Davison 2006, p. 44.
  12. Gordon et Davison 2006, p. 44–45.
  13. Gordon et Davison 2006, p. 45.
  14. a, b, c et d Gordon et Davison 2006, p. 46.
  15. a, b, c, d, e, f, g et h Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 55.
  16. a et b Gordon et Davison 2006, p. 47.
  17. Gordon et Davison 2006, p. 48–49.
  18. Gordon et Davison 2006, p. 49.
  19. a, b et c Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 58.
  20. Gordon, Miller et Rigmant 1998
  21. a et b Eden 2006, p. 489.
  22. a et b Gordon et Davison 2006, p. 53.
  23. a, b, c, d et e Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 62.
  24. Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 63.
  25. a, b, c et d Gordon et Davison 2006, p. 54.
  26. Gordon et Davison 2006, p. 55, 57–58.
  27. Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 54.
  28. a, b et c Friedman 2006, p. 163.
  29. « Military Aircraft of the World », Flight International,‎ 7 mai 1983 (consulté le 23 septembre 2011), p. 1,256
  30. « Picture of the Tupolev Tu-142M3 aircraft », Airliners.net (consulté le 23 septembre 2011)
  31. « Ukraine dismantles Tu-142 aircraft », Ukrayinska Pravda,‎ 26 juillet 2004 (lire en ligne)
  32. a et b Gordon, Miller et Rigmant 1998, p. 64.
  33. a, b, c, d, e et f « The Naval Air Arm », Indian Navy (consulté le 23 septembre 2011)
  34. Craig Hoyle, « PICTURE: India's first 737-based P-8I nears flight debut », Flight International,‎ 21 septembre 2011 (lire en ligne)
  35. Nikhil Gulati, « India Orders More Boeing Maritime Planes », The Wall Street Journal,‎ 31 mars 2011 (lire en ligne)
  36. a et b Gordon 2005, p. 5.
  37. Gordon et Davison 2006, p. 47, 49–51.
  38. Gordon et Davison 2006, p. 51.
  39. Gordon et Davison 2006, p. 56–57.
  40. a et b "Directory: World Air Forces". Flight International. 14–20 December 2010.
  41. « Russian army plane crashes in sea », BBC News,‎ 7 novembre 2009 (lire en ligne)
  42. « Crew of crashed Russian Tu-142 did not use life raft », RIA Novosti,‎ 7 novembre 2009 (lire en ligne)
  43. « Engine failure could be responsible for Tu-142 crash », RIA Novosti,‎ 11 novembre 2009 (lire en ligne)
  44. « Russia's Pacific Fleet mourns crew killed in Tu-142 plane crash on November 6, 2009 », RIA Novosti,‎ 16 décembre 2009 (lire en ligne)
  45. « Russia plans to resume Tu-142 search in Far East », RIA Novosti,‎ 25 mai 2010 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Donald et Jon, The Encyclopedia of World Military Aircraft, New York, Barnes & Noble,‎ 2000 (ISBN 0-760-72208-0)
  • (en) Paul Eden (éditeur), Encyclopedia of modern military aircraft, London, Amber Books Ltd,‎ 1er juin 2006, 512 p. (ISBN 978-1-904-68784-9).
  • (en) Norman Friedman, The Naval Institute Guide to World Naval Weapon Systems, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press,‎ 2006 (ISBN 978-1-557-50262-9)
  • (en) Yefim Gordon, Tupolev Tu-95/-142, North Branch, Minnesota, Specialty Press,‎ 2005 (ISBN 978-1-932-52500-7)}
  • (en) Yefim Gordon et Peter Davison, Tupolev Tu-95 Bear, vol. 43, North Branch, Minnesota, Specialty Press,‎ 2006 (ISBN 978-1-580-07102-4)
  • (en) Yefim Gordon, Jay Miller et Vladimir Rigmant, Tupolev Tu-95/-142 "Bear": Russia's Intercontinental-range Heavy Bomber, Hinckley, Midland Publishing,‎ 1998 (ISBN 978-1-857-80046-3)
  • (en) Graham Spinardi, From Polaris to Trident: the Development of US Fleet Ballistic Missile Technology, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1994 (ISBN 978-0-521-41357-2)