Call of Duty: Black Ops

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Call of Duty
Black Ops
image

Éditeur Activision
Square-Enix (Japon)
Développeur Treyarch
n-space (DS)
Musique Sean Murray

Date de sortie Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 9 novembre 2010
Icons-flag-eu.png Icons-flag-au.png 9 novembre 2010

Version sous-titrée
Icons-flag-jp.png 18 novembre 2010

Version doublée
Icons-flag-jp.png 16 décembre 2010

Icons-flag-eu.png Icons-flag-au.png novembre 2012
(Call of Duty:Black Ops Declassified)
Genre Jeu de tir subjectif
Mode de jeu Solo, multijoueur, coopération
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Console(s) portable(s)
Nintendo DS,
PS Vita
(Call of Duty:Black Ops Declassified)
Média Blu-ray
Cartouche
Téléchargement
DVD
Contrôle Clavier/souris ou manette

Évaluation ACB : MA15+ (version PS3, Xbox 360, Wii & PC)[1]M (version DS)
USK : 18 (version éditée)
BBFC : 18[2]
ESRB : M / T (DS version)
PEGI : 18+ / 16+ (DS version)
CERO : Z
Moteur IW Engine

Call of Duty: Black Ops est un jeu vidéo de tir subjectif développé par Treyarch et édité par Activision en novembre 2010 sur PlayStation 3, Xbox 360, Wii ainsi que sur Windows. Le studio de développement n-Space s'est occupé de développer une autre version sur Nintendo DS.

Il s'agit du 7e volet de la saga. Il est le jeu le mieux vendu de l'année 2010/2011, et l'un des mieux vendus des consoles de 7e génération avec 30 millions d'exemplaires[3], battant son prédécesseur, Call of Duty: Modern Warfare 2 qui se situe à 24 millions d'exemplaires[4].

Les modes de jeu[modifier | modifier le code]

Il y a 4 modes de jeu : campagne, multijoueur, formation avancée, Zombie.

  • Le mode campagne est une histoire à terminer.
  • Le mode multijoueur permet de jouer en ligne, en réseau local et avec des amis.
  • Le mode formation avancée qui permet de s'entrainer face à l'IA, comme dans le multijoueur.
  • Le mode zombie est un mode survie face à des hordes de zombies.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne dans la plupart des missions Alex Mason, protagoniste du jeu doublé dans sa version anglophone par Sam Worthington. L'histoire est parfois montrée du point de vue de son officier traitant à la CIA, Jason Hudson (voix de Ed Harris dans la version anglophone).

Il ne faut pas non plus oublier le générique de fin qui semble expliquer que Mason aurait assassiné le président Kennedy.

Viktor Reznov, l'un des personnages principaux de la campagne de l'armée rouge dans World at War, fait son retour, toujours avec un doublage de Gary Oldman dans son rôle. Celui-ci interprète également la voix du scientifique britannique Clarke. Dimitri Petrenko, le protagoniste de la précédente campagne soviétique fait également une brève apparition. Hudson et Mason sont souvent accompagnés dans leurs missions par Grigori Weaver (originaire de Russie), ainsi que par Frank Woods et Joseph Bowman. La voix de ce dernier a d'ailleurs été interprétée par le rappeur Ice Cube, à qui il ressemble beaucoup.

Le jeu propose encore une fois de récupérer tout au long des missions des "renseignements", au nombre total de 42, à raison de 3 par niveau. Quand tous les renseignements ont été récupérés, le joueur peut alors accéder à certaines informations concernant les personnages de la mission concernée, ainsi qu'à certains détails historiques. Ainsi le joueur apprend qu'Alex Mason est né d'un père "vétéran de la seconde guerre mondiale, décoré de la Purple Heart pour acte de bravoure sur l'atoll de Makin".

Treyarch tend également à insinuer que ce serait Mason qui aurait assassiné le président John Kennedy. En effet, lors de la dernière mission, Mason déclare à Dragovitch "T'as essayé de me faire tuer le président !". C'est alors que Dragovitch répond "Essayer ? (rires)". Juste après, apparaît le générique de fin qui est suivi d'un montage vidéo montrant Kennedy à Dallas, le jour de sa mort. La vidéo s'arrête alors et effectue un gros-plan sur Mason, qui apparaît dans la foule, regardant Kennedy.

Dans les renseignements, le joueur apprend que Mason, Hudson et Weaver sont envoyés en Afrique du Sud afin qu'aucune information de nature à inquiéter la population ne soit divulguée. Le joueur apprend alors que le gouvernement américain envoie quelques soldats anglais, membres des SAS, dirigés par Jonathan (des erreurs de traduction dans la VF le nomment Price). Il est décrit comme un jeune talent, très doué dans la matière.

Le Major-Général Nikita Dragovich et le Colonel Lev Kravchenko (son bras droit), ainsi que le scientifique nazi Friedrich Steiner, sont les antagonistes de l'histoire[5]. Des personnages historiques font pour la première fois apparition dans la série : John Fitzgerald Kennedy, Robert McNamara et Fidel Castro. Dans le mode zombie, il est possible d'incarner les personnages historiques susmentionnés, ainsi que Richard Nixon (ancien président des États-Unis).

Scénario[modifier | modifier le code]

L'agent de la CIA Alex Mason est capturé et subit une séance d'interrogatoire, dans le but de lui faire avouer une chose dont il ignore lui-même qu'il est atteint. Ses mystérieux ravisseurs lui font remémorer ses missions antérieures :

1961, Mason, Woods et Bowman en tant que membres de l'Opération 40 avaient pour but d'assassiner Castro durant le débarquement de la baie des Cochons. La mission semble être un succès à première vue et l'équipe réussit à s'échapper avec le sacrifice de Mason qui resta. Mais celui-ci, capturé, découvre qu'ils n'avaient tué qu'un sosie. Castro le donne à ses nouveaux partenaires soviétiques, Dragovich et Kravchenko. Mason est alors envoyé dans un goulag à Vorkouta dans lequel il y restera presque 1 an. Il se lie d'amitié avec Viktor Reznov, l'un des personnages de Call of Duty: World at War, un vétéran de la « Grande Guerre patriotique ». Ils organisent une évasion en provoquant une émeute et arrivent finalement à fuir le camp. Mais seul Mason parvient à rejoindre le train pour fuir, et Reznov est capturé peu de temps après que Mason se soit enfui.

À son retour, Mason est confié à Jason Hudson de la CIA. Il est conduit au Pentagone pour y rencontrer le secrétaire à la Défense, Robert McNamara puis le Président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy qui lui confie personnellement l'assassinat de Dragovich. L'équipe de Mason est envoyée à Baïkonour, sur une base de lancement de fusées. Mais l'agent Grigori Weaver est capturé et Kravchenko lui crève l'œil gauche. Le reste de l'équipe s'infiltre parmi les ennemis en se déguisant. Ils délivrent Weaver puis détruisent la fusée Soyouz 2. L'escouade détruit aussi le véhicule de Dragovich. Woods assure qu'il est mort, mais Mason n'est pas convaincu. Il passera les 5 années suivantes à le traquer.

En 1968, Hudson arrive au Viêt Nam, à Khe Sanh. Woods y dirige une équipe de MACV-SOG que Mason et Bowman vont intégrer. Cependant les retrouvailles sont vite interrompues par une attaque nord-vietnamienne qu'ils arrivent finalement à repousser. Durant la bataille de Huế, les SOG ont pour mission de récupérer une information détenue par un défecteur dans un bâtiment du MACV. Mason découvre que celui-ci n'était autre que Reznov. Avec les informations récupérées par Mason, Hudson se rend avec Weaver à Kowloon City pour interroger le docteur Clarke qui a participé au développement du Nova 6, une arme chimique concoctée par Dragovich. Hudson n'arrive qu'à en tirer une histoire de « nombres », cruciaux pour le plan de Dragovich avant que Clarke ne se fasse éliminer par les Spetsnaz.

Durant l'interrogatoire, Mason se rappelle d'une histoire que Reznov lui avait raconté à Vorkouta. En octobre 1945, peu après la fin de la guerre, la 3e armée de choc a été envoyée aux alentours du cercle Arctique. Sous les ordres de Kravchenko et Dragovitch, Reznov, accompagné de son frère d'arme Dimitri Petrenko, devait récupérer un scientifique allemand nommé Friedrich Steiner dans une base des SS. Ce dernier conduisit l'armée rouge à une épave contenant le Nova 6, une arme des projets Wunderwaffen. Mais Dragovich trahit Reznov et ses « partisans », les utilisant comme cobayes pour son nouveau jouet. Petrenko y périt mais des commandos britanniques intervinrent. Dans la confusion, Dragovich, Kravchenko et Steiner s'échappèrent, tandis que Reznov fit exploser le navire. Reznov fit ainsi partager les motivations de sa vengeance à Mason.

Retour en 1968, l'Huey de Mason et Woods est abattu par les Vietcongs. Après avoir ravagé leurs camps, Mason et Reznov découvrent au bout d'un tunnel à rat la cachette de Kravchenko. Celui-ci expérimentait l'arme chimique sur la population locale. Peu après, un avion cargo soviétique transportant le Nova 6 est abattu au Laos. Mason et son équipe partent l'inspecter. Mais une embuscade les attend, et ils se font capturer par les Vietcongs aidés des Spetsnaz. Hudson de son côté, continue sa traque au mont Iamantaou dans le massif de l'Oural. Guidée par un SR-71, l'escouade de Hudson infiltre le complexe russe pour y trouver des informations sur le Nova 6. Ils y reçoivent un message de Steiner qui, craignant que Dragovich veuille se débarrasser de lui, leur propose de le retrouver sur l'île de Vozrozhdeniya. Pendant ce temps au Laos, dans un camp de prisonniers Vietcongs, Bowman se fait exécuter par un Spetsnaz. Woods et Mason s'évadent alors et se vengent. Après un tour en Hind, ils libèrent Reznov et des prisonniers américains dans la cachette de Kravchenko. Finalement Woods le poignarde, mais Kravchenko dégoupille ses grenades et Woods l'emporte par la fenêtre pour sauver Mason. Mason et Reznov apprennent eux aussi qu'ils doivent se rendre à Vozrozhdeniya. Ils y infiltrent le laboratoire de Steiner en éliminant tout ce qui se trouve sur leur passage. Alors que la CIA intervient de son côté, Mason et Reznov atteignent le scientifique en premier. Reznov l'exécute mais la version de Hudson et Weaver qui se révèlent être les interrogateurs est différente : d'après eux, Mason l'a tué sous leurs yeux. En effet, Mason avait développé une deuxième personnalité dans laquelle il incarnait Reznov depuis ses « retrouvailles » à Huế. Reznov est bien mort durant son évasion à Vorkouta.

Durant son emprisonnement à Vorkouta, Dragovich et Steiner tentèrent un lavage de cerveau sur Mason (qui montrait plus ou moins des résistances). L'opération fut sabotée par Reznov, lui insufflant sa propre vengeance : tuer Dragovich, Kravchenko et Steiner. Dragovich avait introduit aux États-Unis des armes Nova 6 ainsi que des agents dormants, programmés pour décoder des codes émis par une station de nombres et exécuter l'ordre correspondant. Mason était l'un de ceux-là. Hudson lui faisait écouter ces nombres depuis le début de l'interrogatoire pour qu'il les décode. Il lui demande une ultime fois sa coopération avant que l'attaque de Dragovich et la guerre nucléaire ne commencent. En rassemblant tous ses efforts et ses souvenirs, Mason se rappelle que la station se trouve sur le Rusalka, un navire qu'il a aperçu lorsqu'il fut capturé près de Cuba. Mason, Hudson et Weaver s'y dépêchent pour mettre un terme aux plans de Dragovich. La station se révèle être bien plus grande que ce qu'ils n'imaginaient : le cargo alimentait une base se trouvant dans les fonds marins du golfe mexicain. Pendant que l'US Navy se charge de détruire la base, Mason et Hudson s'assurent que la station de nombres soit détruite, et que Dragovich ne fera plus jamais surface, il est donc étranglé par Mason. Après avoir accompli cette besogne, ils regagnent surface célébrant leur victoire.

Production[modifier | modifier le code]

Système de jeu[modifier | modifier le code]

De nouveaux équipements font leur apparition tels que l'arbalète militaire avec une lunette et des munitions variées (carreaux explosifs par exemple) ou encore des balles incendiaires(Dragon's Breath (en)) pour les fusils à pompe et même un lance-flammes que le joueur peut monter sur les fusils d'assauts. Le joueur peut porter aussi un Steyr AUG personnalisable et un SPAS 12. Le joueur pourra piloter des appareils volants (dans la campagne et en multijoueur) : un Hind soviétique ainsi qu'un SR-71 Blackbird (uniquement dans la campagne pour commander une escouade, mais disponible en multijoueur pour servir comme un avion-espion, mais indestructible.) afin de guider une escouade au sol[6],[7], ainsi qu'une voiture et un hélicoptère américain très connu, le Bell UH-1 Iroquois qui dans cette version est équipé de roquettes et de miniguns (cette version est surnommée "Green's Hornet"). Les démembrements présents dans World at War font leur retour, mais ne sont pas présents dans le mode multijoueur.

Du côté du multijoueur, les véhicules au sol ne sont plus présents, mais les véhicules aériens comme le hind soviétique font leur apparition, les serveurs dédiés sur la version Windows font leur grand retour. Il y a un « Créer une Classe 2.0 » qui permet au joueur d'apporter des modifications sur l'apparence des personnages[7].

Le joueur retrouve également les killstreaks, ou série d'éliminations, qui permettent de débloquer des engins et commandes spéciales (comme Frappe au Napalm, Avion-Espion, etc), même si leur puissance a été sensiblement réduite par rapport à Modern Warfare 2 suite aux critiques de la communauté. Également, il y a l'apparition du RC-XD, une voiture télécommandée "bourrée" d'explosifs.

L'apport des données de jeu est également un plus par rapport aux versions précédentes, puisque toutes les actions numériques du joueur sur une carte (réussites, ratés, déplacements, etc) sont mémorisées et rendues visibles dans les Rapports de Combat et Classements. Le joueur trouve ainsi des modèles de cartes qui permettent de savoir où ont eu lieu les coups de feu (permettant ainsi d'affiner sa stratégie) .

Une grande nouveauté dans le mode multijoueur de Call of Duty: Black Ops, est l'apparition de points CoD permettant d'acheter des armes, des accessoires et des camouflages pour celles-ci ou pour acheter des équipements. Les points CoD se gagnent en fonction du score de la partie. Il est également possible de gagner de "l'argent" CoD en remplissant des contrats. Les contrats se remplissent en tuant des adversaires avec une arme spécifique, en tuant des ennemis dans la tête ou tout simplement débloquer des séries de victimes.

Le joueur peut maintenant faire son propre emblème, et mettre les couleurs de son choix. Il peut aussi mettre son emblème sur son arme principale. Le nom de clan du joueur peut également être gravé sur le côté de l'arme.

Le mode studio, aussi une grande nouveauté, permet d'enregistrer des clips des parties effectuées par le joueur. Une fois le clip enregistré et converti, il va passer par le site officiel de Call of Duty, avant d'apparaître sur YouTube. Cela s'applique sur la Xbox 360, la PlayStation 3 et le PC.

Développement[modifier | modifier le code]

Lors du développement, Treyarch recrutait activement des personnes qualifiées dans différents domaines en vue d'un « titre réputé et chargé d'actions » (sous-entendu le prochain Call of Duty)[8].

Au sein d'Activision, l'équipe n'espère pas une aussi bonne vente que son prédécesseur Modern Warfare 2, mais par rapport à la concurrence qui pourrait être plus rude en fin 2010 que l'année précédente : en effet, pour la période de fin d'année 2009 Modern Warfare 2 a bénéficié du retrait de plusieurs autres gros titres tels que BioShock 2, repoussé en février 2010 ou encore Heavy Rain[9].

Un appel de casting trouvé par le site VG247 en février semble de plus en plus confirmer le thème du futur Call of Duty. En effet, des acteurs vocaux et de captation de mouvements sont recherchés pour incarner des personnages faisant partie de la MACV-SOG, une unité de force spéciale active pendant la guerre du Viêt Nam[10]. Pour la première fois, tous les développeurs du studio ont concentré leurs efforts sur ce Call of Duty (Treyarch se répartissait souvent en plusieurs équipes pour développer différents jeux à la fois)[11]. Une technologie de capture de mouvement similaire à celle du film Avatar de James Cameron a été utilisée pour avoir des expressions faciales réalistes[12],[13]. Treyarch a également consulté des anciens militaires de la guerre froide tels que John Plaster qui a servi dans le MACV-SOG durant la guerre du Viêt Nam, et Sonny Puzikas, un ancien membre des Spetsnaz (forces spéciales soviétiques)[14].

Mode zombie[modifier | modifier le code]

Après le succès du mode zombie de Call of Duty: World at War, Call of Duty: Black Ops reprend l'histoire avec pour nouvelles cartes "Kino "). Cette carte se déroule dans un théâtre désaffecté, elle a été créée par un étudiant en informatique aidé de son équipe. Cette carte deviendra la première accessible du mode zombie, il existe aussi une autre carte dans le Pentagone, où il est possible d'incarner des personnalités politiques de la guerre froide comme John Fitzgerald Kennedy, Robert MacNamara, Fidel Castro et Richard Nixon, ainsi qu'une carte bonus qui rappelle les jeux des années 1980-1990, "Dead ops Arcade ".

Le mode zombie se débloque dès le début du jeu et peut être joué seul, à deux sur la même console, ou jusqu'à quatre en ligne. Au début, le joueur n'a qu'une seule carte, "Kino der toten", les autres ("Five" et "Dead Ops Arcade") s'obtiennent en finissant la campagne ou en tapant le code (3arc unlock). Vous pouvez aussi bénéficier de quatre cartes bonus en achetant la version "Hardened" ou "Prestige" (il s'agit en fait des quatre cartes de World At War avec les graphismes de Black Ops).

Il y a un nouveau type de zombies, les "crawler zombies", des monstres rampants qui explosent et répandent du gaz Nova quand ils se font tuer. Les "hellhounds" sont toujours présents, mais sont remplacés sur la carte "Five" par "The Pentagone Thief" (le voleur du Pentagone) qui subtilise l'arme que le joueur possède; dans la carte "Ascension", sorti le premier février 2011, des singes qui détruisent les distributeurs d'atouts les remplacent. Enfin, dans la carte "Dead Ops Arcade", le "Cosmic Silverback" (sorte de gorille spationaute/cosmique) s'apparente à un boss de fin de jeu (mais la présence de très nombreux frères permet de recommencer à l'infini le mode). Il y a aussi la présence de téléporteur comme sur la carte "Der Reise" de Call of Duty : World at War permettant d'avoir accès au "Pack-a-Punch" qui améliore n'importe quelle arme.

Il est à noter que les personnages de "Kino der Toten" sont les mêmes que ceux présents dans "Shi No Numa" et "Der Riese" de World At War. Le docteur Richtofen (incarné par le personnage dont le score est dessiné sur un fond vert) nous expliquant que le téléporteur peut voyager dans le temps. Cette explication fait le lien entre l'histoire du mode zombie de World At War et la carte "Kino der Toten".

Distribution[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Les premières rumeurs sont apparues en mai 2009 alors que World at War était sorti depuis à peine 6 mois, et que les joueurs attendait Modern Warfare 2 pour la fin de l'année : Activision aurait été à la recherche de musiques datant de la guerre du Viêt Nam ainsi que des morceaux cubains, africains et soviétiques[15]. Toujours en mai, un employé de Treyarch révèle sur son CV en ligne (dont l'information a été effacée aujourd'hui) sa participation en tant qu'animateur en chef au futur Call of Duty [16]. En novembre 2009, Activision annonce officiellement la sortie d'un nouveau Call of Duty pour 2010[17].

Dès mars 2010, le site Tek9 donne quelques informations sur le jeu (effacées peu de temps après) : le jeu s'appellerait Call of Duty : Black Ops et se déroulerait pendant la période allant de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à nos jours. Il y aurait une mission à Cuba. Aussi, le mode zombie de World at War et les serveurs dédiés sur PC (qui étaient absents dans Modern Warfare 2 d'Infinity Ward) seraient de retour[18].

Début avril 2010, une mystérieuse clé USB a été envoyée à plusieurs sites de jeux vidéo ainsi qu'à des sites communautaires de Call of Duty. L'enveloppe est timbrée à l'effigie de Richard Wright et l'expéditeur n'est pas indiqué. Le site Joystiq perce en premier une partie du mystère en découvrant le site Internet GKNOVA6 à travers les multiples codes contenus dans la clé. Le site montre un vieux téléviseur sur lequel les joueurs voient des images peu explicites et schématiques d'Uranium, d'un stade de baseball atomisé, d'une base nucléaire, d'une ogive et de l'annonce télévisée de Kennedy lors de la crise des missiles de Cuba en 1962. Plusieurs indices laissent à penser que NOVA6 appartient à Activision. Cela resserre l'étau sur ce Call of Duty ou bien Singularity, un autre jeu en développement édité par Activision et en rapport avec la Guerre froide. Le vieux téléviseur du site disposait de 6 chaînes qui ont été débloquées au fur et à mesure, avec chacune leurs énigmes. Certaines menaient à des discussions sur Google Groupes et un document qui y fut trouvé révèle le mot "Treyarch" semblant confirmer l'implication du studio dans le site viral. De plus, la bande annonce de Black Ops diffusée le 18 mai contient des références au site viral[19][réf. insuffisante].

Le 30 avril 2010, quelques heures avant la diffusion de sa première bande-annonce sur Spike TV, Treyarch dévoile officiellement le nom du jeu en même temps que l'ouverture de son site : il s'intitulera finalement Call of Duty: Black Ops[20].

USA Today a publié les premiers aperçus du jeu sur le net[12],[6],[14].

Tout comme Modern Warfare 2, une bande annonce complète est diffusée le 18 mai 2010 lors de la finale de la Conférence Est de NBA[21].

Packs de cartes[modifier | modifier le code]

Un nouveau pack de cartes, appelé « First Strike » a été annoncé par Treyarch le 22 décembre 2010. Il inclut cinq nouvelles cartes : quatre multijoueurs (Discovery, une base militaire Allemande située près du cercle polaire Arctique présent dans la campagne lorsque le joueur incarne Reznov), Stadium, Berlin Wall et Kowloon, sur les toits de Hong Kong comme dans le mode campagne ; ainsi qu'une carte zombie "Ascension", qui se passe au cosmodrome de Baïkonour. Elles sont disponibles sur Xbox Live depuis le 1er février 2011. Comme pour le dernier opus, Call of Duty: Modern Warfare 2, les packs de cartes sortiront pour PlayStation 3 et PC un mois après la Xbox 360. Le pack First Strike est disponible depuis le 3 mars 2011 sur PlayStation 3 et 25 mars 2011 sur PC.
Un nouveau pack de cartes est sorti le 3 mai 2011 sur Xbox 360. Il est ensuite sorti le 2 juin sur PC et le 10 juin 2011 sur PlayStation 3. Ce pack s'intitule « Escalation » il comporte également cinq nouvelles cartes : quatre multijoueurs, "Zoo", "Hotel", "Convoy" et "Stockpile" et une carte zombie "Call of the Dead". Il est au prix de 1200 points MS (Xbox Live) et de 14,99 euros sur PlayStation 3 (PlayStation Network).
Un nouveau pack dénommé "Annihilation" est sorti le 28 juin sur Xbox 360 et le 28 juillet sur PlayStation 3, contenant quatre cartes multijoueurs, "Drive-in", "Hangar 18", "Silo" et "Hazard" ainsi qu'une carte zombie "Shangri-la" (un temple en ruine dans la jungle Népalienne), au même prix que les packs précédents.
Un autre pack dénommé "Rezurrection" (Sortie avant sur le Xbox live) est sorti sur toutes les consoles et offre une nouvelle carte zombie: "Moon" ainsi que les quatre cartes de Call of Duty World at War.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Ventes[modifier | modifier le code]

Le jour du lancement, le jeu s'est vendu à plus de 10 millions d'exemplaires: 9,7 millions aux États-Unis et 1,4 million au Royaume-Uni. Cela établit un nouveau record de lancement en divertissements, surpassant son prédécesseur Modern Warfare 2, dont le jour de commercialisation a vu se vendre à près de 5 millions d'exemplaires[22].

Le jeu Call of Duty: Black Ops a engrangé un revenu de plus de 1 milliard de dollars en 6 semaines[23]. Selon Robert Kotick, président de Activision Blizzard, « dans le monde du divertissement, seuls Call of Duty et Avatar sont parvenus au cap du milliard de dollars aussi rapidement[24]. »

Il est à l'époque le jeu ayant passé la barre des dix millions d'exemplaires le plus rapidement, avec onze millions d'exemplaires en quatre jours[25].

En février 2011, Call of Duty : Black Ops est devenu le jeu le plus vendu de tous les temps aux États-Unis, avec 13,7 millions d'exemplaires[26].

Il est le jeu le mieux vendu de l'année 2010/2011, et l'un des mieux vendus des consoles de 7e génération avec 28 millions d'exemplaires, battant son prédécesseur, Call of Duty: Modern Warfare 2 qui se situe à 24 millions d'exemplaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « CALL OF DUTY: BLACK OPS Computer Games (Multi Platform) », sur ACB, Activision,‎ 18 octobre 2010 (consulté le 18 octobre 2010)
  2. (en) « Title « British Board of Film Classification », sur Bbfc.co.uk (consulté le 16 novembre 2011)
  3. http://www.vgchartz.com/gamedb/?name=Call+of+Duty%3A+Black+Ops&publisher=&platform=&genre=&minSales=0&results=200
  4. http://www.vgchartz.com/gamedb/?name=Call+of+Duty%3A+Modern+Warfare+2&publisher=&platform=&genre=&minSales=0&results=200
  5. Call of Duty Black Ops
  6. a et b (en) Brett Molina, « First impressions: 'Call of Duty: Black Ops' », USA Today,‎ 10 mai 2010 (consulté le 11 mai 2010)
  7. a et b (en) « Call of Duty: Black Ops », Xbox 360 The Official Xbox Magazine (UK), no 60,‎ juin 2010, p. 32 à 37
  8. (en) "a high-profile, action-packed title"
  9. (en) « Call Of Duty 7 won't be as big as Modern Warfare 2 - Activision », sur www.computerandvideogames.com (consulté le 16 janvier 2011 )
  10. (en) Rumour: Call of Duty casting call mentions “SOG in Vietnam” details characters
  11. (en) « The first time the entire 200-plus Treyarch team has been focussed on a single game. », sur www.videogamer.com (consulté le 16 janvier 2011 )
  12. a et b (en) Mike Snider, « First look: 'Call of Duty: Black Ops' swoops into action », USA Today,‎ 10 mai 2010 (consulté le 11 mai 2010)
  13. (en) « Pictures & Photos of Jeremy Dunn (Black Ops actor). », sur http://www.imdb.com
  14. a et b (en) Mike Snider, « More on 'Call of Duty: Black Ops' with Treyarch studio head Mark Lamia », USA Today,‎ 10 mai 2010 (consulté le 11 mai 2010)
  15. (en) Rumor: Call of Duty Moving on to Vietnam? (Kotaku)
  16. (en) « Call of Duty 7 Outed by LinkedIn Profile », sur www.pwnordie.com (consulté le 19 janvier 2011).
  17. (en) Call of Duty 7 confirmé pour 2010
  18. (en) « More call of duty 7 details revealed », sur www.mapmodnews.com (consulté le 19 janvier 2011).
  19. (en) « Gknova6 », sur callofduty.wikia.com (consulté le 19 janvier 2011).
  20. (en) [1] Annonce de Black Ops sur le site de Treyarch.
  21. (en) « site http://www.callofduty.com ».
  22. « Le nouvel opus de Call of duty fait un véritable carton. », sur www.ps3gen.fr (consulté le 16 janvier 2011)
  23. (fr) « 1 milliard pour Call of Duty : Black Ops », sur www.jeuxvideo.com,‎ 22/12/2010
  24. (fr) Jean-Baptiste Pochet, « Call of Duty : Black Ops a ramassé un bon petit pactole, et ça se traduit par des statistiques impressionnantes », sur www.jvn.com,‎ 22/12/2010 (consulté le 16/01/2011)
  25. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/11/25/black-ops-bat-le-record-du-meilleur-demarrage-d-un-jeu-video-en-france_1444788_651865.html
  26. http://www.jvn.com/jeux/articles/charts-us-black-ops-devient-le-jeu-le-plus-vendu.html?id=25724&page_reaction=2

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]