Mil Mi-28

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mi-28 Havoc A
Image illustrative de l'article Mil Mi-28
Mil Mi-28N

Rôle Hélicoptère d'attaque
Constructeur Drapeau : Russie Mil - Rostvertol PLC
Premier vol Prototype 012: 10 novembre 1982
Prototype Mi-28A: janvier 1988
Prototype Mi-28N: 14 novembre 1996
Mise en service 2006
Date de retrait Toujours en service
Coût unitaire 10-12 millions d'€
Équipage
2 (possibilité de transporter encore 3 personnes dans la baie arrière)
Motorisation
Moteur Klimov TV3-117VMA (en)
Nombre 2
Type Turbine
Puissance unitaire 2 200 ch
Nombre de pales 5
Dimensions
Image illustrative de l'article Mil Mi-28
Diamètre du rotor 17,20 m
Longueur 17,01 m
Hauteur 3,82 m
Masses
À vide 7 890 kg
Avec armement 10 700 kg
Maximale 12 000 kg
Performances
Vitesse de croisière 270 km/h
Vitesse maximale 320 km/h
Plafond 5 700 m
Vitesse ascensionnelle 816 m/min
Distance franchissable 460 km
Armement
Interne canon automatique 2A42 Shipunov de 30 mm.
Externe 4 pods à armement. Détail sous Armement.

Le Mi-28 (en russe : Ми-28[1],[2]) est un hélicoptère d'attaque russe antiblindé conçu par Mil. Il ne dispose pas de fonction secondaire de transport comme le Mi-24 et est surtout destiné à un rôle anti-char. Son code OTAN est Havoc (Havoc-A pour le Mi-28A et Havoc-B pour le Mi-28N)[3].

Cet appareil, actuellement produit par Rostvertol PLC, est destiné à :

  • Trouver et détruire les chars ennemis.
  • Éliminer les effectifs ennemis.
  • Installer des champs de mines.
  • Trouver et détruire les bateaux ou tout autre dispositif flottant ennemi.
  • Engager le combat avec les appareils volants ennemis.
  • Détruire des cibles aériennes volant à basse vitesse, de jour comme de nuit et par tout temps[4].

Développement du Mi-28[modifier | modifier le code]

Durant la guerre froide, l'URSS désirait un appareil plus léger et maniable capable de compléter son Mi-24. En 1976, le gouvernement de l'époque mit en compétition deux constructeurs : Kamov et Mil[5]. Les spécifications étaient les suivantes : capacités de transport pour 3 hommes (au lieu de 8 pour le Mi-24) en plus des deux pilotes ; meilleures performances et vitesse maximale. Plusieurs designs furent envisagés au départ, comme par exemple le projet de double rotor. Finalement en 1977 un design classique mono-rotor fut retenu.

En 1981, un design fut retenu et une maquette construite. Le premier vol du prototype (num. 012) eut lieu le 10 novembre 1982, suivi par un second prototype (num. 022) construit en 1983. Bien qu'ayant terminé la première phase des tests de sélection, en octobre 1984 l'Armée de l'air soviétique choisit le plus avancé Kamov Ka-50. Cependant le développement fut continué en parallèle par Mil.

En décembre 1987, la production à Rostov-sur-le-Don fut acceptée et en janvier 1988 le prototype du Mi-28A (num. 032) prit son envol. Cette version fut adaptée afin d'accueillir des moteurs plus puissants et un rotor de queue en ciseau ou « X » au lieu de la version standard 3 pales. Ce Mi-28A fut présenté en juin 1989 au salon de l'air de Paris. Un second prototype de la version Mi-28A (num. 042) fut construit en 1991.

Cependant, en 1993, le programme fut mis en sommeil en raison de son manque de compétitivité face au Ka-50, principalement dû à son incapacité à opérer par tout temps.

Mi-28N : Le retour du "Havoc"[modifier | modifier le code]

En 1995 le programme est ranimé grâce au Mi-28N ou Havoc-B. Cette version "N", pour Night (Nuit en anglais), a pour principales améliorations techniques[6] :

  • Nouveau système d'avionique intégrée (IKBO-28).
  • Installation d'un système électronique intégré de combat et d'un radar micro-ondes (N-025 Almaz-280) monté sur le rotor principal.
  • Installation d'un système de visualisation infrarouge (Forward-Looking InfraRed ou FLIR) et caméra sous le nez.
  • Nouvelle transmission permettant de délivrer plus de puissance au rotor principal.
  • Nouvelles pales pour une meilleure efficacité.
  • Nouveau système de contrôle d'injection du carburant.

Mais avant d'en arriver à la version finale, le développement du Mi-28N fut à nouveau interrompu à cause de problèmes financiers. Un second prototype fut dévoilé en avril 2004 à Rostverpol avec la transmission améliorée.

En juin 2005, l'Armée de l'air russe décida de tester le Mi-28N en vue de remplacer les Ka-50 et les Ka-52. Ils étaient jugés stratégiquement comme dépassés depuis la fin de la Guerre froide. De plus le Ka-52 n'était pas aussi performant que prévu, notamment à cause de son surpoids.

Après les essais de 2005, l'Armée de l'air russe commanda 3 Mi-28N, puis en ajouta encore 16 autres à sa commande. Les premiers appareils furent livrés en mai 2006. En septembre 2006, les essais de qualification démarrèrent avec les 5 premiers appareils.

Le 7 février 2008, les deux premiers Mi-28N de série furent livrés au Centre de préparation au combat et recyclage no 344 de l'Armée de l'air russe à Torzhok[7].

Le chef de l'Armée de l'air russe, le général Nikolai Makarov, a déclaré en janvier 2008 vouloir faire l'acquisition de 45 à 50 Mi-28N jusqu'en 2010[8]. D'ici 2015, l'Armée de l'air russe devrait posséder 300 Mi-28N qui vont remplacer les Mi-24[9] Cependant d'autres sources indiquent que seuls 69 Mi-28N seraient acquis par les forces aériennes russes[10]. Finalement, en 2012, on compte moins d'une trentaine d'engins en service. Pour 2015, l'aviation militaire devrait avoir 97 appareils de ce type, et au total il est prévu d'acquérir plus de 300 Mi-28N[11].

Le Mi-28N est également nommée Mi-28N(E) par son fabricant.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Mi-28A - Version originale du projet qui perdit la compétition contre le Ka-50
  • Mi-28N/MMW - Version améliorée du Mi-28A pouvant voler de jour comme de nuit et par tout temps.
  • Mi-28N ou Mi-28N(E) - Version la plus aboutie de l'hélicoptère d'attaque. Possibilité d'usage de jour et de nuit par n'importe quelle condition météo.
  • Mi-28D - Version simplifiée du Mi-28N pour des opérations diurnes.
  • Mi-28NAe - Version d'exportation pour la Corée du Nord
  • Mi-28L - Projet de version d'exportation pour l'Irak.
  • Mi-40 - Projet d'hélicoptère de transport armé. Abandonné durant la chute de l'URSS au profit du Mi-42, lui-même annulé peu après[12],[13].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les senseurs du Mi-28N au salon aéronautique MAKS-2007.

Le Mi-28N possède des caractéristiques intéressantes qui en font un hélicoptère redoutable :

  • Équipement électronique (navigation, armement, etc.) intégré à l'appareil et géré par deux ordinateurs.
  • Protection passive du pilote et du copilote : Cockpit totalement blindé résistant au tir de munitions perforantes ou incendiaires de calibre 12,7 mm.
  • Deux turbines séparées ayant leurs éléments vitaux protégés par un blindage supplémentaire. Possibilité de voler sur une seule turbine.
  • Utilisation de nouveaux matériaux résistant mieux aux dommages.
  • Possibilité de vol de jour ou de nuit par des conditions météo mauvaises, et cela même à basse altitude (5-15m selon le fabricant).

Armement[modifier | modifier le code]

L'armement du Mi-28 au salon aéronautique du Bourget de 1989.

Le Mi-28N peut accueillir différentes armes, en tourelle et sur ses 4 points d'emports[14].

  • Armement fixe:
    • Canon automatique Shipunov 2A42 de calibre 30x165mm, embarquant 250 projectiles. la cadence de tir est réglable à 200 ou 550 coups par minute. Il est monté sur la tourelle NPPU-28N. Sa portée pratique est de 2 500 m.
  • Armement amovible sur les 4 points d'emports :
    • Missiles guidés :
      • Jusqu'à 16 missiles guidés anti-chars 9M120 Ataka-B ou jusqu'à 8 missiles à détection infrarouge Igla-V.
    • Pods de roquettes amovibles :
      • Type S-8 (Calibre 80 mm) jusqu'à 80 pièces sur 4 pods ou Type S-13 (calibre 122 mm) jusqu'à 20 pièces sur 4 pods ou Type S-24 (Calibre 240 mm) jusqu'à 2 pièces.
    • Pods de mitrailleuses amovibles :
      • Jusqu'à 2 canons UPK-23-250 de 23 mm avec 250 projectiles chacune.
    • Mines :
      • Jusqu'à 4 lance-mines KMGU-2.


NPPU-28N[modifier | modifier le code]

Le NPPU-28N est une tourelle pour canon automatique équipant l'hélicoptère de combat Mil Mi-28. Elle permet un angle de tir horizontal de ±110°.

Le canon automatique de 30 mm 2A42 Shipunov y est installé.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Russie Russie
Drapeau du Venezuela Venezuela
Drapeau de l'Irak Irak
  • Une trentaine d'appareils commandés en 2012[16]. 13 livrés début janvier 2014.
Drapeau de l'Algérie Algérie
  • 42 hélicoptères devront être livrés en vertu d'un contrat signé en 2014[17].

D'autres pays se seraient montrés intéressés par cet hélicoptère de combat. Toutefois certains, comme la Corée du Sud, se sont désistés. Fin 2008, deux pays d'Amérique du Sud et l'Arabie saoudite se seraient montrés intéressés par l'appareil[18].

Culture Populaire[modifier | modifier le code]

Le MI-28 apparait dans plusieurs jeux vidéo dont les plus connus sont:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aéronefs comparables

Notes et références[modifier | modifier le code]