Frédéric Ier de Prusse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric Ier
Frédéric Ier, roi en Prusse, par Weidemann
Frédéric Ier, roi en Prusse, par Weidemann
Titre
Roi en Prusse
18 janvier 170125 février 1713
&&&&&&&&&&&0442112 ans, 1 mois et 7 jours
Couronnement 18 janvier 1701* Jacques Briard, « Protohistoire », sur http://www.universalis.fr, Encycopaedia Britannica (consulté le 7 juillet 2013)
Prédécesseur Création du titre
Successeur Frédéric-Guillaume Ier
Électeur de Brandebourg
9 mai 168825 février 1713
Monarque Frédéric III
Prédécesseur Frédéric-Guillaume Ier
Successeur Suppression du titre
Prince de Neuchâtel
3 novembre 170725 février 1713
Monarque Frédéric Ier
Prédécesseur Marie d'Orléans-Longueville, duchesse de Nemours
Successeur Frédéric-Guillaume Ier
Biographie
Dynastie Hohenzollern
Nom de naissance Frédéric de Hohenzollern
Date de naissance 11 juillet 1657
Lieu de naissance Königsberg,
Brandebourg-Prusse
Date de décès 25 février 1713
Lieu de décès Berlin, Prusse
Père Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg
Mère Louise-Henriette d'Orange-Nassau
Conjoint Élisabeth de Hesse-Cassel (1661-1683)
Sophie-Charlotte de Hanovre (1668-1705)
Enfant(s) Louise de Prusse
Frédéric de Prusse
Frédéric-Guillaume Ier de Prusse

Frédéric Ier de Prusse
Rois de Prusse

Frédéric Ier de Prusse (né le 11 juillet 1657 à Königsberg – mort le 25 février 1713 à Berlin), est prince-électeur (Kurfürst) de Brandebourg puis premier roi en Prusse le 18 janvier 1701, en échange de son soutien à l’empereur Léopold Ier du Saint-Empire dans la guerre de Succession d’Espagne contre la France.

Il est électeur de Brandebourg, duc de Prusse de 1688 à 1701 puis roi en Prusse de 1701 à 1713.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il devient prince-électeur en 1688 à la mort de son père le Grand Électeur Frédéric Guillaume Ier de Brandebourg. À cette époque il est nommé Frédéric III et changera son titre lorsqu’il devint roi.

Enfance[modifier | modifier le code]

C'est un enfant de santé fragile, à une époque où régnait une forte mortalité infantile ses chances de survie furent très faibles. Une malformation d’une épaule lui vaut de la part des Berlinois le surnom de « Fritz le penché ». Il survit néanmoins à cette période, mais gardera son handicap à l’épaule.

Électeur et roi[modifier | modifier le code]

Les possessions détenues par la Maison de Hohenzollern sont connues alors sous le nom de Brandebourg-Prusse. La Maison de Hohenzollern possède la Marche de Brandebourg dans le Saint-Empire romain germanique et le Duché de Prusse externe à l’Empire. Bien qu’il soit margrave, prince-électeur de Brandebourg et duc de Prusse, Frédéric souhaite obtenir le titre prestigieux de roi. Toutefois, selon les règles en vigueur en Allemagne à cette époque, aucun royaume ne peut exister dans le Saint-Empire romain germanique, à l’exception du royaume de Bohême.

Frédéric persuade l’empereur Léopold Ier d’accorder à la Prusse le statut de royaume. Cet accord est officiellement donné en échange d’une alliance de Frédéric Ier de Prusse contre Louis XIV de France lors de la guerre de Succession d'Espagne. L’argument avancé par Frédéric Ier étant que le duché de Prusse n’a jamais été la possession du Saint-Empire romain germanique, par conséquent aucun obstacle juridique ou politique ne peut entraver le couronnement de Frédéric Ier. Pour ces négociations, Frédéric Ier de Prusse obtient l’aide d’un diplomate français, Charles Ancillon.

Frédéric Ier de Prusse se couronne lui-même roi en Prusse le 18 janvier 1701 à Königsberg. Il informe l’empereur que ce titre de roi est limité à la Prusse.

Frédéric Ier ne fut jamais nommé « roi de Prusse ». Son titre est « roi en Prusse » : la plus grande partie des territoires de Frédéric étant dans le Saint-Empire romain germanique et cette association d’États ayant un empereur Habsbourg.

Frédéric Ier demande à l’empereur Joseph Ier du Saint-Empire le titre de roi de Prusse, mais c'est son petit-fils Frédéric II de Prusse qui sera le premier roi officiel de Prusse.

En 1707, il succède à Marie de Nemours comme prince du comté de Neuchâtel.

Frédéric Ier de Prusse est un protecteur des arts. En 1696, il fonde l’Académie des Arts (Akademie der Künste), le 11 juillet 1700, il fonde l’Académie des Sciences (Preußische Akademie der Wissenschaften). En 1699, il ordonne l’agrandissement du château de Berlin et la construction du château de Charlottenburg.

Il est inhumé en la cathédrale de Berlin depuis la réunification allemande, après que le régime communiste de la République démocratique allemande avait fait transférer sa dépouille en 1952 vers le château de Hohenzollern dans le Jura souabe (en Allemagne de l'Ouest à l'époque).

Famille[modifier | modifier le code]

Généalogie[modifier | modifier le code]

Frédéric Ier de Prusse appartient à la première branche de la Maison de Hohenzollern. Cette lignée donne des électeurs, des rois, des empereurs à la Prusse et l’Allemagne. Frédéric Ier de Prusse est l’ascendant de l’actuel chef de la Maison impériale d’Allemagne, le prince Georges Frédéric de Prusse.

Il est le troisième fils de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg et de Louise-Henriette d’Orange-Nassau.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Monument de Frédéric Ier au Tiergarten, allée de la Victoire, par Gustav Eberlein
  • De nouveau veuf, Frédéric Ier de Prusse épouse en 1708 Sophie de Mecklembourg-Schwerin (†1735), (fille de Frédéric Ier de Mecklembourg-Schwerin).

Voir aussi[modifier | modifier le code]