Maison de Hohenzollern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hohenzollern (homonymie).
Maison de Hohenzollern
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Hohenzollern
Devise Rien sans Dieu
Branches franconienne de Brandebourg-Prusse, souabe de Hohenzollern-Hechingen, Hohenzollern-Sigmaringen
Période IXe siècle
Pays ou province d’origine Hechingen (Souabe)
Allégeance Armoiries moderne Saint-Empire bicéphale.svg Saint-Empire Romain Germanique
Fiefs tenus comtes de Zollern (de 1061 à 1204), margraves d’Ansbach (1331), de Kulmbach (1340) et de

Brandebourg (1415-1803), ducs de Prusse (1618-1918)

Demeures château de Hohenzollern.
Fonction(s) militaire(s) Commandeur de l'Ordre Teutonique
Armoiries des Hohenzollern

La Maison de Hohenzollern est une famille noble et royale européenne qui régna en tant qu'empereurs sur l'Allemagne, en tant que rois sur la Prusse et la Roumanie, en tant qu'électeurs sur le Brandebourg, en tant que margraves sur Schwedt, Bayreuth, Kulmbach et Ansbach, en tant que burgraves sur Nuremberg et en tant que princes sur Hechingen et Sigmaringen.

La famille des comtes issus de Zollern prend une influence grandissante à partir du XIe siècle et donne naissance à la dynastie des Hohenzollern qui va se ramifier en plusieurs branches au cours des siècles.

Les Hohenzollern, famille d'origine noble, régnèrent pendant 900 ans.

Ses princes régnèrent tout d'abord sur de petits territoires puis, au fil des siècles, leur puissance s'accrut. Ses souverains parvinrent à régner sur un immense empire s'étendant de la Prusse à la Rhénanie, comprenant la Bavière et la Basse Saxe (plus les colonies correspondant à une partie de l'actuel Cameroun et de l'actuelle Tanzanie, du Togo et de la Namibie). Les différents monarques prussiens qui se succédèrent furent les artisans de l'instauration d'un IIe Reich (Empire) allemand s'étendant de Königsberg à Trèves, qui coexista au cours de ses 47 ans d'existence avec le Ier Reich austro-hongrois dont le territoire s'étendait d'Innsbruck à Cracovie et Sarajévo. Ces deux empires furent engloutis dans la défaite de 1918.

Le berceau de la Maison de Hohenzollern se situe autour de la ville de Hechingen en Souabe et naquit vers le XIe siècle. Le nom de cette famille tire ses origines dans le nom de leur château : le château de Burg-Hohenzollern. La Maison de Hohenzollern a pour devise « Sinus Deo » Rien sans Dieu. Elle adopta son blason en 1192.

La Maison de Hohenzollern se divisa en deux branches :

À partir de la proclamation de l'Empire allemand en 1871, ils ajoutèrent à leurs titres celui d'Empereur allemand qu'ils conservèrent jusqu'en 1918, date à laquelle Guillaume II fut contraint à l'abdication, conséquence de la défaite allemande pendant la Première Guerre mondiale et de la Révolution allemande de novembre 1918.

Origine de la Maison de Hohenzollern[modifier | modifier le code]

Château de Hohenzollern

Les comtes de Zollern régnèrent de 1061 à 1204 et auraient pour ascendants la Maison de Bouchardinger.

Branche aînée franconienne, branche de Brandebourg-Prusse[modifier | modifier le code]

La branche aînée franconienne de la Maison de Hohenzollern fut fondée par Conrad Ier de Zollern, burgrave de Nuremberg.

Cette branche devint protestante et s'agrandit par des alliances matrimoniales et l'acquisition de terres environnantes. Cette Maison défendit les droits de la Maison de Hohenstaufen et de la Maison de Habsbourg du Saint-Empire romain germanique entre le XIIe et le XVe siècle, elle fut récompensée de son dévouement par de multiples avantages territoriaux.

Dans un premier temps, la famille fit de petites acquisitions dans les régions de Franconie et de Bavière :

Dans un deuxième temps, la famille acquit des terres plus lointaines et plus vastes comme le Brandebourg et les régions prussiennes et polonaises

  • Margraviat de Brandebourg en 1415
  • Duché de Prusse en 1618

Ces différentes acquisitions propulsèrent la Maison de Hohenzollern, de petite famille princière à une de plus importantes Maison d'Europe.

Burgraves de Nuremberg (1192-1427)[modifier | modifier le code]

Frédéric VI de Nuremberg, Ier de Brandebourg

À la mort de Frédéric V, ses deux fils divisèrent l'héritage paternel.

  • 1420-1427  : Frédéric VI de Brandebourg-Ansbach (margrave de Brandebourg-Ansbach, Frédéric Ier de Brandebourg, électeur de Brandebourg
  • À la mort de Jean III de Nuremberg le 11 juin 1420, les deux principautés furent réunies sous le règne de Frédéric VI de Brandebourg-Ansbach. En 1412, Frédéric VI devint margrave de Brandebourg, électeur de Brandebourg (Frédéric Ier de Brandebourg). En 1420, il devint margrave de Brandebourg--Kulmbach.

À la mort de Frédéric Ier de Brandebourg ses terres furent partagées entre ses fils :

En 1427, le titre de burgrave de Nuremberg fut incorporé aux titres de margrave de Brandebourg-Ansbach et margrave de Brandebourg-Kulmbach.

Margraves de Brandebourg-Ansbach (1398-1791)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Principauté d'Ansbach.

Le 2 décembre 1791 Christian II Frédéric de Brandebourg-Ansbach vendit ses principautés à Frédéric-Guillaume II de Prusse.

Margraves de Brandebourg-Kulmbach (1398-1604), puis Margrave de Brandebourg-Bayreuth (1604-1791)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Principauté de Bayreuth.

Le 2 décembre 1791, Christian II Frédéric de Brandebourg-Ansbach vendit la principauté de Brandebourg-Bayreuth à Frédéric-Guillaume II de Prusse.

Ducs de Brandebourg-Jägerndorf (1523-1622)[modifier | modifier le code]

Le grand duché de Brandebourg-Jägerndorf fut acheté en 1523.

Le grand duché de Brandebourg-Jägerndorf fut confisqué par Ferdinand III du Saint-Empire en 1622.

Margrave de Brandebourg-Küstrin (1535-1571)[modifier | modifier le code]

le margraviat de Brandebourg-Küstrin fut créé selon les lois de succession de la Maison de Hohenzollern, cette principauté échut à la jeune lignée de Brandebourg.

À la mort de Jean Ier, la principauté de Brandebourg-Küstrin fut intégré au margraviat et l'électorat de Brandebourg en 1571.

Margraves de Brandebourg-Schwedt (1688-1788)[modifier | modifier le code]

De 1688 à 1788, le margraviat de Brandebourg-Schwedt fut une branche de la Maison de Hohenzollern.

Margraves et électeurs de Brandebourg (1417 à 1806)[modifier | modifier le code]

En 1701, le titre d'électeur de Brandebourg fut rattaché au titre de roi de Prusse.

Roi en Prusse (1701-1772)[modifier | modifier le code]

Le 18 janvier 1701, le titre de "roi en Prusse" fut accordé, même si les possessions de la Maison de Hohenzollern se trouvaient en dehors des limites du Saint-Empire romain germanique.

En 1772, le titre de roi de Prusse fut accordé lors de la formation du Royaume de Prusse.

Rois de Prusse (1772-1918)[modifier | modifier le code]

Prusse (1918)

Dès 1772, les titres de duc de Prusse et d'électeur de Brandebourg furent attachés au roi de Prusse.

En 1871, le royaume de Prusse fut assimilé à l'Empire allemand.

Rois de Prusse et empereurs d'Allemagne (1871-1918)[modifier | modifier le code]

Guillaume II d'Allemagne

En 1871, l'Empire allemand fut proclamé. À partir de 1871, les titres de rois de Prusse, de duc de Prusse et d'électeur de Brandebourg furent rattachés au titre d'empereur allemand.

Le neuf Novembre 1918, Guillaume II abdique, l'empire est aboli et la République proclamée.

Prétendants au trône allemand de 1918 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

À la mort de Guillaume II d'Allemagne en 1941, dernier roi de Prusse, dernier empereur allemand, les chefs de la Maison impériale d'Allemagne furent :

Le chef de la Maison de Hohenzollern est prince titulaire du royaume de Prusse et de l'empire allemand, il revendique également le titre de prince d'Orange.

Généalogie de la maison de Hohenzollern

La jeune lignée Souabe[modifier | modifier le code]

La lignée de Souabe est une branche de la Maison de Hohenzollern, elle fut fondée par le burgrave Frédéric IV de Nuremberg. Cette jeune lignée de Souabe comprenait les principautés d'Hechingen, Sigmaringen et Haigerloch. Cette branche souabe resta catholique romaine, en 1567, elle fut divisée en trois lignées : Hohenzollern-Hechingen, Hohenzollern-Sigmaringen et Hohenzollern-Haigerloch. Au décès du dernier comte de Hohenzollern, Charles Ier de Hohenzollern (1512-1579), le territoire fut divisé entre ses trois fils :

Eitel-Frédéric Ier de Hohenzollern-Hechingen (1545-1605) Charles II de Hohenzollern-Sigmaringen (1547-1606) Christophe de Hohenzollern-Haigerloch (1552-1592).

Ces trois principautés ne furent pas développées, c'est l'une des raisons pour lesquelles pendant la majeure partie de leur existence elles ne tinrent que peu d'importance dans l'histoire allemande. Toutefois, elles conservèrent leur rang de lignée royale et des membres de ces trois branches furent mariés à des princesses ou des princes de Maisons royales d'Europe.

En 1667, la principauté de Hohenzollern-Haigerloch fut incorporée aux deux autres. En 1850, les princes de Hohenzollern-Hechingen et Hohenzollern-Sigmaringen abdiquèrent et les principautés furent incorporées comme province de la Prusse des Hohenzollern.

La lignée de Hohenzollern-Hechingen s'éteignit en 1869. L'unique descendante fut Sophie de Hohenzollern-Hechingen qui épousa l'archiduc François Ferdinand d'Autriche-Este.

Un membre de la lignée de Hohenzollern-Sigmaringen, le prince Charles Eitel, second fils de Charles Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen fut désigné prince de Roumanie.

Après la révolte espagnole qui poussa Isabelle II d'Espagne à abdiquer en 1870, Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, fils aîné de Charles Antoine se vit offrir le trône d'Espagne. Malgré le soutien de Otto von Bismarck, Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen refusa ce trône, mais la France déclara malgré tout la guerre à la Prusse en 1870.

Charles Ier de Roumanie n'eut pas de descendants, ce fut Ferdinand Ier de Roumanie qui lui succéda en 1906.

De nos jours, la lignée de Hohenzollern-Sigmaringen est représentée par le dernier roi de Roumanie, Michel Ier de Roumanie et ses filles.

Comtes de Hohenzollern (1204-1575)[modifier | modifier le code]

Hohenzollern-Hechingen et Hohenzollern-Sigmaringen (1930)

En 1204, le comté de Hohenzollern fut établi en dehors de la fusion entre le comté de Zollern et le burgraviat de Nuremberg.

En 1575, le comté de Hohenzollern fut divisé en deux principautés : Hohenzollern-Hechingen, Hohenzollern-Sigmaringen.

Comtes puis princes de Hohenzollern-Hechingen - (1576-1623-1850)[modifier | modifier le code]

Le comté de Hohenzollern-Hechingen fut créé en 1576.

En 1850, la principauté de Hohenzollern-Hechingen fut vendue à la branche franconienne de la Maison de Hohenzollern, elle fut incorporée au royaume de Prusse.

Comte et princes de Hohenzollern-Sigmaringen - (1576-1623-1849)[modifier | modifier le code]

Le comté de Hohenzollern-Sigmaringen fut créé en 1576.

En 1623, Jean de Hohenzollern-Sigmaringen est élevé au rang de prince en récompense pour son soutien à Maximilien Ier de Bavière et Ferdinand II du Saint-Empire.

En 1850, la principauté de Hohenzollern-Sigmaringen fut vendue à la branche franconienne de la Maison de Hohenzollern, elle fut incorporée au royaume de Prusse. Dès lors, les membres de la famille continueront à porter le titre de princes de Hohenzollern-Sigmaringen (fürsten Hohenzollern-Sigmaringen) jusqu'à nos jours.

Maison royale de Roumanie[modifier | modifier le code]

Prince (1866-1881) puis rois (1881-1947) de Roumanie[modifier | modifier le code]

Les principautés unies de Roumanie furent créées en 1862, en 1859, le prince Alexandre-Jean Cuza réunit la Moldavie et la Valachie et devint le prince Alexandre-Jean Ier de Roumanie.

En 1866, il fut destitué par le Parlement roumain, qui invita un prince allemand, Charles de Hohenzollern-Sigmaringen à devenir le nouveau prince Charles Ier de Roumanie.

En 1881, la principauté de Roumanie fut érigée en royaume de Roumanie.

En 1947, la monarchie fut abolie et remplacé par la République populaire roumaine. L’ancien roi Michel Ier revendique le trône de Roumanie, malgré son abdication forcée par les communistes en 1947.

Comtes de Hohenzollern-Haigerloch (1567-1630 et 1681-1767)[modifier | modifier le code]

Le comté de Hohenzollern-Haigerloch fut créé en 1567.

Entre 1630 et 1681, le comté de Hohenzollern-Haigerloch fut incorporé au margraviat de Hohenzollern-Sigmaringen.

Après le décès de Francis Christophe Antoine de Hohenzollern-Haigerloch, le comté de Hohenzollern-Haigerloch fut définitivement incorporé à la principauté de Hohenzollern-Sigmaringen en 1767.

Les châteaux des Hohenzollern[modifier | modifier le code]

Article connexe : château de Hohenzollern.

Châteaux construits par des Hohenzollern ou ayant appartenu à des membres de la famille Hohenzollern:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]