Rochefort (Neuchâtel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rochefort.
Rochefort
Blason de Rochefort
Héraldique
Image illustrative de l'article Rochefort (Neuchâtel)
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
District Boudry[1]
NPA 2019
N° OFS 6413
Démographie
Gentilé Rochefortois
Population 1 061 hab. (31 décembre 2010)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 45″ N 6° 48′ 35″ E / 46.979176, 6.809728 ()46° 58′ 45″ Nord 6° 48′ 35″ Est / 46.979176, 6.809728 ()  
Altitude 1 012 m (min. : 530 m) (max. : 1 386 m)
Superficie 2 089 ha = 20,89 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Rochefort

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Rochefort

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Rochefort
Liens
Site web www.rochefort.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Rochefort est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Boudry.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Rochefort mesure 20,89 km2[3]. 5,0 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 32,4 % à des surfaces agricoles, 62,5 % à des surfaces boisées et 0,1 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Brot-Plamboz, La Sagne, Val-de-Ruz, Corcelles-Cormondrèche, Milvignes, Boudry et Brot-Dessous.

Elle se situe à une altitude moyenne de 759 m (collège). Son point le plus bas se situe dans les Gorges de l'Areuse (530 m) alors qu'elle atteint les 1 390 m à son point culminant, au nord des Cucheroud-Dessus. La commune de Rochefort englobe trois autres petits villages dépendants de l'administration rochefortoise qui se nomment : Les Grattes, Chambrelien et Montezillon. Les autres zones périphériques de Rochefort se nomment : La Tourne, Crostand, La Prise Ducommun et La Prise Immer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Rochefort est très important au niveau du trafic international grâce notamment à la route qui conduit de France à Neuchâtel, par le Val-de-Travers. Tout porte à croire que Rochefort existe depuis fort longtemps, en effet, dans le plus ancien document de l’histoire neuchâteloise, datant de 998, apparaît le nom du village de Broc. Il est quasi certain qu’à ce moment-là, Rochefort, mieux situé, existait déjà. En 1194 enfin, un HUMBERTUS DE Rupeforti est cité comme témoin dans l’acte pour lequel l’évêque de Lausanne fait don de la Lance à Fontaine-André. La localité du nom de Rochefort est ainsi attestée.[réf. nécessaire]

Rochefort possédait à l’époque un château dont les démêlés sont connus dans l’histoire neuchâteloise. Le château sera ensuite détruit dans les années 1500 suite aux nombreuses batailles qui l'on frappé. En effet, il sera finalement brûlé par des seigneurs agacés du comportement des résidents du château.[réf. nécessaire]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Rochefort possède 1 061 habitants fin 2010[2]. Sa densité de population atteint 50,8 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Rochefort entre 1850 et 2010[4] :

Scolarité[modifier | modifier le code]

Les enfants se rendent à l’école de Rochefort, de la 1re à la 7e année HarmoS. Font exception, les enfants de Montezillon qui fréquentent, de la 3e à la 7e année le collège de Montmollin. Un service de bus assure le transport des élèves de Chambrelien à Rochefort ainsi que celui des élèves des classes de 1re et 2e année qui habitent Montezillon.

Dès la 8e année HarmoS, tous les élèves de la Commune fréquentent le Centre scolaire de Colombier et environs (CESCOLE). Les CFF et le bus PTT assurent le transport.

Commerces et exploitations[modifier | modifier le code]

La Commune de Rochefort compte encore un peu plus d’une dizaine d’exploitations agricoles, ainsi que quelques artisans. On y trouve également un peu de petite industrie, mais la majorité des habitants exercent leur activité professionnelle à l’extérieur de la Commune.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  3. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 05/01/2012)

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]