Hauterive (Neuchâtel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hauterive.
Hauterive
Blason de Hauterive
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
District Neuchâtel[1]
NPA 2068
N° OFS 6454
Démographie
Gentilé Altaripiens
Population 2 550 hab. (31 décembre 2010)
Densité 1 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 55″ N 6° 58′ 15″ E / 47.01528, 6.970839 ()47° 00′ 55″ Nord 6° 58′ 15″ Est / 47.01528, 6.970839 ()  
Altitude 621 m (min. : 428 m) (max. : 1 047 m)
Superficie 212 ha = 2,12 km2
Divers
Nom officiel Hauterive (NE)
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Hauterive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Hauterive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Hauterive
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Hauterive est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Neuchâtel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Hauterive mesure 2,12 km2[3]. 29,6 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 11,6 % à des surfaces agricoles, 58,8 % à des surfaces boisées et 0,0 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Neuchâtel et Saint-Blaise.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Hauterive possède 2 550 habitants fin 2010[2]. Sa densité de population atteint 1 202,8 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Hauterive entre 1850 et 2008[4] :

Musées[modifier | modifier le code]

  • Laténium - Parc et musée d'archéologie de Neuchâtel
    • Le Laténium expose 50000 ans de préhistoire et d'histoire au travers de mises en scène inédites. Plus de cent sites archéologiques enfouis sous la terre ou sous les eaux du lac ont été mis au jour durant ces dernières années, couvrant la période allant de l'Homme de Néandertal au Moyen Âge. Le musée porte le nom de Laténium en hommage à La Tène qui, d'Irlande à la Roumanie, désigne la civilisation celtique du deuxième âge du fer. L'exposition permanente est un voyage dans le temps et dans l'espace. Elle accompagne le visiteur à la découverte de ses origines. Une approche ludique des techniques scientifiques utilisées en archéologie contribue à une animation interactive unique en Suisse.

Transports[modifier | modifier le code]

  • Bus de la ville de Neuchâtel
  • Débarcadère pour les bateaux de ligne

La pierre d'Hauterive[modifier | modifier le code]

Roche calcaire, de teinte jaune caractéristique. Il y a plusieurs carrières sur la commune d'Hauterive, toutes fermées. Les premières furent ouvertes par les Romains, on retrouve notamment de la pierre d'Hauterive dans les ruines romaines d'Aventicum (Avenches), et dans l'abbatiale de Payerne. Du nom d'Hauterive vient également la période géologique du Hauterivien. De nombreuses maisons d'Hauterive, de Neuchâtel, mais aussi des environs, ont été construites en pierre d'Hauterive. Le canton de Neuchâtel lui consacre maintenant quelques pages Internet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  3. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13/01/2009)