Laz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Laze (homonymie).
Laz
Image illustrative de l'article Laz
Blason de Laz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Canton Châteauneuf-du-Faou
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Cornouaille
Maire
Mandat
Annick Barré
2014-2020
Code postal 29520
Code commune 29122
Démographie
Gentilé Laziens
Population
municipale
693 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Population
aire urbaine
14 934 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 08′ N 3° 50′ O / 48.13, -3.8348° 08′ Nord 3° 50′ Ouest / 48.13, -3.83  
Altitude Min. 31 m – Max. 295 m
Superficie 34,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Laz

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Laz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laz

Laz [laz] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laz est située dans le canton de Châteauneuf-du-Faou (Finistère), au cœur d'une région vallonnée et boisée appelée Menez Du ou Montagnes Noires, qui s'étend sur une trentaine de kilomètres entre la commune de Gourin à l'est et celle de Gouézec, à l'ouest.

La commune, à l'habitat très dispersé en petits villages que l'on qualifierait de hameaux en d'autres régions, offre aux promeneurs et habitants des sites et des points de vues exceptionnels, donnant au sud sur la vallée de l'Odet et au nord sur l'Aulne canalisée et ses tranquilles écluses.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Historiquement, la commune fut au cœur d'une région chargée d'événements, avec une colonisation romaine attestée, une évangélisation par les fameux saints bretons et des traces du Moyen Âge dans quelques monuments et beaucoup de toponymes.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'histoire devient plus connue à compter du XVe siècle et particulièrement riche à partir du XVIIe siècle.

En 1486, les seigneurs de Laz font extraire du schiste ardoisier au lieu-dit Mengleuz-Moguer en Saint-Goazec[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Au printemps 1796, chargés par De Bar « de rallier des mécontents du côté de Carhaix et d'étendre l'insurrection dans le Finistère, des racoleurs parcoururent les campagnes de Langolen, Coray, Trégourez, Leuhan, Laz, prenant le nom des déserteurs, des conscrits et même des hommes mariés, et les avertissant, avec des menaces, de se tenir prêts quand on viendrait les réunir »[2].

Marquée par la période révolutionnaire, celle des guerres de Chouannerie et une terre ingrate, la commune ne connaîtra son essor qu'à compter du milieu du XIXe siècle, lorsque l'amendement et d'autres techniques agricoles en permettent la mise en valeur.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 693 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 280 1 383 1 133 1 291 1 358 1 429 1 404 1 555 1 433
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 242 1 251 1 250 1 201 1 209 1 238 1 245 1 203 1 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 389 1 412 1 464 1 383 1 384 1 370 1 290 1 211 1 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 025 996 863 786 706 694 744 753 696
2011 - - - - - - - -
693 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Après avoir culminé dans les années 1920, la population a régulièrement décru depuis. Ces cinq dernières années, une nouvelle population s'installe progressivement, beaucoup travaillant à Châteauneuf-du-Faou, Briec, Quimper, Carhaix et participe au renouveau du bourg et des villages.

Commerces[modifier | modifier le code]

Boulangerie-Epicerie-Salon de Thé "Ty Laz" – Bar/Tabac – Nombreux artisans

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Discothèque "Le Point de Vue"- Restaurant "Le Resto" - Point Cyber de Trégourez

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Laz est également reconnue pour ses entreprises :

- la biscuiterie Bretagne Gâteaux

- la fabrique artisanale de meubles Péron, dont le savoir-faire s’exporte aux U.S.A.,en Espagne, au Canada et en Belgique.

- KEIT-VIMP-BEV : société éditrice de jeux, de livres et de revues en bretons

- une carrière

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annick Fleitour, Le petit train Rosporden-Plouescat, Éditions Ressac, Quimper, 2001. [historique de la petite ligne de chemin de fer à voie étroite qui desservait Laz de 1912 à 1935]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Léna Gourmelen, Ardoise en Bretagne, Coop Breizh, 2008, [ISBN 978-2-84346-383-9]
  2. Daniel Bernard, Recherches sur la Chouannerie dans le Finistère, revue "Annales de Bretagne", 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115338s/f112.image.r=Perguet.langFR
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011