Trégourez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trégourez
Image illustrative de l'article Trégourez
Blason de Trégourez
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Canton Châteauneuf-du-Faou
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Cornouaille
Maire
Mandat
Hervé Donnard
2014-2020
Code postal 29970
Code commune 29291
Démographie
Gentilé Trégourézois, Trégourézoise
Population
municipale
970 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Population
aire urbaine
14 934 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 26″ N 3° 51′ 45″ O / 48.107222, -3.862548° 06′ 26″ Nord 3° 51′ 45″ Ouest / 48.107222, -3.8625  
Altitude Min. 85 m – Max. 227 m
Superficie 17,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Trégourez

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Trégourez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trégourez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trégourez

Trégourez [tʁeguʁɛs], située au cœur de la vallée de l'Odet, est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tregourez

Trégourez blasonne au 1 d'azur, à l'agneau pascal d'argent, arboré de sable ; l'étendard chargé d'une croix de même ; au 2 d'argent au dragon ailé de gueules ; au 3 d'hermine ; au 4 d'azur semé de grenouilles d'or ; une croix gironnée d'or de huit pièces portant sur le tout. Les grenouilles rappellent la mémoire du seigneur Wicon et l'étang des grenouilles à Ponthouar. Elles rappellent aussi le paganisme des temps anciens auquel s'oppose le christianisme (l'agneau pascal). En opposition encore, les hermines de la Bretagne ducale (XIIIe siècle et plus) et le dragon des Bretons des temps anciens, ceux qui ont fondé la paroisse. L'azur représente aussi le bleu du Pays Glazig dont Trégourez fait partie. Quant à l'agneau, il rappelle aussi le bélier de la Cornouaille.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Au printemps 1796, chargés par De Bar « de rallier des mécontents du côté de Carhaix et d'étendre l'insurrection dans le Finistère, des racoleurs parcoururent les campagnes de Langolen, Coray, Trégourez, Leuhan, Laz, prenant le nom des déserteurs, des conscrits et même des hommes mariés, et les avertissant, avec des menaces, de se tenir prêts quand on viendrait les réunir »[1].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 1944, Bernard Corentin, de Guilven, est tué à Pont ar Guip en Trégourez par des soldats allemands lors d'un incident entre la population locale et les troupes d'occupation[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 2001 Pierre Kerneis PCF Cultivateur
mars 2001 octobre 2004 François Le Garrec    
octobre 2004 en cours Hervé Donnard PCF Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Idunet du XVe siècle, rénovée aux XVIe et XVIIe siècles
  • Chapelle de Ponthouar du XVe siècle
  • Manoir du Gouërec du XVIIIe et XIXe siècles

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le petit train Rosporden-Plouescat, Annick Fleitour, Éditions Ressac, Quimper, 2001. Historique de la petite ligne de chemin de fer à voie étroite qui desservait Trégourez de 1912 à 1935.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 970 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
891 948 920 1 008 1 058 1 085 1 074 1 065 1 081
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 101 1 115 1 255 1 122 1 170 1 190 1 185 1 255 1 256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 292 1 470 1 502 1 410 1 336 1 275 1 313 1 213 1 129
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 111 1 004 921 878 939 949 944 944 970
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Bernard, Recherches sur la Chouannerie dans le Finistère, revue "Annales de Bretagne", 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115338s/f112.image.r=Perguet.langFR
  2. Éric Rondel, "Crimes nazis en Bretagne (Septembre 1941 -Août 1944)", Astoure éditions, 2012, [ISBN 978-2-36428-032-8]
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011