Course à la mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Course à la mer
Carte en anglais illustrant la course à la mer par ses points de jonction et les batailles significatives.
Carte en anglais illustrant la course à la mer par ses points de jonction et les batailles significatives.
Informations générales
Date du 12 septembre au 15 décembre 1914
Lieu France et Belgique
Issue Début de la guerre de tranchées
Belligérants
Drapeau français France
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau de la France Maud'huy
Drapeau de la France l'Amiral Ronarc'h
Drapeau de la France Victor Louis Lucien d'Urbal
Drapeau de l'Empire allemand Alexandre von Kluck
Première Guerre mondiale
Batailles
Front d'Europe de l’Ouest

Liège (8-1914) · Frontières (8-1914) · Anvers (9-1914) · Grande Retraite (9-1914) · Marne (9-1914) · Course à la mer (9-1914) · Yser (10-1914) · Ypres (10-1914) · Messines (10-1914) · Givenchy (12-1914) · Champagne (12-1914) · Hartmannswillerkopf (1-1915) · Neuve-Chapelle (3-1915) · 2e Ypres (4-1915) · Artois (5-1915) · Festubert (5-1915) · Linge (7-1915) · 2e Artois (9-1915) · 2e Champagne (9-1915) · Loos (9-1915) · Verdun (2-1916) · Hulluch (4-1916) · Somme (7-1916) · Fromelles (7-1916) · Arras (4-1917) · Vimy (4-1917) · Chemin des Dames (4-1917) · 2e Messines (6-1917) · Passchendaele (7-1917) · Cote 70 (8-1917) · 2e Verdun (8-1917) · Cambrai (11-1917) · Offensive du printemps (3-1918) · Lys (4-1918) · Aisne (5-1918) · Bois Belleau (6-1918) · 2e Marne (7-1918) · Château-Thierry (7-1918) · Le Hamel (7-1918) · Amiens (8-1918) · Cent-Jours (8-1918) · 2e Somme (9-1918) · Bataille de la ligne Hindenburg · Meuse-Argonne (10-1918) · Cambrai (10-1918)


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

La course à la mer désigne la dernière étape de la guerre de mouvement au début de la Première Guerre mondiale. Elle a lieu sur le front occidental de septembre à décembre 1914 à l'issue de la bataille de la Marne qui voit l'arrêt de l'offensive allemande et la consolidation du front ainsi obtenue de l'Oise jusqu'à la Suisse ; les belligérants tentent de se contourner au nord par le flanc ce qui les conduit jusqu'à la mer du Nord.

Les tentatives de faire bouger le front entre Oise et Suisse[modifier | modifier le code]

La bataille de l'Aisne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de l'Aisne (1914).

Les chefs alliés ont du mal à admettre que la guerre, qui aurait dû être rapide grâce à la doctrine de l'offensive à outrance, s'enlise sur un front fixe. En effet, après la bataille de la Marne, les armées antagonistes, épuisées, se sont enterrées, face à face. C'est le début de la guerre des tranchées. Aussi, les alliés tentent-ils une offensive. Les 5e et 6e Armées françaises et le BEF essayent d'envelopper l'aile ouest des Allemands entre l'Oise et l'Aisne. Mais, du 13 au 17 septembre, l'armée allemande contient les offensives alliées, puis contre-attaque et le front se stabilise à nouveau entre l'Oise et l'Aisne. Jusqu'à la fin de 1914, les deux côtés s'efforcent de fixer mutuellement les effectifs de l'adversaire dans cette région par des attaques limitées, pour éviter qu'ils puissent alimenter la manœuvre de débordement vers la mer du Nord que les Allemands entament avec vigueur. Ne pouvant atteindre Paris, but originel et mythique dans la pensée militaire allemande, l'état-major du Kaiser a convaincu celui-ci d'amplifier le plan de base de débordement des alliés sur leur gauche par un enveloppement qui doit mener à « la course à la mer », en espérant envahir complètement la Belgique. Mettant ainsi ce pays hors jeu, l'Allemagne espère pousser les Anglais au réembarquement, laissant la France seule pour se défendre.

La bataille de Saint-Mihiel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saillant de Saint-Mihiel.

Les Allemands piétinent durant tout le mois de septembre devant la place forte d'Anvers, la plus grande d'Europe constituée de trois ceintures de forts. L'armée belge, qui y est retranchée, effectue trois sorties offensives qui fixe 150 000 soldats allemands et une grosse artillerie de siège. Cependant, les Allemands espèrent isoler et investir la place fortifiée de Verdun qui se trouve à la jonction entre l'aile marchante de l'armée français et son aile fixe, l'état-major français se servant de la place comme appui et pivot entre sa gauche et sa droite. L'état-major allemand lance cinq corps d'armées de part et d'autre de la ville, le XIIIe et le XVIe sur l'axe Varennes-Clermont dans l'Argonne d'une part et les Ve, XIe et IIIe corps d'armée Bavarois entre Étain (Meuse)-Étain et Montsec. Ils s'emparent de Saint-Mihiel et coupent les voies ferrées, le canal et les routes entre Bar-le-Duc et Commercy. Mais la défense française est trop forte et le front se stabilise. Toute action offensive dans cette région s'achève alors.

Les batailles de Picardie et de l'Artois[modifier | modifier le code]

Des deux côtés, les grands états-major s'aperçoivent que la seule issue est d'essayer de déborder l'adversaire par le Nord-ouest entre Oise et la mer du Nord. Les 5e et 6e Armées françaises et les Ire et IIe Armées allemandes fixées de part et d'autre, il est nécessaire de former de nouvelles unités. Du côté allemand 18 corps d'armée et 4 corps de cavalerie constituent 3 armées, la IIe, VIe et IVe et un détachement d'armée. Du côté allié, 3 armées affluent vers ce nouveau théâtre la 2e, 10e et 8e avec le BEF et ce qu'il reste de l'armée belge qui, après trois contre-attaques sorties d'Anvers, s'est repliée sur une ligne Nieuport-Dixmude.

La première phase (25 septembre-4 octobre)[modifier | modifier le code]

L'intervalle entre l'Oise et la mer du Nord est essentiellement tenu par des territoriaux français et quelques éléments de cavalerie. La 2eArmée du général de Castelnau localisée en Lorraine est alors retirée, renforcée avec le 20e corps d'armée et envoyée au Nord de l'Oise grâce notamment à une manœuvre de rocade essentiellement fondée sur le réseau ferré. De même, les Allemands ont ramené la VIIIe armée de Heeringen d'Alsace. Du 25 septembre au 4 octobre, les ailes montent en puissance et s'étendent progressivement vers le Nord grâce à l'apport de nouvelles troupes qui se font face mutuellement au fur et à mesure de leur arrivée. Lorsque la 2e Armée atteint la Somme, elle s'étire dangereusement. Le commandant en chef envoie le général Maud'huy pour constituer la 10e Armée au Nord de la Somme.

La deuxième phase (4-15 octobre)[modifier | modifier le code]

Lorsque la 10e Armée française atteint l'Ancre, le 4 octobre, les Belges sont en grande difficulté, après avoir combattu devant Liège puis en battant les Allemands sur la Gette, à Halen, puis en tenant Anvers et sa région pendant un mois. Menaçant les arrières de l'armée allemande, ils remplissent leur rôle d'avant-garde générale des franco-anglais. Dans les conceptions de l'époque, une avant-garde générale est destinée à distraire des troupes ennemies du théâtre d'opérations principal. L'armée belge, repliée dans la vaste place forte d'Anvers d'où elle lance trois sorties, continue à remplir pleinement ce rôle en retenant 150 000 allemands, les empêchant ainsi de prendre part à la bataille de la Marne. À part le passage éclair à Anvers du Lord de l'Amirauté Winston Churchill, les Belges ne reçoivent d'aide que de 3 000 soldats anglais et de quelques canons de marine à longue portée qu'ils installent sur des wagons plats pour pouvoir les déplacer au gré des besoins. À la fin de septembre, après des combats qui durent depuis la fin du mois d'août, le gouvernement belge et le roi Albert 1er, présents à Anvers, décident le repli de l'armée pour éviter à celle-ci d'être coupée des alliés franco-anglais et pour se réunir avec eux. Le 9 octobre, la place est abandonnée sous la couverture de l'artillerie des forts de la rive gauche Mais il n'y a pas de reddition militaire et c'est le bourgmestre de la ville qui négocie l'entrée des troupes allemandes en recevant la promesse qu'il n'y aura pas de représailles sur la population. En se retirant, l'armée belge réussit un mouvement de rocade vers la côte par le nord-ouest aidée par les 7e D.I. et 4eD.C. britanniques débarquées à Zeebruge et Ostende et par les 6 000 fusiliers marins français de l'Amiral Ronarc'h. Finalement positionnée dans la région d'Ostende-Nieuport-Dixmude, l'armée belge a réussi son regroupement avec les franco-anglais en vue de la grande bataille que tout laisse prévoir.

Par ailleurs, pour améliorer la cohésion de son armée avec l'armée française, le général French demande au général Joffre de faire transporter les troupes britanniques dans la région de Lille. Les 2e et 3e corps d'armée britannique précédemment inclus dans le dispositif français sur l'Aisne sont donc déployés respectivement dans la région de la Bassée et dans la région de Hazebrouck. Le BEF occupe donc le secteur qui sera le sien pour le restant de la guerre, à la droite de l'armée belge. Pour gérer cet ensemble multinational français, britannique et belge, le général en chef Joffre délègue le général Foch auquel il donne le commandement des 2e et 10e Armées.

La troisième phase (15 octobre-fin décembre)[modifier | modifier le code]

Au 13 octobre et du Nord au Sud, le dispositif assez disparate est constitué comme suit :

L'ensemble des troupes françaises chargé de rétablir la liaison entre les Belges au Nord et les Britanniques au Sud, appelé à l'origine détachement d'armée de Belgique, prend le nom de 8e Armée, sous le commandement du Général d'Urbal, avec son chef d'état-major le lieutenant-colonel Louis. Le 15 octobre, le général Joffre souhaite reprendre l'offensive en direction du moyen-Escaut. Les troupes alliées parviennent jusqu'à Ypres sans pouvoir dépasser la ville. De leur côté, les Allemands qui ont suivi et répondu à la montée en puissance des Alliés choisissent pour direction stratégique Calais, afin de couper l'armée britannique de son lien le plus direct avec l'Angleterre. Arrivés les premiers, ils prennent l'initiative. À cet effet ils lancent une offensive sur deux axes :

  • vers le Nord, le Prince de Wurtemberg et sa IVe Armée, retirée du front de Champagne, renforcée par un détachement d'armée de commandé par le général von Fabeck, soit au total 20 divisions, vise à repousser l'armée belge au-delà de l'Yser.
  • vers l'Est, la VIe Armée retirée de Lorraine commandée par le Kronprinz de Bavière et qui comprend 10 divisions, vise à disjoindre les Français et les Anglais dans la région d'Arras.
Carte décrivant les étapes de la "Course à la mer" à l'automne 1914.

La Bataille de l'Yser[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de l'Yser.

Le roi des Belges Albert 1er a lancé une proclamation ordonnant à son armée de tenir sur place. Celle-ci est attaquée, dès le 15 octobre, par la IVe Armée allemande qui fait pression le long de la côte et sur le petit fleuve Yser. Pendant dix jours d'attaques et de contre-attaques, les premières tranchées faites de sacs de terre et de boyaux permettent aux alliés de riposter en s'abritant. Les Belges profitent aussi du talus de la voie ferrée Dixmude-Nieuport dominant la plaine pour s'en servir comme rempart. A leurs côtés, la 42e division française du général Grossetti et les quelques fusillers marins de l'amiral Ronarc'h. Les Allemands, qui ont amené sur le front des conscrits presque sans formation militaire, lancent des assauts en masse, croyant pouvoir profiter de leur supériorité numérique, mais en vain. Le sacrifice inutile de ces jeunes gens entraîne l'expression kindermord (meurtre d'enfants) dans l'opinion publique allemande à qui parviennent des échos des combats. Et, de plus, l'inondation de la plaine est décidée par le commandement belge qui ordonne l'ouverture des vannes protégeant les polders, terres cultivées situées sous le niveau de la mer. Commencée le 26 octobre, l'inondation provoque l'enlisement des forces allemandes qui ne parviennent pas à progresser. A Ypres, les Anglais sont retranchés dans les bâtiments. Mais l'artillerie allemande détruit la ville, ce dont les soldats anglais tirent profit pour s'embusquer dans les ruines des maisons et des bâtiments publics, les pans de mur, les anfractuosités et les caves devenant autant de redoutes propices à la défensive contre des troupes supérieures en nombre.

La bataille de la Bassée ou la première bataille d'Ypres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Première bataille d'Ypres.

Le commandement allié dégage des troupes du front grâce à l'inondation qui bloque l'assaillant et parvient à une avancée en direction d'Ypres. Celle-ci est bien tenue, mais les Belgo-Franco-Anglais sont obligés de s'arrêter autour de la ville et forment ce qu'on appelle le « saillant d'Ypres ». La VIe Armée allemande attaque la position sur trois côtés et avec des offensives de puissance croissante dès le 26 octobre puis le 6, 10 et 11 novembre. Les troupes dégagées de la région de l'Yser, où l'inondation interdit toute espoir de victoire aux belligérants, renforcent les effectifs de part et d'autre, mais aucune armée n'arrive à atteindre une supériorité décisive. Les Anglais, embusqués dans les ruines d'Ypres détruite par l'artillerie allemande, tirent profit des pans de mur, des anfractuosités et des caves pour bloquer l'ennemi. L'empereur Guillaume II, qui attend beaucoup de la bataille et qui s'est porté personnellement sur place le 27 octobre, doit regagner Luxembourg le 1er novembre sans avoir assisté à la victoire qu'il espérait. Les deux côtés s'épuisent tant au plan du personnel qu'au plan des munitions. Peu à peu, les Allemands relâchent la pression sur le saillant d'Ypres et, vers le 17 novembre, s'arrête la « course à la mer ». Le front se stabilise sur près de 700 km sur une ligne allant de la mer du nord à la frontière Suisse, traversant l'Artois, la Picardie, puis plus à l'est la Champagne et la Lorraine. En décembre 1914, le bilan des pertes depuis le 4 août 1914 est de plus de 300 000 hommes tués et 600 000 blessés du côté français.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Conclusion[modifier | modifier le code]

Avec la course à la mer s'achève toute velléité de guerre de mouvement de part et d'autre du front. Le front continu, de la mer du Nord à la frontière suisse ne varie plus de manière sensible. Les batailles de l'Yser et de la Bassée sont les prototypes des lourdes batailles à venir, très coûteuses en hommes et en matériel et qui ne débouchent que sur des succès limités : le conflit s'enlise dans la guerre de tranchées.

Lien externe[modifier | modifier le code]