Scapulaire (vêtement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir scapulaire.
Le Scapulaire de Notre Dame du Mont-Carmel ou Scapulaire Marron, porté par les laïcs

Le terme scapulaire (du latin scapula, épaule) désigne aujourd'hui deux sacramentaux chrétiens : le scapulaire monastique et le scapulaire de dévotion, les deux étant appelés "scapulaires"[1],[2].

Le "scapulaire monastique" est apparu le premier, aux environs du VIIe siècle dans l'Ordre de Saint-Benoît[3]. Le tissu est un peu plus large que les vêtements, il est composé d'un grand morceau de tissu à l'avant et à l'arrière, joint sur les épaules par deux bandes de tissu. Il peut varier en forme, en couleur, taille et style. Les scapulaires monastiques ont pour origine les tabliers portés par les moines du Moyen Âge, et ont ensuite été étendus aux habits des membres d'organisations religieuses, ordres ou confréries. Les scapulaires monastiques font désormais partie de la tenue des moines et religieuses dans de nombreux Ordre religieux (comme les Bénédictins, les Dominicains et les Carmes et Carmélites)[4],[5].

Le "scapulaire de dévotion" est un objet beaucoup plus petit, il a évolué à partir du scapulaire monastique. Celui-ci peut également être porté par des personnes qui ne sont pas membres d'un ordre monastique et l 'Église catholique le considère comme un sacramental. Le scapulaire de dévotion se compose généralement de deux petits morceaux (généralement rectangulaires) de tissu, de bois ou de papier plastifié, de quelques centimètres de taille, qui peuvent porter des images ou des textes religieux. Ils sont rejoints par deux bandes de tissu et le porteur place un carré sur la poitrine, pose les liens de tissu sur chaque épaule et laisse le deuxième carré de tissu pendre dans son dos[6],[7].

Dans de nombreux cas, les deux carrés du scapulaire contiennent un ensemble de promesses destinées aux fidèles qui les portent. Certaines promesses sont enracinées dans la tradition et d'autres ont été formellement approuvées par les chefs religieux. Par exemple, pour les catholiques, comme pour d'autres sacramentaux, au cours des siècles, plusieurs papes ont approuvé certaines indulgences pour scapulaires[8],[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Scapulaire sur une gravure dans un dictionnaire de 1888.
Abba Saint Antoine le Grand (IIIe siècle) peint avec le scapulaire monastique marron et un manteau.

L'origine exacte du scapulaire comme un vêtement utilitaire continue d'être débattue par les chercheurs[10]. Cependant, de nombreuses sources s'accordent à dire que le scapulaire a émergé à partir d'un morceau de tissu en forme de tablier porté par les moines. L'article 55 de la Règle de saint Benoît, datant du VIIe siècle, fait clairement référence à l'utilisation du scapulaire[4] [11] [12] [13] En occident, les éléments clés de l'habit d'un moine sont devenus par la suite la tunique, la ceinture, le scapulaire et la capuche. La tenue des religieuses inclut la tunique, le scapulaire et le voile sur la tête[14]. Certains auteurs interprètent le scapulaire comme un tablier symbolique basé sur le fait que les moines et les religieuses, lorsqu'ils sont occupés à des travaux manuels, ont tendance à le couvrir avec un tablier de protection ou rentrer soigneusement le haut ou jeter la bande de tissue placée devant en arrière sur leur épaule pour l'empêcher de se mettre en travers[15]

Le fait que certaines promesses spécifiques et indulgences étaient attachées au port du scapulaire a contribué à augmenter sa diffusion, comme on l'a vu avec l'exemple précoce du Scapulaire Marron, le vêtement des Carmes, qui comprenait la promesse que ceux qui le porteraient pieusement seraient épargnés par les feux de l'enfer[16]. Cette promesse a été fondée sur la tradition carmélitaine selon laquelle la Bienheureuse Vierge Marie serait apparue à Saint Simon Stock à Cambridge en 1251, en réponse à son appel à l'aide pour son ordre opprimé, et elle aurait recommandé le port du Scapulaire Marron de Notre Dame du Mont-Carmel et promis le salut pour tous les fidèles qui le porteraient pieusement[17],[18],[19]. Toutefois, cette question est sujette à débat parmi les spécialistes. Aujourd'hui les historiens se demandent si cette Apparition mariale a eu lieu, alors que d'autres soutiennent que c'est un autre frère carmélite qui a assisté à l'apparition[20],[21].

L'Ordre du Carmel indique sur son site web "Bien que l'historicité de la vision du scapulaire soit rejetée, le scapulaire lui-même est resté pour tous les Carmes un signe de la protection maternelle de Marie et comme un engagement personnel à suivre Jésus sur les traces de sa mère, le modèle parfait de tous ses disciples »[22].


Indépendamment des débats académiques sur l'origine exacte du Scapulaire Carmélitain, il est clair qu'il a été une partie de l'habit du Carmel depuis la fin du XIIIe siècle, et la Constitution des Carmélites de 1294 considère comme une faute grave de dormir sans un scapulaire, la Constitution de 1369 stipulant excommunication automatique pour les Carmélites qui disent la messe sans un scapulaire[23].

Une promesse du scapulaire connue historiquement, comme le Privilège Sabbatin, a été associée à une bulle papale (historiquement contestée) de Jean XXII. Elle affirme que, par son intercession spéciale, le samedi suivant leur mort, Marie viendra personnellement libérer et délivrer les âmes des fidèles du purgatoire. En 1613, l'Église interdisait la diffusion d'images et/ou de sculptures de Notre-Dame du Mont Carmel descendant dans le purgatoire, en raison d'erreurs prêchées concernant certains privilèges associés au Scapulaire (« le privilège Sabbatin » signifie « du samedi »[24]). Cependant, ce décret ne se prononçait pas sur le fond des privilège accordé dans la bulle papale antérieure. Par la suite, d'autres papes confirmeront ce privilège dont Saint Pie X en 1910, Benoît XV en 1916 et Pie XII en 1950[25]. Cependant, dans le même temps, l’Église autorisait les Carmes à prêcher que les mérites et l'intercession de Marie aideraient ceux «qui ont quitté cette vie dans la charité, ont porté durant leur vie le scapulaire, ont toujours observé la chasteté, ont récité le Petit office de la Sainte Vierge ou, si elles ne peuvent pas lire, ont observé les jeûnes de l’Église et se sont abstenus de viande les mercredis et samedis. "[26]

Aujourd'hui, les Carmes, tout en encourageant une croyance en l'aide et la prière de Marie pour leurs âmes après la mort, spécialement à ceux qui portent le Scapulaire avec dévotion, et se félicitent de la dévotion à Marie surtout la journée du samedi dans l’Église catholique[27], n'insistent pas trop sur le privilège Sabbatin[28],[29]

Cependant, historiquement, la croyance dans le Privilège Sabbatin a eu un impact fort sur la popularité du scapulaire, et l'augmentation du nombre de Carmes. Au cours des siècles, elle a contribué à la dévotion au scapulaire au point que l'encyclopédie du Moyen Âge l'appelait "l'une des principales dévotions mariales de la chrétienté"[4].

Les documents historiques documentent clairement la croissance de la dévotion au scapulaire pendant les XVIe siècle, XVIIe siècle et XVIIIe siècle en Europe. Le scapulaire bleu de l'Immaculée Conception, qui remonte à 1617, a finalement accordé un nombre significatif d'indulgences, et de nombreuses grâces ont été promises à ceux qui veulent honorer l'Immaculée Conception par le port du scapulaire bleu et mener une vie chaste selon leur état de vie. En 1885, le pape Léon XIII a approuvé le Scapulaire de la Sainte Face (également connu sous le nom Le Veronica) et élevé les Prêtres de la Sainte-Face à une Archiconfrérie[30]. Il a également approuvé en 1893 le scapulaire de Notre-Dame du Bon Conseil et celui de de Saint-Joseph, et le scapulaire du Sacré-Cœur en 1900[31].

Les scapulaires[modifier | modifier le code]

Scapulaire monastique[modifier | modifier le code]

Moines cisterciens du XXIe siècle avec une tunique blanche et un scapulaire noir sans capuchon.
Chartreux avec un scapulaires à capuchon blanc, par Francisco de Zurbarán, 1630-1635.

Aujourd'hui, le scapulaire monastique fait partie de la tenue vestimentaire de nombreux ordres religieux chrétiens, qu'ils soient masculins ou féminins. Il s'agit d'un vêtement extérieur sur la largeur de la poitrine, d'une épaule à l'autre. Il pend sur le devant et le dos presque jusqu'aux pieds, mais il est ouvert sur les côtés (il est noué par une ceinture à la taille). Il peut sembler similaire à la analavos portée dans le monachisme orthodoxe, mais il n'y est pas lié.

Le mot "Scapulaire" vient du latin scapulæ qui signifie "épaule". Mais le scapulaire monastique était parfois également dénommé scutum (c'est-à-dire bouclier) car il était posé sur la tête, et celle-ci était initialement couverte et protégée par une partie du vêtement (à partir de laquelle la capuche s'est ensuite développée). Un aspect spécifique de l'utilisation du scapulaire monastique depuis ses débuts était l'obéissance, et le terme jugum Christi, c'est-à-dire "joug du Christ" (Mt 11,29), a été utilisé pour se référer à lui. Si bien que retirer son scapulaire signifiait « renier la vie monastique embrassée, abdiquer le service de Dieu, manquer de fidélité aux engagements pris »[32]. Par exemple, la constitution des Carmes de 1281 prescrit que le scapulaire doit être porté la nuit (au lit) sous peine de faute grave. Et la constitution de 1369 comprenait l'excommunication automatique pour un carme disant la messe sans son scapulaire[23],[33],[34].

Au fil des siècles, les ordres religieux ont adapté le scapulaire de base comme ils pensaient être le mieux pour eux-mêmes, à la suite de quoi nous avons maintenant plusieurs modèles différents de scapulaires en usage, que ce soit par leur couleur, leur forme ou leur longueur. Par exemple, l'Ordre des dominicains et celui des Chartreux ont une capuche fixée à leur scapulaire, alors que d'autres ordres ont gardé la capuche distincte du scapulaire. Le choix de la couleur a pu changer au fil du temps, par exemple avant 1255 le scapulaire des Augustins pour les novices était noir et celui des frères laïcs était blanc, mais par la suite tous les scapulaires, sauf ceux des frères laïcs, sont devenus blancs[35].

Dans certains cas, le scapulaire monastique a été utilisé pour distinguer le rang du porteur au sein d'un ordre religieux. Par exemple, dans certaines pratiques monastiques byzantines il existait deux niveaux de moines ou de moniales professes : ceux du « petite habit » et ceux du « grand habit », ceux-ci, d'un rang plus élevé, n'avaient pas à faire de travail manuel. Dans ces cas, le « grand habit » était simplement distingué du « petit habit » par l'ajout d'un scapulaire décoré des instruments de la Passion[36].

Tout comme l'étole est devenu le vêtement marquant la charge d'un prêtre, le scapulaire monastique est devenu l'équivalent pour ceux embrassant la vie monastique. Aujourd'hui encore, un long scapulaire identifie son porteur en tant que membre d'un ordre religieux. C'est un symbole de la voie confraternelle, combinant en elle-même le principe de ora et labora (prière et de travail), et ainsi ce vêtement a ensuite été adopté par les laïcs pieux qui souhaitaient avoir un signe visible de leur dévotion.

Les petits scapulaires non-monastiques[modifier | modifier le code]

Certains auteurs suggèrent que la tradition de porter une forme réduite d'un scapulaire non-monastique a commencé au XIe siècle avec Saint Pierre Damien et que le scapulaire monastique a été progressivement transformé en un vêtement qui faisait partie de l'habit des moines et religieuses en un élément sacramental, plus petit, qui exprime la dévotion par les laïcs, appelés Oblats, qui vivent dans le monde, mais qui tiennent à être affiliés à un monastère[37].

Durant le Moyen Âge, il est devenu courant pour les fidèles chrétiens de participer à la spiritualité des nouveaux ordres mendiants comme auxiliaires, parfois appelés Tiers-Ordres parce qu'ils ont été fondés après les premiers ordres des moines (premier ordre) et des moniales (second ordre). Bien que ces personnes (appelée tertiaires) aient été autorisées à porter « l'habit tertiaire », comme ils n'avaient pas fait de vœux religieux, ils n'étaient généralement pas autorisés à porter le vêtement de l'ordre. Avec le temps, il a été considéré comme un grand honneur et un grand privilège de bénéficier d'un petit tissu attaché par des bandes portées sur le torse de la même manière que le scapulaire monastique complet. Des Confréries ont été formées dans lesquelles les gens se verraient accorder le port de cet objet comme une marque de leur participation aux bonnes œuvres d'un ordre particulier[38]. Les Tertiaires Franciscains portaient, à la place du scapulaire, un petit cordon autour de la taille à l'imitation de celui porté par les frères moines.

Après les perturbations de la vie religieuse au cours de la période de la Révolution française et des invasions napoléoniennes, le port de l'habit tertiaire a été interdit. Ainsi, il est finalement devenu commun qu'une forme plus petite de scapulaire monastique soit imposée sur un laïc. Plutôt qu'une grande longueur de tissu, il se composait de deux rectangles (d'une dizaine de cm de large, et beaucoup plus grands que dans le scapulaire de dévotion moderne) de laine rejoints par des bandes ou des cordelettes. Ceux-ci sont encore portés aujourd'hui par les membres du « Tiers-Ordre » franciscains, carmes et dominicains. Afin de profiter des avantages de l'ordre, les membres doivent porter constamment ce scapulaire. Cependant, en 1883, dans ses « Constitution sur le droit du Tiers-Ordre franciscain » appelé Misericors Dei Filius, le pape Léon XIII a déclaré que le port de ces scapulaires de taille moyennes du « Tiers-Ordre » ou les formes plus petites du scapulaire de dévotion accordent au porteur de gagner les mêmes indulgences associées à l'ordre[39]. Certains ordres religieux donnent encore une version courte (parfois appelé le « scapulaire réduit », mais cet usage est exceptionnel) de leur grand scapulaire à des laïcs qui sont spirituellement affiliés à leur ordre. Ces scapulaires courts sont conçus pour être discrets et peuvent être portés régulièrement sous les vêtements à la maison et au travail.

Dévotions au scapulaire[modifier | modifier le code]

Chapelet et Scapulaire

Les scapulaires de dévotion sont sacramentaux, principalement portés par les catholiques et certains luthériens, destinés à montrer l'engagement du porteur à une confrérie, un saint ou un mode de vie, ainsi qu'à rappeler à l'utilisateur ses promesses. Certains scapulaires de dévotion portent des images, ou des versets de la bible.

Les scapulaires de dévotion sont généralement constitués de deux pièces rectangulaires de tissu en laine, ou d'autre matière, qui sont reliés par des bandes. Un rectangle pend sur la poitrine du porteur, tandis que l'autre repose sur le dos, avec les bandes passant sur les épaules. Certains scapulaires présentent des bandes supplémentaires passant sous les bras et reliant les rectangles pour les empêcher de se déplacer sous les vêtements du porteur.

Les sources de la dévotion du scapulaire peuvent être attribuées au regroupement des laïcs en confréries pour leur direction spirituelle, par laquelle les fidèles se verraient attribuer quelque insigne, ou signe d'appartenance, et de dévotion. L'image ou le message sur le scapulaire reflète généralement le but de l'ordre, la tradition de l'ordre ou la dévotion favorite[40]. La dévotion du scapulaire, et les indulgences qui y sont attachées, a augmenté avec la croissance des confréries catholiques au cours des XVIIe siècle et XVIIIe siècle. En 1611, la confrérie des Ordre des Servites de Marie leur scapulaire noire des Sept Douleurs de Marie a reçu des indulgences du pape Paul V[41].

Au début du XXe siècle, la dévotion du scapulaire avait acquis une si forte popularité parmi les catholiques à travers le monde que la Catholic Encyclopedia de 1914 a déclaré: « Comme le Rosaire, le Scapulaire est devenu l'insigne de la dévotion catholique. "[42]. En 1917 lors des apparitions de Notre-Dame de Fátima la Vierge Marie est dite être apparue « avec un chapelet dans une main et un scapulaire dans l'autre ». Lúcia de Jesus dos Santos (l'un des trois enfants visionnaires Fatima) a déclaré que la Vierge Marie lui a dit: « Le Rosaire et le Scapulaire sont inséparables »[43],[44],[45]. Aux États-Unis le "Scapular Magazine" a aidé à inciter un million d'Américains à prier le Rosaire sur la base des messages de Fatima[46]. La dévotion au Rosaire et au scapulaire continue au XXIe siècle[47].

Bien qu'un certain nombre de scapulaires (par exemple le Scapulaire de la Sainte Face, aussi connu comme Le Veronica) soient des scapulaires entièrement christocentriques, les plus répandus, tels que le Scapulaire Brun de Notre Dame du Mont-Carmel et le scapulaire bleu de l'Immaculée Conception se rapportent à une dévotion et consécration mariale[48]. Les enseignements officiels de l'Église catholique indiquent que le Scapulaire du Mont Carmel est l'une des dévotions mariales les plus recommandées. Cela a été le cas à travers les siècles, et plus récemment avec les papes, y compris Pie XII, Paul VI ou Jean-Paul II, qui a déclaré qu'il a reçu son premier Scapulaire du Mont Carmel à âge de dix ans lorsque sa dévotion mariale prenait forme et il a continué à le porter durant son pontificat[49].

Statue chilienne de Notre Dame du Mont-Carmel portant un scapulaire brun

La Catholic Encyclopedia référence 18 scapulaires de dévotion approuvés par l’Église[42] :

  1. Le scapulaire blanc des Trinitaires (1193)
  2. Le scapulaire blanc de Notre-Dame de la Merci (1218)
  3. Le Scapulaire de Notre Dame du Mont-Carmel (1250)
  4. Le scapulaire noir des Sept Douleurs des Servites de Marie (1255)
  5. Le scapulaire bleu de l’Immaculée conception
  6. Le scapulaire rouge du Précieux Sang.
  7. Le scapulaire noir de la Passion (1720)
  8. Le scapulaire rouge de la Passion (1846)
  9. Le scapulaire noir du Secours des Malades (1860)
  10. Le scapulaire du Cœur Immaculé de Marie (1877)
  11. Le scapulaire bleu et noir de l’archange saint Michel (1880)
  12. Le scapulaire de Saint Benoît (1882)
  13. Le scapulaire de la Sainte Face (1885) qui est seulement une "pieuse pratique", sans indulgences ou promesses particulières, liées au vénérable Léon Papin Dupont dit "le saint homme de Tours"[50]
  14. Le scapulaire blanc de Notre-Dame du Bon Conseil (1893)
  15. Le scapulaire blanc de Saint Joseph (1898)
  16. Le scapulaire blanc du très Sacré-cœur de Jésus (1900)
  17. Le scapulaire des Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie (1901)
  18. Le scapulaire blanc de Saint Dominique (1903)

Auxquels s'ajoutent les suivants[51] :

  1. Le scapulaire de Vert : ce n'est pas à proprement parler un scapulaire, en ce sens qu'il est composé d'un seul morceau d'étoffe muni d'un seul cordon, vert également. Il a été révélé par la Sainte Vierge à sœur Justine Bisqueyburu, religieuse qui eut des apparitions en 1840, d'abord dans le couvent de la chapelle Notre-Dame-de-la-Médaille-miraculeuse, rue du Bac à Paris, puis à Blangy (Seine Maritime). Ce scapulaire a surtout en vue la conversion des pécheurs. Il a fait l'objet de deux approbations successives du pape Pie IX en 1863 puis en 1870[52].
  2. Le scapulaire de Notre-Dame de Pellevoisin
  3. Le scapulaire de Saint Camille de Lellis
  4. Le scapulaire de Saint François

De tous les types de scapulaires reconnus par l’Église, le plus connu, et peut-être le plus populaire, est le Scapulaire de Notre Dame du Mont-Carmel, parfois appelé le Scapulaire Brun en raison de la couleur de son tissu[53]. Le port du scapulaire de dévotion a été considéré comme une méditation constante par Mgr Leo De Goesbriand[54]:

« Où que je sois, quoi que je fasse, Marie ne me voit pas sans voir sur mon corps une preuve de mon dévouement pour elle. »

D'un point de vue spirituel, le Père Étienne Richer affirme que la dévotion du scapulaire est l'un des principaux sacramentaux de l'Église catholique qui harmonise, avec la liturgie, dans un processus méditatif[55].

Références[modifier | modifier le code]

  1. J L Neve, 2007, Churches and Sects of Christendom ISBN 1-4067-5888-4 page 158
  2. Catherine Fournier, 2007, Marian Devotion in the Domestic Church Ignatius Press ISBN 1-58617-074-0 page 18
  3. Mackenzie Edward Charles Walcott, 2008, Sacred Archaeology Kessinger Publishing ISBN 978-0-548-86235-3 page 70
  4. a, b et c Andre Vauchez, 2001, Encyclopedia of the Middle Ages, Fitzroy Dearborn Press ISBN 978-1-57958-282-1 page 1314
  5. William Johnston, Encyclopedia of Monasticism ISBN 1-57958-090-4 page 310
  6. James O'Toole, 2005, Habits of Devotion: Catholic Religious Practice in Twentieth-Century America, Cornell University Press ISBN 978-0-8014-7255-8 page 98
  7. Matthew Bunson, 2004, Encyclopedia of Catholic History, OSV Press ISBN 978-1-59276-026-8 page 804
  8. Frances Andrews, 2006, The Other Friars: The Carmelite, Augustinian, Sack and Pied Friars in the Middle Ages, ISBN 978-1-84383-258-4 page 33
  9. Samuel Phillips Day, 2009, Monastic institutions BiblioLife ISBN 1-103-07534-9 page 108
  10. Robert Maguire, 2008, Papal Indulgences: Two Lectures Kessinger Publishing ISBN 1-4370-2970-1 page 53
  11. Terryl Nancy Kinder, 2002, Cistercian Europe, Eardman Press ISBN 0-8028-3887-1 page 59
  12. Règle de saint Benoît (RB) ch. 55.4-6: "… dans les régions tempérées pour chaque moine une coule(manteau) et une tunique suffira - en hiver, une coule(manteau) velue en hiver, en été légère et usagée ;avec cela est nécessaire, un scapulaire pour le travail, et des chaussures: chaussettes (pedules, slip-chaussures) et des chaussures… "
    Timothy Fry, "RB 1980", p. 262, commente: « Ce mot ( scapulare) se trouve dans l'antiquité seulement ici au RB et Vita patr. iuren. 3.5, où il apparaît comme un vêtement d'été. De Vogüé 6.916 pense que c'est une version modifiée de cuculla spécialement adapté pour le travail. Il découle clairement du latin omoplate, qui signifie «épaules», et l'on peut raisonnablement conclure qu'il s'agissait d'un vêtement sans manches ou à manches courtes… Cependant, A. Guillaumont, "Evagre le Pontique: Traité Pratique" (SC 171, Paris, Éditions du Cerf, 1971, p. 488), suggère que le scapulaire peut être l'équivalent du grec analabos, que Cassien ( inst. 1,5) traduit de manière incertaine par trois termes: subcinctoria, redimicula et rebracchiatoria, dont le but est de fixer la tunique de travail.
  13. RB 55,6 indique le mot imprécis «travail» et non «travail manuel» (comme en RB 48,1 qui indique «travail manuel»), tandis qu'ailleurs il est fait mention de «l'Œuvre de Dieu», sans doute non seulement dans le cadre de la prière (par exemple RB 7.63, 22.6 , 58,7). Apparemment donc la Règle de Benoît concerne à la fois la prière et le travail comme «travail». Ainsi, que ce soit dans l'oratoire ou dans les champs, un moine est toujours à l'œuvre, et donc un «scapulaire pour le travail» doit toujours être porté. RB 22,5 soutient ceux qui maintiennent qu'il est destiné à être porté même durant la nuit. Ces considérations confirment que saint Benoît signifiait que le scapulaire devait être porté non pas comme vêtements de protection, mais pour une raison symbolique, comme à l'est le moine dans le monastère. Le but des moines est évident d'après la Règle Bénédictine, qui est une compilation des préceptes pour ceux qui souhaitent par "le travail d'obéissance pour revenir à celui dont ils avaient dérivé à travers la paresse de la désobéissance" (RB Prol 2) et, par conséquent, en réponse au «Seigneur cherchant son ouvrier dans la foule de gens» (RB Prol 14), subissent «l'enseignement» dans «une école du service du Seigneur» (RB Prol 45-50). Le port du scapulaire semble donc indiquer que l'ouvrier du Seigneur va au travail de son maître. Une lumière ou point minimal sur la tenue vestimentaire, comme cela a été suggéré pour des raisons linguistiques, serait mieux adapté à une symbolique qu'un usage protecteur.
  14. William Johnston, Encyclopedia of Monasticism ISBN 1-57958-090-4 page 309
  15. Terrence Kardong, 1996, Benedict's Rule: A Translation and Commentary Liturgical Press ISBN 0-8146-2325-5 page 444
  16. Henry Charles Lea, 2002, A History of Auricular Confession and Indulgences in the Latin Church, Adamant Media Corp. ISBN 1-4021-6108-5 page 263
  17. EWTN Histoire du Scapulaire [1]
  18. Matthew Bunson, 2008, The Catholic Almanac, ISBN 978-1-59276-441-9 page 155
  19. Gerald M. Costello, 2001, Treasury of Catholic Stories, OSV Press, ISBN 978-0-87973-979-9, page 128
  20. Richard Copsey, 1999, Simon Stock and the Scapular Vision, The Journal of Ecclesiastical History, 50:4:652-683
  21. Benedict Zimmerman, O.C.D., The Carmelite Scapular, "The Month", Vol. 150, 1927, p. 323-237
  22. (en) St. Simon Stock, Religious (M)
  23. a et b (en) Fr. William Most, « The Brown Scapular » (consulté le 29 mai 2013)
  24. 1912 Catholic Encyclopedia. Sabbatine Privilege -- « La Bulle du Saint Empire romain général Inquisition 20 janvier 1613, clarifiant ce qui est permis pour les carmélites de prêcher en ce qui concerne le Scapulaire interdit les peintures d'images représentant, en accord avec la Bulle, la Mère de Dieu descendant au purgatoire ((la) cum descensione beatae Virginis ad animas in Purgatorio liberandas) »
  25. (fr) « Promesses de Marie », sur Site dédié au scapulaire (consulté le 29 mai 2013)
  26. 1912 Catholic Encyclopedia. Sabbatine Privilege
  27. La journée du samedi est particulièrement dédiée à Marie
  28. The Scapular of Our Lady of Mount Carmel: Catechesis and Ritual
  29. http://carmelitanacollection.com/catechesis.html Online version of the official Carmelite Catechesis on the Brown Scapular
  30. Henry Charles Lea, 2002, A History of Auricular Confession and Indulgences in the Latin Church, Adamant Media Corp. ISBN 1-4021-6108-5 page 506
  31. Francis de Zulueta, 2008, Early Steps In The Fold, Miller Press, ISBN 978-1-4086-6003-4 page 317
  32. « Habillement et linges liturgiques dans l’Église catholique de rite latin », Abbaye St Hilaire du Vaucluse (consulté le 20 juin 2013) Chapitre "Vêtements des Ordres mendiants"
  33. John Welch, 1996, The Carmelite Way Paulist Press ISBN 978-0-8091-3652-0 page 58
  34. Father Kieran Kavanaugh, 2008, Scapular Devotion
  35. Francis de Zulueta, 2008, Early Steps In The Fold, Miller Press, ISBN 978-1-4086-6003-4 page 89
  36. Aleksei Pentkovsky, 1999, The Pilgrim's Tale Paulist Press ISBN 0-8091-3709-7 page 43
  37. Greg Dues, 1992, Catholic Customs and Traditions, Twenty-Third Publications ISBN 0-89622-515-1 pages 127 and 185
  38. Ann Ball, 2003 Encyclopedia of Catholic Devotions and Practices ISBN 0-87973-910-X page 512
  39. (en) Misericors Dei Filius sur le site des archives Franciscaines
  40. Francis de Zulueta, 2008, Early Steps In The Fold: Instructions for Converts, and Enquirers, Miller Press, ISBN 978-1-4086-6003-4 page 300
  41. Henry Charles Lea, 2002, A History of Auricular Confession and Indulgences in the Latin Church, Adamant Media Corp. ISBN 1-4021-6108-5 page 469
  42. a et b Scapular sur la Catholic Encyclopedia
  43. Thomas W. Petrisk, 1998, The Fatima Prophecies, St. Andrews Press, ISBN 978-1-891903-30-4 page 345
  44. Lúcia de Jesus dos Santos, 1976, Fatima in Lucia's Own Words, Ravengate Press ISBN 0-911218-10-6
  45. Lynette Marie Ordaz, 2008, The Real Mary, Authorhouse Books, ISBN 978-1-4343-4332-1 page 88
  46. Eli Lederhendler, 2006 Jews, Catholics, and the Burden of History Oxford University Press ISBN 0-19-530491-8 page 98
  47. (en) Cardinal Urges Devotion to Rosary and Scapular Zenit News 2008
  48. (en) THE CONFRATERNITY OF THE IMMACULATE CONCEPTION OF THE MOST BLESSED VIRGIN MARY sur le site du scapulaire bleu de l'Immaculée Conception
  49. Pape Jean-Paul II, 1996, Gift And Mystery, Doubleday Books ISBN 978-0-385-40966-7 page 28
  50. (en)Scapular of the Holy Face sur en.wikipedia
  51. Les Scapulaires sur le site dédié au scapulaire de Notre-Dame du Mont Carmel.
  52. Source : feuillet d'informations distribué par le sanctuaire de la Médaille miraculeuse.
  53. Mark Miravalle, 1993, Introduction to Mary, Queenship Publishing ISBN 978-1-882972-06-7, page 174
  54. L. De Goesbriand 2008, Meditations for the Use of the Secular Clergy ISBN 978-1-4086-8655-3 page 408
  55. Raymond Burke, 2008, Mariology: A Guide for Priests, Deacons, seminarians, and Consecrated Persons, Queenship Publishing ISBN 1-57918-355-7 page 667

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel, édit.: Traditions Monastiques, Abbaye Saint-Joseph de Clairval, 21150 Flavigny-sur-Ozerain, 61 pages, 4° édition : 2007, ISBN 2-87810-060-3 (publié aussi en 5 autres langues ; ce livre et les scapulaires sont vendus par correspondance).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]