Tiers état

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tiers-état)
Aller à : navigation, rechercher

En France, sous l'Ancien Régime, le Tiers état désigne les députés aux États généraux qui représentaient les villes privilégiées, c'est-à-dire les députés de la bourgeoisie[1]. En effet, les États provinciaux et généraux étaient des assemblées purement fiscales, dont la fonction était de voter l'impôt et d'en décider la répartition entre les différentes circonscriptions administratives. Elles étaient constituées de trois sortes de députés, selon que les circonscriptions fiscales relevaient d'une seigneurie appartenant à l'un des trois ordres : ecclésiastique, laïc ou tierce (autre)[2], c'est-à-dire les villes ayant le privilège d'exercer elles-mêmes la haute justice. Dans la plupart de ces villes, comme Toulouse, la seigneurie comtale appartenait à la municipalité, et les fonctions de maire étaient nobles et anoblissantes.

Contrairement à l'historiographie officielle apparue en 1789 avec la publication du célèbre pamphlet Qu'est-ce que le Tiers État ? de l'Abbé Sieyès, les députés ne représentaient pas chacun les membres de leur ordre, c'est-à-dire ceux de la noblesse les nobles, ceux du clergé les ecclésiastiques, et les députés du Tiers état les roturiers, mais toute la population de leurs circonscriptions.[réf. nécessaire]

Une fois leur montant global décidé, les impositions étaient réparties par provinces, puis par généralités, ensuite par paroisses, puis par feu (foyer). Il n'y avait pas de répartition des impôts entre les ordres, puisque la noblesse et le clergé étaient exemptés du fait qu'ils n'exerçaient pas de fonctions économiques lucratives. Leurs recettes étaient des recettes fiscales ou parafiscales destinées à assurer des charges d'intérêt général au niveau local ou national.

Origine[modifier | modifier le code]

l'organisation sociale en trois ordres

Le Tiers état trouve son origine dans la fonction de « ceux qui travaillent » (laboratores), fonction mise en évidence par les travaux de Georges Dumézil sur les fonctions tripartites indo-européennes, et de Georges Duby sur les trois ordres[3]. L'organisation de la société médiévale en trois ordres apparaît chez Adalbéron de Laon.

Rôle politique du Tiers état[modifier | modifier le code]

Le Tiers état joue un rôle politique qui n'est pas seulement de défendre les intérêts fiscaux de villes et de la bourgeoisie, tandis que ceux de la Noblesse défendent les intérêts des populations rurales de leurs circonscriptions. Il est aussi d'aide à la réforme de l'administration publique : nombre de grandes ordonnances du XVIe siècle prennent en compte les problèmes des villes en s’appuyant directement sur les doléances du Tiers état : en 1561 à Orléans, 1566 à Moulins, 1579 à Blois, par exemple.

Cette contribution du Tiers état à l'œuvre législative se comprend aisément : il regroupe en effet tous les administrateurs et les principaux techniciens du droit. En 1614, sur les 187 députés du Tiers état, on compte trois bourgeois, deux marchands, mais trente avocats, cinquante-huit lieutenants-généraux et cinquante-six officiers de bailliages. En 1789, on compte, sur les 578 députés du Tiers état, près de 200 avocats.

Si les états généraux ne sont pas réunis entre 1614 et 1789, le rôle politique du Tiers état se maintient à travers les états provinciaux et les états particuliers. De plus, les membres du Tiers état participent activement aux gouvernements depuis le règne de Louis XIV qui ne fait jamais appel, dans ce domaine, à la noblesse.

Le pouvoir royal s’appuie longtemps sur les députés du Tiers état pour faire fléchir les ordres privilégiés. Le Tiers état a longtemps été utilisé par la royauté comme un rempart contre l’« anarchie féodale ».[réf. nécessaire]

À la veille de la Révolution, le doublement du nombre de députés du Tiers état par rapport aux états généraux de 1614, fait que leur nombre égale ceux des deux autres ordres, ce qui leur donne la majorité dans la nouvelle « Assemblée constituante ».

Le Tiers état et la Révolution française[modifier | modifier le code]

« J'suis du Tiers-état. » (eau-forte coloriée, an., s. d.).

Avec la Révolution française et l’abolition de l’Ancien Régime, le sens même du terme « tiers état » change. La Révolution fonde, de fait, l’Ancien Régime, et elle exprime par la négative l’expérience passée. L’Assemblée nationale vote ainsi qu’elle « détruit entièrement le régime féodal » le 11 août 1789 après des débats débutés dans la nuit du 4 août. C’est la fin juridique de l’existence du tiers état, mais ce terme, que beaucoup confondent dès lors avec un vague synonyme de « peuple », avec un arrière-fond de misérabilisme est loin de disparaître du vocabulaire. L’Abbé Sieyès est avant-gardiste dans ce domaine en lançant dès janvier 1789 un libelle fameux :

« Qu’est-ce que le Tiers État ? Tout.

Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien[1] . Que demande-t-il ? À être quelque chose. »

Emmanuel Joseph Sieyès : Qu'est-ce que le Tiers État ? (1789) :

auquel fera écho la maxime humoristique non moins fameuse :

« Qu’est ce que le tiers état ? Rien. Que veut-il ? Tout. »

Au XIXe siècle, Proudhon reprend sur le même registre[4] :

« Qu’est-ce que le tiers état ? Rien. Que doit-il être ? Tout. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Le Tiers état », sur home.nordnet.fr (consulté le 6 novembre 2010).
  2. (fr) « Tiers état », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 6 novembre 2010).
  3. Georges Duby, Les trois ordres ou l'imaginaire du féodalisme, 1978
  4. Qu'est-ce que la propriété ?, chap.1 p. 28 de l'édition originale (cf Gallica)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]