Jack Clayton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clayton.

Jack Clayton

Naissance
Drapeau du Royaume-Uni Brighton, East Sussex (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès (à 73 ans)
Drapeau du Royaume-Uni Slough, Berkshire
(Royaume-Uni)
Profession Réalisateur, Producteur, Scénariste
Films notables Les Chemins de la haute ville
Les Innocents
Gatsby le magnifique

Jack Clayton, né le à Brighton, et décédé le à Slough (Royaume-Uni), est un producteur, réalisateur et scénariste britannique qui se spécialisa dans l’adaptation d’œuvres littéraires.

Carrière[modifier | modifier le code]

Clayton commença sa carrière en travaillant pour les studios Denham d’Alexander Korda où, arrivé comme garçon de courses, il devint progressivement monteur.

Après avoir servi dans la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale, il devint producteur associé pour plusieurs films de Korda, avant de diriger le court-métrage The Bespoke Overcoat (en) (1956) basé sur l’adaptation théâtrale (1953) que fit Wolf Mankowitz (en) de la nouvelle de Nicolas Gogol, Le Manteau (1842). Ce film resituait l’action de l’histoire de Gogol dans un entrepôt de vêtements de l’East End de Londres et faisait d’un pauvre juif le fantomatique protagoniste.

Son premier long-métrage fut Les Chemins de la haute ville (Room at the Top, 1959), un réquisitoire sévère contre le système des classes britannique ; le film remporta deux oscars — dont l'Oscar de la meilleure actrice décerné à Simone Signoret — et valut à Clayton une nomination pour l’Oscar du meilleur réalisateur et fut considéré comme l’un des films fers de lance du mouvement du réalisme cinématographique en Grande-Bretagne.

Clayton poursuivit avec ce qui allait devenir un classique du cinéma fantastique : Les Innocents (The Innocents, 1961), une histoire de fantômes tirée du roman de Henry James Le Tour d'écrou. Clayton ensuite demeura inactif pendant durant plusieurs années ; il allait d’ailleurs faire suivre chacune de ses réalisations d’une longue période d’inactivité pendant toute sa carrière.

Il réalisa Le Mangeur de citrouilles (The Pumpkin Eater, 1964), Chaque soir à neuf heures (en) (Our Mother's House, 1967), puis, sept ans plus tard, une grosse production américaine, l’adaptation éponyme du roman de Francis Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique (The Great Gatsby, 1974). Le film fut un échec et, sans doute à cause de cela, il fallut attendre neuf ans pour retrouver Clayton derrière la caméra, pour une adaptation du roman de Ray Bradbury, La Foire des ténèbres (Something Wicked This Way Comes, 1983), qui reçut un accueil tout aussi mitigé.

The Lonely Passion of Judith Hearne (en), son dernier long-métrage (1987), réalisé en Grande-Bretagne, fut l’occasion pour Maggie Smith de montrer toute l’étendue de son talent, en interprétant le rôle d’une veille fille se débattant avec le vide de son existence. Le film valut enfin à Clayton les premières critiques élogieuses depuis de nombreuses années. Il allait retrouver Smith en 1992, pour un téléfilm cette fois : Memento Mori, tiré d’un roman de Muriel Spark ; Clayton en écrivit également le scénario.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Une fois qu’on lui demandait quelle était sa religion ; il répondit : "ex-catholique".
  • Jusqu’à son décès, il fut l’époux de l’actrice israélienne Haya Harareet.

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme Producteur[modifier | modifier le code]

comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]