Dalton Trumbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dalton Trumbo

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Dalton Trumbo devant la chambre du comité des activités anti-américaines

Nom de naissance James Dalton Trumbo
Naissance 9 décembre 1905
Montrose, Colorado (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès 10 septembre 1976 (à 70 ans)
Los Angeles, Californie (États-Unis)
Profession Scénariste
Écrivain
Réalisateur
Films notables Exodus (1960)
Spartacus (1960)
Johnny s'en va-t-en guerre (1971)

Dalton Trumbo, né le 9 décembre 1905 à Montrose, Colorado (États-Unis) et mort le 10 septembre 1976 à Los Angeles, Californie (États-Unis) d'un infarctus du myocarde, est un écrivain scénariste et réalisateur américain. Il est surtout connu pour être l'auteur et le réalisateur du film Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny Got His Gun) et pour avoir été l'un des dix d'Hollywood, un groupe de professionnels du cinéma qui avait refusé de témoigner devant le House Un-American Activities Committee (chambre du comité des activités anti-américaines) lors de la commission d'enquête de 1947 sur les influences communistes dans l'industrie cinématographique. Victime du maccarthysme, inscrit sur liste noire, il ne peut dès lors plus travailler. Exilé au Mexique, il continuera toutefois à travailler sous divers pseudonymes, remportant même à deux reprises l'oscar de la meilleure histoire originale en 1954 et 1957.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts dans le cinéma (1905-1947)[modifier | modifier le code]

Dalton Trumbo naît dans le Colorado en 1905. À l'âge de vingt ans, il part pour la Californie. Il y travaille comme boulanger la nuit, tandis que le jour il étudie à l'Université de Californie du sud. À la fin de ses études, il commence à écrire des articles en tant que journaliste indépendant.

En 1933, il devient rédacteur en chef de la revue Hollywood Spectator, une publication de critique cinématographique. La revue cesse un an plus tard. Trumbo est alors engagé comme lecteur à la Warner Bros jusqu'en 1936. Il est renvoyé, car il refuse de démissionner de la Screen Writers Guild, un syndicat fortement ancré à gauche. Il écrit quelques scenarii sans grande importance pour la Screen Writers Guild et milite dans plusieurs associations de gauche.

En 1938, il épouse Cléo Beth Fincher, il aura trois enfants avec elle. Cette année-là, il écrit Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny Got His Gun). Il écrit également le scénario de son premier « grand » film, A Man to Remember de Garson Kanin. Il devient rapidement l'un des scénaristes les mieux payés d'Hollywood. Il a une capacité à écrire très rapidement : en une journée il peut proposer trois, quatre versions d'une même scène. En 1941, Kitty Foyle, réalisé par Sam Wood, est nommé pour l'Oscar du meilleur scénario. Il est également un grand pamphlétaire.

En 1941, peu de temps après l'invasion allemande de l'URSS, alors que le Parti communiste USA (PC USA) vient de faire un virage à 180° sur la question de l'entrée en guerre, Johnny s'en va-t-en guerre est épuisé et l'extrême droite américaine fait pression sur lui et son éditeur pour obtenir une réédition. Cela le convainc que c'est « exactement le type de livre qu'il ne fallait pas réimprimer avant la fin de la guerre ». Il va jusqu'à informer le FBI des agissements de ces correspondants, ce qui provoque le début de ses ennuis avec celui-ci[1].

Il sera membre du Parti communiste USA de 1943 à 1948[2],[3]

Les années noires (1947-1960)[modifier | modifier le code]

En octobre 1947, le House Un-American Activities Committee (commission des activités antiaméricaines) se réunit à Washington et commence des audiences afin de déterminer quels sont les individus « déviants » du monde hollywoodien. Trumbo est l'un des Dix d'Hollywood, lorsqu'il refuse de répondre à la question : « Êtes-vous encore, ou avez-vous été membre du parti communiste ? ». Les dix invoquent le premier amendement (liberté d'expression et de réunion) pour justifier leur refus de répondre. La commission, quant à elle, estime qu'ils outragent le congrès. Trumbo est condamné à une peine de prison qu'il effectue en 1950 pendant onze mois.

La commission des activités anti-américaines[modifier | modifier le code]

Trumbo ne refuse pas catégoriquement de répondre à la question, mais ne répond pas comme le désirerait la commission. Un exemple de ceci est l'extrait suivant, tiré de l'audience de Dalton Trumbo devant la commission[réf. nécessaire]. L'échange a lieu entre Trumbo, J. Parnell Thomas (président de la Commission) et Robert E. Stripling, l'enquêteur en chef de la Commission :

Le président - (coups de marteau)… un instant. La commission veut savoir quelle était la question, et voir si votre réponse est pertinente. Quelle était la question ?
L'enquêteur en chef - Monsieur Trumbo, je vais vous poser diverses questions, toutes auxquelles il peut être répondu par "oui" ou par "non". Si vous voulez donner une explication après avoir fourni cette réponse, je suis persuadé que la commission donnera son accord. Cependant, afin que cette audience puisse se passer régulièrement, il est nécessaire que vous répondiez à la question sans faire de discours en réponse à chaque question.
Dalton Trumbo - Je comprends, Monsieur Stripling. Cependant votre travail est de poser des questions et le mien est d'y répondre. Je répondrai par oui ou par non si cela me convient de répondre ainsi. Je répondrai en utilisant mes propres mots. Il y a beaucoup de questions auxquelles il ne peut être répondu par "oui" ou "non" que par un imbécile ou un esclave.
Le président - La Commission est d'accord avec vous, vous n'avez pas besoin de répondre par "oui" ou par "non".
Dalton Trumbo - Merci, monsieur.
Le président - Mais vous devez répondre aux questions.

Trumbo souhaitait également ajouter une déclaration dans laquelle il présente une défense offensive, niant la légitimité de la Commission et comparant la situation à l'incendie du Reichstag en 1933 qui avait permis d'asseoir le pouvoir de Hitler.

La liste noire[modifier | modifier le code]

De plus il est inscrit sur la liste noire de Hollywood ce qui dans les faits lui interdit de travailler dans le cinéma. Il s'exile au Mexique avec Hugo Butler et sa femme Jean Rouverol eux aussi sur la liste noire. Il y rencontre Luis Buñuel et une relation amicale se noue entre les deux cinéastes. Il lui parle alors d'un projet qui lui tient à cœur : l'adaptation au cinéma du livre qu'il a écrit en 1938, Johnny s'en va-t-en guerre. De là-bas, il continue à écrire pour le cinéma américain sous des noms d'emprunts, Millard Kaufman (Gun Crazy en 1950) ou encore Robert Rich, avec qui il remporte même l'Oscar du meilleur scénario pour Les clameurs se sont tues de Irving Rapper, en 1956. À partir de 1957, tout va contribuer à affaiblir le pouvoir de la liste noire.

La consécration (1960-1976)[modifier | modifier le code]

Il sort officiellement de la liste noire en 1960, lorsqu'Otto Preminger pour Exodus, demande que Dalton Trumbo soit crédité sous son vrai nom au générique. La compagnie United Artists, de tradition libérale et de gauche, accepte. Kirk Douglas fait alors rétroactivement la même chose avec le film sorti la même année, Spartacus, réalisé par Stanley Kubrick.

En 1971, il réalise son unique film, une adaptation de son roman Johnny s'en va-t-en guerre. Le film est montré au festival de Cannes et reçoit les louanges de Jean Renoir et Luis Buñuel. Il obtient le Grand prix du jury.

Il décède d'un infarctus du myocarde à l'âge de 70 ans, le 10 septembre 1976.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Année Récompense Catégorie Film Résultat
1941 Academy Award Best Writing, Screenplay Kitty Foyle Nomination
1954 Academy Award Best Writing, Motion Picture Story[4] Vacances romaines Lauréat
1957 Academy Award Best Writing, Motion Picture Story[5] Les clameurs se sont tues Lauréat
1961 Writers Guild of America Award Best Written American Drama Spartacus Nomination
1969 Golden Globes Award Best Screenplay L'Homme de Kiev Nomination
1970 Laurel Award (WGA) Screen Writing Achievement Lauréat
1971 Prix FIPRESCI (Cannes) Johnny s'en va-t-en guerre Lauréat
1971 Grand Prix du Jury (Cannes) Johnny s'en va-t-en guerre Lauréat
1971 Palme d'or Johnny s'en va-t-en guerre Nomination
1972 Writers Guild of America Award Best Drama Adapted from Another Medium Johnny s'en va-t-en guerre Lauréat

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Eclipse (1935)
  • Washington Jitters (1936)
  • Johnny Got His Gun (1939)
    Publié en français sous le titre Johnny s'en va-t-en guerre, traduit par Andrée R. Picard, Paris, Denoël, « Arc-en-ciel » no 1, 1971 ; réédition, Points. Roman no 624, 1993 ; réédition, Babel no 624, 2003
  • The Remarkable Andrew ou Chronical of a Literal Man (1940)
  • Night of the Aurochs (1979), roman inachevé
    Publié en français sous le titre La Nuit de l'Aurochs, Paris, Éditions Alta, 1980

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • The Biggest Thief in Town (1949)

Essai[modifier | modifier le code]

  • The Time Out of the Toad (1972)

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • Harry Bridges (1941), biographie
  • The Devil in the Book (1956)
  • Additional DialogueL Letters of Donald Trumbo, 1942-1962 (1970)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Autre[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Son fils, Christopher Trumbo, a également écrit des scénarios et était assistant-réalisateur sur Johnny s'en va-t-en guerre et Exodus
  • L'école de journalisme de l'université du Colorado a inauguré une « fontaine de la liberté d'expression Dalton Trumbo ». Selon l'école, elle « est nommée en l'honneur de Dalton Trumbo, un des dix d'Hollywood ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dalton Trumbo, Johnny Got His Gun, Citadel Press, 2000, p. 5, Introduction
  2. (en) Dalton Trumbo : Biography - IMDb
  3. (en) Americanism with a Vengeance: Civil Liberties and Dalton Trumbo - Ron Capshaw, City University of New York, 49th Parallel, Issue 4, hiver 2000
  4. L'Oscar a été remis à Ian McLellan Hunter
  5. Sous le nom d'emprunt Robert Rich

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]