Assilah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Arzila
Asilah
أصيلة
Aṣīlah, Assilah, Arzila
Muraille portugaise
Muraille portugaise
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Tanger-Tétouan
Maire Mohamed Benaïssa (Indépendant) (2009)
Démographie
Population 28 217 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 35° 28′ 00″ N 6° 02′ 00″ O / 35.4666667, -6.0333333 ()35° 28′ 00″ Nord 6° 02′ 00″ Ouest / 35.4666667, -6.0333333 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Asilah

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Asilah
Rues d'Asilah
Remparts d'Assilah depuis la jetée du port
Remparts portugais d'Asilah

Assilah (forme officielle en français) ou Asilah (en arabe : أصيلة ; en tamazight : ʾAzīla ; en portugais : Arzila ; en espagnol : Arcila) est un port au nord-ouest du Maroc d'environ 30 000 habitants, à une quarantaine de kilomètres de Tanger, dans la région de Tanger-Tétouan. Elle est aujourd'hui une cité balnéaire fréquentée par les Marocains et les Européens. Elle accueille au mois d'août, un festival culturel incluant, tous les deux ans, la remise du Prix Tchicaya U Tam'si de la poésie africaine.

Monument[modifier | modifier le code]

La médina et les remparts[modifier | modifier le code]

Les remparts portugais qui encerclent la vieille ville contrastent avec la blancheur des maisons. Asilah n'a gardé aucun des vestiges de la Kasbah bâtie par Al-Qasim Ibn Idris et Mousa Ibn Abi Al-Afiya au IXe et Xe siècles. Par ailleurs, elle présente un travail de fortifications énorme initié sous la direction de Diogo Boitaca, architecte militaire principal de la couronne portugaise au XVIe siècle. Un rempart très imposant, en forme de parallélogramme, encercle la médina et s'étend sur une superficie de 7 hectares. Il est percé de cinq portes qui datent d'époques différentes parmi lesquelles deux sont d'origine portugaise : Bab al-Homer (Porta da Vila) et Bab al-Bahr (Porta da Ribeira).

Les bastions et les tours[modifier | modifier le code]

Parmi les bastions et les tours les plus spectaculaires représentant une place portugaise, existe la Coraça (borj al-Bahr) et la Torre de Menagem (borj al-Kamra). La première, construite entre 1508 et 1516, avance sur la mer et servait à suivre l'arrivée et le départ de l'approvisionnement et des renforts. La seconde, tour principale du rempart, marque par son allure imposante la médina d'Asilah. Construite en 1509 et reproduite sur une gravure très célèbre d'Asilah au XVIe siècle, la Torre de Menagem était couverte d'un toit à double pente et garnie d'échauguettes aux quatre angles. Ces caractéristiques architecturales renvoient au style de l'architecte militaire portugaise. Cette tour assurait une fonction publique et plus de cérémonie que militaire, véhiculant l'image du pouvoir. C'est un vestige du château du gouverneur portugais qui a repris l'emplacement du palais du gouverneur marocain d'Asilah médiévale.

Palais de Raïssouli[modifier | modifier le code]

Construit au début du XXe siècle par un fameux bandit (Moulay Ahmed Raïssouli), c'est un édifice de deux étages qui est devenu un centre culturel. On y pénètre par une porte du rempart oriental.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle fut d'abord une ville carthaginoise sous le nom de Zêli, puis romaine sous le nom de Zilis.

Le 24 août 1471, sous le règne du roi Alphonse V de Portugal, près de 500 vaisseaux et 30 000 soldats portugais prennent Asilah qui la baptisant Arzila. Ils y construisent une place forte, avec un donjon et une vaste enceinte et en quelques années ils la transformèrent en un comptoir commercial et stratégique important. En août 1550, le roi Jean III la fait évacuer et en 1577, elle est réoccupée par le roi Sébastien afin de préparer l'expédition d'Oued al-Makhazin, en 1578. En 1592, le roi d'Espagne et du Portugal, Philippe II, suite à la mort du roi portugais Sébastien en 1589 à la bataille des Trois Rois, restitue la ville au sultan le Saadien Ahmed el-Mansour. Assilah est également le lieu d'origine du guerrier Moulay Ahmed Ghailane.

Les Espagnols en reprirent possession plus tard sous le nom d'Arcila, mais elle fut cette fois conquise par Moulay Ismaïl Ben Chérif en 1691. Son bombardement par l'armée autrichienne en 1829 n'a pas empêché que se maintienne une base de piraterie jusqu'en 1912 et la signature du protectorat espagnol, qui dura jusqu'en 1956, date de son intégration définitive dans le royaume marocain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Asilah ou Azilah se prononce avec un Z est un toponyme amazigh, comme la plupart des toponymes nord-africains. Pour connaître sa signification, il est préférable d'isoler le mot pour ne garder que le radical, à savoir "ZL" en tamazight, toutes variantes confondues, ZL veut dire beau, zayel izel, izelen, donc azilah, aurait une signification de beauté, géographique, humaine. Un habitant de la ville se dit "zaylachi" au pluriel le mot devient zaylachyen. Le mot arabe "assilah", qui veut dire authentique et originale, est également une étymologie possible.

Démographie[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :