Minaret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le minaret, mot dérivé de l'arabe منارة, généralement مئذنة manara (= phare) est un élément architectural des mosquées. Le terme s'appliqua d'abord aux tours à feu avant de désigner les tours près des mosquées. Il s'agit généralement d'une tour élevée dépassant tous les autres bâtiments. Son but est de fournir un point élevé au muezzin pour les 5 appels à la prière. Son but est aussi politique : il a pour vocation, par sa visibilité dans la cité et au-delà de la cité, de proclamer l'appel à la prière et l'humilité de l'être humain devant Dieu.

Origine du mot[modifier | modifier le code]

  • manâra : « phare et tour-vigie pourvu ou non d'un feu allumé »,
  • sawma'a : « cellule d'ermites »,
  • ma'dhana : lieu d'où est lancé l'appel à la prière ou adhan

Le mot « minaret » français remonte à un terme turc tardif (XVIIe siècle) menâr et dérivé de manâra (مَنارة [manāra], phare ou projecteur) qui fut employé du temps de l'Empire ottoman.

Trois mots arabes dérivent de la même racine arabe signifiant annoncer :

  • appel à la prière (arabe : أذان ['aδān])
  • muezzin (arabe : مُؤَذِّن [mu'aδδin]) passé par le turc müezzin.
  • minaret (arabe : مِئْذَنة[mi'δana])

Histoire et architecture[modifier | modifier le code]

Le minaret de la Grande Mosquée de Kairouan datant du VIIIe-IXe siècle est le plus ancien minaret du monde musulman encore conservé de nos jours[1], Kairouan, Tunisie.
Différents types de minarets. 1. Irak 2. Maroc 3. Turquie 4. Inde, 5. Égypte 6. Asie

Le minaret est bien antérieur à l'islam[2], utilisé notamment au Proche Orient et en Mésopotamie, alors appelé zigourat, puis dans les églises syriaques. Il n'a pas été préconisé par Mahomet et les premiers utilisés dans les mosquées sont apparus dans le premier siècle de l'Hégire[3].

Les minarets ont des formes très variées (en général ronds, carrés, en spirale ou octogonaux) en fonction du génie de chaque architecture).

Le nombre de minarets par mosquée n'était pas figé : à l'origine, il n'était édifié qu'un seul minaret par édifice, puis le constructeur en érigea plusieurs. Les raisons tiennent de l'esthétique, de la symétrie, de la volonté de ponctuer un élément fort, ainsi que d'assurer la stabilité de l'ouvrage.

Longtemps, la mosquée sacrée de La Mecque fut la seule à avoir six minarets. Cependant, lorsque les Ottomans entreprirent la construction de la mosquée Bleue à Istanbul, ils la dotèrent également de six minarets. Il a fallu en construire un septième à La Mecque, afin que la mosquée sainte ne soit pas surpassée. Mais, l'appel à la prière n'est fait que depuis un seul minaret.

Au Maghreb, le plus ancien minaret est celui de la Grande Mosquée de Kairouan en Tunisie[4]. Il est également le plus ancien minaret encore debout de tout le monde musulman et par conséquent le plus ancien au monde qui soit parvenu jusqu'à nous[1],[5],[6]. La construction du minaret de la Grande Mosquée de Kairouan, probablement commencée dès le début du VIIIe siècle, date dans son état actuel de la première moitié du IXe siècle (vers 836) d'après l'opinion de la plupart des archéologues[4]. Constitué de trois niveaux de largeurs décroissantes et se distinguant par un aspect à la fois massif et majestueux, il est considéré comme le prototype des minarets de l’Occident musulman[4].

L'histoire a également provoqué le changement de destination de certains lieux de cultes, notamment autour de la méditerranée. Ainsi, lorsqu'une église est transformée en mosquée, le clocher est transformé en minaret, de même que lorsque l'ancienne cathédrale, devenue la mosquée Almohade, à Séville, est redevenue cathédrale, le minaret de la Giralda est devenu clocher. Ceci procure un style atypique au lieu de culte ainsi transformé.

Minarets en Europe occidentale[modifier | modifier le code]

Avec l'émigration de populations musulmanes en Europe occidentale dans les années d'après-guerre, s'est posée la question des lieux de culte. Actuellement, les minarets ne sont généralement pas utilisés pour l'appel à la prière, à l'exception de Vienne et de quelques villes allemandes[7].

En Bosnie-Herzégovine[modifier | modifier le code]

En 1992, les mosquées bosniaques ont subi les effets de la guerre. En particulier, la mosquée de Divič avec son grand minaret, près de Zvornik, a été détruite. Toutefois, un projet existe pour la reconstruire.

En Espagne[modifier | modifier le code]

La Giralda.

D'anciens minarets de l'époque de l'Espagne musulmane ont été convertis en clochers, notamment en Andalousie.

En 1989, le minaret d’Archez, de 15 mètres de hauteur, a été restauré. Ce minaret est considéré comme monument historique et artistique du Patrimoine National depuis 1979.

La cathédrale de la capitale de l'Andalousie, Séville, n'a pas détruit le minaret de l'ancienne mosquée Almohade mais l'a converti en clocher, c'est la Giralda. Le style architectural de ce minaret est maghrébin.

En France[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, à Paris, seule la mosquée de Paris construite en 1926 possédait un minaret, d'une hauteur de 33 mètres[8]. À ce moment déjà, la France comptait d'autres minarets, dans les départements d'Algérie de l'époque, mais aussi à la Mosquée Noor-e-Islam de Saint-Denis de la Réunion, construite en 1905, et qui possède également un minaret de 32 mètres[8].

En France, la taille des minarets existants est généralement limitée par le plan local d'urbanisme. Pour la mosquée de Lyon[9] par exemple, le recteur de la mosquée voulait construire un minaret de 35 mètres de haut, mais pour être conforme à la législation, celui-ci a dû être rabaissée[10].

Parmi les autres mosquées incluant un minaret, on peut citer la Grande Mosquée d'Évry[11], la mosquée de Farebersviller[12], la mosquée Al Wiqaf de Mons-en-Barœul[13], la mosquée de Mantes-la-Jolie[8], Mosquée des turcs à Nantes[14], la mosquée de Cholet[15], la mosquée de Tarbes[16], la mosquée d'Agen[17], ou encore la mosquée du Port (Réunion)[18].

D'autres mosquées avec minarets sont en construction, parmi lesquelles: La Grande mosquée de Poitiers[19], la nouvelle mosquée de Saint-Denis [20], la mosquée Assalam de Nantes[21], la mosquée de Mulhouse[22], la mosquée de La-Roche-sur-Yon[23], la mosquée de Gennevilliers[24], la mosquée d'Hérouville Saint-Clair[25], la mosquée d'Epinal[26], la Grande Mosquée de Reims[27], la mosquée des Ardennes à Charleville-Mézières[28], ou encore la Grande Mosquée de Saint-Étienne[29].

En 2001, l'architecte Paolo Portoghesi, pour la Grande mosquée de Strasbourg, avait prévu un minaret pour l'édifice, mais le maire de Strasbourg de l'époque, Fabienne Keller, s'y est opposée[30],[31]. Roland Ries, le nouveau maire a finalement rendu la chose possible[32] et la mosquée pourrait en avoir un si l'architecte le souhaite[33].

De même, en novembre 2011 devrait être inaugurée la grande mosquée de Marseille qui aura un minaret de 25 mètres de haut, l'appel à la prière se fera alors avec un faisceau lumineux émis depuis celui-ci[34], bien que, selon Le Monde, aucun de ces minarets en 2009 ne serve à l'appel à la prière[8].

Fin 2009, les services du ministère de l'intérieur évaluent "à moins d'une trentaine" le nombre de minarets en France et estiment "qu'ils ne posent pas de difficultés dans l'insertion urbaine"[35]. Cependant, plusieurs enquêtes d'opinion, notamment de l'IFOP et de BVA, témoignent d'une certaine crispation des Français à l'égard de l'islam[36].

Exemples de minarets construits en France:

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

En Suède[modifier | modifier le code]

En 2008 la Suède compte cinq minarets sur son territoire. Le plus haut des cinq fait 32 mètres de hauteur.

En 2008, et pour la première fois dans le royaume scandinave, une autorisation a été demandée pour lancer l'appel à la prière du vendredi depuis le minaret de la mosquée de Botkyrka. Cette mosquée inaugurée en 2007, dans le sud de Stockholm dispose déjà d'un minaret de 32 mètres.

En 2008 l'appel à la prière se fait depuis l'intérieur de la mosquée, or pour Ismail Okur: «Pour nous, musulmans, l'appel à la prière est important, c'est une partie de notre culture.» [37].

En 2008, la construction de six mosquées avec minaret est prévue en Suède, d'après le Conseil musulman de Suède[37].

En Suisse[modifier | modifier le code]

La Suisse compte quatre mosquées comportant un minaret : la Mahmud-Moschee à Zurich, la mosquée de Genève, une autre à Winterthour et une dernière à Wangen bei Olten. Aucun muezzin n'appelle à la prière dans ces minarets.

Le 29 novembre 2009 une votation a lieu sur une initiative populaire et les votants approuvent à 57,5 % l'inscription dans la constitution de l'interdiction de construire de nouveaux minarets en Suisse. Les 4 minarets que compte actuellement le territoire helvétique ne sont pas remis en cause.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jonathan Bloom, Minaret : symbol of Islam, Oxford University Press, Oxford, 1989, 216 p. (ISBN 0-19-728013-7)
  • (en) Andrew Petersen, « Minaret » in Dictionary of Islamic architecture, Routledge, Londres, 1999, p. 187-190 (ISBN 9780415213325)
  • (fr) Ilham Gharib, Les minarets dans les cités arabo-islamiques (étude historique et esthétique), Université Paris 8, 1989, 282 p. (thèse de 3e cycle d'Art et archéologie)

Les minarets au cinéma[modifier | modifier le code]

  • Bab El-Oued City : film algérien de 1994. Genre : Drame. Durée : 1h 33min. Année de production : 1993. Le film démarre lorsqu'un travailleur de nuit, excédé par le bruit, vole un haut-parleur servant à diffuser l'appel à la prière.
  • OSS 117 : Le Caire, nid d'espions : film français de Michel Hazanavicius sorti le 19 avril 2006. Durée : 99 minutes. Une nuit, OSS 117, interprété par Jean Dujardin est excédé par le bruit causé par le muezzin appelant à la prière. OSS 117 se lève, rend visite au muezzin avec lequel il se bagarre et finit par le faire taire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Titus Burckhardt, Art of Islam, Language and Meaning : Commemorative Edition, éd. World Wisdom, 2009, p. 128
  2. L’apparition du minaret en ​Syrie a conduit à spéculer sur une possible origine chrétienne: les églises syriaques, qui y sont nombreuses, possèdent, note Henri Stierlin, des tours surélevées où un espace est ménagé pour qu’un homme puisse s’y tenir. C’est lui qui appelle les fidèles aux cérémonies religieuses, vraisemblablement avec un tambour de bois. Que cette filiation soit vérifiée ou non, une chose est sûre: l’architecture religieuse musulmane des premiers siècles se coule dans les traditions des pays où elle surgit. De pierre taillée dans le monde byzantin. De brique crue ou cuite dans la sphère mésopotamienne où va se déplacer le califat sous la dynastie des Abbassides à partir de la fin du VIIIe siècle. C’est là que le minaret va évoluer vers la forme octogonale ou circulaire qui nous est la plus familière, là aussi qu’il va s’affirmer comme une tour détachée des édifices religieux qu’il accompagne – mosquée, madrasa (école) ou mausolée. En se rattachant, si l’on en croit l’un des plus prestigieux monuments de cette époque, à une autre tradition encore: celle des ziggourats. Le minaret de la grande mosquée de Samarra, le Malawiya, édifié autour de 850, reproduit la structure hélicoïdale de ces tours mésopotamiennes. http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/5ab40fb0-d61b-11de-b6b8-2a8dd448be04/Histoire_de_minarets
  3. (en) Cyril Glassé et Huston Smith, The new encyclopedia of Islam, éd. Rowman Altamira, 2003, p. 309
  4. a, b et c (fr) Minaret de la Grande mosquée de Kairouan (Patrimoine méditerranéen Qantara)
  5. (en) Linda Kay Davidson et David Martin Gitlitz, Pilgrimage: from the Ganges to Graceland : an encyclopedia, Volume 1, éd. ABC-CLIO, 2002, p. 302
  6. Ahmad Fikry, La grande mosquée de Kairouan, Volume 2, éd. Librairie Renouard, 1934, Paris, p. 114
  7. " Le tour du minaret en dix questions ", Le Temps, 23 octobre 2009
  8. a, b, c et d "En France, les difficultés autour de la construction de mosquées sont essentiellement d'ordre financier", article de Stéphanie Lebard, Le Monde, 1er décembre 2009.
  9. http://www.mosquee-lyon.org/galerie/#album=24/photo=987
  10. interview du recteur de mosquée de Lyon, Kamel Kabtane à Rue89 le 30 novembre 2009
  11. « La mosquée »
  12. Photo de la mosquée de Farebersviller
  13. AFP, « 54 % des Français opposés à un référendum sur les minarets »,‎ 3 décembre 2009
  14. Photo de la mosquée des turcs de Nantes
  15. [1] Article de Maville.com du 3 novembre 2009 intitulé Cholet : la mosquée va rouvrir fin novembre
  16. Josiane Battoue, « Tarbes. Un minaret qui répond à toutes leurs prières », La Dépêche.fr,‎ 23 novembre 2006
  17. Article de La Dépeche du 22/08/09 intitulé Ramadan pour 4 000 musulmans
  18. iledelareunion.net
  19. [2] Article de La Charente Libre du 2 décembre 2009 intitulé La mosquée de Poitiers «doit devenir un lieu d'échanges»
  20. Article de Saphirnews.com intitulé Un projet de grande mosquée à Saint Denis attend les dons de fidèles
  21. PressOcéan.fr, « Malakoff aura bientôt sa mosquée »,‎ lundi 11 mai 2009
  22. Article de Saphirnews.comLa Mosquée de Mulhouse sort de terre
  23. Le Point, « Un minaret en Vendée »,‎ 17 janvier 2007
  24. Clément Guillou, « Les minarets, une construction symbolique peu répandue en France »,‎ 30 nobrembre 2009
  25. Ouest-France, « La mosquée s'élève au gré des dons »,‎ 9 juillet 2008
  26. Sibylle Vincendon, « En France, le bal mosquées »,‎ 4 décembre 2009
  27. J.-F. Scherpereel, « Deux projets de mosquées à Reims Un minaret pour Noël », l’union
  28. G.G.-M., « La mosquée de Charleville ne fera d'ombre à personne », l’union,‎ 1er décembre 2009
  29. Article de Saphirnews.com intitulé Saint-Étienne : une Grande Mosquée aux couleurs du Maroc]
  30. « La mosquée en bonne voie », sur lepoint.fr,‎ 23 avril 2009 (consulté en 28 février 2014) : « Fabienne Keller et Robert Grossmann n'ont en effet jamais caché leur hostilité à la construction de la mosquée, jugée trop chère et trop grande. Ils ont notamment contraint l'architecte italien Paolo Portoghesi à revoir sa copie et à amputer l'édifice de son minaret et de l'espace culturel. »
  31. Jacques Fortier, « Une mosquée toute neuve née d'une idée ancienne », sur dna.fr,‎ 26 septembre 2012 (consulté en 28 février 2014) : « [L'équipe de Fabienne Keller et de Robert Grossmann] veut un édifice plus modeste (6 millions d’ €, sans espace culturel ni minaret) et sans financement étranger. »
  32. Manuel Plantin, « Strasbourg dans l’attente d’un avis favorable. L’espoir d’un ramadan dans la grande mosquée », sur mosquee-strasbourg.com,‎ 31 juillet 2011 (consulté en 28 février 2014) : « La grande mosquée de Strasbourg n’a pas de minaret… pour l’instant. La droite s’y opposait, Roland Ries a rendu la chose possible grâce à une modification du POS. »
  33. Sibylle Vincendon, « En France, le bal mosquées », sur liberation.fr,‎ 4 décembre 2009 (consulté en 28 février 2014) : « Voulue par la gauche, ratatinée par la droite qui lui a coupé le minaret, [la mosquée] pourra le récupérer si l’architecte, Paolo Portoghesi, le souhaite, a assuré Roland Ries, nouveau maire (PS). »
  34. "Ce que représentent les minarets en France "
  35. http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/12/04/a-droite-la-crispation-contre-l-islam-s-exprime-librement_1276177_823448.html
  36. "Suisse et minarets : les Français ne voient pas l'islam d'un bon œil...", Jean-Pierre Thiollet, France Soir, 4 décembre 2009
  37. a et b http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/12/18/en-suede-les-responsables-d-une-mosquee-veulent-lancer-l-appel-a-la-priere_1282615_3214.html#ens_id=1273733 «En Suède, les responsables d'une mosquée veulent lancer l'appel à la prière» Le Monde du 18 décembre 2008