Ksar El Kébir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ksar El Kébir القصر الكبير
Alcazarquivir, Alcácer-Quibir
El-Ksar el-Kébir
El-Ksar el-Kébir
Administration
Pays Maroc Maroc
Région Tanger-Tetouan
Province Larache
Démographie
Population 132 380 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 34° 59′ 56″ N 5° 54′ 10″ O / 34.998926, -5.902748 ()34° 59′ 56″ Nord 5° 54′ 10″ Ouest / 34.998926, -5.902748 ()  
Altitude 1 518 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Ksar El Kébir القصر الكبير

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Ksar El Kébir القصر الكبير

Ksar El Kébir (en arabe : القصر الكبير, al-Qaşr al-Kabīr ; en espagnol ; Alcazarquivir ; en portugais : Alcácer-Quibir), est une ville du Maroc située dans la région de Tanger-Tétouan, au nord du pays. Elle compte 100 000 habitants, les Qasri.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville signifie en arabe "le grand ksar" (grand palais ou grande forteresse). Localement, ce nom est couramment abrégé en El Ksar ou Al Qsar.

Histoire[modifier | modifier le code]

"La grande citadelle" la plus ancienne du Maroc, une étape importante de la route des Almohades[modifier | modifier le code]

Les textes médiévaux attribuent l’urbanisation et la fortification de Ksar El Kébir (anciennement connue sous les noms de Ksar Ketama, Ksar Sanhaja, etc.), aux califes almohades. De tous temps, Ksar El Kébir a accueilli érudits, mystiques, réfugiés d’al-Andalus et d’Algarve. Ibn Ghalib, originaire de Silves, s’y installe et y fait venir plusieurs disciples d’ibn al-Arif, grand mystique d’Almérie. À sa mort (entre 1177 et 1183), ibn Ghalib est déclaré saint patron de la ville ; Fatima al-Andalusiyya, autre mystique originaire de l’Algarve, est considérée comme la seconde sainte de Ksar El Kébir.

Après la reconquête chrétienne, les habitants de Santarem, Evora, Alcacer de Sal et Silves y trouvent refuge.

La ville a fait partie de l’ancien Maroc espagnol jusqu’en 1956 et l’indépendance.

Bataille des trois rois[modifier | modifier le code]

Le 4 août 1578, près de l’oued El-Makhazen, à proximité de Ksar El Kébir, le roi du Portugal, Sébastien Ier du Portugal, allié à Mohamed al-Moutawakil, ex-roi et prétendant au trône du Maroc, tenta de renverser le sultan du Maroc, Abu Marwan Abd al-Malik. Les cavaliers du sultan au nombre de 50 000 anéantirent les troupes ibériques. Abd el-Malik, Mohamed al-Moutawakil et Sébastien sont tués. La légende dit que le corps du roi de Portugal ne sera jamais retrouvé, malgré les textes de l'époque qui mentionnent expressément sa découverte et son inhumation (voir l'article Bataille des trois rois). Philippe II d'Espagne prend possession du Portugal, tandis que le frère du sultan Ahmed al-Mansur Saadi monte sur le trône chérifien.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Après la conférence d'Algésiras, qui place le Maroc sous un protectorat international, et une guerre avec les Rifains, les Espagnols s’emparaient de Larache, d'Asilah et de Ksar El Kébir.

Démographie[modifier | modifier le code]


Source : (ar) (fr) « Démographie », sur www.commune-ksarkebir.ma

Culture[modifier | modifier le code]

Ksar El Kébir est réputé pour ses artistes, écrivains, poètes et sportifs connus sur le plan national.

En sports, le footballeur Abdeslam Laghrissi a terminé à trois reprises meilleur buteur du championnat marocain.

En musique, Abdessalam Amer (mort en 1979), bien connu dans le monde arabe, est toujours écouté à travers ses chansons : La Lune Rouge, La Plage, Une Vie, Le Dernier Oh!, Histoire des Passions...

En poésie, Mohamed el khabbaz (mort en 2009, poésie traditionnelle), Mohamed El Khammar El Guennouni (mort en 1991) est pionnier en poésie marocaine moderne et il est encore considéré comme maitre de la poésie libre au Maroc[réf. nécessaire]. Il y a aussi la poétesse Ouafae El Amrani comme une figure brillante dans la nouvelle génération poétique sans oublier Mohamed Afif Al-Araechi (mort en 2010).

En roman, il y a des romanciers de grande envergure tels : Mohamed Aslim, Mohamed Harradi, Mohamed Tetouani, Mohamed Sibari et Moustafa Jebari.

Dans le domaine de la nouvelle et la nouvelle minimaliste, il y a Mohamed Said Raihani qui écrit en trois langues (en arabe, en français et en anglais) et qui a fini son quarantième manuscrit avant d'atteindre l'âge de quarante ans.

Dans le domaine de la cuisine, Ksar el kébir est réputé pour ses plats et pâtisseries raffinés. La dolma est un plat de viande accompagné de légumes farcis et la plus populaire est celle accompagnée de cardons farcis à la viande hâchée (Dolma bel Khorchef). La ville est également connue par le plat ''Mezgueldi'' dont le nom rappelle la tribu Jbala ''Ait Mezguelda''. Mezgueldi consiste en du poulet servi avec des oignons confits au miel. Le couscous Jbari aux raisins secs et oignons caramélisés est préparé en offrande dans la Zaouia Jbaria, et Merqat Hzina désigne une salade d'olives épicées.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]