Alphonse V de Portugal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alphonse V.
Alphonse V
Le roi Alphonse V
Le roi Alphonse V
Titre
Roi de Portugal et des Algarves
13 septembre 143828 août 1481
42 ans, 11 mois et 15 jours
Prédécesseur Édouard Ier de Portugal
Successeur Jean II de Portugal
Biographie
Dynastie Dynastie d'Aviz branche directe
Date de naissance 15 janvier 1432
Lieu de naissance Sintra (Portugal)
Date de décès 28 août 1481 (à 49 ans)
Lieu de décès Sintra (Portugal)
Père Édouard Ier
Mère Aliénor d'Aragon
Conjoint Isabelle de Coimbra
Jeanne de Castille
Enfant(s) Jean
Jeanne
Jean II

Alphonse V de Portugal
Rois de Portugal

Alphonse V, surnommé l'Africain à cause de ses conquêtes au Nord de l'Afrique, douzième roi de Portugal et troisième de la dynastie d'Aviz, naquit à Sintra le 15 janvier 1432 et mourut dans la même ville le 28 août 1481. Il était le fils du roi Édouard Ier de Portugal et de son épouse Aliénor d'Aragon. Il succéda à son père en 1438.

La régence[modifier | modifier le code]

Alphonse n'a que 6 ans à la mort de son père qui avait désigné sa femme, Aliénor, comme régente. Ce choix est très impopulaire car la reine est étrangère et, après diverses péripéties, dont une tentative de corégence, la municipalité de Lisbonne lui préfère Pierre, duc de Coimbra, frère du défunt. Les autres assemblées du pays confirment ce choix, et Pierre obtient définitivement la régence.

Le nouveau régent tente de limiter le développement des grandes maisons aristocratiques, véritables royaumes dans le royaume, et de concentrer le pouvoir dans les mains du roi. Sous son administration, le pays connaît une période de prospérité économique mais le climat politique se dégrade et la noblesse complote. En 1442, à l'âge de 10 ans, le roi épouse sa cousine Isabelle, la fille de Pierre, ce qui conforte la position du régent mais la même année il nomme son oncle Alphonse duc de Bragance. Avec ce titre, ce rival du régent devient l’homme le plus puissant du Portugal et l'un des plus riches d’Europe.

Lorsqu'Alphonse atteint ses 14 ans, âge légal pour régner, il maintient son oncle Pierre dans ses fonctions de régent. Celui-ci est alors accusé de vouloir confisquer le sceptre à son profit. Ses opposants finissent par convaincre le roi qui, le 9 juin 1448, annule la régence et assume seul le pouvoir. Le roi annule toutes les décisions prises sous la régence et, sous un prétexte, déclare le duc de Coimbra rebelle. Il s'ensuit un conflit armé qui coûte la vie à Pierre à la bataille d'Alfarrobeira le 20 mai 1449. Ainsi meurt le plus remarquable prince[non neutre] de l'Illustre génération[1].

Mise en ordre du royaume[modifier | modifier le code]

Cruzade d'Alphonse V dit l'africain. Description avers : Écu portant l’écu du Portugal brochant sur une croix tréflé et cantonné de quatre tours (Castille) ; l’écu est accosté de quatre annelets. Traduction avers : (Cruzade d’Alphonse V) .

Le règne d'Alphonse voit l'aboutissement d'un ancien projet de compilation et modernisation des lois qui régissent le royaume de Portugal. Ces lois étaient nombreuses et émanaient de diverses sources (chartes médiévales, décrets monarchiques, droit canon), si bien que la dispersion juridique était très grande. Le travail fut initié sous le règne de Jean Ier sous la conduite de João Mendes, puis continué, après la mort de ce dernier, par Rui Fernandes sous le règne d'Édouard Ier, sous la régence, puis sous le règne d'Alphonse V.

Le résultat est publié en 1446 sous le nom de Ordenações do Senhor Rei Afonso V. Il n'y a pas de division systématique par sujets ; ce n’est donc pas un code. Sa structure n’est pas basée sur les objectifs des textes mais bien sur leur origine. Une préséance est établie en cas de conflit : dans l’ordre, viennent d’abord les lois générales de la nation, ensuite les lois canoniques et, enfin, les lois romaines. Bien que rudimentaire, ce travail constitue une avancée majeure dans l’évolution du droit portugais[réf. nécessaire].

La poursuite des découvertes[modifier | modifier le code]

À partir de 1440, sous l'influence de l'infant Henri le Navigateur, oncle d'Alphonse, les expéditions maritimes reprennent :

* De 1441 à 1445, Antão Gonçalves réalise trois voyages au sud du Cap Bojador et ramène du rio Negro les premiers noirs débarqués au Portugal, initiant la traite des noirs. En récompense de cet acte de « bravoure », Antão est armé chevalier par Nuno Tristão, le capitaine-mor de l’expédition.
* En 1445, Lançarote de Lagos, Gonçalo de Sintra et Dinis Dias atteignent le Cap Vert, João Gonçalves Zarco accoste sur l’île de Gorée et au Cap des Mats (aujourd'hui Cap de Naze au Sénégal) et João Fernandes ouvre le premier comptoir sur l’île d’Arguim, au sud du Cap Blanc.
* En 1461, Madère, découverte vierge d’occupation humaine en 1419, exporte déjà du grain mais la production de sucre y est prédominante (les techniques utilisées sont plus tard copiées au Brésil)
* En 1479, le traité d’Alcáçovas réserve les îles Canaries à la Castille et les archipels de Madère, des Açores et du Cap Vert, au Portugal. Ce royaume reçoit également le droit de conquérir Fez et le commerce exclusif avec la Guinée.

Conquêtes au Maroc[modifier | modifier le code]

La chute de Constantinople, le 29 mai 1453, avait été un événement traumatisant pour le monde chrétien suscitant des appels à la croisade. Alphonse V rassemble ses troupes mais les autres monarques occidentaux ne répondent pas à l’appel. Le roi lance alors ses hommes dans la conquête du Maroc. Rapidement, les Portugais s’emparent d'Alcácer Ceguer (1458) mais s’y trouvent piégés par les troupes du roi de Fez. En 1463, ils échouent dans la prise de Tanger et d'Asilah. Une seconde tentative en 1471 connaît plus de succès et voit la prise de la très peuplée et prospère Asilah le 24 août, alors que Tanger se rend sans combattre le 29.

La crise de succession en Castille[modifier | modifier le code]

Le roi Henri IV de Castille avait épousé en secondes noces, Jeanne, fille posthume du roi Édouard du Portugal. De cette union était née la princesse Jeanne, seconde épouse d'Alphonse V. La légitimité de Jeanne au trône de Castille est contestée par la sœur d’Henri, Isabelle, épouse de Ferdinand II d'Aragon[a 1]. La mort d’Henri en 1474 déclenche la guerre de succession au trône de Castille. Pour faire valoir les droits de sa femme, Alphonse envahit la Castille, soutenu par le roi de France, Louis XI. Les troupes portugaises sont vaincues par les troupes d'Isabelle et Ferdinand à la Bataille de Toro en 1476, en grande partie à cause de la défection des Castillans, inquiets de l'alliance d'Alphonse avec des puissances étrangères.

Abdication et fin de règne[modifier | modifier le code]

Alphonse V se rendit alors à Tours auprès du roi Louis XI et abdique temporairement en faveur de son fils Jean.

Le roi bénéficia de ce séjour en France afin d'effectuer les pèlerinages[b 1]. Cependant, il semble que ses voyages eussent pareillement les objectifs politiques, car les déstinations étaient Perpignan (cathédrale Saint-Jean-Baptiste) où Jean II d'Aragon était préféré par les habitants[b 2] ainsi que Nancy (Commanderie de Saint-Jean) pour prendre les entretiens avec Charles le Téméraire, cousin par sa mère[b 3]. De plus, la route était dangereuse parce qu'un certain nombre de villes, comme Lyon et Reims, subissaient de la peste[b 4]. Louis XI chargea au bailli d'Évreux de l'accompagner :

« De par le roy. Chiers et bien amez, vous avez bien sceu comme tres hault et tres puissant prince nostre tres chier et tres ame frere, cousin et allie le roy de Castille, de Leon, de Portugal, est venu devers nous, dont avons este et fuymes tres joyeulx, et s'en va presentement en aucuns pellerinages, esquelx faisant, luy conviendra passer par vous, et pour le conduire et faire recevoir honnestement, envoyons avec luy nostre ame et feal conseillier et chambellain le seigneur de Genly, nostre bailly d'Evreux et cappitaine de Rouen. Sy volons et vous mandons tres expressement et neantmoins prions bien acertes, que vous vous preparez de recevoir nostre dict frere et allye et luy faire tout l'onneur et bonne recepcion que vous porrez, tout ainsy que feriez a nostre personne propre, tellement qu'il ayt cause de s'en louer. Et sur ce vueilliez [croire] et faire ce que ledict sieur de Genly vous dira, comme se nous mesmes le vous disions. Donne au Plessis du Parc [-lèz-Tours], le XIIe jour de novembre [1476][a 2]. LOYS. BASTART. A noz chiers et bien amez les lieutenans, bourgoys, manans et habitans de nostre ville de Reims[a 3]. »

Pourtant, le cousin Charles le Téméraire mourut peu après, lors de la bataille devant Nancy le 5 janvier 1477. Au début du mois de mai, Alphonse V arriva à Arras, ville en ruine, afin de rejoindre Louis XI qui y séjournait pour la campagne[b 5]. En s'apercevant les situations dégradées, le roi de Portugal décida de retourner à son royaume[b 6].

En attendant que sa flotte n'arrive, il demeura à Rouen pendant l'été[b 7]. En septembre[b 8], le roi rédigea son testament à Honfleur, en rendant hommage à Notre-Dame de Grâce chaque matin[b 9]. Enfin il y embarqua et le 15 novembre 1477 arriva au Portugal mais réussit à reprendre son trône[2].

Finalement, le 4 septembre 1479, un traité est signé à Alcáçovas et le roi du Portugal renonce à la couronne de Castille et à son mariage avec Jeanne. Le futur roi Jean II de Portugal parvint à faire la paix avec ses voisins avec un projet de mariage entre son fils Alphonse et Isabelle, héritière de Castille. La princesse Jeanne finit ses jours dans un couvent et Alphonse V mourut de la peste le 28 août 1481. Il fut inhumé dans la chapelle du fondateur de style gothique flamboyant dans le Monastère de Batalha.

Un roi lettré[modifier | modifier le code]

Alphonse V avait l’érudition dans le sang. Il n’écrivit pas d’œuvres originales, comme Édouard ou Pierre, mais il forma une bibliothèque et favorisa la littérature. En cela, il fut un exemple.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

  • Première épouse, Isabelle de Coimbra, princesse de Portugal (1432-1455), fille de Dom Pedro, oncle d'Alphonse V - mariage le 6 mai 1447.
    • Jean (1451)
    • Jeanne, princesse de Portugal (1452-1490)
    • Jean II, roi de Portugal (1455-1495)
  • Deuxième épouse, Jeanne de Castille, dite la Beltraneja, princesse de Castille (1462-1530) - mariage en 1475.

Notes[modifier | modifier le code]

Pierre de Portugal, duc de Coimbra, fils de Jean Ier, naquit en 1392. Il voyagea en Europe de 1424 à 1428 visitant le Danemark, l’Angleterre, la Castille et l’Aragon. Il fut apprécié par le pape Martin V et aida l’empereur Sigismond à lutter contre les Turcs. Il a laissé la réputation d’un homme très instruit et très honnête. Il fit une version du De Officiis de Cicéron et composa un « livre sur l’amélioration des vertus » au goût de Sénèque. Il fut plus capable en lettres qu’en politique.

Alphonse, comte de Barcelos, puis premier duc de Bragance (1377-1461), fils de Jean Ier et d’Inês Pires. Il est le chef de la maison de Bragance dont la dynastie gouverna le Portugal à partir de 1640.

Titre complet[modifier | modifier le code]

Roi de Portugal et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique par la grâce de dieu

Sources[modifier | modifier le code]

Nous avons consulté:

  • Joaquim Ferreira-História de Portugal-Editorial Domingos Barreira- Porto
  • (pt) Genea Portugal
  • Les Cahiers de l’Histoire Nº12

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Illustre génération, ou Ínclita Geração en portugais, est le nom collectif donné par le poète Luís de Camões aux enfants de Jean Ier de Portugal et de Philippa de Lancastre dans un des poèmes des Lusiades et repris par l'historiographie portugaise
  2. books.google.fr

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome VI, Société de l'histoire de France et Librairie Renouard, Paris 1898, 386 p.

  1. p.100, note n°1
  2. p.101, note n°1 ; cette date est justifiée par le récépissé suivant : « Le unziesme jour du moys de janvier mil IIIIc LXXVI (v. st., à savoir avant Pâques, donc janvier 1477), par monseigneur de Genly, conseillier et chambellain du roy, bailly d'Ebvreux et cappitaine de Rouan, furent apportees lettres du roy adressees a messires de la ville de Reims, contenant la forme qui s'ensuit ...  ».
  3. p.100-101 ; Archives de la ville de Reims.

Serge Denis, Le voyage en France d'Alphonse V de Portugal, Bulletin Hispanique, tome 36, no 3, p. 289-318, 1934 [1]

  1. p.289-318 ; Serge Denis rétablit, en 1934, les itinéraires du roi Alphonse V de 1476 à 1477, en cherchant des documents dans les archives : - Nîmes (septembre 1476) - Montpellier - Maguelone - Perpignan - Narbonne - Béziers - Montpellier - Nîmes - (Lyon ?) - Roanne - Bourges - Mehun-sur-Yèvre - Vierzon - Saint-Benoît-sur-Loire - Saint-Martin-le-Beau - Tours (novembre) - Orléans (le 19 novembre) - Paris - Châlons-sur-Marne - Nancy (le 29 novembre) - Châlons-sur-Marne (11 janvier 1477) - Paris - Arras (mai) - Rouen - Honfleur (septembre).
  2. p.293
  3. p.312
  4. p.313 ; par conséquent, la ville de Reims lui conseilla, en janvier 1477, de passer par Épernay.
  5. p.312
  6. p.313
  7. p.313
  8. p.317 ; il y expédia encore une lettre à Louis XI le 23 septembre 1477. Donc son départ fut effectué après cette date.
  9. p.317-318